Janine Kaminski a traduit 4 nouveaux poèmes de « Porteurs » écrits par Th. P. Zaphiriou,

►   λύχνος n° 149, mars 2018,  article onze.

« Esprit hot spot d’hospitalité »

 

Čížov (Zaisa), Moravia -frontière/rideau de fer, cliché Pudelek (Marcin Szala) Wikicommons

 

Th. P. Zaphiriou, χθοφόροι (Porteurs), Athènes, Andy’s Publishers, 2016.

[Voici quelques autres poèmes, toujours traduits par Janine Kaminski, de ce même recueil qui vous a été présenté dans notre numéro 148.]

****

Viva la muerte1

 

Tous ceux qui le criaient, cependant

Attendaient une récompense

Ici sur terre. Le pouvoir

N’est pas exercé seulement par les vivants

Mais aussi par les monuments.

 

Fascistes, mais aussi communistes,

Ils ne reculaient pas. Tous devant.

Au combat, ou dans le peloton.

Maintenant spectateurs dans les stades.

À la télé et sur les hauteurs du Golan.

 

Clients des cafés parisiens

Oubliés encore dans la Belle époque2

Tous ceux qui ont vieilli, et les jeunes

Dans les concerts de rock américains.

Mais parmi eux les autres aussi.

 

Parmi eux des Français inconnus

Tuant sans distinction à droite et à gauche

Criant « Allah est grand »

Voulant dire sans doute qu’il n’est pas français.

C’est pourquoi peut-être ils se suicident avec des explosifs,

 

Pour ne pas parler français dans l’autre vie.

Et tant qu’elle continue ici, laide ou belle

Qu’elle devienne comme celle de Dieu, uniforme.

Au vingtième siècle la mort a vécu et vit.

Au vingt-et-unième, que la vie meure.

 

  1. Mot de passe des fascistes espagnols pendant la guerre civile (17 juillet 1936-1er avril 1939).
  2. En français dans le texte.

 

Viva la muerte

 

Ὅσσι τὸ φώναζαν, ὡστόσο

Περίμεναν μιὰν ἀνταπόδοση

Ἐδῶ, στὴ γῆ. Τὴν ἐξουσία

Δὲν ἀσκοῦν μόνο οἱ ζωντανοὶ

Ἀλλὰ καὶ τὰ μνημεῖα.

 

Φασίστες, ἀλλὰ κι οἱ κομμουνιστὲς

Δὲν πήγαιναν πίσω. Ὅλοι μπροστά.

Στὴ μάχη, ἢ στὸ ἀπόσπασμα.

Τώρα θεατὲς στὰ γήπεδα.

Στἠν TV καὶ τοῦ Γκολᾶν τἀ ὑψίπεδα.

 

Θαμῶνες στὰ παρισινὰ café

Θαμμένοι καὶ στὴν belle époque

Ὄσοι μεγάλωσαν, κι οἱ νέοι

Σ᾽ ἀμερικάνικες συναυλίες ρόκ.

Ἀνάμεσά τους ὅμως κι οἱ ἄλλοι.

 

Ἀνάμεσά τους καὶ ἀγνοημένοι γάλλοι

Σκοτώνοντας ἀδιάκριτα δεξιὰ κι ἀριστερὰ

Φωνάζοντας «ὁ Ἀλλὰχ εἶναι Μεγάλος»

Ἐννοώντας μᾶλλον ὅτι δὲν εἶναι γάλλος.

Γι᾽ αὐτὸ ἴσως κι αὐτοκτονοῦν μ᾽ ἐκρηκτικά,

 

Νὰ μὴ μιλοῦν στὴν ἄλλη ζωή τους γαλλικά.

Κι ὅση ἐδῶ συνεχίζεται, ἄσχημη ἢ ὄμορφη

Σὰν τοῦ Θεοῦ νὰ γίνει, ὁμοιόμορφη.

Στὸν εἰκοστὸ αἰώνα ὁ θάνατος ἔζησε καὶ ζεῖ.

Στὸν εἰκοστὸ πρῶτο, ἀποθανέτω ἡ ζωή.

 

***

Hot Spot1 Academy

 

Ancien Esprit Immortel

Puisque de l’Académie de Platon

Il a émigré en Occident.

 

Esprit qui responsorise

Même le néogrec.

Esprit hot spot d’hospitalité.

 

Mais être émigrant est une chose (une autre émigrant

en transit), une autre réfugié

Et puisque les frontières de l’est

 

Sont ouvertes à tous,

On ferme celles de l’ouest.

On dit que c’est une question de géométrie.

