Jean-Claude Dutto : Homère enfin chez les Grecs !

► ὁ λύχνος n° 151, novembre 2018, article trois.

Le 10 juillet 2018, le ministère grec de la culture annonçait la découverte à Olympie d’une tablette de terre cuite gravée de 13 vers d’une rhapsodie de l’Odyssée d’Homère. Selon les premières estimations des archéologues, elle daterait du IIIème siècle de notre ère. Sous réserve de confirmation de cette datation, la tablette pourrait être le plus ancien témoignage écrit découvert sur le sol grec de l’œuvre d’Homère. Les vers gravés sont tirés du tout début du chant XIV, qui décrit le retour d’Ulysse sur son île d’Ithaque et sa rencontre avec son porcher Eumée, qui le croit mort. La tablette a été découverte au cours de fouilles de surface menées par les services archéologiques grecs en coopération avec l’Institut allemand d’archéologie autour des vestiges du temple de Zeus, sur le site du berceau des jeux olympiques, dans l’ouest du Péloponnèse.

Plaque d’argile découverte avec le texte d’Homère (cliché Reuters)

Cet agrandissement d’une partie de la tablette fait clairement apparaître les vers 8 à 13 du chant XIV (On peut noter au passage que le sigma est transcrit sous la forme d’un « C », dit « sigma lunaire ») :

αὐτὸς δείμαθ’ ὕεσσιν ἀποιχομένοιο ἄνακτος,

νόσφιν δεσποίνης καὶ Λαέρταο γέροντος,

 ῥυτοῖσιν λάεσσι καὶ ἐθρίγκωσεν ἀχέρδῳ.

 Σταυροὺς δ’ ἐκτὸς ἔλασσε διαμπερὲς ἔνθα καὶ ἔνθα

 πυκνοὺς καὶ θαμέας, τὸ μέλαν δρυὸς ἀμφικεάσσας.

Ἔντοσθεν δ’ αὐλῆς συφεοὺς δυοκαίδεκα ποίει

« Et il les avait construites (les étables) pour ses porcs, de pierres superposées et entourées d’une haie épineuse, en l’absence du Roi, sans l’aide de sa maîtresse et du vieux Laertès. Et il avait planté au dehors des pieux épais et nombreux, en cœur noir de chêne ; et, dans l’intérieur, il avait fait douze parcs à porcs » (Traduction Leconte de Lisle).

« [une belle et grande cour ronde que cet homme ]

avait bâti tout seul pour ses porcs, le maître parti,

sans consulter ni la maîtresse, ni le vieux Laërte,

avec des rocs taillés qu’il avait couronnés d’épine.

Là autour, il avait planté serré des pieux solides

de bout en bout, faits de coeur de chêne équarri ;

dans la cour, il avait ménagé douze étables

proches l’une de l’autre, où loger ses porcs.» (Traduction Jaccottet).

Cette tablette n’est certes pas la trace la plus ancienne que nous ayons de l’œuvre d’Homère, puisqu’elle est datée de l’époque romaine. D’abord transmise oralement par des aèdes professionnels, l’épopée homérique, traditionnellement datée de la fin du VIIIème siècle avant J.-C., a fait l’objet de transcriptions avant l’ère chrétienne sur des rouleaux de papyrus, dont les plus anciens sont du IIIème siècle avant J.-C., mais les textes sont dans un état très lacunaire. Alexandrie était en effet, aux IIIème et IIème siècles avant notre ère, le premier foyer important de transmission du texte, et cette « vulgate alexandrine » avait sans doute pour source une première édition établie à Athènes, au VIème siècle avant J.-C., sous les Pisistratides.

Jean-Claude DUTTO

P.S. Cette trouvaille demeure pour l’heure énigmatique quant à son interprétation, du fait d’une part, de la nature du support utilisé, l’argile cuite, qui ne servait jamais à transcrire des textes littéraires, et d’autre part, du caractère plutôt anodin de l’extrait qu’elle comporte, l’édification de porcheries par Eumée.

Un rapprochement photographique a été fait avec un ostracon d’époque byzantine conservé au Metropolitan de New-York, lequel porte plusieurs lignes d’écriture du premier vers de l’Iliade, laissant penser qu’il pourrait s’agir, dans les deux cas, d’un exercice scolaire. On se rapportera là-dessus au magazine L’Histoire, hors-série de janvier 2019 « Homère, le nouveau visage du poète ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.