J.V. Vernhes : Commandez la « Petite Odyssée » d’Homère, annotée par E. Ragon

►   λύχνος, n° 150, juillet 2018,  article trois.

La « Petite Odyssée » de Ragon ressuscitée

Homère, « Petite Odyssée », annotée par Eloi Ragon, De Gigord, Paris, 1935 (cliché C. Boudignon)

Homère, Petite Odyssée, texte annoté par E. Ragon (Classiques grecs), Paris, J. De Gigord, 1935 (9e éd.)

Encore un été avec Homère

Chaque été, France Inter nous présente les séries d’émissions ‘un été avec’. Ainsi nous avons eu un été avec Proust, Hugo, Baudelaire, Machiavel. L’an dernier, en 2017, c’est avec Homère que nous passâmes l’été, en compagnie de Sylvain Tesson, qui nous dit Homère et ses personnages tels Achille, Ulysse, Nausicaa, Circé, Hector, sans oublier les Dieux de l’Olympe.

Si vous avez acquis les bases du grec, avec Connaissance hellénique ou autrement, nous vous proposons ‘un plus’, comme on dit, qui est d’apprendre à lire l’Odyssée dans le texte grec, en mettant à votre disposition, dès cet été, la « Petite Odyssée » de Ragon, indisponible depuis plus d’un siècle. Ce livre présente de larges extraits de cette épopée, et introduit méthodiquement dans la langue homérique.

Communiquer l’enthousiasme

De l’abondante production didactique de l’abbé Éloi Ragon (1853-1908), helléniste de première force, et aussi fervent pédagogue soucieux de transmettre le savoir et de communiquer l’enthousiasme, les étudiants francophones connaissent bien la Grammaire grecque. La première édition est de 1889. Elle est disponible actuellement sous la forme refondue en 1952 par Alphonse Dain, Jules-Albert de Foucault et Pierre Poulain.

Connaissance hellénique veut redonner vie aujourd’hui à la « Petite Odyssée » de Ragon (première édition : 1900), en la mettant à votre disposition. L’ouvrage était conçu pour permettre à « un élève de troisième qui possède convenablement la langue de Xénophon et de Lucien » de pratiquer la lecture d’Homère dans le texte et d’acquérir une bonne connaissance de la langue épique. Remplaçons l’élève de troisième de cette époque par l’étudiant d’aujourd’hui qui après avoir acquis les bases du grec classique — par exemple en ayant étudié son ἕρμαιον, et ayant fait le troisième degré de Connaissance hellénique — souhaite aborder Homère dans le texte.

Combler l’abîme

C’est souvent là, en effet, le désir de ceux qui se lancent dans l’étude du grec ancien. Les grammaires leur apportent, il est vrai, quelques indications sur le dialecte homérique. Mais entre ces indications et le déchiffrement, puis la lecture de passages d’Homère, il y a un abîme. C’est cet abîme que Ragon a su combler en offrant aux élèves sa « Petite Odyssée ».

Elle vous offre environ 4000 vers sur les 12110 que comporte cette épopée. L’usage hérité des savants alexandrins nous présente l’Odyssée divisée en 24 chants marqués chacun par l’une des 24 lettres de l’alphabet grec. Ici, la lettre grecque est sur la page de gauche, et le numéro du chant est donné en chiffres romains sur la page de droite. Pour vous aider à déchiffrer ces extraits, puis les relire avec de plus en plus de plaisir, l’auteur a mis à votre disposition :

—  En introduction, neuf pages de Remarques sur la langue homérique.

— Des notes abondantes. Dans ces notes, a) les indications du type ‘rem. 51’ renvoient aux Remarques sur la langue homérique ; b) celles du type ‘I, 16’ renvoient aux extraits des autres chants de l’Odyssée présents dans cet ouvrage ; c) celles du type ‘Gr. Gr., § 302’ renvoient à la Grammaire grecque de Ragon dans sa version d’origine, antérieure à la version remaniée de 1952, toujours en usage, à part quelques retouches. La table de correspondance entre les deux versions, qui ne figure plus dans les éditions actuelles, est jointe à notre reproduction.

— Un petit lexique homérique à la fin de l’ouvrage (pages 286 à 299). Les mots non élucidés dans ce lexique et dans les notes sont des mots usuels, que vous trouverez dans votre dictionnaire. Mais si vous pratiquez Les mots grecs de F. Martin (Hachette) et le Vocabulaire grec de V. Fontoynont (Picard), ce sera encore mieux : vous aurez le bonheur de ne pas trop avoir à consulter le dictionnaire.

L’ouvrage nous transporte dans une autre époque…

Certaines choses sont formulées à l’ancienne. Dans les déclinaisons que vous présentent les Remarques sur la langue homérique, l’accusatif est à la fin. Quelques courtes explications sont en latin ; comme vous n’êtes pas forcément latiniste, nous vous en avons fait une liste explicative. Certains commentaires reflètent la sensibilité de l’époque. Ainsi, page 152, à propos de l’entrevue d’Ulysse aux Enfers avec plusieurs héroïnes, notre bon ami Éloi Ragon cite et approuve – hélas ! – l’appréciation défavorable qu’en fit l’éminent helléniste Maurice Croiset (1846-1935), qui n’aimait pas ce passage et le considérait donc comme n’étant pas d’Homère. Aujourd’hui les hellénistes (nous pensons ici à Frédéric Trajber) ne tiennent plus cet épisode pour surajouté, et en découvrent la pertinence dans l’architecture de l’Odyssée.

La préface est à lire et à méditer. Elle nous explique la conception de l’ouvrage et nous transporte dans une autre époque… On pourra peut-être, se dispensant de suivre le conseil que donne l’auteur d’apprendre par cœur le lexique homérique, avoir simplement sous les yeux la photocopie ou le tirage de ces pages. En relisant souvent les passages que vous aurez déchiffrés, vous vous familiariserez avec la langue de l’épopée, et en percevrez la magie.

Contactez-nous

En remettant ainsi à la disposition de tous la « Petite Odyssée » de Ragon, nous espérons faciliter le contact des amoureux du grec avec le texte d’Homère.

Contactez-nous en envoyant un mail pour commander une reproduction papier ou bien numérique de la « Petite Odyssée » de Ragon : connaissancehellenique (arrobase) gmail.com

Jean-Victor Vernhes

Maître de conférences honoraire

Homère, « Petite Odyssée » annotée par E. Ragon, De Gigord, Paris 1935, p. 66-67 avec un dessin de Nausicaa par un écolier (cliché C. Boudignon)

Université d’Aix-Marseille

 

N.B. Vous pourrez plus tard essayer de vous procurer l’édition scolaire de l’Odyssée publiée dans la collection des classiques Hachette par Jean Bérard, Henri Goube et René Langumier. Elle donne en entier les Chants I, V–VII, XI–XII, XIV, et XXI–XXIII. Parue en 1952 (et souvent réimprimée par la suite), elle n’a pu bénéficier du déchiffrement du ‘linéaire B’ mycénien par M. Ventris et J. Chadwick (publié en 1955), mais présente l’état de la question à cette date, et comporte une excellente petite grammaire homérique, nourrie de la Grammaire homérique en deux volumes de Pierre Chantraine, ouvrage fondamental pour les spécialistes. On lira, bien entendu, Le Déchiffrement du Linéaire B, de John Chadwick : traduction chez Gallimard.

 

Les allusions latines

et quelques autres éclaircissements

 

  1. 19, note 3 (fin). La citation d’Horace : ‘Dis-moi, Muse, le héros qui après les temps de la prise de Troie vit les mœurs et les cités de bien des hommes’. Epist. = Epistulae ‘les Épîtres’ d’Horace.
  2. 21, note 16 : volventibus annis ‘les années se déroulant’.
  3. 23, note 48 : dilaceratur ‘est déchiré’.
  4. 24, note 60, fin : Οὐ νύ τοι (ici élidé en τ’), nonne igitur tibi… ? ‘n’est-il pas vrai que pour toi… ?’
  5. 29, note 28. Citation de Virgile : ‘Elle dit, elle se détourna, et sa nuque de roses resplendit.’
  6. 30, note 39, fin : Dém., Olynth. = Démosthène, Olynthiennes.
  7. 37, note 186. La citation de Virgile, Énéide : ‘et le marais du Styx, par lesquels les dieux redoutent de jurer vainement.’
  8. 43, note 306. La citation de Virgile, Énéide : ‘Trois et quatre fois heureux ceux dont le sort fut de périr face à leurs pères sous les hauts remparts de Troie.’
  9. 44, note 325 : de conatu = d’effort.
  10. 49, note 388 : B.G. = Bellum Gallicum (La Guerre des Gaules)
  11. 70, note 201 : fugator ‘qui fait fuir ; fugax ‘fugitif’.
  12. 77, note 302 : quae tua est prudentia ‘avec la sagesse qui est la tienne’.
  13. 83, note 71 : qui scilicet ‘qui bien entendu’.
  14. 86, note 110 : peritus ‘habile, compétent’.
  15. 92, note 211 : quoscumque ‘tous les gens que’.
  16. 99, note 320 : ubicumque ‘partout où’.
  17. 103, note 480 : particeps ‘qui a part à’ ; quia scilicet ‘parce que bien entendu’.
  18. 103, note 485. La citation de Virgile, Énéide : ‘Quand la faim eut disparu et que fut apaisé le désir de manger…’
  19. 104, note 507 : cavum robur ‘le bois de chêne creux’ (= les cavités du bâti en bois de chêne).
  20. 106, note 538 : nequaquam ‘absolument pas’ ; nondum ‘pas encore’.
  21. 129, note 432 : divitissimus urbis ‘le plus riche de la cité’.
  22. 132, note 489 : incumbere remis ‘se pencher sur les rames’.
  23. 135, note 549 : Nemo non donatus abibit ‘personne ne s’en ira sans un cadeau’.
  24. 147, note 149 : redibit retro ‘retournera en arrière’.
  25. 162, note 549. La citation d’Horace : ‘Quelles limites, quelles réserves peut avoir l’attrait pour une personne si chère.’
  26. 168, note 31. Impetus … ‘L’élan et la férocité des chiens sont calmés par l’homme qui s’assied par terre.’
  27. 170, note 56 : ne tum quidem si ‘même pas si’.
  28. 170, note 64 : qualia ‘des choses du genre de celles que’.
  29. 172, note 98 : ne … quidem ‘même pas’.
  30. 188, note 184 : ἵληθι se rattache au verbe ἱλάσκομαι.
  31. 200, note 271 : dans ἣν ἄρα, la particule ἄρα ne fait que souligner le relatif ἣν.
  32. 201, note 294 : ducere solebant ‘avaient l’habitude de conduire’.
  33. 203, note 322 : namque ‘et en effet’.
  34. 205, note 363 : maxime ‘au plus haut point’.
  35. 208, note 473 : Antiquis …. ‘Chez les anciens Grecs l’usage était, dans la supplication, de toucher le menton.’
  36. 230, note 317 : ne quidem ‘même pas’.
  37. 239, note 14 : sibi ‘à lui-même’.
  38. 249, note 169 : iste ‘celui-là’.
  39. 255, note 269. La citation de Virgile, Énéide : ‘Et en mourant il heurta la terre ennemie de sa bouche sanglante.’
  40. 267, note 475. Oculum…: ‘Vous avez entendu qu’il a été dit : Œil pour œil, dent pour dent. Et moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Mais si quelqu’un te frappe sur la joue droite, offre-lui aussi l’autre’ (Évangile selon saint Matthieu, V, 38-39).
  41. 272, note 46 : circa eum ‘autour de lui’.

Bonne lecture !

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.