 

Et pour séparer

Le bon grain de l’ivraie

Que nul n’entre ici s’il n’est géomètre2.

 

  1. Centres spéciaux d’accueil et d’identification des réfugiés et émigrants, créés en 2015-2016 en Grèce par décret de l’UE.
  2. On connaît la devise gravée au fronton de l’Académie de Platon.

 

*

Hot Spot Academy

 

Ἀρχαῖο Πνεῦμα Ἀθάνατον

Ἐπειδὴ ἀπὸ τὴν Ἀκαδημία Πλάτωνος

Μετανάστευσε στὴν Ἑσπερία.

 

Πνεῦμα ποὺ ἀναχρηματοδοτεῖ

Καὶ τὸ νεοελληνικό.

Πνεῦμα hot spot φιλοξενίας.

 

Ἀλλ᾽ ἄλλο μετανάστης (ἄλλο δια-

μετανάστης), ἄλλο πρόσφυγας

Κι ἀφοῦ τ᾽ ἀνατολικὰ σύνορα

 

Εἶναι γιὰ ὅλους ἀνοικτά.

Κλείνουν τὰ δυτικά.

Λένε πὼς εἶναι ζήτημα γεωμετρίας.

 

Καὶ γιὰ νὰ ξεχωρίσουμε

Τὴν ἦρα ἀπὸ τὸν σίτο.

Μηδεὶς ἀγεωμέτρητος εἰσίτω.

 

 

***

 

Courants

 

« Les voilà ! »1

Dit l’OTAN2

« Le voilà ! »

Dirent aussi ceux

 

Des canots gonflables

(En désignant le navire de guerre de l’Otan

Qui combattait

Les vagues).

 

Sur le navire aussi les galons

Se gonflaient – se dégonflaient.

« Et maintenant qu’est-ce qu’on fait ? »

Dirent les deux.

 

Quels deux ? Deux amiraux ?

Deux centaines de passagers ?

Deux millions de bâtards ?

L’Occident et l’Orient ?

 

En Asie et en Afrique

Ils se partagent des sphères d’influence.

Quelle influence ? En Egée ici

Si tu voyais les flux. Flux sur flux.

 

  1. Ce poème repose sur plusieurs jeux de mots : d’abord sur NATO (l’OTAN) qui permet d’écrire « Νάτοι», les voilà et « Νάτο », le voilà puis sur les différents sens de ροή, courant, flux, afflux – ἐπιρροή, influence.
  2. En février 2016 les dirigeants de l’UE décidèrent de faire appel à l’OTAN pour repousser l’afflux des migrants dans la mer Égée, venant des côtes turques pour se rendre dans les îles grecques et de là par les Balkans dans les pays d’Europe du centre et du nord.

 

***

 

Le poseur de bombe retardataire

 

Qu’attends-tu à un guichet

D’aéroport

Inquiet et nerveux ?

 

Comme si tu tenais une arme

Une carte d’embarquement

Pour simplement voyager dans l’air.

 

Le temps de te faire sauter est passé.

Quand le vent soufflait

Aux carrefours du monde

 

Et siffle encore mais si solitaire

On dirait qu’il a honte comme toi aussi maintenant

Que les haut-parleurs appellent ton nom

 

Et même en anglais. Et tous apprennent

Que tu es en danger. De rater le vol.

Et que tu es le seul à être en retard.

 

*

Ὁ ἀργοπορημένος βομβιστὴς

 

Τί περιμένεις σ᾽ ἕνα γκισὲ

Ἀεροδρομίου

Ἀνήσυχος καὶ νευρικός.

 

Σᾶν νὰ κρατᾶς ὅπλο

Μιὰ κάρτα ἐπιβίβασης

Γιὰ νὰ ταξιδέψεις ἁπλῶς στὸν ἀέρα.

 

Πέρασε ὁ καιρὸς νὰ τιναχτεῖς.

Ὅταν ὁ ἀέρας φυσοῦσε

Στὰ σταυροδρόμια τοῦ κόσμου

 

Κι ἀκόμα σφυρίζει ἀλλὰ τόσο μοναχικὰ

Σὰν νὰ ντρέπεται ὅπως τώρα κι ἐσὺ

Ποὺ φωνάζουν τὰ μεγάφωνα τ᾽ ὄνομά σου

 

Ἀκόμα καὶ στ᾽ ἀγγλικά. Κι ὅλοι μαθαίνουν

Πὼς κινδυνεύεις. Νὰ χάσεις τὴν πτήση.

Κι ὅτι εἶσαι ὁ μόνος ποὺ ἔχει ἀργήσει.

 

Traduit du grec par Janine Kaminski


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *