Didier Pralon, « Palinodie sur le sens véritable de bibliotaphe »

►   λύχνος, n° 150, juillet 2018,  article deux.

Que signifie lexicalement en grec le mot βιβλιοτάφος, « bibliotaphe » :

“sépulcre de livres” ou “ensevelisseur de livres” ?

Illustration des « Malheurs de Sophie » de la Comtesse de Ségur (wikicommons)

Socrate raconte dans le Phèdre (343b) de Platon que le poète Stésichore avait fait un chant méprisant sur Hélène de Troie. Soudain devenu aveugle, Stésichore comprit qu’Hélène était la cause de son malheur, fit un contre-chant ou une palinodie et, cette fois, prononça un éloge d’Hélène. Aussitôt, il recouvra la vue. Qu’on me permette à mon tour une palinodie sur le mot bibliotaphe.

Les deux interprétations (« ensevelisseur de livres » / « sépulcre de livres ») sont théoriquement possibles.

Une première interprétation : métaphore contre nom d’agent ?

Dans un premier temps, traduisant la lettre 76 de Michel Apostolios (https://ch.hypotheses.org/2136) et consultant les derniers lexiques parus (G.W.H. Lampe Patristic Lexicon ; le Lexicon der byzantinischen Gräzität ; Montanari, Vocabolario della lingua greca), j’ai pensé (contre le Thesaurus d’Henri Estienne) que le mot βιβλιοτάφος était une dénomination métaphorique signifiant “sépulcre de livre”.

Aurait-on dû avoir comme nom d’agent dans le sens d’« ensevelisseur de livres » la forme *βιβλιοταφεύς ? En fait, non. Dans le chapitre X de La formation des noms  en grec ancien, Paris, Klincksieck, 1933, “Les substantifs du type ἱππεύς”, p. 130, P. Chantraine note : “les composés proprement dits sont très rarement affectés du suffixe en –εύς,  le type ἀδροφόνος [« meurtrier »] étant résistant et productif. À côté de ἠνιοχεύς [« cocher »], il faut encore citer πανδοκεύς (attique) [« hôtelier »] mais πάνδοκος est à peine senti comme un composé. Les autres composés appartiennent au vocabulaire poétique, comme μαλοδροπεύς [« cueilleur de pommes »] chez Sappho ; — ou technique, comme μαλακοκρανεύς [« à tête molle »] chez Aristote.”

Ἠνιοχεύς et ἠνίοχος [« cocher »] sont tous deux attestés chez Homère, la distinction ne résultant que de contraintes métriques (voir, par exemple, Iliade V, 505) ; ἠνίοχος, au demeurant, est de loin beaucoup plus fréquent que ἠνιοχεύς. Le seul petit problème reste que ὀχός [« qui tient »], comme τροφός [« nourrice »] ou φονός [« meurtrier »] (Pindare, Pythique IV 250, lexicalisé par Lidell-Scott & Jones, et non par A. Bailly), sont des noms d’agent masculin, φονεύς [« meurtrier »] étant attesté classiquement (Sophocle, Œdipe à Colone 582, Électre 1488), tandis que τάφος (paroxyton) est un nom d’action : “funérailles”, avec, par dérivation synecdotique, la dénomination du résultat de l’action  : “tombeau”.

A cause de ce nom amphibologique τάφος « tombeau », j’ai considéré que βιβλιοτάφος, qualificatif péjoratif, pour ne pas dire désobligeant, signifiait “sépulcre de livre”, désignation purement métaphorique m’évoquant le sarcasme métaphorique du christ contre les pharisiens (τάφοις κεκενιαμένοις « sépulcres blanchis », Matthieu 23,27) : j’ai donc traduit βιβλιοτάφος par« sépulcre de livres », dépréciation plus vigoureuse à mes yeux. Que « fossoyeur de livres ».

Que disent les dictionnaires ?

Henri Εstienne, dans le Thesaurus Graecae Linguae, s.l., 1572, (rééd. amendée par B. Hase, L & W. Dindorf, Paris, Didot, 1830) traduit par qui libros sepelit, « qui ensevelit les livres ».

Ni Lidell-Scott & Jones, Greek-English Lexicon, Oxford, de la première édition (1843) à 10ème, la dernière en date (1990, 1996 pour le Supplement où figure pourtant le nom d’agent βιβλιοκαταγωγεύς “forwarder of documents”= sans doute “expéditeur de documents”, PSI Ι 1410.15 ΙΙ AD), ne lexicalisent le terme, les usages attestés en étant trop tardifs pour eux ; ni  F. Passow, Handwörterbuch der griechischen Sprache, Leipzig, 1841 ; ni W. Pape, Handwörterbuch der griechischen Sprache, 3ème éd., Braunschweig, 1880 ; ni A. Bailly, Dictionnaire Grec-Français, Paris, Hachette, [1894], 16ème édition, 1950 ; ni I. Stamakos, λεξικὸν ἀρχαιάς ἑλληνικῆς γλώσσης, Athènes, 1952-1955.

