Christian Boudignon : De la syrinx à la seringue.

►  Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°39) CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE ( λύχνος n° 149, mars 2018,  article sept)

« Tu crois qu’ils vont nous seringuer à vue ? »

Haut-relief du dieu Pan dit « satyre della Valle», époque hellénistique. Cliché Jastrow (wikicommons)

Quand j’étais petit, l’été à la campagne, un de nos jeux les plus réussis consistait à remplir d’eau de grosses seringues et à nous poursuivre dans les rues pentues du village de Salettes (Haute-Loire) pour nous arroser mutuellement. D’où venaient et à quoi servaient ces grosses seringues, à quels grabataires ou autres vieillards cacochymes, à moins que ce ne fût pour je ne sais quel cheval ou cochon, voilà des questions que je ne me souviens pas m’être posées.

« Celui qui ma syrinx avant-hier m’a volée »

Je ne me posais pas non plus d’ailleurs des questions d’étymologie. Pourtant, une fois n’est pas coutume, l’étymologie de seringue ne manque pas de poésie. Le mot est grec. Il vient de la σῦριγξ [syrinx], cette flûte de Pan par laquelle les bergers charmaient les bergères grecques. J’aime beaucoup la joute poétique que se livrent le chevrier Comatas et le berger Lacon, telle que nous l’invente Théocrite en dialecte dorien de Sicile (Idylles 5,5) :

Κομάτας : 
αἶγες ἐμαί, τῆνον τὸν ποιμένα τόνδε Σιβυρίταν

φεύγετε τὸν Λάκωνα: τό μευ νάκος ἐχθὲς ἔκλεψεν.

Λάκων : 
οὐκ ἀπὸ τᾶς κράνας; σίττ᾽ ἀμνίδες. οὐκ ἐσορῆτε

τόν μευ τὰν σύριγγα πρόαν κλέψαντα Κομάταν;

Κομάτας : τὰν ποίαν σύριγγα; τὺ γάρ ποκα δῶλε Σιβύρτα

ἐκτάσα σύριγγα; τί δ᾽ οὐκέτι σὺν Κορύδωνι

ἀρκεῖ τοι καλάμας αὐλὸν ποππύσδεν ἔχοντι;

« Comatas : Mes chèvres, cet homme, ce berger-là, le Sybarite,

fuyez-le, le Laconien : hier, il m’a volé ma peau de chèvre.

Lacon : Allons, loin de la fontaine ! Ici, agnelles ! Ne voyez-vous pas

celui qui ma syrinx avant-hier m’a volée, Comatas ?

Comatas : Quelle syrinx ? Toi, esclave de Sibyrtas,

tu as acheté un jour une syrinx ? Pourquoi ne te suffit-il plus avec Corydon

d’avoir un pipeau de paille pour souffler dedans ? »

On croirait entendre deux enfants dans une cour de récréation. Telle est la vie rêvée des bergers, paradis inventé par un Grec en exil en Egypte, loin des problèmes d’alors et des problèmes d’aujourd’hui de l’héritage de Johnny Hallyday, de la réforme du baccalauréat, des trafics de drogue ou du dernier assassinat à Marseille.

Le mot syrinx ne désigne pas seulement en grec la flûte de Pan, mais toute tubulure qui y ressemble. A la fin de l’Ajax (v. 1411-1413) de Sophocle, ce sont les veines du défunt qui crachent du sang noir… ἔτι γὰρ θερμαὶ σύριγγες ἄνω φυσῶσι μέλαν μένος « car les veines encore chaudes crachent leur force noire ». J’imagine très bien le cadrage d’un Quentin Tarantino sur le sang qui gicle du malheureux cadavre à même le sol. Qui croit encore qu’on ne montrait pas de sang sur scène dans l’Antiquité ?

« Saignées, potions, onguents, injections… »

En latin, le mot syrinx (accusatif syringa, génitif syringis) est emprunté au grec au sens de « flûte de Pan ». La première syllabe était prononcée par les gens cultivés : [su], mais par le peuple : [si]. Chose remarquable, on voit apparaître un doublet syringa au sens de « seringue » ou d’« injection, lavement, clystère » chez un écrivain latin de la fin du IVe siècle ap. J.-C., Végèce, dans un ouvrage vétérinaire sur le traitement des chevaux appelé Mulomedicina (1, 28, 7) où il est question des « saignées, potions, onguents, injections (siringae) et différentes espèces de médicaments ». Le sens d’« injections » ne se comprend que si l’on avait déjà inventé des « seringues » pour faire l’injection. On a de fait dans la liste de notre texte un emploi métonymique de seringa qui désigne par l’instrument l’action de l’instrument.

A partir de l’accusatif grec syringa, interprété sans doute comme syringa(m) où l’on n’aurait pas entendu le m final, a dû se créer de façon populaire le mot syringa (génitif syringae) prononcé en fait [sirínga] avec un i et un déplacement de l’accent sur la deuxième syllabe, selon la logique latine.

Ah, la poésie des armes !

Le mot avec son sens passe sans difficulté en français : on le trouve au XIIIe siècle sous la double forme siringe ou ceringue. On n’a pas de difficulté à expliquer la chute habituelle du a final transformé en e muet ni l’ouverture fréquente mais nullement obligatoire du i initial en e. Il suffit de donner l’exemple de primarius devenu en français premier. Peut-être le r a-t-il joué un rôle ouvrant ?

Plus amusante est l’évolution du sens puisque le mot désigne assez vite, en plus de son emploi médical, « un mousquet » au XVIIe siècle, un « fusil » au XIXe siècle, et au XXe siècle, dans l’argot, un « pistolet » ou une « mitraillette ». Ah, la poésie des armes ! Je ne résiste pas pour finir à vous livrer ce petit dialogue savoureux d’un roman policier de San Antonio des années 1960 (je laisse le lecteur en retrouver le titre) où le mot seringue a donné le verbe seringuer « tirer à la mitraillette » :

« Tu vois, soupire mon Courageux. Ça fait plusieurs jours que l’on est enfermé ici et j’ai pas seulement envoyé une carte postale à Berthe.

—En fait de carte, c’est un faire-part qu’elle recevra, prophétisé-je

—Ce qu’il y a de c… c’est que nos pétoires sont restées en bas. On n’aura pas même la satisfaction d’en démolir quelques-uns. Tu crois qu’ils vont nous seringuer à vue ?

—On peut s’y attendre.

—Mourir en chaussettes, c’est pas prestigieux, hein, mec ?

—Ça pourrait être pire.

—Par exemple ?

—Si tu clamçais en calcif. »

Mais, trêve de plaisanterie, j’arrête de vous seringuer avec mes histoires, vous avez sans doute mieux à faire…

Christian Boudignon

Maître de conférences des langue et littérature grecques

à l’Université d’Aix-Marseille.


Une réflexion sur « Christian Boudignon : De la syrinx à la seringue. »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.