Bernard Boyaval redonne du rythme aux épigrammes funéraires

➤ Epigraphie grecque  ( λύχνος n° 146, mars 2017, article sept)

Notes sur quelques épigrammes funéraires

 

« Il avait déjà achevé le cycle des 53 ans » : Rembrandt, Autoportrait à 53 ans, 1659, Galerie nationale, Washington

Sur une expression de la filiation

       Dans leur Bulletin épigraphique de la REG 81, 1968, p. 422, n° 7, J. et L. Robert ont reproché à certains éditeurs de stèles d’avoir ignoré la règle de grammaire qui impose à l’expression de la filiation les constructions Ἀρτέμων Ἀπολλωνίου ou Ἀρτέμωνος τοῦ Ἀπολλωνίου (Artémon, fils d’Apollonios). En bonne langue, en effet, on ne peut ajouter l’article défini devant le patronyme que si le premier nom est au génitif.

       À propos du tour fautif Ἀρτέμων τοῦ Ἀπολλωνίου, ils ont ajouté : « cela n’est pas grec ; il n’y en a aucun exemple ».

       Or, une étiquette du Louvre, CRIPEL 3, 1975, n° 579, p. 233 porte : Κόραξ τοῦ Πανᾶ{ς}.

       Dans la même littérature, on trouve aussi nom et patronyme, tous deux au génitif sans article devant le second. Vu la fréquence des errements, je ne cite que trois exemples, pour ne pas accabler le lecteur :

Sammelbuch 1   1187           Σεναπολλωνίας Πλαντᾶτος

                          1227           Ῥοδοκλείας Ποστόμου

CRIPEL 3 n° 507, p. 216     Ποσειδῶνος Σαραπίωνος.

   La règle énoncée plus haut a donc été malmenée. Faut-il voir dans ces manque­ments une évolution tardive de la langue, puisque ces étiquettes sont d’époque romaine, l’ignorance de milieux peu hellénisés, puisqu’elles émanent d’ateliers indi­gènes d’embaumement, doit-on, plus simplement, penser que cette règle de gram­maire n’était pas jugée, à l’époque, aussi contraignante que J. et L. Robert l’avaient supposé ?

Orthographe et versification

       Dans Ὁ Λύχνος 98 (2004), p. 53, 111 (2009), p. 44 et 128 (2011), p. 65, un xi rend trois vers faux si l’on se fie à l’orthographe, mais les mêmes vers sont corrects si l’on admet que le retard de l’orthographe sur l’évolution phonétique y masque l’assi­milation de l’occlusive à la sifflante[1], -s- étant la prononciation de ce qui s’écrivait encore -ksi- à la date des épigrammes.

       Voici une nouvelle source d’embarras.

       Le groupe nasale N + dentale T est fréquent en grec ancien (ex. τριάκο-ντ-α, λύο-ντ-ες). Or, la nasale a fini par s’assimiler à la dentale, disparaissant parfois de l’écriture[2]. En Égypte, on repère les premiers signes de son effacement dès l’époque hellénistique, sur des papyrus des années 165-100 av. J.-C.[3]. La liste des témoignages s’allonge aux époques ultérieures[4].

       Les Inscriptions métriques de l’Égypte gréco-romaine d’E. Bernand, 1969, en fournissent deux exemples.

       L’épitaphe de Sarapion (n° 79, p. 319) présente, au v. 4, le pentamètre

μειλείχιον πάντεσι καὶ ἤπιον ἀνθρώποισι,

(lui qui était) doux et amène envers tout le monde.

       Le premier hémistiche ne peut être tenu pour correct qu’à la condition d’y sup­poser un dactyle (— u u) prononcé onpate. Aux iie-iiie siècles, date probable de l’épigramme (o.l., p. 319, note 1), cet hémistiche était donc phonétiquement correct, mais poète et graveur en ont maintenu l’orthographe traditionnelle.

       L’épitaphe du magistrat Abraham de Tell el-Yahoudiyeh (n° 16, p. 96) com­mence par l’hexamètre

πεντήκοτα τριῶν ἐτέων κύκλον ἤδ᾽ἀνύσαντα,

il avait déjà achevé le cycle des cinquante-trois ans (trad. Bernand)

       Pour que le vers soit correct, il faut restituer πεντήκοντα. Contrairement à Ber­nand qui pense que le texte gravé « n’est pas une erreur du lapicide » (o.l. p. 97), je crois que ce poème a souffert d’une initiative intempestive de son graveur. En effet, on pourrait imaginer que le poète grec ait écrit πεντήκοντα et que le graveur, peut-être indigène, lui ait substitué une orthographe phonétique correspondant à la pronon­ciation du temps, l’époque impériale. C’est l’explication la plus vraisemblable de cette bévue, unique dans ce poème métriquement correct.

Bernard BOYAVAL

Université de Lille III

[1]. M. Lejeune, Traité de phonétique grecque, 2e éd. 1955, § 55 et 57, p. 63-64 ; on peut trouver une liste de témoignages dans les Jahreshefte 23, 1923, Beiblatt p. 401 (établie par J. Zingerle).

[2]. M. Lejeune, o.l. § 130, p. 125-126.

[3]. E. Mayser, Grammatik der griechischen Papyri aus der Ptolemäerzeit I, 1906, § 43 (c), p. 191.

[4]. F. Th. Gignac, A Grammar of the Greek Papyri of the Roman and Byzantine Periods I, 1976, p. 116-117, § c (2).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *