Thomas Frantz : Devenez un guerrier grec, ou les Somatophylaques

➤   λύχνος n° 149, mars 2018,  article cinq.

La reconstitution historique

chez les Somatophylaques

 

[Thomas Frantz, actuellement étudiant de mastère en grec et en latin à l’Université d’Aix-Marseille, a répondu avec passion à l’appel que lui a fait Connaissance hellénique de présenter la jeune association des Somatophylaques, spécialisée dans la reconstitution des combats grecs, dont il est le nouveau secrétaire. Connaissance hellénique ne peut que partager leur enthousiasmos.]

Les Somatophylaques devant le Colisée à Rome,  cliché Thalie Moliner

C’est au festival Arelate, alors que j’étais encore un collégien, que j’ai rencontré pour la première fois le monde de la reconstitution historique. Arles est une ville incontournable dans ce domaine : c’est un festival de reconstitution romaine très réputé, et les gladiateurs d’ACTA s’entraînent très régulièrement dans l’amphithéâtre. Mes parents m’y avaient acheté ma première édition de l’Odyssée, une version abrégée pour enfants. J’ai le vague souvenir d’avoir touché pour la première fois un casque de gladiateur et d’avoir pu monter dans un char romain. Nous avions pris des photos que je m’étais empressé d’aller montrer en cours de latin. L’événement m’avait énormément marqué et a sûrement été un élément très important dans le développement de ma passion pour l’Antiquité.

Depuis, j’y retourne chaque année ; c’est devenu un rituel de la fin de l’été. Une année, il m’avait été proposé de faire de la reconstitution romaine, mais l’association était basée trop loin et surtout, j’avais toujours eu une préférence pour la civilisation grecque et je désespérais de pouvoir trouver un jour une association de reconstitution grecque. J’ai alors découvert un peu par hasard, par des vidéos sur YouTube, l’association Les Somatophylaques, qui faisait depuis déjà longtemps, entre autres, des prestations au Musée d’Histoire de Marseille pour les Journées Nationales de l’Archéologie et dont j’avais beaucoup trop longtemps ignoré l’existence. Par chance, leur président Vincent Torres était présent sur un stand du Festival Arelate lors de l’édition 2016, je l’ai reconnu (ce qui n’avait pas manqué de le surprendre !), je suis allé à sa rencontre et après un échange de coordonnées, je suis entré dans l’association les Somatophylaques.

Trente étudiants sportifs

La première indication que m’a alors donnée Vincent fut la présence de cours de sport dispensés au Centre Sportif Universitaire (CSU) d’Aix-en-Provence, le mardi soir. C’est plus ou moins une condition sine qua non pour faire partie de l’association : il faut bien entendu maîtriser le combat à la lance grecque ou combat hoplitique pour pouvoir ensuite appliquer dans des prestations devant un public les bases alors acquises. Nous sommes donc une trentaine d’étudiants, venus de domaines parfois très différents (des étudiants en histoire, en lettres classiques, en archéologie, mais aussi en biologie, en droit), à suivre ces séances qui sont divisées chacune en deux parties : nous nous échauffons et faisons un peu de renforcement musculaire dans un premier temps pour passer ensuite à la pratique du combat grec. Le renforcement musculaire est très important puisque les poses que nécessite le combat hoplitique demandent une certaine force dans les bras et les épaules, notamment pour porter la lance et le bouclier. C’est donc une pratique très sportive qui n’a rien à envier aux autres sports proposés au CSU ! C’est également un sport très varié.

Duel d’hoplites au festival Arelate (© Thalie Moliner)

Duel et phalange

Si la base est la maîtrise du combat singulier (qui nécessite de connaître certains gestes de maniement de la lance), il n’était en vérité que très peu pratiqué par les armées grecques qui avançaient surtout en phalange. Dans l’Antiquité grecque, le combat singulier, que nous appelons « duel », est en fait plus associé aux cérémonies qu’au domaine militaire où les hoplites se regroupent en corps unique au sein d’une formation appelée phalange. Une grande partie du cours est de fait également consacrée à la pratique de cette forme de guerre. Il s’agit en grande partie d’apprendre à marcher au pas au sein de la formation et de maîtriser différentes manœuvres militaires.

Nous nous aidons pour marcher au pas d’un cri de guerre, notre « Μασσα’ φάλαγξ » [massa phalanx] que reconnaîtront sûrement ceux qui ont déjà assisté à nos démonstrations, contraction de Μασσαλίας φάλαγξ [massalias phalanx] « phalange de Massalia », l’association étant surtout censée représenter des Grecs massaliotes. Le but d’un combat en phalange est de rentrer dans la phalange adverse et de la défaire : il existe quelques points communs avec la mêlée de rugby. Bien sûr, si dans l’Antiquité les phalanges étaient composées de plusieurs milliers d’hoplites, la trentaine d’étudiants participant à ce cours ne permet pas de faire des batailles aussi épiques que celles auxquelles Thucydide a pu assister lors de la Guerre du Péloponnèse. Quelques cours sont aussi consacrés à la pratique de la lutte grecque, plus dans le domaine sportif que militaire, qui est en fait une base pour le maniement du kopis (« qui coupe » en grec), arme tranchante utilisée en grande partie par les cavaliers ou parfois par les hoplites désarmés. Enfin, comme la pratique sportive est indissociable de l’exercice spirituel, le cours est accompagné d’une sensibilisation à l’Histoire grecque. Lors de nos exercices de gainage surtout, nous sont donnés par notre professeur des petits topos sur l’évolution de l’art guerrier grec, d’Homère à Alexandre. C’est une pratique sportive originale donc, qui ne manque d’ailleurs pas de surprendre les autres étudiants qui vont au CSU le mardi soir et qui se retrouvent parfois nez à nez avec un étudiant portant un casque corinthien ou un ἀσπὶς κοίλη (bouclier courbé, typique du soldat grec). Quant à moi, qui suis bien tout sauf sportif, je la vois comme une manière de joindre l’utile à l’agréable : sa relation avec l’histoire antique et le fait qu’elle me permette de participer pleinement à des prestations de reconstitution historique me motivent chaque mardi soir pour aller faire mon sport hebdomadaire.

Lancer de javelots et concours de poésie

Comme je l’ai déjà dit, avoir les bases du combat hoplitique peut se révéler très important lorsque nous sommes devant le public. La plupart du temps, nous faisons des démonstrations militaires au cours desquelles est présenté tout ce qui peut être dit sur l’armée grecque : les armes et l’équipement sont présentés, puis le principe de la phalange est expliqué avec une démonstration de marche en formation, et enfin, la plupart du temps, nous offrons au public un duel d’hoplites. Tout ce que nous voyons le mardi soir au CSU est réinvesti pour être présenté au public. Le tout est bien entendu saupoudré de références historiques, d’anecdotes, pour illustrer le propos. C’est notre prestation phare, presque chaque événement a droit à son moment de « grande démonstration militaire », mais il nous est également possible de proposer des prestations plus axées sur le sport. Nous pouvons par exemple organiser des petites cérémonies de jeux olympiques, au cours desquels nous faisons du lancer de javelot, du lancer de disque, du saut en longueur, de la lutte, mais aussi des concours de poésie ou encore des courses en armes, une épreuve que nous apprécions tout particulièrement (ironiquement parlant) : c’est sûrement celle où l’on se fait le plus mal ! Mais nous proposons des prestations bien moins éprouvantes que ces deux premières.

Ostraka, clepsydre et scytale

Quand nous ne faisons pas de manœuvres militaires ni de sport, nous avons plusieurs ateliers beaucoup plus calmes à proposer : un atelier philosophie, un atelier sur l’écriture, un atelier sur le vêtement, un atelier sur la nourriture… Je suis en train d’en développer un sur la citoyenneté grecque qui présentera des ostraka, des « tessons » que je suis en train de modeler, mais aussi éventuellement, selon mes moyens, des pièces de monnaie, une clepsydre (ou horloge à eau)… J’aimerais aussi faire une scytale, système de codage utilisé par les Spartiates et mentionné notamment chez Plutarque (Vie de Lysandre, 19). Pour présenter la gastronomie grecque et les habitudes des Grecs en ce qui concerne l’art de la table, Rémi Campo, notre vice-président, a un répertoire de recettes grecques antiques et Théo Moliner, notre trésorier, une collection de céramiques grecques, ce qui nous permet de proposer des représentations de banquets. C’était d’ailleurs le thème de notre participation à l’édition 2017 du festival Arelate qui pour la première fois s’ouvrait à une troupe de reconstitution grecque. Nous y avons représenté, à l’heure du repas, un banquet grec suivi d’une cérémonie de jeux en l’honneur d’Héraclès. Nous cherchons à être les plus fidèles possibles : pendant le banquet, un membre est désigné symposiarque (« chef de banquet ») et distribue les gorgées à boire.

