J.-C. Dutto a lu pour vous « La langue géniale » d’Andrea Marcolongo

➤   λύχνος n° 149, mars 2018,  article six.

« LA LANGUE GENIALE »

ou le journal d’une jeune helléniste

amoureuse

 

Couverture de « La langue géniale » d’ Andrea Marcolongo

 

Andrea Marcolongo, La langue géniale, 9 bonnes raisons d’aimer le grec, trad. B. Robert-Boisser, Paris, Les Belles Lettres, 2018

Pour tous ceux qui sont victimes de l’opinion selon laquelle le grec ancien est une langue morte, pour les autres, qui aimeraient y voir de plus près mais qui sont trop intimidés, et enfin pour ceux qui ont déjà été initiés à cette langue, voici un ouvrage à ne manquer sous aucun prétexte : « La langue géniale, 9 bonnes raisons d’aimer le grec » d’Andrea Marcolongo, jeune helléniste et linguiste italienne trentenaire, prise d’une passion amoureuse irrépressible pour le grec depuis l’âge de 12 ans. Cet ouvrage, désormais disponible aux Belles Lettres, véritable phénomène littéraire traduit en 10 langues et quinze fois réédité en Italie, où il s’est vendu à plus de 200 000 exemplaires, n’est ni un livre de témoignage, ni un manuel de grammaire en bonne et due forme, ni un traité d’histoire de la langue ou de philosophie du langage : il est un peu tout cela à la fois, et c’est ce qui fait son charme à la fois si particulier et quelque peu indéfinissable.

Ne pas garder les Grecs et leur langue les plus inaccessibles possibles

On pourrait presque le voir comme un « journal », tant il est émaillé d’impressions personnelles et met en jeu l’itinéraire non conventionnel de l’auteur au sein de la langue grecque et de ses particularités. L’ouvrage échappe ainsi d’une certaine façon – mais pas complètement – au déroulé cartésien de la forme et du fond, si familier au lecteur français. Nous sommes ici en effet à mi-chemin entre description littéraire et exposé systématique de la langue. On l’aura compris : Andrea Marcolongo a souhaité sortir du carcan de l’enseignement purement scolaire du grec, qui ne fait plus recette aujourd’hui. « Le lycée classique, tel qu’il est conçu , affirme-t-elle, semble n’avoir d’autre but que de garder les Grecs et leur langue les plus inaccessibles possibles, muets et glorieux là-haut sur l’Olympe, nimbés d’une crainte respectueuse qui se mue souvent en terreur divine et en désespoir tout ce qu’il y a de plus terrestre (…) La plupart brûlent les vaisseaux du grec derrière eux, à peine libérés des obligations scolaires. ».

Un mode nommé désir

Tout au contraire, l’objectif d’Andrea Marcolongo est de nous faire entrer en amitié profonde, peut-être même en amour, avec le grec ancien, en mêlant ses connaissances linguistiques à son expérience du monde d’aujourd’hui et à notre quotidien. Le titre du livre en italien (« La lingua geniale »), semble d’ailleurs bien être un clin d’œil à la désormais célèbre saga d’Elena Ferrante, « L’amica geniale » (traduite chez Gallimard par « L’amie prodigieuse »). Car il s’agit avant tout de nous faire toucher ce que l’apprentissage du grec ancien, langue amie, est susceptible de nous apporter dans notre vie et dans notre vision du quotidien. L’auteur espère ainsi faire accéder ses lecteurs au « génie » propre de la langue grecque à l’issue de la lecture des neuf subdivisions de son ouvrage, qui exposent ses « neuf bonnes raisons d’aimer le grec » (1/ Quand. Jamais. L’aspect – 2/ Le silence du grec. Sons, accents et esprits – 3/ Trois genres, trois nombres – 4/ Avec ou sans âme. Le neutre – 5/ Je, nous deux, nous. Le duel – 6/ Les cas, ou une anarchie ordonnée des mots – 7/ Un mode nommé désir. L’optatif – 8/ Mais alors, comment traduire? – 9/ Le grec et nous, toute une histoire ). Le texte, qui se développe de façon très naturelle sous le signe d’un enthousiasme débordant, est toujours d’une remarquable clarté, qui témoigne à la fois d’une connaissance profonde de cette langue aimée et d’une envie très sincère de partager cette passion. Les particularités du grec que l’auteur veut faire ressortir sont illustrées au fil des chapitres par des extraits de textes originaux accompagnés de leur traduction et par des encadrés explicitant des points très divers (civilisation, pédagogie, vocabulaire, genres littéraires, linguistique…).

La nostalgie des choses dont nous avons besoin

Pour laisser en conclusion la parole à Andrea Marcolongo elle-même : « Au terme de la lecture, peut-être éprouverez-vous de la nostalgie, non d’une époque comme celle de l’antique Athènes, mais d’une manière de voir le monde et de savoir l’exprimer en mots, si claire, si directe, si incisive, née et pensée à mesure humaine, à celle de l’homme grec. La nostalgie des choses que nous n’avons pas vécues et que nous ne vivrons jamais, mais dont nous avons besoin. »

Jean-Claude DUTTO


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *