Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°24)

► CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE (ὁ λύχνος n° 134, article six)

Le petit écolier et les cochons d’élevage .

(où il sera question de l’étymologie d’ école)

 

leçon d'école

 

 

« Les professeurs sont obligés de délirer avec les fous.

Si leurs leçons ne sont pas composées au goût de leurs petits jeunes gens,

ils seront, comme le disait Cicéron, laissés tout seuls dans leurs écoles « 

Pétrone, Satyricon, III

 

 

« Il est arrivé une chose terrible à l’école », pour reprendre le début du Petit Nicolas : mon épouse, jamais absente, jamais malade, a dû ne pas faire cours pour assister à une réunion. Que croyez-vous qu’il se passa ? Ce fut une explosion de joie chez ses élèves ! Cette expérience est révélatrice… L’école est devenue à ce point un travail, que l’absence d’école est vécue comme un soulagement, une libération ! Et pourtant, la véritable école, c’est l’école buissonnière ! ou bien alors, l’école du temps libre ! Tel est le sens véritable du mot école, qui est, vous vous en doutez, grec. Car école veut dire “temps libre” en grec : σχολή (scholè).

 

« Il n’a pas le temps. »

Je vais prendre un exemple dans le Protagoras de Platon. Un genre d’universitaire mal fringué (Socrate) et je ne sais quel ami de la poésie et du savoir (Hippocrate) veulent aller rencontrer un intellectuel médiatique (Protagoras) descendu chez un homme politique plus ou moins véreux (Callias). Ils frappent à la porte :

—   οὐ σχολὴ αὐτῷ, « il n’a pas le temps » !

rétorque le Cerbère de service (du style des men in black) sans même en aviser le maître de maison. On voit bien là le caractère intemporel de l’intellectuel médiatique : il est pressé, il n’a pas le temps… (et pourtant il inonde les librairies de ses livres : quand  trouve-t-il le temps de les écrire ?)

Si au contraire vous avez du temps, en grec on dirait que vous avez σχολή (scholè). Si l’on a un peu d’humour et d’imagination, on se représentera les Athéniens aisés qui faisaient la vie politique d’Athènes à la façon des cheikhs d’Abou Dhabi ou du Qatar, qui ont en général trop d’argent pour travailler. A Athènes comme dans les émirats, le travail, c’est bon pour les esclaves (avec ou sans guillemets) et pour les pauvres. Platon, qui n’a pas sa langue dans sa poche, compare dans les Lois (819d) ses concitoyens aisés à des « cochons d’élevage », ὑηνῶν τινῶν θρεμμάτων : les vieux préfèrent jouer aux dames plutôt que de se poser des énigmes les uns aux autres, dans des loisirs dignes d’eux, ἐν ταῖς τούτων ἀξίαισι σχολαῖς (820c)… à savoir des loisirs consacrés aux rudiments de la mathématique géométrique ! L’école du temps libre était née ! En même temps, Platon inventait les leçons qui allaient occuper cette école du temps libre, à savoir les μαθήματα (mathèmata) d’où viennent nos mathématiques[1]. L’école, c’est donc les dignes   loisirs ! Platon prêche évidemment pour sa paroisse, je veux dire pour son Académie, dont on nous dit qu’elle était ornée de l’inscription : ἀγεωμέτρητος μηδεὶς εἰσίτω, « Que nul n’entre ici s’il n’est géomètre ! ».

 

L’école, une invention démocratique

Ce genre de temps libre semble une invention démocratique. Dans la Politique (1313b), Aristote signale qu’une tyrannie qui veut se maintenir a intérêt « à ne pas permettre qu’il y ait des écoles ou d’autres discussions d’écoles » : μήτε σχολὰς μήτε ἄλλους συλλόγους ἐπιτρέπειν γίγνεσθαι σχολαστικούς. Car les débats suscitent intelligence et confiance en soi chez les citoyens qui deviennent ainsi rebelles et désobéissants à la tyrannie.

 

« Ils sont laissés presque tout seuls dans leurs écoles »

Le mot sera acclimaté en latin par Cicéron sous la forme : schola ou scola. Ainsi les Stoïciens et leur dur apprentissage de la vertu sont aujourd’hui passés de mode, veut croire Cicéron dans son plaidoyer pour Caelius (41) : prope soli iam in scolis sunt relicti, “ils sont laissés presque tout seuls dans leurs préceptes” ! Mais le terme  prend aussi le sens de lieu d’enseignement. Le Marseillais Pétrone au début de son Satyricon (écrit au Ier siècle après J.-C.) fait dire de l’école qu’elle crétinise la jeunesse avec ses exercices de rhétorique stupides et totalement artificiels : ego adulescentulos existimo in scholis stultissimos fieri (I, 3) : « j’estime moi, dit un autre, que les adolescents deviennent de triples sots dans les écoles ». Rassurez-vous, l’école avait déjà dégénéré…

 

De scola à école.

On trouve dans les graffiti de Pompéi, avant l’éruption du Vésuve de 79 après J.-C., les formes populaires isc(h)ola avec un i bref d’appui pour mieux prononcer la double consonne initiale sc. Ce i évolue en e et donne la forme esc(h)ola. Le même phénomène s’est produit avec ispat(h)a qui donnera épée.

Le mot n’a pas beaucoup changé depuis l’Antiquité. Le a final est devenu un e muet au VIIe siècle, et à la fin du XIIe siècle, on a cessé de prononcer le s de escole. Nous avions alors notre école.

De là vient notre écolier. Du temps de François Villon, c’était encore un étudiant. Maintenant, c’est un biscuit, le petit écolier… Mais j’avoue que je me sens toujours un peu un ogre quand je le mange !   ✷

 

Christian Boudignon,

Aix-Marseille Université, CNRS, TEDMAM-CPAF, UMR 7297, 13100, Aix-en-Provence, France

maître de conférences de grec ancien


[1] Mathématique signifie en effet : science des leçons.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


6 réflexions sur « Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°24) »

  1. Quand paraîtra le prochain « Lukhnos » s’il vous plait?

    Un grand merci pour vos articles toujours passionnants.

    Philikotata

    Jean de Goiffon
    Consultant (H) des Presses Universitaires de France

    1. Le prochain numéro de Connaissance hellénique paraîtra le 1er novembre. Notre périodicité est désormais quadrimensuelle : 1er mars, 1er juillet et 1er novembre.

  2. Cher Monsieur Boudignon,

    Je me permets de vous signaler un « mini-solécisme »:

    Où trouve-t-il le le temps…

    Mieux: Quand trouve-t-il le temps…

    Philikotata

    Vale!

    Jean de Goiffon
    Consultant (H) des Presses Universitaires de France
    Consultant (H) d’une Association présidée par Jacqueline de Romilly
    Expert judiciaire (H)
    Consultant (H) du Dictionnaire Robert & Collins

    1. merci monsieur
      c’est corrigé.
      N’hésitez pas à suggérer d’autres corrections
      Voire à proposer un article
      Bien cordialement

  3. Christian Boudignon, merci pour cette fraîcheur…souvent les élèves apprennent à lire dans les feuilles de chêne ! L’école obligatoire tue l’école?…savoir vraiment lire est-ce dangereux ?…on voit bien la part dévolue aux langues…vivantes ou mortes ! Elles risquent de l’être toutes si nous n’y prenons garde ! …au sujet d’école en breton nous disons :  » SKOL « …encore une origine proche du grec !…cultivons nos différences, non dans l’indifférence ! Merci pour vos éclairages…kenavo Philippe wolf

  4. Un grand merci à Monsieur Boudignon.

    Je me permets d’ajouter: skole se retrouve dans l’allemand « Schule » et l’anglais « school ».

    Ne pas confondre avec l’homonyme « school of fish » ou la variante « shoal », d’origine germanique.Ce qui ne signifie pas « l’école des poissons » mais « un banc de poissons ».

    A rapprocher aussi du russe « chkola ».

    Jean de Goiffon
    Consultant (H) des Presses Universitaires de France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.