J. Kaminski traduit pour vous sept poèmes de Patrocle Leventopoulos « Miel ou fiel »

► LITTERATURE GRECQUE MODERNE (ὁ λύχνος, numéro 147, juillet 2017,  quarantième année, article deux)

Couverture de « Fiel et miel » de P. Leventopoulos, éd. Gavrielidis

Fiel et miel [1]

Patrocle Leventopoulos, Κακίες και ακακίες,

éd. Gavrielidis, Athènes, 2016.

Commentant son livre, Patrocle Leventopoulos nous confie que c’est « un jeu…, tout ce qu’il dit recèle tantôt du miel tantôt du vinaigre » ; à vrai dire surtout du vinaigre car ce qui domine dans ces poèmes c’est le trait satirique, souvent facétieux, qui n’épargne ni le vénérable royaume des morts, ni le narcissisme des auteurs, ni les ambivalences du citoyen grec moderne. On y retrouve le caractère frondeur des précédents recueils (Épitaphes, Ode à Sergio Leone) : Patrocle Leventopoulos est bien celui qui combat encore sur les bastions de Missolonghi…

J. Kaminski

Juste Réclamation

 

Eh ! n’allons pas tout mettre au même niveau !

L’ordre et la sécurité en seraient ébranlés en premier.

Et puis j’ai fait tant d’efforts pour surpasser

laissez-moi au moins s’il vous plaît dépasser[2].

Être au même niveau que les autres je ne supporte pas.

 

ΔΙΚΑΙΟΝ ΑΙΤΗΜΑ

 

Ε, ας μην τα ισοπεδώνουμε κι όλα!

Η τάξη κι η ασφάλεια θα διασαλευόταν πρώτα απ᾽ όλα.

Αχ τόσο που προσπάθησα να υπερέχω

σας παρακαλώ αφήστε με να προεξέχω.

Με άλλους να είμαι ίσος δεν αντέχω.

 

***

Doute raisonnable

 

Nos opinions coïncident sur ce point.

Sûrement la dame était anglophone

éventuellement aussi docteur en anglais,

mais comment expliquer qu’une Valaque de Gravara[3]

se nomme O’Hara ?

 

ΕΥΛΟΓΟΣ ΑΠΟΡΙΑ

 

Οι απόψεις μας συμπίπτουν στο σημείο αυτό.

Σίγουρα η κυρία ήτο αγγλομαθής

ενδεχομένως και διδάκτωρ αγγλικής,

μα πώς το εξηγείς μια βλαχάρα από τα Γκράβαρα

να επονομἀζεται Ο᾽ Χάρα;

 

***

Règles de conduite

 

À la frontière nuageuse du royaume d’Hadès

dans le silence glacial d’un lieu verdoyant[4]

il nous convient de montrer le plus grand respect.

Dans la galère les âmes ignorent la digestion

une détonation soudaine peut être prise

pour un signal de soulèvement général

et dans le pandémonium les ténèbres vont en engloutir plusieurs.

Quand Pluton s’aperçoit d’un projet de révolte

comme un coup d’État de la vie éternelle

scellant la porte de l’autre monde hermétiquement

il en exclut tout accès.

Quand quelque chose étrangement familier du rêve de la vie

excite l’odorat de Cerbère

le démon se jette avec rage sur les souvenirs oubliés

pour massacrer leurs chairs flairées.

Un tel mélange de méthane de la vie terrestre

qui contient le composant habituel du soufre

se trouve inadapté à toute notion de saint et sacré

et diluant irrémédiablement le givre du songe

élève chez les âmes l’impatience du retour

à des niveaux d’alerte dangereux.

Alors Héphaïstos à titre d’exemple forge des liens implacables pour le profanateur

pour chaque gredin téméraire

qui bravant le terrible abîme

égaré par le labyrinthe de la pensée

ne daigne pas donner à Charon l’obole

tandis qu’il se faufile insolemment dans l’autre monde.

Si au moins il montrait le respect consacré

il pourrait rappeler comme circonstance atténuante

qu’il accomplit une vieille commande d’épitaphes à Simonide,

oubliée pendant des siècles sur un papyrus ancien,

et fournissant aussi comme preuve un extrait de l’épigramme

en même temps qu’un ticket d’embarquement de morts célèbres,

il pourrait en suppliant tomber aux pieds du monarque ténébreux

pour essayer d’apaiser sa terrible colère.

 

***

Déterminé

 

Ne me mêle pas à Blake

avec ses allégories métaphysiques

et ses dieux à étoles.

À Lord Byron fidèle je continuerai

sur les bastions de Missolonghi[5] à charger les fusils.

 

ΠΡΟΣΔΙΟΡΙΣΜΟΣ

 

Με τον Μπλείκ μην με μπλέκεις

με μεταφυσικές αλληγορίες

με μυστικές αιρέσεις

και θεούς με πετραχήλια.

Στον λόρδο Μπάιρον θα μείνω συνεπής

στου Μεσολογγιού τις τάπιες να γεμίζω καριοφίλια.

 

***

Certificat de prix

 

Je t’ai remis un prix, tu m’as remis un prix,

et ceux de l’an passé qui nous ont remis un prix

eux aussi en définitive ont reçu un prix

et pourtant nous recevons des flèches de l’intérieur

même si nous sommes restés fidèles à la liste de priorité.

Dans notre confrérie choisie

aucun (ayant droit) ne s’est trouvé sans prix

et maintenant prennent la suite les cousins germains

les gendres et les neveux

– tous nos sages en herbe.

Avec une extrême légalité et autres choses similaires

nous avons reçu la signature de l’establishment

et savouré l’ivresse de la gloire.

Laisse tomber les jalousies et les calomnies, patience

ton tour va revenir,

narcissiques nous le sommes nous aussi mon vieux

cousins éloignés des handicapés

et même si nous lançons honoris causa une pique

comme ça pour troubler seulement un peu les eaux

ne pleurnichons pas comme des enfants mal élevés

au nom de Dieu pourvu que l’ordre ne soit pas bousculé

– d’ailleurs moi aussi en personne j’ai reçu un prix –

c’est ainsi depuis toujours, et elles fonctionnent bien

les coutumes civilisées de la corporation.

 

***

Far West[6]

 

« Nous appartenons sans réserve à l’Occident »[7]

comme l’avait déclaré à temps le sage homme d’État.

Mais nous précisons que nous appartenons au Far West

et le Far West comme toute entreprise doit lui aussi vivre

les péripéties de la compétitivité

où personne ne s’ennuiera

puisqu’une activité foisonnante occupe même les truands avec des coups de pistolet

et s’il le faut un comparse sur la scène

laisse pour elle son dernier souffle

quand à nouveau le peuple jadis insoumis

comme un anarchiste qui vit dans la clandestinité

finalement assimile le « sauve qui peut ».

Dans cette brutale liquidation finale de l’existence

entre la conscience de la dette et de la dure vengeance,

dans la dernière confrontation avec cette vie étrangère

qu’on nous a imposée,

quand l’adolescent blessé à cheval revient dans la dernière scène

et réclame justice pour devenir le vengeur de nos rêves –

quand nous tous déserteurs avons bradé toute responsabilité

vainement nous réclamons à la vie sa leçon de morale.

Pourtant nous sommes fiers que ce scénario improvisé

avec ses rafales d’intrigues

ait été notre choix personnel et notre expérience de jeunesse.

Autre chose le risque essentiel :

dans ce spectacle d’un divertissement guerrier implacable

dans cette péripétie de la survie

réfléchissons avec sang-froid :

Étions-nous les chasseurs

ou étions-nous le gibier ?

 

***

Néogrec 2008 apr. J.-C.

 

Maladroit et plein d’adresse,

prétentieux et apeuré

mishellène et philhellène

sans courber toujours la nuque

d’habitude le Néogrec se débrouille

nourri comme l’élu qui mérite

quelque chose de plus que le troupeau

rapace adroit, sage avec ses finances.

Polyglotte et ignare

mais anglophone par excellence

orthodoxe et superstitieux

dépistant autour de lui des sources exploitables

et restant toujours un matérialiste hésitant.

Millionnaire qui joue le mendiant

prisonnier de ses propres passions

émigrant, aventurier jusqu’au bout de la terre

lié étroitement à sa mère par l’ombilic

susceptible, ambitieux infantile et lunatique

s’adaptant aux crédos de cette époque

vulgaire frimeur schizophrène et divisé

entre les valeurs familiales et économiques

tantôt posant à la star débridée

d’une série télévisée à Beverly Hills

tantôt au père-Mitsos le phallocrate

avec sa belle-mère

pitoyable en public, en privé éventuellement sympathique

autrefois patriote et révolutionnaire

maintenant s’agissant de réussir

cynique, impitoyable, racketteur brutal

ou au contraire s’accommodant de tout

un simple consommateur pris de panique.

 

 

ΝΕΟΕΛΛΗΝ 200 μ.Χ.

 

Αμήχανος και πολυμήχανος,

αυτάρεσκος και κατατρομαγμένος

μισέλλην και φιλέλλην

χωρίς να κύπτει πάντα την ωλένην

συνήθως τα καταφέρνει ο Νεοέλλην

γαλουχηθείς ως ο εκλεκτός που δικαιούται

το κάτι παραπάνω απ᾽ την αγέλην

επιτηδευμένα αρπακτικός, στα οικονομικά του νουνεχής.

Πολύγλωσσος και αστοιχείωτος

αλλά κατεξοχήν αγγλομαθής

ορθόδοξος και δεισιδαίμων

εκμεταλλεύσιμες πηγές τριγύρω ανιχνεύων

και υλιστής παραμένων πάντα ανασφαλής.

Πάμπλουτος που υποδύεται επαίτη

από τα ίδια του τα πάθη εγκλωβισμένος

μετανάστης, τυχοδιώκτης στα πέρατα της γης

από της μάνας του τον αφαλό σφιχτοδεμένος

εύθικτος, μωροφιλόδοξος και σεληνιασμένος

προσαρμοσμένος στα πιστεύω αυτής της εποχής

χυδαίος επιδειξίας σχιζοφρενής και διχασμένος

ανάμεσα στις οικογενειακές και οικονομικές αξίες

άλλοτε ποζάρων αχαλίνωτος αστέρας

σειράς τηλεοπτικής στο Beverly Hills

κι άλλοτε φαλλοκράτωρ μπαρμπα-Μήτσος

μετά της συμπεθέρας

δημόσια οικτρός, κατ᾽ ιδίαν ενδεχομένως συμπαθής

πάλαι ποτέ πατριώτης επαναστάτης

τώρα προκειμένου να πετύχει

κυνικός, αμείλικτος, σκαιός εκβιαστής

ή αντίθετα συμβιβασμένος με τα πάντα

ένας πανικόβλητος απλός καταναλωτής.

 

[1] Fiel et miel est une trouvaille de Dominique Blanc pour rendre le jeu de mots très réussi en grec, mais intraduisible tel quel en français.

[2] Allusion plaisante du poète à sa corpulence.

[3] Τα Γκράϐαρα, province de Naupactie dans le nome de l’Etoloacarnanie, monta­gneuse et isolée à l’ouest de la Grèce continentale. Ses habitants étaient appelés Valaques avec le sens péjoratif de personnes grossières et incultes.

[4] εν τόπω χλοερώ, expression du cérémonial funèbre pour désigner l’autre monde (le paradis), ici évidemment ironique.

[5] Ville d’Étolie-Acarnanie, où se déroulèrent les épisodes les plus dramatiques des luttes pour l’indépendance grecque.

[6] Jeu de mots plein de sous-entendus entre le sens littéral d’Αγρία Δύση, « Occident sauvage » et ce qu’il désigne communément : le Far West.

[7] Phrase prononcée par Constantin Karamanlis, le Premier Ministre grec qui fit entrer son pays dans l’Union Européenne en mai 1979.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *