Jean-Louis Charrière : Et si les Phéniciens réclamaient l’Europe ?

CRI DU COEUR (ὁ λύχνος n° 134, article deux)

LE NOUVEAU BILLET DE CINQ EUROS : UNE CATASTROPHE !

Jean-Louis Charrière
président de l’Association Archéologique Entremont
Tête d’Europe

Les médias ont présenté le nouveau billet de 5 euros qui comporte en filigrane la tête d’Europe, d’après un vase grec (cratère attique du IVe siècle avant notre ère) conservé au Louvre. Ce choix s’explique, nous dit-on, par le fait que cette « princesse de la mythologie grecque séduite et enlevée par le dieu Zeus métamorphosé en taureau … a donné son nom au continent ». Ce serait donc une figure « consensuelle et transnationale ». Voire

 

Je passe sur la bisexualité de Zeus…

Premièrement, aller chercher son inspiration dans la mythologie grecque est très risqué : vous y trouverez d’innombrables exemples de polygamie, d’inceste, d’adultère, d’assassinats politiques ou passionnels, de tortures, tueries et autres diableries. Barbe Bleue est une modeste gaminerie à côté. Je passe sur la bisexualité de Zeus, puisque non seulement elle ne dérange plus personne mais commence à faire très chic. Normal, Zeus était le roi des dieux. Et il y a pire : cette mythologie nous raconte des conflits entre l’Europe et l’Asie (la guerre de Troie) ou l’Afrique (l’affreux massacre perpétré par les 50 Danaïdes sur leurs 50 cousins germains égyptiens), dans lesquels ce sont les Européens qui sont les plus atroces.

 

Nous voilà tous ivrognes

Deuxièmement, choisir pour portrait d’Europe celui qui orne un cratère est fort peu enthousiasmant. En effet, les cratères étaient les vases où l’on mettait le vin avant de servir : et nous voilà tous ivrognes ! D’accord, j’exagère, les cratères étaient plus exactement les vases où l’on mettait de l’eau dans son vin, mais le symbole ne vaut guère mieux, même s’il est plus approprié, c’est celui du renoncement !

 

Les 5 Europes

Troisièmement, comme l’indique à l’article « Europe » le Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine de Pierre Grimal (PUF, 1ère édit. 1951, régulièrement réédité), il existe au moins 5 personnages féminins de ce nom dans la mythologie :

1 – une fille du géant Tityos, qui fut la mère d’Euphémos, l’un des Argonautes, lequel est l’ancêtre des Grecs qui colonisèrent la Cyrénaïque. Vous avez dit « coloniser » ? Oh oh…

2 – une Océanide, fille née de l’inceste (oh oh…) du Titan Océan avec sa sœur Téthys. Laquelle est sans doute l’exemple le plus épouvantable des femmes-objets, puisque Océan l’engrossa sans cesse et sans scrupule, afin qu’elle enfante tous les fleuves et cours d’eau de la terre.

3 – la mère de Niobé, du moins selon certaines sources… Cette Niobé-là, qui se confond plus ou moins avec la fille homonyme de Tantale, fut la première femme mortelle, une sorte d’Ève grecque, sur laquelle Zeus s’empressa de sauter.

4 – la fille de Nil ; elle épousa Danaos, lequel Danaos, roi de Libye (c’est-à-dire de l’Afrique dans le vocabulaire des Grecs), émigra en Grèce où il fut un remarquable exemple d’intégration puisqu’il y devint roi d’Argos. D’ici à ce que les Africains proclament leurs droits d’héritage sur la Grèce…

5 – la plus connue, la fille d’Agénor (rien à voir avec les pruneaux, c’était un roi de Syrie, un prédécesseur de Bachar al-Assad si vous voulez). Alors qu’elle se baignait près de Tyr (ou de Sidon), sur une plage phénicienne (on dirait aujourd’hui libanaise – la Syrie couvrait alors ce territoire et il en reste des habitudes, si je puis dire), Zeus la trouve à son goût et, pour la séduire, se transforme en superbe taureau blanc. Comment savait-il que la belle princesse syrienne avait des penchants zoophiles ? Bref, elle craque, il l’emporte sur les flots, elle a la plus fameuse trouille de sa vie, il l’installe en Crète et la console en lui faisant trois fils. L’un de ces fils fut Minos, qui après avoir vaincu Athènes à la guerre, réclamait chaque année, en guise de tribut, l’envoi de sept jeunes garçons et sept jeunes filles d’Athènes, qu’il sacrifiait au Minotaure. On ne nous dit pas ce que maman pensait de la conduite de son Mimi de fils ! Puis, un peu lassé, le roi des dieux finit par marier Europe à Astérion, roi de Crète. Un frère d’Europe, Cadmos, part à sa recherche, en vain, et finit par fonder la ville de Thèbes en Grèce. En somme, la belle Europe était une étrangère immigrée (remarquablement intégrée elle aussi) et ces Syriens-là ont aussi des droits sur la Grèce.

 

Relisons Hérodote

Quatrièmement, comme disait Sempé, « rien n’est simple ». Relisons Hérodote, le« père de l’histoire » (Ve siècle avant J-C.) ; je cite la traduction d’A. Barguet, La Pléiade, 1964, livre IV, chap. 45 : « Pour l’Europe, on ne sait (…) d’où lui vient son nom, ni qui le lui a donné, à moins d’admettre qu’elle ait pris celui de la Tyrienne Europe – ce qui voudrait donc dire qu’auparavant elle n’avait pas de nom (…). Cependant on sait bien que cette femme, Europe, était une Asiatique, et qu’elle n’est jamais venue dans le pays que les Grecs appellent aujourd’hui Europe ; elle passa seulement de Phénicie en Crète et de Crète en Lycie. »Le lien étymologique entre la princesse et le continent européen est donc très incertain, déjà dans l’Antiquité. Quant à l’origine réelle du mot Europe pour le continent, même les savants actuels y perdent leur latin, leur grec et leur phénicien.

 

Et si les Phéniciens réclamaient l’Europe ?

En conclusion, il me semble que le choix d’Europe pour le billet de 5 euros (le plus petit billet, l’Europe ne vaut manifestement pas très cher en ce moment) est une coupable imprudence. Et j’entends déjà les ricanements sur nos origines scabreuses et les revendications territoriales qui vont pleuvoir. Vous souriez (du moins je l’espère), mais prenez garde : c’est en se fondant sur la Bible hébraïque que les Juifs revendiquent aujourd’hui leurs droits sur la Palestine, Bible dont les livres relatifs à Moïse puisent leurs origines à l’époque où il est censé avoir vécu (XIIIe siècle avant notre ère), c’est-à-dire l’époque de la guerre de Troie, dont les récits homériques (VIIIe – VIIe siècles) constituent une des plus grandes sources de la mythologie grecque.

Cela dit, ce serait bien consolant si l’Europe d’aujourd’hui pouvait être aussi charmante que l’Europe du Louvre…

Jean-Louis Charrière

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.