E.A. Sophocles, A Greek Lexicon of the Roman and Byzantine Periods, New York, 1900, suit Henri Estienne : « burying books ». Le Lexicon der byzantinischen Gräzität ne prend pas parti : βιβλιοτάφος, ὁ : « Büchergrab, der seine Bücher vergräbt » : LetAp 96 (a.1467, le numéro donné de la lettre de Michel Apostolius est manifestement erroné : la lettre 96 est adressée “à Matthieu”, à l’occasion de son mariage et date de 1469/1470). ». Hoven, Lexique de la prose latine de la Renaissance, Leiden, 1994, 2ème éd. augmentée, Leiden-Boston, 2006, glose le calque latin : « Bibliotaphus : quelqu’un qui «enterre» ses livres, qui refuse de les prêter / somebody who “buries” his books, who refuses to lend them : Alde, In Praef. 264, 8 (part., quelqu’un qui refuse de prêter à un imprimeur les ouvrages qu’il possède en manuscrits / some-body who refuses to lend to a printer the works he possesses in manuscripts), < βιβλιοτάφος »

G.W.H. Lampe, A Patristic Greek Lexicon, Oxford, 1961, traduit par « book-sepulchre ». F. Monatanari, Vocabolario della lingua greca, Turin, 2013, traduit comme Lampe : « sepolcro dei libri, di chi possiede libri senza leggerli, ISIDORO epist. 1.127 ».

Un débat savant

J’ai débattu avec Christian Boudignon qui propose dans son étude sur Isidore de Péluse « croque-mort de livres » ou, alternativement, « fossoyeur de livres » (« Malheur à qui ne lit pas ses livres ! », Connaissance Hellénique, avril 2018, Isidore, lettre 1, 127, https://ch.hypotheses.org/2107) et Jean-Victor Vernhes, qui nous a rappelé que les noms d’agent composés du type δορυφόρος [“porteur de lance”] sont normalement paroxytons. Puis, j’ai consulté mon ami Charles de Lamberterie dont voici la réponse (en date du  9 juin 2018) :

« Pour les composés de ce type, le livre à consulter en priorité est, aujourd’hui encore, le Reverse Index of Greek Nouns and Adjectives, Arranged by Terminations with Brief Historical Introductions, de C.D. Buck & W. Petersen (Chicago, Univ. of Chicago Press, 1945), car c’est là qu’on trouve une liste des composés en -ταφος et en -τάφος. En revanche, on ne trouve rien dans le Dictionnaire Étymologique de la Langue Grecque de Chantraine. Il s’agit, selon la règle, de deux classes distinctes :

(a) composés possessifs à accent récessif, à savoir le privatif ἄταφος [« sans sépulture »] et ὁμόταφος [« dans la même sépulture »], à quoi il faut ajouter κενοταφέω et κενοτάφιον [« cénotaphe »]. Tous ces mots sont bien attestés dans la littérature classique, inutile de rappeler l’importance du thème des morts sans sépulture.

(b) noms d’agent paroxytons. Et là, on fait une découverte, car les mots cités par Buck-Petersen, et que l’on peut vérifier dans Lidell-Scott & Jones, ont tous une origine commune précise et bien repérable. Il s’agit de noms de métier qui se sont développés dans l’Égypte hellénistique et romaine, où les rites funéraires avaient l’importance que l’on sait. La documentation est donc essentiellement papyrologique, et le premier membre est, pour l’essentiel, relatif à des animaux sacrés : κριοτάφος, αἰλουροτάφος, ἱερακοτάφος, συνταυροτάφος [« ensevelisseur de bélier », « de chat », « d’épervier », « co-ensevelisseur de taureau »]. Je n’ai pas vérifié si l’accent se trouve dans les papyrus ou bien s’il a été rajouté par les lexicographes, mais peu importe, il n’y a aucune hésitation de toute manière. A partir de là, on trouve aussi νεκροτάφος [« ensevelisseur de morts »], toujours dans les papyrus.

Michel Apostolius a visiblement pris le mot chez Isidore de Péluse, qui est de la région (Henri Estienne l’avait apparemment bien compris). Je n’ai pas vérifié le texte d’Isidore pour voir quel est l’emploi précis du mot chez cet auteur, mais le contexte de la création d’un tel mot ne fait pas de doute, et c’est très probablement Isidore qui a créé le mot. Il faut faire entrer aussi en jeu, bien entendu, le βιβλιοφύλαξ, « l’archiviste-bibliothécaire », autre mot des papyrus (et pour cause), avec βιβλιοφυλάκιον, désignation des « archivistes » royaux (papyrus et Septante). On est toujours dans le même contexte de la monarchie des Lagides et de leurs institutions. Noter par ailleurs que νεκροφύλαξ [« gardien de morts »] se trouve chez Philon, comme par hasard.

Donc, c’est bien un « ensevelisseur de livres ». Mais comme un mot n’est jamais lié par son étymologie, et que la série n’est plus productive dans la littérature, rien n’empêche qu’on ait pu, de fait, le réinterpréter comme « sépulcre de livres ». Mais ce sens dérivé, s’il a existé (ce qui est parfaitement possible), n’est pas « mieux » que l’autre. »

Je cède désormais bien volontiers à leurs arguments, comme à l’estime que mérite Henri Estienne et retiens « fossoyeurs de livres ».

Pour le plaisir, on ne saurait négliger le surnom βιϐλιολάθας, donné à Didyme le Grammairien (souvent assimilé au “Chalcentère”) « qui avait écrit tant de traités qu’il ne pouvait se les rappeler » (A. Bailly, ad locum, répertoriant Athénée, Deipnosophistes XII, 17, 139c, citant Demetrius de Trézène)

Didier Pralon

Professeur émérite de langue et littérature grecques à l’Université d’Aix-Marseille


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.