A partir de ces différentes activités, nous pouvons varier les formes de nos prestations : au festival Arelate, nous avions choisi d’axer davantage l’événement sur le banquet parce que le thème du Festival était le luxe (en lien avec une exposition du Musée de l’Arles Antique), mais aux Journées Romaines de Saint-Romain-en-Gal, nous avions choisi de ne faire que dans le militaire parce que nous présentions pour la première fois notre phalange macédonienne. Nous faisons parfois des petites interventions pour des manifestations caritatives : nous étions par exemple intervenus lors d’une journée qu’une de nos membres organisait à Plan de Campagne pour récolter des fonds pour aider les enfants malades. Nous pouvons également organiser des prestations off, c’est-à-dire entre nous : la première prestation à laquelle j’ai participé était une prestation « jeu de rôle grandeur nature » sur un terrain privé loué pour l’occasion, où chaque membre incarnait un personnage qui évoluait selon un scénario prédéfini. Mais, si la reconstitution est sans doute aussi un divertissement et que c’est aussi une façon de se détendre, l’association se veut tout de même sérieuse : le but reste de transmettre à un large public une image de l’Antiquité grecque qui soit la plus en accord avec les découvertes archéologiques et la plus grande historicité possible reste de rigueur !

Existait-il des cnémides en cuir ?

A ce titre, nous veillons énormément à ce que notre matériel soit le plus historique possible, c’est-à-dire en adéquation avec les informations que nous donnent l’archéologie, mais aussi la littérature. Les sources iconographiques sont notre première source : par exemple les motifs de nos boucliers sont historiquement attestés, nous les choisissons à partir de ce que nous pouvons trouver sur les représentations iconographiques, en particulier sur les poteries. Nous nous efforçons donc d’avoir un matériel le mieux historiquement attesté possible, et à ce propos nous avons même un membre préposé à la vérification de cette historicité. Un grand débat a d’ailleurs lieu dans l’association en ce moment : les cnémides (« jambières ») ont-elles pu être réalisées en cuir ou n’existent-elles qu’en bronze ? Rien ne semble permettre, ni dans la littérature ni dans l’archéologie, de trancher la question puisque nous n’avons jamais retrouvé à ce jour de cnémides en cuir. En cette absence de sources, certains préfèrent garder des cnémides en bronze. Mais ce sont nos casques qui révèlent le mieux cette volonté d’historicité. Aujourd’hui, nous représentons principalement la Guerre du Péloponnèse et le IVe siècle, ce qui nous empêche donc d’utiliser des casques dits « corinthiens », trop archaïques. Lorsque l’association a plus ou moins décidé d’abandonner la première moitié du Ve siècle, il a fallu retravailler tous les anciens casques corinthiens pour les adapter aux modèles utilisés au IVe siècle, lors duquel les Grecs ont utilisé beaucoup plus des casques dits « attiques ». J’ai moi-même un casque corinthien retravaillé pour devenir un casque corinthien dit « tardif ». Comme je le disais précédemment, nous avons commencé à tester la phalange macédonienne : là, c’est tout le matériel qu’il faut revoir puisque les lances grandissent, devenant des sarisses, au contraire des boucliers qui rapetissent drastiquement. Cela donne d’ailleurs un spectacle très impressionnant qui vaut vraiment le coup d’œil : mon expérience personnelle aux Journées gallo-romaines de Saint-Romain-en-Gal où nous avons fait notre première présentation en guerriers macédoniens fut vraiment très bonne ; j’ai surtout été marqué par la nouveauté qu’apportait l’expérimentation d’une nouvelle forme de phalange, très différente en réalité de la phalange grecque. Contents de ce que nous avons fait, nous représenterons plus souvent les manœuvres militaires macédoniennes lors de notre saison 2018, ce qui va donc réclamer beaucoup de travail afin de bien adapter notre matériel. Et non plus seulement aux standards de la période macédonienne, puisque nous aimerions nous lancer dans la reconstitution d’armées de thuréophores, c’est-à-dire des soldats grecs des IIe et Ier siècles av. J.-C. Tout cela va demander, tout au long de l’année 2018 mais aussi des années à venir, énormément de travail, d’adaptation de notre matériel déjà existant et de fabrication de nouveaux boucliers et armes.

