Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°40)

►  Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°40) CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE (ὁ λύχνος n° 150, juillet 2018, article six)

“Je vais faire une pause”

 

La Sibylle perse, Le Guerchin, Musée du Capitole (wikicommons)

 

Le langage amoureux est aussi changeant que le chant des pinsons. Naguère, pour annoncer une rupture, on disait : “je voudrais faire un break”. Cela faisait bien. Mais le mot, malgré son exotisme, s’est usé. On l’a jeté à la poubelle comme le copain ou la copine. On dit maintenant dans les bonnes comédies qui peuplent les écrans des salles obscures : “je vais faire une pause”. On est revenu à un bon vieux mot français. Mais ce mot de pause apparemment bien français est en fait un mot grec.

“Quand Cesse-chagrin cessa…”

Et puisqu’on parle de langage amoureux, on ne peut pas ne pas citer cette bible de l’amour qu’est le Banquet de Platon. Chacun y parle à son tour de l’amour. Un certain Pausanias finit un très sérieux discours mythologique sur les deux Aphrodites, l’Aphrodite céleste et l’Aphrodite de la populace (Banquet 185 c) et Platon, qui était un grand comique, comme chacun sait, fait dire au narrateur ces mots pleins d’humour[1] :

Παυσανίου δὲ παυσαμένου

“Quand Pausanias eut fini…” ou littéralement, “Quand Cesse-chagrin cessa…”

Il est difficile de traduire l’humour d’une langue à l’autre. C’est comme quand on commence un discours par les mots : “Je serai bref” ; on sait que ce sera long. Ici, le narrateur s’amuse. Le discours de Pausanias a quelque chose de pédantesque comme dirait Montaigne. Il sent le professeur ! Et l’on est content quand il s’achève. On a comme envie d’appuyer sur un bouton “pause” d’une télécommande pour le faire cesser.

Mais surtout le nom de Pausanias contient en lui-même cette pause puisque Pausanias veut dire “celui qui donne une pause au chagrin” ou “Cesse-chagrin”. Littéralement sans doute, c’est celui qui fait cesser le chagrin des parents de n’avoir pas d’enfant, ou pas de garçon. Mais ici, il faut comprendre que Platon fait entendre derrière les mots Παυσανίου δὲ παυσαμένου “Quand Cesse-chagrin cessa…” une autre phrase sous forme de pirouette verbale : “Quand le chagrin cessa…” Ἀνίας δὲ παυσαμένης… Ouf ! Il a fini de parler ! Son pensum est terminé. D’ailleurs Platon s’amuse comme un petit fou puisque juste après, Aristophane qui doit enchaîner après Pausanias est pris de hoquet et ne peut parler !

Revenons à nos moutons. Pause vient donc du grec παῦσις [paousis] qui désigne la « cessation ». Ce nom est tiré du verbe παύομαι [pawomai] qui signifie « cesser de ».

Ego pausam feci

Le mot est passé très tôt en latin en perdant son suffixe grec en –sis et en prenant un suffixe latin en –sa. Dans la comédie Poenulus (« Le petit Carthaginois ») de Plaute (v. 458-459), on voit Lycus, un marchand d’esclave très courroucé de n’avoir pu se concilier les bonnes grâces de la déesse Vénus. Il décide de ne pas mener à terme son sacrifice. Il emploie avec Vénus d’ailleurs un langage d’amoureux dépité : ego pausam feci « moi j’ai fait une pause ».

Plus précisément :

Quando id quod sat erat satis habere noluit / ego pausam feci.

« Quand j’ai vu qu’elle ne voulait pas se contenter de que ce qui devait la contenter, moi, j’ai fait cesser [le sacrifice]. »

Le repos et la pause musicale

Le mot est entré en provençal où faire un pauso signifie « se reposer ». Le mot français reposer devrait d’ailleurs s’écrire repauser. Les épitaphes funéraires du Moyen-Age portent bien : pausat in pace, « Qu’il repose en paix ». Et à l’origine en français du Moyen-Âge, poser c’est justement « ensevelir » un mort.

À cette tradition populaire s’est ajoutée une tradition savante. Le mot pause est emprunté apparemment au latin d’église pausa pour désigner une « pause » dans un chant, un « silence » musical. Il a perdu son a final, devenu e muet, mais il gardait en français au début probablement sa prononciation savante diphtonguée aou opposée à la prononciation populaire o de reposer

Il est une pièce grivoise du début du XVIe siècle, attribuée à Jehan d’Abundance, notaire de Pont-Saint-Esprit, Le Procès d’ung jeune moyne et d’ung viel gendarme qui plaident pour une fille devant Cupido, le dieu d’amours, où l’on voit un débat juridique entre un moine et un soldat pour savoir qui des deux va lutiner une jolie fille visiblement en manque. Elle voudrait qu’on contre-chante avec elle : comprenez qu’elle voudrait qu’on lui fasse l’amour. Le « gendarme » lui vante sa puissance (vocale !?) à tel point qu’il lui faudra reprendre souffle. La fille, elle aussi très portée sur la chose, lui répond du tac au tac (v. 243-246) :

Oncque chant où il y a pause

Ne dénota bonne puissance.

Il n’est que chanter à plaisance

En toutes joyeuses musiques.

“Jamais un chant avec pause / ne montre qu’on est puissant. / Il vaudrait mieux chanter à plaisir / n’importe quelle autre musique de joie.”

On le voit, déjà au XVIe siècle, on n’aimait pas ceux qui en amour annonçaient qu’ils voulaient faire une pause !

 

[1] Je remercie Jean-Victor Vernhes de m’avoir signalé ce passage humoristique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.