Catherine Dobias : Figures féminines de Cyrénaïque (suite et fin).

▶ FIGURES FEMININES DE LA CYRÉNAÏQUE ANTIQUE : SECONDE & DERNiERE PARTIE (ὁ λύχνος n° 134, article cinq)

LES FEMMES DE L’ANTIQUE LIBYE : DÉFUNTES, PRÊTRESSES & FIANCÉES

Catherine Dobias-Lalou

Membre de la mission archéologique française en Libye

 

buste antique de femme, Centre C. Jullian
Buste antique de femme, Centre C. Jullian

Dans une première partie (n° 133), C. Dobias-Lalou a raconté le destin des reines et grandes dames de la Libye antique qu’est la Cyrénaïque. Elle s’intéresse maintenant aux femmes d’un rang moins élevé…

 

Outre les “grandes dames”, mentionnées par les historiens et les poètes de la tradition littéraire, des femmes plus modestes nous sont connues par les sources archéologiques, en particulier les inscriptions [1]. D’une façon générale, les inscriptions concernent beaucoup moins les femmes que les hommes, et c’est normal tant qu’il s’agit d’inscriptions publiques, qui mentionnent les magistrats dans leurs diverses fonctions officielles. Les inscriptions religieuses laissent un peu plus de place aux femmes, notamment dans le cadre des cultes de divinités féminines comme Artémis, Héra, Dèmèter et Corè : on trouve soit des mentions de prêtresses, soit des offrandes consacrées par des femmes à ces différentes divinités. En dehors de leurs noms et de leurs liens de parenté, qui permettent aux historiens de situer certaines d’entre elles dans leur milieu social et familial, on ne peut pas dire qu’on les connaisse bien. La même disproportion s’observe dans les inscriptions funéraires.

 

1. Les femmes dans les inscriptions funéraires

Une catégorie particulière d’inscriptions nous permet cependant d’en savoir un peu plus. Ce sont des poèmes gravés sur la pierre en diverses occasions que l’on a voulu faire passer à la postérité avec une solennité particulière, en érigeant un monument, c’est-à-dire en latin un monumentum “objet qui avertit”, en grec un μνημεῖον, μνῆμα “instrument de mémoire” ou σῆμα “signe”. Ce monument fabriqué par un ou plusieurs artisans combine des compétences diverses, qui sont autant de formes d’art : taille de pierres, sculpture, peinture, et poésie.

Or précisément les poèmes sur pierre en disent plus que les simples mentions en prose et la proportion de femmes s’y trouve plus importante, notamment dans les épigrammes funéraires, où le hasard nous a transmis pour la région dix épigrammes pour des hommes, neuf pour des femmes, une pour un chien, une enfin trop lacunaire pour que le bénéficiaire puisse être déterminé. J’en ai retenu quatre exemples, tous de la haute époque impériale. La Cyrénaïque en effet était passée sous l’autorité de Rome au Ier siècle av. J.-C.

 

« Un funeste destin m’arracha à mon lit désirable »

 La stèle de Stlakkiè n’est connue que depuis une dizaine d’années. C’est une stèle de marbre blanc ornée en haut d’une discrète moulure. Les lettres gravées avec soin, datables du Ier siècle apr. J.-C., constituent l’élément décoratif et informatif essentiel.

Δεύτερον εἰς λυκάβαντα καὶ ἰκοστόν με περῶσαν

λυγρὸς ἀφ᾿ ἱμερτῶν εἷλε μόρος θαλάμων

οὐδ᾿ ὅλον εἰς πλειῶνα γάμοις ἐπιγηθήσασαν·

ἥματι δ᾿ ὧι παστόν, καὶ σποδίην ἔλαχον,

Στλακκίη αἰνοδάκρυτος· ἀμαυροτέρηι δ᾿ ὐπὸ λύπηι

θνήσκω τὴν μούνην σοι, πόσι, παρθεμένη.

Alors que j’entrais dans ma vingt-deuxième année, un funeste destin m’arracha à mon lit désirable, sans que j’aie profité une année entière de mes noces : le jour même où m’échut le dais du mariage, m’échut aussi la poussière, à moi Stlakkiè, lamentablement pleurée : sous le coup d’un chagrin débilitant je meurs, ne te laissant, cher époux, que notre fille unique [2].