Fabriquer sa panoplie

J’en viens alors à l’aspect qui reste peut-être l’un des éléments les moins visibles du grand public et pourtant l’un des plus importants lorsque l’on fait de la reconstitution : la fabrication de tout cet équipement. Tout ce qui est en tissu, c’est-à-dire les tuniques, les chlamydes (« manteau de pourpre », les himatia (« vêtements »), nos sous-vêtements (appelés perizôma), c’est à chaque membre de se confectionner les siens : c’est la partie la plus simple de notre équipement. En fait, il est très simple de se faire un équipement grec : il est possible de combattre en simple tunique, l’hoplite n’ayant besoin que d’un casque, d’une lance et d’un bouclier (il ne lui est pas obligatoire d’avoir une armure ou thorax, voire linothorax, l’ancêtre de notre gilet pare-balles, ni même de posséder des cnémides ou une lame comme un xiphos ou un kopis). Tout ce qui est en métal, nous ne savons pas le faire entièrement nous-mêmes : nous achetons donc les casques que nous pouvons ensuite retravailler selon notre envie. En revanche, c’est nous qui façonnons les attaches des boucliers. Pour notre organisation, nous organisons plus ou moins régulièrement des week-ends lors desquels nous confectionnons principalement nos boucliers, nos chaussures, nos tentes… Pour les curieux : nos boucliers sont essentiellement en bois (le bronze est trop lourd et ne sert que de revêtement d’apparat : oubliez de suite les immondices en métal massif que l’on voit dans 300), nous faisons ça en superposant quatre couches de lamelles de bois fixées avec de la colle. Nous expérimentons beaucoup également lors de ces week-ends : dernièrement nous en avons profité pour faire quelques expériences sur notre phalange macédonienne. Il est possible pour chaque membre de faire son équipement personnel seul chez lui (je pense notamment aux tuniques, aux linothorax ou aux chaussures), mais la fabrication de matériel en groupe est également un élément important, d’une part parce qu’il est très long, voire impossible par exemple de fabriquer un bouclier seul (et alors, pour les tentes, n’en parlons même pas), de l’autre, plus officieusement, pour la cohésion que ces week-ends peuvent créer entre les membres. Si les prestations devant le public peuvent bien entendu suffire, ces moments entre membres ont également leur importance. En témoigne notamment la prestation « off » lors de laquelle j’ai découvert l’association. Nous avons d’ailleurs des rituels d’intégration qui participent à cette bonne ambiance, je pense surtout au rituel de la sambuca qui consiste tout simplement à boire un verre de sambuca, une sorte d’anisette italienne, d’une manière particulière (une sorte de bizutage, mais je vous rassure : c’est tout sauf humiliant). De même, les prestations données à l’étranger permettent aux membres de l’association de voyager, et les voyages sont toujours remplis d’anecdotes qui forgent des liens. C’est un point sûrement un peu plus secondaire ou un peu trop évident, mais il est important de noter que se créent des liens d’amitié entre les différents membres de l’association et que ces liens sont essentiels à notre troupe. L’ambiance de l’association est d’ailleurs assez particulière compte tenu de notre moyenne d’âge finalement assez basse dans le monde de la reconstitution, puisque la plupart des membres sont des étudiants recrutés lors des cours dispensés au Centre Sportif Universitaire. Nous nous retrouvons donc entre jeunes et même si nous ne sommes pas tous dans le même cursus, que nous venons d’horizons différents, ne partageons pas forcément les mêmes idées, les mêmes goûts, nous partageons tous une même passion de l’histoire vivante qui est un liant très fort et primordial pour la tenue du projet qu’est celui de l’association.

