Christian Boudignon, Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n° 36)

► CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE (ὁ λύχνος n° 146, mars 2017, article six)

Pénélope était-elle à la Chambre ou dans sa chambre ?

 

Pinturicchio, Le retour d’Ulysse,1509, Galerie nationale de Londres (Wikicommons)

 

Je ne sais résister aux sirènes de l’actualité, surtout quand un scandale me permet de chambrer un candidat à la présidence de notre république. L’homme est accusé d’avoir donné à sa femme quelque(s) emploi(s)  fictif(s). Je ne peux m’empêcher de relever le contraste entre la Pénélope d’Ulysse et la Pénélope du camarade Fillon. L’une en restant sagement à la maison à tisser et à détisser sa toile ne put empêcher la dilapidation du patrimoine de son mari ; l’autre en restant sagement à la maison à tisser de petits textes pour une revue ne manqua pas d’accroître le patrimoine de son mari. Et pourtant la première fit malgré la ruine de sa maison la gloire de son mari tandis que l’autre par la gloire de sa maison fit la ruine de son mari.

J’appellerai cela de la politique de chambre. Je veux bien sûr parler de la Chambre des députés où la seconde Pénélope était censément assistante parlementaire, mais aussi de la chambre des époux ou bien la chambre d’une petite musique de chambre, avec petits arrangements entre soi, sa dulcinée et ses petiots…

Comme la démocratie, chambre est d’ailleurs un mot grec : καμάρα [kamára]. Chantraine, dans son Dictionnaire étymologique de la langue grecque[1], parle d’ « un terme technique d’origine peu claire ». Est-il grec ou bien emprunté, on en débat… Le mot καμάρα [kamára] désigne une construction voûtée, qu’il s’agisse d’une chambre, d’un tombeau, d’un char ou d’un navire couvert. On ne peut à ce stade manquer de rapprocher le mot de notre alcôve, mot emprunté à l’arabe al-qubba « la coupole, le dôme, le dais… ».

Babylone, ses voitures couvertes, ses « prostituées »

La plus ancienne attestation du mot se trouve chez Hérodote, Histoire, livre 1, ch. 199, quand, au Ve siècle avant J.-C., il décrit, premier scoop de l’histoire du reportage, la prostitution sacrée à Babylone. « La plus honteuse des lois de Babylone est celle-ci : toutes les femmes du pays doivent s’installer une fois dans leur vie au temple d’Aphrodite pour s’y livrer à un étranger. Beaucoup d’entre elles s’indignent de se mêler aux autres femmes, parce qu’elles s’enorgueillissent de leurs richesses et vont au temple dans des voitures couvertes (en kamarêsi) et y restent entourée d’une foule de domestiques. »

Ὁ δὲ δὴ αἴσχιστος τῶν νόμων ἐστὶ τοῖσι Βαβυλωνίοισι ὅδε· δεῖ πᾶσαν γυναῖκα ἐπιχωρίην ἱζομένην ἐς ἱρὸν Ἀφροδίτης ἅπαξ ἐν τῇ ζόῃ μιχθῆναι ἀνδρὶ ξείνῳ. Πολλαὶ δὲ καὶ οὐκ ἀξιούμεναι ἀναμίσγεσθαι τῇσι ἄλλῃσι, οἷα πλούτῳ ὑπερφρονέουσαι, ἐπὶ ζευγέων ἐν καμάρῃσι ἐλάσασαι πρὸς τὸ ἱρὸν ἑστᾶσι, θεραπηίη δέ σφι ὄπισθε ἕπεται πολλή.

Nous laissons aux Assyriologues le soin de dégager la part de fantasme qu’il y a dans ce récit que rapporte Hérodote et nous laissons notre lecteur sur sa faim, lui qui se demande ce qu’il se passait dans la voiture… Nous n’y étions pas ! Mais il est bien question d’une voiture couverte, littéralement d’un élément voûté (ἐν καμάρῃσι) placé sur un chariot attelé (ἐπὶ ζευγέων). Le même Hérodote nous explique ailleurs (Histoire livre 4, ch. 69) que les Scythes avaient coutume de faire périr les faux devins en les ligotant à l’intérieur d’un « char à voûte » (ἅμαξαν καμάρης [hamaxan kamarês]) qu’on remplissait de fagots, qu’on attelait à des bœufs et auquel on mettait le feu.

Ces chariots à voûte, ces voitures de luxe de l’époque, sont peut-être des emprunts à une civilisation prestigieuse, en même temps que le mot qui les désignait… Ce terme viendrait-il du vieux perse (une langue indo-européenne, elle aussi) ? En grec, le mot n’est pas attesté ailleurs que chez Hérodote, avant le deuxième siècle après J.-C. Il passe en latin sous la forme camera avec la fermeture habituelle du –a- à l’intérieur du mot en –e- (c’est l’apophonie, excellent terme pour le scrabble). L’accent se déplace aussi sur le premier –a- : cámera. Il a alors le sens de « voûte, arche », et notamment de « voûte en berceau ». Il ne prend apparemment le sens de « pièce, chambre » qu’avec Cassiodore au VIe siècle.

Chambrer ses camarades

Le mot évolue au Moyen-Âge alors dans deux sens : il y a la pièce publique, là où l’on rend la justice et qui deviendra plus tard la Chambre des députés. A cela s’oppose la pièce de vie, privée, qui deviendra notre chambre à coucher. Le mot a été marqué par la palatalisation du c- inital devenu quelque chose comme tch puis ch de chambre. Le e bref après l’accent sur la syllabe initiale est tombé et la rencontre entre m et r a fait apparaître une consonne de transition (ou épenthétique), le b : cámera > tchámre > chámbre.

De la vie en chambre vient, emprunté à l’espagnol, le camarade, qui n’est que le compagnon de chambrée et le verbe « chambrer » qui signifie à l’origine « loger dans une même chambre des camarades » puis aujourd’hui « faire ce qu’on fait entre camarades de chambre », c’est-à-dire faire des blagues de potaches sur les camarades.

 Revenons au mot latin camera. Il est entré une nouvelle fois en français, sous sa forme savante, empruntée à l’expression latine camera obscura, « chambre noire », utilisée pour désigner un instrument de vision employé par les peintres. Cette caméra se transformera plus tard en appareil photographique (en anglais et en français du Québec, par exemple), puis cinématographique (en français).

Espérons que la Pénélope qui déclarait le 15 novembre 2016 : « jusque-là depuis 35 ans, je suis bien restée dans l’ombre » ne souffrira pas trop de passer de l’obscurité de sa chambre à la lumière des caméras…

 

Christian Boudignon,

Maître de conférences en langue et littérature grecques à l’université d’Aix-Marseille

 

[1] DELG, Paris, 1999, p. 489.


Une réflexion sur « Christian Boudignon, Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n° 36) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *