Christian Boudignon : Malheur à qui ne lit pas ses livres ! (Bibliotaphos 1)

➤   λύχνος n° 149, mars 2018,  article un.

Un « croque-mort de livres » ou la lettre d’Isidore de Péluse à un “bibliotaphe”

Illustration des « Malheurs de Sophie » de la Comtesse de Ségur (wikicommons)

[Nous publions sur l’idée de Mme Lucrèce Luciani un petit dossier autour du mot grec bibliotaphos : « croque-mort de livres ». Ce mot inventé on ne sait quand a eu un grand destin dans la littérature grecque et même française… En voici la première attestation.]

Isidore de Péluse (v. 355 -v. 435/440) ancien professeur de rhétorique, tout comme saint Augustin, devenu prêtre et moine à Péluse, à l’extrême nord-ouest du Delta du Nil, a écrit un volumineux corpus de lettres qui donnent avec élégance des conseils spirituels dans toute une série de situations de la vie quotidienne. Ici, il use d’un ton violent, ou bien ironiquement violent avec un homme avec qui il serait en connivence, contre un certain Simplicius, qui est en fait un chrétien, gouverneur de Péluse à partir de 432 (voir Lettres 225, 226 et 1852 = 5.456 et Pierre Evieux, Isidore de Péluse, Paris, 1995, p. 108).

Texte grec

Isidore de Péluse, Lettres (Patrologia graeca 78, col 268)

Lettre (1. 127) à Simplicius

Βίβλους ἐκτήσω πλείστας, ὡς ἔμαθον, καὶ οἰήσει πλουτεῖς, ἀγνοῶν τὴν ἀνάγνωσιν, ταυτὸν ποιῶν τοῖς τὸν σῖτον κατέχουσι, καὶ τοὺς σῆτας τρέφουσι. Καὶ αὐταὶ μὲν γὰρ σητῶν μητέρες καὶ τροφοὶ, ὅταν δέδενται, γίνονται. Ἣ κέχρησο τοίνυν τῷ κτήματι, ἢ μὴ βλάπτε τὴν παίδευσιν, πολλὴν κἀνταῦθα κωμῳδίαν συνάγων, βιβλιοφόρος ἢ βιβλιοτάφος, καὶ σητοτρόφος καλούμενος· καὶ ἐπὶ Θεοῦ κατηγορίαν ἀθροίζων, ὡς μέγα τάλαντον ὠφελείας ἀποκρυψάμενος, ὅ ἄλλοις μὲν ἐπιστεύθη, καὶ σοφῶς ἐπειργάσθη, παρὰ σοῦ δὲ ἰταμῶς κατωρύχθη

Traduction

Tu as acquis une foule de livres, comme je l’ai appris, et tu es riche en vanité, ignorant que tu es de leur lecture ! Tu fais comme ceux qui engrangent le blé et nourrissent les vers. Car les livres engendrent des vers et les nourrissent quand ils restent fermés dans leurs attaches. Hé bien, use donc de ton trésor ou bien alors ne nuis pas à la culture, rassemblant par là contre toi tous les comiques, méritant le surnom de « porte livre » (bibliophore), de « croque-mort des livres » (bibliotaphe) ou de « nourrisseur de vers » (sètotrophe) et accumulant <contre toi> l’accusation divine pour avoir mis en réserve un grand talent (cf. Matthieu, 25, 14-30 ; Luc 19, 12-27) plein d’utilité qui a été confié à d’autres, qu’ils ont fait sagement travailler, mais que toi, tu as tout de suite enfoui.

Bref commentaire

Isidore dénonce la contradiction entre ce qu’il présente comme une forme d’illettrisme (mais qui n’est sans doute que le fait que Simplicius ne lise pas ses livres) et la bibliothèque qu’il a acquise et qui ne lui fournit donc que présomption et vanité. Cette acquisition d’une foule de livres dépasse vraisemblablement la capacité de lecture d’un homme dont la charge politique est en plus probablement accaparante. Reproche lui est fait de « nuire à la culture » en fermant sa bibliothèque probablement à d’autres lecteurs. Tout riche est en effet censé, dans le cadre de l’évergétisme de la cité, contribuer par sa richesse au bien-être des citoyens et les bibliothèques privées dans l’Antiquité, en l’absence souvent de bibliothèques publiques, se doivent de s’ouvrir aux gens cultivés, ou du moins aux amis cultivés. On peut imaginer que cette lettre traduise l’amertume de l’auteur après la recommandation d’un lecteur au destinataire qui n’a pas été suivie d’effet ou toute autre situation similaire.

Isidore recourt alors à la tradition de la comédie, vraisemblablement la comédie attique, et à trois qualificatifs qui remontent peut-être dans ce cas aux Ve et IVe siècles avant J.-C. « Bibliophoros » est celui qui n’est plus un lecteur, mais soit un simple portefaix, un porteur (porteur de livres à l’occasion), soit un simple facteur (peut-être porteur de factures ou autres injonction à payer ?), deux métiers qui sont au bas de l’échelle sociale. « Bibliotaphos » est celui qui enferme les livres dans un tombeau, un fossoyeur de livres, à savoir de sa bibliothèque dans la mesure où elle est fermée au public ou du moins aux amis cultivés. « Sètotrophos » désigne celui qui nourrit les vers et peut s’appliquer au thésaurisateur de blé, au spéculateur, à l’affameur du peuple, cité auparavant en exemple par Isidore de Péluse.

Ce problème grave de la spéculation sur le grain dans les sociétés antiques qui restent très dépendantes de l’agriculture est évoqué dans la parabole évangélique du riche insensé qui construit des greniers pour engranger sa récolte trop abondante et en fait pouvoir mieux spéculer (Luc 12, 13-21). Mais paradoxalement c’est la parabole des talents (Matthieu, 25, 14-30 ; Luc 19, 12-27) qui est explicitement citée, bien qu’elle évoque la spéculation à partir de la somme du talent (qui représente normalement six mille pièces d’argent ou drachmes). Isidore associe ainsi à la réprobation sociale des poètes comiques le jugement divin de l’évangile contre celui qui, en mauvais intendant, refuse de faire travailler son argent, ne serait-ce qu’à la banque.

On notera enfin qu’Isidore reproche à son correspondant de garder les livres « attachés » ou « enfermés dans des attaches ». Cela fait peut-être référence à un système de fermeture du livre entre les deux planches (les « ais ») de la reliure… Un système non sans ressemblance existe à la Renaissance avec des chaînes attachées à la reliure pour éviter qu’on emporte le livre hors de la bibliothèque.

Christian Boudignon

Maître de conférences en langue et littérature grecque à l’Université d’Aix-Marseille (AMU)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.