Isabelle Cogitore et alii, Jules César et la fin de la Marseille grecque, épisode 1

La mort de Jules César (assassiné entre beaucoup d’autres par Caius Trebonius et Decimus Iunius Brutus, les deux responsables du siège de Marseille), tableau de V. Camuccini (1804/1805), Galleria Nazionale d’Arte Moderna, Rome (wikicommons)

► ὁ λύχνος n° 151, novembre 2018, article sept.

[Pendant 551 ans, de sa fondation en 600 jusqu’à 49 avant J.-C., Marseille a été une ville grecque, libre et même conquérante. Puis, ayant choisi le parti de Pompée dans la guerre civile, contre César, elle fut conquise par les armées romaines. Ce sont les derniers jours de son indépendance que nous raconte Jules César dans son ouvrage de la Guerre civile. Avec l’aimable autorisation des Belles Lettres, nous avons la joie d’offrir en un petit feuilleton, les quatre épisodes du siège de Marseille dans la traduction nouvelle et annotée par Isabelle Cogitore, Marianne Coudry, Jean-Pierre De Giorgio, Sabine Lefebvre et Stéphanie Wyler, à paraître prochainement dans César : Guerre civile, guerre des Gaules, Paris, Les Belles Lettres, collection Editio Minor. Qu’ils en soient remerciés ainsi que leur éditeur.]

  • Épisode 1 : Avril 49. Domitius à Marseille

1.34. 1. Une fois là-bas, César apprend trois nouvelles. Celui qui a été envoyé par Pompée en Hispanie, c’est Vibullius Rufus, l’homme que César avait récemment fait prisonnier, puis relâché, à Corfinium[1] ; 2. deuxièmement, Domitius était parti pour prendre Marseille avec sept bateaux rapides[2] : il les avait réquisitionnés à des particuliers sur l’île d’Igilium et dans la région de Cosa et avait formé les équipages avec ses esclaves, ses affranchis et ses fermiers[3]. 3. Enfin, des ambassadeurs marseillais, de retour chez eux, l’avaient précédé. C’étaient de jeunes aristocrates que Pompée, au moment de quitter Rome, avait prévenus : les cadeaux tout neufs de César ne sauraient leur faire oublier ce que Pompée avait fait pour eux par le passé[4]. 4. Ils avaient compris le message : les Marseillais avaient fermé les portes de la ville à César et fait venir les Albiques[5], des barbares, leurs alliés depuis toujours, qui habitaient dans les montagnes au-dessus de Marseille. 5. Ils avaient acheminé du blé dans la ville depuis les zones voisines[6] et tous les fortins alentour, mis en place des fabriques d’armes dans la ville et réparaient les remparts, les portes, la flotte[7].

1.35. 1. César convoque les Quinze qui dirigeaient Marseille[8]. Il cherche à obtenir d’eux que les Marseillais ne soient pas à l’origine d’une déclaration de guerre. Qu’ils prennent pour modèle l’Italie tout entière[9] au lieu de se soumettre au bon vouloir d’un individu isolé. 2. Il récapitule tous les arguments qui, selon lui, avaient de quoi les ramener à la raison. 3. Des envoyés, de retour en ville, font savoir ce que leur a dit César. Voici la réponse officielle qui lui est faite. Ils comprenaient bien que le peuple romain était divisé entre deux partis. Juger quel parti était légitime ne relevait pas de leur compétence, ni juridique, ni militaire. 4. Mais de fait, à la tête de ces deux partis, étaient Cnaeus Pompée et Caius César, tous deux patrons de la cité[10] : l’un leur avait concédé au nom de l’État le territoire des Volques Arécomiques et des Helviens, l’autre avait vaincu les Salyens et en avait fait les tributaires des Marseillais, augmentant ainsi leurs revenus[11]. 5. Par conséquent, compte tenu de bienfaits équivalents, leur devoir était de rester neutres, de ne pas favoriser l’un contre l’autre et de fermer aussi bien les accès de la ville que des ports[12].

1.36. 1. Juste au moment où ils disaient cela, Domitius débarque à Marseille, qui lui ouvre ses portes et lui donne le commandement de la ville. Il a les pleins pouvoirs pour diriger les opérations[13]. 2. Sur son ordre, ils dispersent la flotte de guerre tous azimuts. Ils réquisitionnent tous les bateaux de transport qu’ils peuvent, partout où c’est possible, et les ramènent au port. Ils cannibalisent les bateaux mal équipés dont ils récupèrent les clous, le bois et les agrès pour l’armement et la réparation du reste de la flotte. 3. On réquisitionne tout ce qu’on a trouvé de blé et on le stocke dans un grenier de la cité ; les autres marchandises et approvisionnements sont engrangés pour le cas où la ville serait assiégée[14]. 4. Ces manœuvres scandalisent César : il fait monter trois légions[15] sur Marseille, construire des tours et des baraques d’approche pour faire le siège de la ville et met en chantier douze bateaux de guerre en Arles[16]. 5. Trente jours suffisent pour les terminer et les armer à compter du moment où on a coupé le bois. On les amène devant Marseille, César[17] confie le commandement à Decimus Brutus et le siège de Marseille à Caius Trebonius[18].


[1] Cf. 1.15.4-6 pour sa marche vers Corfinium.

[2] Les Domitii avaient avec la province de Transalpine, qui entourait Marseille, des liens étroits qui remontaient aux campagnes militaires et aux aménagements (comme la construction de la via Domitia) de Cn. Domitius Ahenobarbus à la fin du IIe siècle.

[3] Information répétée plus loin (1.56.3), où il est aussi question de ses bergers. Sur sa fortune, cf. 1.17.4 et la note. L’île d’Igilium (actuellement Giglio) se trouve en face du promontoire de Cosa, sur la côte de l’Étrurie (Toscane actuelle). Enrôler des troupes parmi ses dépendants n’était pas exceptionnel en temps de guerre civile : Pompée avait fait de même dans le Picenum quand il combattait en Italie pour le compte de Sylla.

[4] Cf. chap. 35. Marseille, autrefois grande puissance maritime, était alliée de Rome depuis le IVe siècle : « des alliés très braves et très fidèles », dit Cicéron (Font. 13). Elle lui avait souvent fourni une aide militaire, et avait reçu en retour des accroissements territoriaux. 

[5] Ce peuple, que cite aussi Strabon (4.6.4), occupait la région qui s’étend du Lubéron au plateau d’Albion (Barruol 1969, p. 273-277).

[6] Le territoire de Marseille était alors très étendu, notamment sur la basse vallée du Rhône, qui était amplement cultivée (cf. Barruol 1969, p. 221-230).

[7] Depuis la fin du IIe siècle, Rome contrôlant toute la côte, des Alpes aux Pyrénées, et avait (ayant ?) constitué la province de Transalpine, Marseille avait connu une longue période de paix qui rendait ces équipements moins nécessaires.

[8] Marseille avait une constitution aristocratique dont Cicéron (Flacc. 63) et Strabon, qui la décrit en détail (4.1.5), font l’éloge. Elle consistait en un conseil de 600 membres siégeant à vie, dont était tiré un exécutif des « quinze premiers » gérant les affaires courantes et trois magistrats détenant le pouvoir suprême.

[9] En ouvrant spontanément leurs portes à César, comme l’avaient fait les municipes d’Italie au début de l’année. Peut-être fait-il allusion à Auximum, qui comme Marseille avait eu Pompée pour patron (cf. 1.13.5 et la note).

[10] Le patronage que de grands personnages romains exerçaient sur des cités provinciales consistait à défendre leurs intérêts à Rome (cf. 1.34.3). Cet usage, que les historiens modernes désignent parfois sous le nom de « clientèles provinciales »,s’était répandu à mesure que l’hégémonie de Rome s’étendait au-delà de l’Italie. Les liens ainsi créés étaient entretenus par des services mutuels, ce que César attend de Marseille, comme Pompée (cf. Nicols 2014, p. 33-40).

[11] Les Volques Arécomiques occupaient la rive droite du Rhône, autour de Nîmes, de même que les Helviens, plus au nord. Les Salyens peuplaient l’arrière-pays de Marseille, vers l’est, entre la Durance et la mer. L’intervention de Pompée dans la région est certainement liée à ses hivernages en Transalpine pendant les campagnes contre Sertorius en Hispanie, entre 77 et 73, et celle de César est peut-être en rapport avec sa conquête de la Gaule. Mais l’interprétation de ce passage est difficile : les informations que donnent nos sources, notamment le plaidoyer de Cicéron pour Fonteius (Font. 12-14 ; 16), qui avait été gouverneur de Transalpine, sont trop vagues pour qu’on puisse préciser quand, comment et grâce à qui ces concessions de territoires et de revenus à Marseille ont eu lieu (cf. Barruol 1969, p. 225, n. 2 et Carter 1991, p. 186).

[12] Cette réponse des Marseillais est citée fidèlement par Cassius Dion, qui la juge « digne d’être rappelée » (41.19.1). Lucain, lui, en fait un ample plaidoyer contre la guerre civile (Phars. 3.307-354).

[13] Présentation des faits tendancieuse, qui escamote le rôle du magistrat supérieur de Marseille, Apollonidès, et du commandant de la flotte, Parménion. Nous les connaissons par les scholies (notes savantes écrites par des commentateurs de l’Antiquité et du Moyen-Âge) à la Pharsale de Lucain, qui consacre aux opérations de Marseille plus de la moitié du 3ème livre de son poème.

[14] C’est sans doute à la décision des Marseillais et à leurs préparatifs que Cicéron fait allusion quand il parle dans une lettre du 6 mai 49 de leur « action éclatante » (Att. 10.12a.3).

[15] On ne sait s’il s’agit de légions cantonnées en Gaule ou de celles d’Italie.

[16] C’était déjà un port important, qui profitait de la rupture de charge entre trafic maritime et trafic fluvial sur le Rhône, et de la construction par Marius, au début du Ier siècle, du canal qui le reliait directement à l’actuelle Fos.

[17] César ne donne pas la raison de son départ, mais Cassius Dion, qui suit une tradition différente, est très explicite : « César s’acharna pendant un certain temps, pensant réduire facilement les Marseillais […], puis, comme ils lui tenaient tête, il y préposa d’autres chefs tandis que lui-même se hâtait vers l’Hispanie » (41.19.3-4). Le récit du siège, qui dura de mai à octobre 49, reprend plus loin (chap. 56-58) et s’achève au livre 2 (1-16 et 22).

[18] Tous deux avaient participé aux campagnes de César en Gaule depuis 56, D. Iunius Brutus comme jeune officier, C. Trebonius comme légat.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.