 

« Plauta, qui deux fois enfanta mais ne fut qu’une fois mère«  

La stèle de Plauta est ornée d’une couronne, à l’intérieur de laquelle sont sculptés un fuseau et une quenouille garnie de laine, évocatrices des occupations de la défunte. Le ruban qui garnit la couronne pourrait être un des produits de son métier à tisser. Ces travaux de dame, depuis Pénélope, évoquent la condition féminine, comme on l’a vu plus haut dans l’histoire de Phérétimè relatée par Hérodote. L’iconographie est en stricte correspondance avec le contenu du poème. Le monument est daté de la fin du Ier ou du début du IIe siècle apr. J.-C. Au-dessus du poème est gravée une mention qui peut se comprendre de deux façons : Vingt ans (ou année 20 ?) [3].

Τὴν διτόκον μονόπαιδα θεῆις ἰκέλην ὅδε Πλαύταν

νούσωι καὶ τοκετῶι τύμβος ἔχει φθιμένην·

ἀκλέα δ᾿ ἐν σκοτίηι πηνίσματα καὶ λάλος αὔτως

κερκὶς ὁμοῦ πινυτῆι κεῖται ἐπ᾿ ἠλεκάτηι

καὶ τῆς μὲν βιότου κλέος ᾄδεται ὅσσον ἐκείνης

τόσσον καὶ μελέου πένθος ἀεὶ πόσιος.

Plauta, qui deux fois enfanta mais ne fut qu’une fois mère, Plauta semblable aux déesses, voici le tertre qui l’enferme, décédée du mal d’enfantement ; loin de la gloire, dans l’obscurité, les tissus qu’elle trama reposent, de même que son fuseau bavard, auprès de sa sage quenouille et l’on chante autant la renommée de sa vie que la douleur éternelle de son malheureux époux [4].

Cette Cyrénéenne devait, par son père, si ce n’est aussi par son mari, jouir de la citoyenneté romaine, comme l’indique son nom. Sa malheureuse destinée est formulée de manière un peu allusive, mais il s’agit à coup sûr encore ici d’une morte en couches. Soit elle a accouché de jumeaux, dont un seul a survécu, soit elle est morte lors de son second accouchement, laissant un enfant plus âgé.

 

« Tout enfant, je suis descendue aux portes de l’Hadès » 

Un autre exemple intéressant est fourni par deux stèles retrouvéees ensemble. On sait que Cyrène avait d’amples nécropoles, remarquablement conservées pour partie d’entre elles, qui étaient aménagées sur les escarpements séparant la ville du plateau qu’elle domine. On y admire toujours de vastes tombes familiales creusées dans le rocher. En l’occurrence, il s’agit de deux stèles de marbre blanc provenant de la même tombe. Sur chacune d’elles, un bref préambule en prose fournit quelques données d’identité, mais les poèmes nous renseignent heureusement mieux sur les rapports entretenus pas les deux monuments, dont l’écriture indique une date vers la fin du Ier siècle apr. J.-C. Dans une belle étude de 1992, François Chamoux a démêlé la situation de ces deux défuntes, qui portaient le même nom de Parèsia « Franchise »[5].

1) La plus ancienne est aussi la plus simple, dépourvue de tout motif figuratif :

Εἰμὶ μὲν Ἡφαιστοῦτος θυγάτηρ, ᾿Ακρισίου δὲ πατρός, λέγομαι δὲ Παρησία.

Νήπιον εἰς Ἀίδαο πύλας κατελήλυθα, οὐδὲ τέταρτον

πλῆρες ἔτος ἔϊδον γλυκερὸν φάος ἠελίοιο.

Οὐ καλυβοῖς ἐπ᾿ ἐμοῖς ἱλαρὸν κρότον εὔρυθμον εἶδον,

οὐ λιγὺς αὐλὸς ἐμαῖς ἐν παστάσι θροῦν ἐδόνησεν,

οὐκ ᾿Υμέναιος κωμάζων ἔκρεκεν Μουσῶν μέλος ἡδύ·

ἀλλά με τὴν ἀδαῆ παῖδα σειγῆς τόπος ἔσχεν,

γράμμασιν ἐν στήλῃ λαλέουσαν ἐμὸν γένος, οὐκέτι φωνῇ.

Je suis la fille d’Héphaistous et d’Acrisios, mon père. J’ai nom Parèsia. Tout enfant, je suis descendue aux portes de l’Hadès et je n’ai même pas vu pendant quatre années pleines la douce lumière du soleil. Je n’ai pas vu près de ma maison s’élever le gai tapage des chants bien rythmés. Les sons aigus de la flûte n’ont pas fait résonner mes portiques. Hyménée conduisant le cortège nuptial n’a pas fait retentir la douce mélodie des Muses. Le monde du silence s’est emparé de l’enfant ignorante que j’étais : pour dire quelle est ma famille, je n’ai que les lettres gravées sur une stèle, puisque ma voix s’est tue [6].

 

2) Celle qui se révèle être la seconde est rehaussée de deux éléments gravés en étroite relation avec l’inscription

Ἡφαιστοῦτος θυγάτηρ γενόμαν, ᾿Αγαθανγέλου δ᾿ ἀνδρὸς, ἣν πάντες σεμνὴν γεινώσκουσιν, λέγομαι δὲ Παρησία.

Πολλῶν πραγματιῶν μέτοχος γενόμαν πιστὴ κατὰ πάντα·

οὕνεκά μοι πόσις ἔνθα βραβεῖον ἔθηκεν

σημαίνων πάσης ἀρετῆς στέφανόν με λαβοῦσαν·

 πάντων γὰρ χάριν ἔσχον ἐγὼ νείκης τὸ βραβεῖον.

Καὶ γὰρ χορείαις ταῖς ἐμαῖς δ᾿ ἐν παστάσιν

ἐν καλυβοῖσιν ἐμοῖς ἱλαρὸν κρότον εὔρυθμον εἷδον

καὶ λιγὺς αὐλὸς ἐμαῖς ἐν πάστασι θροῦν ἐδόνησεν,

κωμάζων δ᾿ ᾿Υμέναιος ἀπήχησεν μέλος ἡδύ.

Ἑξηκονταέτης δὲ πλέον κατελή{λη}λυθον εἰς Ἀίδαο·

καὶ νῦν ἡ πανάριστος, ἀσύνκριτος ἡ περὶ πάντα

κεῖμαι σωπήσασα, διὰ στήλης δὲ λέγουσα.

Τίς πόθεν; Ἡ στήλη δὲ λαλεῖ, τὸ δ’ ἐμὸν στόμα σειγᾷ.

Je suis la fille d’Héphaistous ; j’eus Agathangelos pour époux et j’inspire à tous du respect. J’ai nom Parèsia. Je me suis dépensée en tâches multiples et l’on pouvait toujours compter sur moi. C’est pourquoi mon époux m’a élevé ici cette stèle comme prix de mes mérites, pour faire savoir que j’ai reçu la couronne de toutes les vertus : n’ai-je pas remporté en toutes choses le premier prix ? Et de fait pour les choeurs formés en mon honneur sous les portiques, j’ai vu dans ma maison s’élever le gai tapage des chants bien rythmés. Les sons aigus de la flûte ont fait résonner mes portiques. Conduisant le cortège nuptial, Hyménée éveilla les échos de sa douce mélodie. À plus de soixante ans, je suis descendue dans l’Hadès et désormais moi, la femme parfaite, l’incomparable en tous points, je repose, réduite au silence : la stèle parle pour moi. Qui je fus et de qui je suis née, c’est la stèle qui le dit, car ma bouche est silencieuse [7].

Dans la seconde traduction, les passages en gras soulignent les échos directs du premier poème. Le second apparaît bien comme une réécriture – souvent maladroite – du premier. Les éléments plus originaux du début, avec στέφανος et βραβεῖον, sont illustrés par la palme et la couronne qui décorent la stèle. Les données biographiques permettent de comprendre qu’un première fille nommée Parèsia est morte en bas âge. Les parents auront donné le même nom à une fille puînée, dont la longue vie permettait au poète de développer toutes les antithèses.

 

2. Dédicaces de femmes : « Mégô fille de Théochrestos, collègue prêtresse… »

Comme on l’a dit, les femmes sont surtout présentes dans les épigrammes funéraires. Dans un autre registre, on peut citer une dédicace faite par une femme qui, à coup sûr, appartenait à une famille de haut rang, et qui fut prêtresse d’Artémis en une année qu’un heureux concours de circonstances nous permet de fixer à 19/18 av. J.-C. La consécration est signalée d’abord en prose, puis en un distique élégiaque.

[Μεγὼι Θε]οχρήστω | [συνι]αρειτεύοισα | [Δι]ονυσίωι Σώτα | τὸν βωμὸν ταῖς |5 Νύμφαις ἱδρύσατο.

Τὸν βωμὸν Νύμφαις ᾿Αχελωΐσιν ἁ Θεοχρήστω

καὶ Κριτολᾶς ἀγαθὰ παῖς ἀνέθηκε Μεγώι.

Mégô fille de Théochrestos, collègue prêtresse de Dionysios fils de Sôtas, établit cet autel pour les Nymphes. Cet autel aux Nymphes de l’Achélôos fut consacré par la noble fille de Théochrestos et de Kritola, Mégô [8].

Au plan de l’information, le poème ne fait qu’ajouter le nom de la mère de Mégô, mais rehausse le message par son rythme et par une épithète ornementale des Nymphes qui donne à l’ensemble une résonance littéraire. Inversement, c’est le préambule en prose qui nous renseigne sur les fonctions au titre desquelles Mégô fit la consécration [9].

 

3. Synésios, évêque de Cyrène et la joyeuse endeuillée.

Continuant notre voyage à travers le temps, nous allons retrouver la tradition littéraire avec Synésios, Cyrénéen du Bas-Empire, philosophe et évêque qui vécut de 370 à 413 et dont les œuvres littéraires et l’abondante correspondance sont heureusement là pour combler le silence des inscriptions, devenues rarissimes pour cette période. Dans une lettre adressée à son frère Euoptios en 411 ou 413, Synésios relate, sur un ton ironique, le comportement d’une jeune “péronnelle” de leur parenté [10] :

Τρίτη μὲν ἦν Αἰσχίνῃ κειμένῳ, ἡ δὲ ἀδελφιδῆ τότε πρῶτον ἧκεν ἐπὶ τὸν τάφον (οὐ γὰρ οἷμαι, νομίζεται νυμφευτρίαις βαδίζειν ἐπ᾿ ἐκφορᾷ), ἀλλ᾿ ἐν φοινικίδι καὶ τότε, καὶ διαφανὴς ὁ κεκρύφαλος, καὶ χρυσία καὶ λίθους ἐξήρτητό τε καὶ περιέκειτο, ἵνα μὴ τῷ νυμφίῳ σύμβολος ἀπαίσιος γένηται. Καθεζομένη οὖν ἐπ᾿ ἀμφικεφάλου καθέδρας – φασίν – ἀργυρόποδος πολλὰ κατεμέμεφετο τὴν ἀκαιρίαν τῆς συμφορᾶς, ὡς ἢ πρότερον ἐχρῆν ἢ μετὰ τὸν γάμον ἀποθανεῖν, καὶ πρὸς ἡμᾶς ἐφ᾿ οἷς ἐδυστυχοῦμεν ἐμηνία. Μόλις δ᾿ οὖν περιμείνασα τὴν ἑβδόμην καθ᾿ ἣν ἡμεῖς εἱστιάκειμεν τὸ δεῖπνον τὸ ἐπιτάφιον, αὑτήν τε καὶ τὴν φλήναφον γραῦν τὴν τητθίδα ἐπὶ τὸ ζεῦγος ἀναβιβασαμένη τὸ ὀρικόν, πληθούσης ἀγορᾶς, ἅπασι τοῖς παρασήμοις ἐπόμπευεν εὐθὺ Τευχειρίων ἐλαύνουσα· μέλλει γὰρ καὶ εἰς τὴν ἐπιοῦσαν ἑβδόμην ταινιώσεσθαί τε καὶ πυργοφόρος καθάπερ ἡ Κυβέλη περιελεύσεσθαι.

Eschine était déjà inhumé depuis deux jours quand sa nièce est venue pour la première fois à son tombeau (parce que, je présume, il n’est pas d’usage pour les jeunes fiancées de suivre un cortège funèbre !) ; mais, même alors, elle vint en robe de pourpre, avec une résille transparente ainsi que des bijoux en or et des pierreries aux oreilles et tout autour de sa personne, pour éviter que sa tenue ne constituât un mauvais présage pour son fiancé. Assise donc sur un siège à double chevet et à pieds d’argent, assure-t-on, elle se répandait en plaintes sur l’inopportunité de ce malheur, affirmant qu’Eschine n’avait qu’à mourir ou avant ou après son mariage, et s’exaspérait à notre encontre des raisons de notre affliction. Elle eut en tout cas du mal à attendre le septième jour, où nous célébrions le repas de funérailles ; mais alors elle monta, avec sa vieille radoteuse de nourrice, sur un chariot attelé de mules et, à l’heure où l’agora est pleine de monde, partit en procession, parée de tous ses atours, droit sur Teucheira, où elle doit en effet, dans six jours, ceindre les bandelettes et parader, tourelée comme Cybèle [11].

On le voit, l’adhésion à la religion chrétienne n’a pas modifié radicalement les conventions sociales. La conception de la décence est toujours la même et les remarques acerbes de Synésios sur la tenue voyante et les déclarations malséantes de la jeune femme, impatiente de retourner à ses joyeux préparatifs, nous rappellent les lois somptuaires de l’époque classique. Les rites funéraires, dans leur nature et leur rythme, pourraient aussi bien être ceux du paganisme. Les cérémonies du mariage enfin sont encore plus intemporelles. Faut-il parler ici d’ « éternel féminin » ?

 

 

Catherine Dobias-Lalou

Professeur émérite à l’Université de Bourgogne

Membre de la mission archéologique française en Libye


[1]  Pour la plupart des inscriptions citées ci-dessous la référence sera donnée d’après leur enregistrement dans le Supplementum Epigraphicum Graecum (SEG) de Leyde.

[2]  SEG 51, 2212 et 53, 2057, trois distiques élégiaques. Le dernier vers est ambigu. On pourrait aussi considérer que τὴν μούνην reprend λύπη et le sens serait “ne t’ayant causé que ce seul chagrin”. La fréquence des épitaphes de jeunes femmes mortes en couches m’a finalement fait préférer l’autre interprétation, qui rend plus cohérent le lien entre le dais nuptial (la nuit de noces) et l’issue fatale, entre neuf et douze mois plus tard.

[3]  On lit Lκ´. Le sigle L peut représenter soit (ἐτῶν), donc l’âge, soit (ἕτους), donc la date, probablement l’année de règne d’un empereur.

[4]  SEG 9, 194, trois distiques élégiaques.

[5]  Fr. Chamoux, « Épitaphes de deux sœurs à Cyrène », in Hellènika Symmikta. Études d’archéologie classique 7, Nancy 1992, p. 35-41.

[6]  SEG 20, 747, corrigée : au v. 2, la pierre porte ἔτος πλῆρες, inacceptable pour le mètre. Le poème est dactylique, mêlant les hexamètres et les heptamètres (v. 1, 5, 7). Traduction Fr. Chamoux.

[7]  SEG 20, 748, améliorée. Mètre de base, le dactyle, fournissant principalement des hexamètres, mais aussi des heptamètres (v. 1 et 9) et une pentapodie (v. 2) ; le v. 5, quant à lui, est un trimètre iambique. Traduction Fr. Chamoux.

[8]  G. Pugliesese Carratelli, « Supplemento epigrafico Cirenaico », Annuario Scuola archeologica Atene 39-40 (1961-1962, p. 316, n° 166.

[9]  Les femmes exerçant la prêtrise avec un homme sont les prêtresses d’Artémis en exercice la même année que le prêtre éponyme d’Apollon, le frère et la sœur étant des divinités civiques de Cyrène. On sait que Dionysios fils de Sôtas fut prêtre en 19/18 av. J.-C.

[10]  Le mot est de D. Roques, dont les travaux ont renouvelé la connaissance que nous avions de Synésios. Nous devons à ce savant Synésios de Cyrène et la Cyrénaïque du Bas-Empire, Paris 1988 ; Études sur la correspondance de Synésios de Cyrène, Bruxelles 1989 ; traduction et commentaire de la Correspondance sur un texte établi par A. Garzya, 2 vol., C.U.F., Paris 2000.

[11]  Lettre 3, l. 1-17, traduction D. Roques.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.