Un de nos ateliers, l’atelier céramique (© Thalie Moliner)

Archéologie expérimentale du combat hoplitique

Je finirai alors sur cette question : le projet de l’association. Les Somatophylaques se veut en réalité être avant toute chose une association d’archéologie expérimentale et de vulgarisation scientifique. Le but de nos prestations est de faire de la vulgarisation scientifique, vulgarisation de ce que la science a déjà produit, mais aussi de ce que nous avons appris de nos propres expérimentations. Nous avons en effet une vocation scientifique intrinsèque. Nous essayons d’apporter une autre dimension à la recherche en en explorant un aspect pratique, un peu comme ce qui a par exemple été fait avec le navire Gyptis (reconstitution par les archéologues d’Aix-en-Provence d’un navire antique qui aujourd’hui navigue du côté de Marseille). Nous mettons à ce propos assez souvent à l’épreuve notre idée de ce qu’est la phalange grecque en la confrontant aux pratiques d’autres associations de reconstitution grecque, une espagnole nommée Athéna Promakhos et une autre française, Hoplitai en Galatia. Nous voyons la phalange comme une formation très serrée, mais nos confrères espagnols la pensent par exemple plus espacée. Nous pouvons, au cours de différentes rencontres, comme cette année nous l’avons fait sur le site archéologique d’Olbia à Hyères, confronter ces différentes idées pour voir laquelle est la plus plausible. Ce sont les sources archéologiques et textuelles (je pense à certains poèmes de Tyrtée) qui ont inspiré notre idée selon laquelle la phalange est une formation serrée, parce qu’il est souvent question de l’hoplite posant son bouclier sur le bouclier de son camarade de droite pour le protéger, mais nous mettons également à l’épreuve de la pratique ces informations pour voir comment les affiner, pour vérifier ce qu’il pouvait en être dans la pratique, ce qui pourrait le mieux se rapprocher de la réalité historique. De la même façon, lorsque nous faisons du combat à la lance, nous essayons de voir quels mouvements peuvent amener les positions que nous pouvons observer dans l’iconographie grecque. Nous expérimentons en ce moment la capacité des lances à trancher des corps. S’il est bien établi que les coups d’estoc transpercent bien des corps, nous hésitons en effet sur la capacité des lances à trancher la peau, non pas avec la pointe mais avec leur côté. Pour ce faire, l’idée est de récupérer un morceau de viande assez frais et de vérifier s’il est possible de le trancher avec le côté de la lance. Affaire à suivre donc !

Une association, des stagiaires, des conférences…

L’aspect scientifique de l’association se voit aussi dans l’utilisation qu’en font certains étudiants : notre président Vincent, pour un mémoire d’anthropologie, a par exemple fait une étude du fonctionnement de l’association. De mon côté, j’ai pu utiliser ce que j’ai appris par la pratique de la phalange pour mon mémoire de master sur l’image des rois spartiates dans la littérature grecque, pour mieux comprendre certains textes par exemple ; et très souvent des étudiants viennent effectuer les stages nécessaires à leurs études parmi nous. Par exemple, nous avons eu au cours du premier semestre de l’année 2017 / 2018 une étudiante en anthropologie venue faire une sorte de synthèse sur notre fonctionnement, un peu comme ce qu’avait déjà fait Vincent.

Dans un second temps, comme je le disais précédemment, notre but est donc également de transmettre lors de nos prestations devant le public les savoirs que nous créons. C’est avant tout un savoir sur les questions militaires que nous produisons, mais certains membres ont travaillé pendant leurs études sur des domaines touchant à l’histoire : ils peuvent également réinvestir lors de nos différentes prestations ce qu’ils ont fait pendant leurs études, en proposant des ateliers en lien avec leur spécialité. Par exemple, nous avons proposé à une étudiante en archéologie qui vient de rejoindre l’association et fait de la danse de travailler son mémoire de mastère sur la danse dans le monde grec, pour qu’elle puisse ensuite développer un atelier sur ce domaine. De la même manière, j’ai déjà parlé de Théo, qui a travaillé pour son mastère sur le mobilier de Qumrân, et de son atelier sur la céramique. Notre dernière prestation à la villa Kérylos était réservée aux Somatophylaques diplômés au moins d’un mastère de recherche dans un domaine touchant aux sciences de l’Antiquité ou à l’Histoire, ou s’étant déjà essayé à la recherche dans ces différents domaines, chaque membre devant présenter sa spécialité au cours de conférences ou d’ateliers. L’archéologue Manuel Moliner, conservateur en chef du patrimoine à Marseille et membre de l’association, y a fait une conférence sur la Provence grecque ; « Phi », notre philosophe, une conférence sur la question de l’Eros ; j’ai moi-même pu faire ma première conférence sur l’image de Sparte dans la littérature grecque, des ateliers ont été présentés sur la poterie et la cuisine grecques par des membres spécialistes de la question, Théo et Rémi, notre vice-président qui voit dans son activité de cuistot de l’association un moyen de faire de la recherche de façon officieuse, un autre atelier a été présenté sur la guerre par Johann qui étudie en mastère le monde macédonien… Toujours dans ce souci de transmettre à un large public ce que nous apprenons de nos expériences, Vincent a rédigé des articles dans plusieurs numéros d’Antiquité Magazine, et a rédigé en intégralité deux numéros hors-série intitulés L’Hoplite, le premier guerrier de l’histoire, destinés à être publiés plus tard sous le format d’un livre unique. Une chaîne YouTube, Histoire d’aimer, a été récemment ouverte par Vincent, Rémi et Thalie Moliner, notre photographe et vidéaste « officielle », pour transmettre à un large public des savoirs scientifiques. La chaîne ne veut pas se limiter à des contenus purement sérieux, ses créateurs aimeraient également lui donner un côté ludique. C’est donc cette volonté de vulgarisation des savoirs scientifiques que nous créons en partie et vérifions nous-mêmes par la pratique qui anime toutes les activités de notre association les Somatophylaques.

C’est donc précisément pour cette raison que nous attendons à chacune de nos prestations un public le plus nombreux possible et que nous nous efforçons de présenter à chaque fois des prestations de qualité : si nous sommes là, c’est que nous avons la conviction que l’histoire vivante est très importante aujourd’hui dans la transmission de la culture et des savoirs parce qu’elle permet une approche ludique et originale de l’histoire.

Sport & études

Pour conclure, je dirais qu’à titre personnel, être membre des Somatophylaques me permet de faire d’une pierre deux coups. J’y ai trouvé un moyen non seulement de me divertir, de m’évader, de me détendre, mais aussi de me motiver à faire du sport original, mais aussi une manière de prolonger mes études et de transmettre ce que j’y ai appris qui me change un petit peu des cadres officiels de l’Université et des établissement scolaires où j’enseigne le latin et le grec. En fait, c’est finalement du donnant-donnant : d’un côté, je réinvestis ce que j’ai appris dans mes études dans la reconstitution, de l’autre, je me sers de ce que j’ai appris par la reconstitution dans mes études et pour les cours que je donne au collège. La reconstitution historique, que ce soit en domaine grec, romain, médiéval ou en je ne sais quelle autre période (il existe aujourd’hui toutes sortes d’associations) est donc une expérience très riche, que je recommande à quiconque s’intéresse de très près à l’Histoire, que ce soit en simple spectateur ou en reconstituant !

Quelques liens :

  • notre page Facebook : https://www.facebook.com/Les-Somatophylaques-369335466520892/
  • notre site web : https://lessomatophylaques.jimdo.com/
  • Notre programme pour 2018 reste à définir, mais vous pourrez très certainement nous retrouver au Musée d’Histoire de Marseille, pour les Journées Nationales de l’Archéologie les 15, 16 et 17 juin et au festival Arelate, au Musée de l’Arles Antique, les 25 et 26 août.

Une réflexion sur « Thomas Frantz : Devenez un guerrier grec, ou les Somatophylaques »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *