Sylvie Tisserand : apprendre le grec au collège royal de la Flèche et au Prytanée (1603-2016)

► ὁ λύχνος n° 146, mars 2017, article cinq

L’enseignement du grec à La Flèche

 

Henri IV par Frans Pourbus le jeune, Château de Versailles, (Wikicommons)

 

L’enseignement du grec à La Flèche naît avec la fondation du collège royal offert par Henri IV aux jésuites en 1603. Il faut remonter aux motifs du développement des collèges jésuites à l’étranger et en France ainsi qu’aux raisons du Béarnais d’une implantation à La Flèche, petite ville mal pourvue pour accueillir un collège royal, afin d’ expliquer que ce lieu de villégiature personnelle se soit transformé en premier internat jésuite de France[1] (en effet, la France n’en comptera que 15 sur 90 établissements lors de la suppression de la Compagnie, lesquels ne dépassaient pas le quart des élèves), et pour justifier une politique favorable à l’enseignement du grec dans ce lieu. Ce ressourcement au grec se trouve ravivé à la Révolution qui veut faire table rase du modèle d’enseignement d’ancien régime lié étroitement au latin, langue de l’Église, et favoriser le grec, langue de la première démocratie et qui a fait naître à la Renaissance l’esprit de libre examen. À partir de 1821, de nombreux artistes et intellectuels embrassent la cause grecque et s’engagent aux côtés des indépendantistes grecs dans le pays natal de la démocratie en s’insurgeant contre l’occupant ottoman. L’imprimeur helléniste Firmin Didot embarque des livres pour le collège de Chios et des presses sur un bateau afin d’imprimer les premiers tracts de propagande[2], Napoléon lui-même formé dans cette empreinte grecque choisira un nom grec (soufflé par Jean-Baptiste Gail)- le Prytanée – pour le futur établissement modèle d’enseignement créé en juillet 1798, et pour la création des lycées et des gymnases (1802).

Le roi Henri IV connaissait-il le grec ?

La mère du futur roi de France, Jeanne d’Albret, fut le « premier exemple sûr de princesse française frottée de grec »[3], langue acquise sous la férule de son précepteur Nicolas Bourbon, et elle contribua au développement des études grecques en France[4]. Pourtant selon l’helléniste P. Boulhol, aucun roi n’a appris le grec, pas même François Ier, le premier et plus important mécène de l’hellénisme français, bien qu’entourés de précepteurs éminents dans les lettres grecques. Néanmoins, une rumeur bienveillante propagée par des biographes crédite le bon roi Henri d’une teinture de grec confirmée par le témoignage de Palma Cayet dans sa Chronologie novénaire[5]. Ce grand capitaine et brillant humaniste se vit confier l’éducation du jeune Béarnais vers 1560. Cependant, sa pédagogie consistait essentiellement à faire apprendre par cœur des maximes grecques choisies comme « Δεῖ φυγαδεύειν τήν στάσιν ἀπὸ τῆϛ πόλεωϛ (il faut chasser de la ville la sédition)» ! Selon Auguste Poirson, Henri IV savait suffisamment le grec pour en jouer et il rappelle parmi les souvenirs de lecture de jeunesse la fréquentation de Plutarque mais peut-être en traduction.[6] Néanmoins, le soin de choisir des précepteurs royaux lettrés en grec montre la faveur persistante de l’humanisme façonné à la Renaissance et le rôle joué par la culture grecque dans la formation morale des princes. Les enseignants jésuites peu favorables de manière doctrinale au grec si l’on s’en réfère aux institutions d’Ignace de Loyola vont l’être cependant dans la pratique pour des raisons stratégiques face au philhellénisme des enseignements protestants et notamment à La Flèche. Selon F. Lebrun, l’enseignement du grec fut plus développé dans les écoles protestantes que dans les établissements jésuites.[7] Nous verrons à la fin de cet article ce qu’il en fut à La Flèche.

Pourquoi du grec à La Flèche ?

Avant l’implantation du collège royal, La Flèche n’était pas sans attache avec la renaissance des lettres anciennes car un illustre humaniste, membre de la Pléiade, y possédait un manoir à la cour des Pins, Jean-Antoine de Baïf (Venise1532-Paris 1589). Il était fils de Lazare de Baïf (La Flèche 1496 -Paris 1547) qui fut successivement Ambassadeur à Venise, Conseiller au Parlement de Paris, Ambassadeur en Allemagne, Maître des Requêtes, et abbé de Grenetière et de Charroux. Chargé du renseignement pendant son Ambassade à Venise de 1531 à 1533, et étant allé s’enquérir d’un secret d’alcôve auprès d’une « Demoiselle de condition », il en eut Jean-Antoine de Baïf, qu’il fit ensuite légitimer. Lazare était un lettré fort savant ; il était disciple de Budé, et s’était rendu exprès à Rome pour y étudier le grec auprès de Marc Musurus (Μάρκος Μουσοῦρος), un Crétois. Il traduisit l’Électre de Sophocle en 1537 puis l’Hécube d’Euripide en 1550. Soucieux d’une bonne éducation, il fit transporter son fils en France dans son manoir de La Flèche peu de temps après sa naissance[8]. Il lui donna comme maîtres en latin Charles Estienne et Bonamy, et en grec Ange Vergèce[9], le savant crétois qu’il avait rencontré à Venise et qui créa des fontes grecques pour François Ier, avant de le confier à Tussan pendant son ambassade en Allemagne. Jean-Antoine montra plus tard sa maîtrise du grec en traduisant en 1573, dans les Œuvres en rime, l’Antigone de Sophocle. Le manoir existe toujours à La Flèche : le perron est surmonté de la devise : ΑΕΙ ΣΠΕΥΔΕ ΒΡΑΔΕΩΣ (aei speûde bradéōs : toujours hâte-toi lentement) reprise d’Auguste et que Baïf a peut-être adoptée en découvrant qu’elle était aussi la marque de l’imprimeur célèbre à Venise, Alde Manuce. Cependant, cet exemple de transmission du grec resta exceptionnelle jusqu’à la création du collège de La Flèche.

Les collèges de jésuites furent créés en partie pour contrecarrer l’influence et le succès du protestantisme tant à l’étranger qu’en France : « Le collège fera plus pour l’Evangile que tous nos sermons » proclama Pierre Toussaint en 1537. Loyola a établi un plan de conquête des âmes par la culture. Il faut réformer l’enseignement pour contrer les disciples de Luther et Calvin, parer la théologie de beauté pour séduire, introduire les esprits par les sciences inférieures à la science suprême. Ainsi dans ses Constitutions, Ignace de Loyola déclarait : « on apprendra les arts et les sciences rationnelles parce qu’elles disposent les esprits pour la théologie. »[10] Il consent à introduire avec prudence les nouveautés de l’humanisme pour rénover la scolastique médiévale. Il emprunte à la civilisation grecque un philosophe principalement –Aristote-, les grands mathématiciens et les belles lettres. Il retient du génie grec son aversion pour la démesure et l’orgueil humain.

L’accent sur les langues savantes est plus particulièrement porté par quatre collèges de la province de Paris qui comprend le collège de La Flèche. Là, la Ratio studiorum (la règle des études) est adoptée et adaptée dès la fondation. Elle comprenait treize classes distinctes dont six consacrées à l’étude du latin et du grec[11]. Le développement des lettres permettait de combattre les protestants avec leurs propres armes, alors que la théologie restait, pour le fondateur Ignace de Loyola, le but de toutes les études et le sommet de toutes les sciences.[12] Le collège catholique est le bras armé de la Contre-Réforme scolaire pour lutter contre l’hérésie. Ignace veut utiliser le courant humaniste pour la rénovation de l’Eglise, et les lettres anciennes pour défendre la Vulgate[13]. Cependant, si l’on nourrit la jeunesse d’auteurs profanes, c’est au moyen d’œuvres expurgées et de morceaux choisis, enrichis de la scolastique traditionnelle. L’Église catholique reste méfiante envers l’humanisme chrétien car en discréditant l’ascétisme traditionnel, en exaltant l’individu, elle considère qu’il fait le lit du mysticisme protestant, mais les collèges jésuites entendent fournir à la bourgeoisie du temps l’enseignement rénové aux sources antiques attendu.[14] Toutes les classes d’humanité s’orientent vers l’éloquence comme vers leur pôle principal, et la culture grecque y contribue, malgré une défiance envers cette langue portée par le protestantisme : qui graecabant lutherizabant (« ceux qui faisaient du grec devenaient luthériens ») avertit Nicolas de Bobadilla[15], un des premiers compagnons de Loyola. Dès le début des études grecques, Budé lui-même dut se défendre d’hérésie dans l’étude du grec au sein de son traité De transitu hellenismi ad christianum en 1535[16]. À La Flèche, le grec ne constitue pas une classe à part mais est intégré dans le programme des classes d’humanité et de rhétorique, conformément au plan prévu par Jéronimo Nadal. Celui-ci le plaça dans les lettres humaines et non pas après la théologie comme l’avait préconisé Loyola. En effet, ayant remarqué que beaucoup d’étudiants après l’étude du grec passaient ensuite à la Réforme, Ignace de Loyola ne voulait pas qu’il fût enseigné avant la théologie mais Nadal fit confiance à chaque supérieur pour adapter le contenu selon le contexte. À côté d’Aristote, le maître par excellence, on trouve les rhéteurs et poètes grecs dont Gabriel Compayré a donné la liste.[17]

À La Flèche, le contexte est particulier. Le lieu est choisi, nous l’avons dit, par Henri IV pour fournir à l’Église catholique un double gage de sincérité de sa conversion au catholicisme. Il donne aux jésuites un bien personnel (c’est un château de famille) sis à quelques lieues de Saumur la protestante dont il avait confié la place forte à un de ses amis, Philippe Duplessis-Mornay qu’on surnommait « le pape des huguenots ». Celui-ci y avait fondé en 1599 une Académie protestante qui sera supprimée le 8 janvier 1685 dans le cadre de la révocation de l’Édit de Nantes. Mais cette seconde Genève aura formé entre-temps de grands hommes de lettres et dÉtat, grâce à l’enseignement de docteurs prestigieux. À sa rivale, le collège royal de La Flèche qui portera son nom, Henri le Grand, il lègue également son cœur par l’édit de fondation en 1603.

À Saumur, le premier professeur de grec (et docteur en médecine) fut Jean Benoist (Joannes Benedictus), auteur avec Le Fevre d’une Méthode pour commencer les humanités grecques et latines[18]. Les professeurs Marc Duncan (de 1606 à 1624) et Tanneguy Le Febvre (de 1651 à 1670) lui succéderont. Accordons un intérêt particulier à Tanneguy Le Febvre car cet helléniste (1615-1672) fit ses études au collège des jésuites de La Flèche et confirma les réticences de Loyola par son parcours. Après avoir été quelque temps contrôleur de l’imprimerie royale, ce qui lui permit de comprendre les rouages techniques et économiques de cette prodigieuse servante de la diffusion des idées[19], en 1644, il se rendit à Is-sur-Tille, près de Dijon et s’y convertit au calvinisme avant de s’installer à Saumur en 1649 où il obtint, deux ans plus tard, un poste de professeur à l’académie protestante. Il occupa avec grand renom ce poste près de vingt ans, d’abord comme régent de troisième, puis comme titulaire d’une chaire de grec créée spécialement pour lui en 1665 mais sa légèreté de mœurs (il entretenait de manière notoire une maîtresse en ville) tout comme son éloignement du calvinisme le menèrent à des querelles avec le consistoire et il dut démissionner. Il tint également pension pour les élèves de l’académie, dont André Dacier qui devait épouser sa fille. L’érudit libertin publia au moins 37 ouvrages, dont des éditions, entre autres, de divers auteurs grecs non-conformistes comme Longin, Anacréon, Sappho, Apollodore d’Athènes, Aristophane ou Lucien et latins comme Virgile, Horace, Lucrèce, Térence ou Tite-Live. Une de ses filles, Anne Dacier, devint célèbre par ses traductions (notamment de l’Iliade et de l’Odyssée ) et le commentaire d’œuvres grecques destinées à l’éducation du jeune dauphin. Son fils, Tanneguy II Le Febvre (Saumur, 1658-Saumur, 1717), fut lui aussi régent au collège de Saumur mais comme son père et sa sœur Anne Dacier, il abjura. Quelques sources avancent sans justification que Tanneguy Le Febvre apprit seul le grec[20] : peut-être songent-ils aux commentaires de l’époque révélant la difficulté des collèges à se pourvoir de (bons) professeurs de grec ou aux avertissements de plusieurs imprimeurs en grec stipulant qu’ils s’adressent aux autodidactes mais cela semble peu vraisemblable lorsque l’on sait que le collège royal de La Flèche fut pourvu dès son ouverture en 1604 d’un professeur de grec et qu’à partir de 1606, des scholastiques furent envoyés à La Flèche pour apprendre sur les mêmes bancs que les écoliers les langues savantes [21]. En témoignent aussi les livres de prix en grec remis aux élèves dès les premières années.[22]

Etat de l’enseignement du grec à La Flèche au début du XVIIe s.

Le plus illustre témoignage que l’on pourrait avoir sur la qualité de l’enseignement du grec serait celui de René Descartes, ancien élève de 1606 à 1611, qui eut probablement le père Louis Cellot ou Pétau comme professeur mais Descartes est peu reconnaissant sur la valeur de l’apprentissage des langues anciennes : « un honnête homme n’est pas plus obligé de savoir le grec et le latin que le suisse ou le bas-breton. »[23] L’idée que se fait Descartes de la culture est incompatible avec la langue de la culture. À Stockholm, en 1649, selon Adrien Baillet[24], Descartes dénigrait comme inutile l’étude passionnée que la reine consacrait au grec sous la houlette de l’humaniste Vossius. De fait, il ne commente pas l’enseignement reçu. Tout juste savons-nous par lui que l’étude d’Aristote en classe de philosophie s’accompagnait d’une lectio du texte grec. Quant à son condisciple Marin Mersenne, même silence sur son enseignement, mais plus tard, en 1626, il publie, traduites du grec en latin, des œuvres d’Euclide, d’Apollonius de Pergé, d’Archimède, et d’autres mathématiciens grecs. Pourtant, c’est Aristote lui-même qui dans sa Politique explique que « chercher partout l’utile ne convient pas à des âmes vraiment grandes et à des hommes vraiment libres. »[25] Mais Descartes a peu de respect pour l’autorité de ce maître.

Néanmoins, pour mesurer le poids de la langue dans l’enseignement, il reste le catalogue établi en 1776[26] par les pères doctrinaires de la foi chrétienne : 42 titres de glossaires, grammaires et autres méthodes d’apprentissage de la langue imprimés avant 1762 occupent le fonds. Lorsque l’on examine ces instruments de l’enseignement des pères, on constate que ce ne sont pas ceux préconisés par la ratio studiorum [27]: bien que l’on y trouve les classiques de Clénard[28] (qui occupent avec succès aussi les bibliothèques des écoles protestantes) ou de Budé, la grammaire grecque n’est pas celle du Franciscain Urbano Bolzano, ni la syntaxe grecque de Jean Varennius ou Ceporinus, mais celle de Port-Royal, et non pas dans la version adaptée pour les collèges catholiques mais en version originale (ὁ Χάρτηϛ (ho Chartêϛ): le papier, la Charte[29], ὁ Μονίας (ho Monias): le Solitaire comme modèles de la première déclinaison ; φιλέω et τιμάω (philéō et timáō) aimer et honorer comme modèles de première conjugaison circonflexe): tous les modèles y ont une valeur morale, exemplaire.

Le temps consacré au grec en 4e (humanités) est de deux heures par jour sur six heures d’enseignement total. En outre, les élèves peuvent réciter publiquement des vers grecs à certaines occasions fêtées (visites illustres, fêtes de saints ou veilles de vacances) qui comprennent des représentations dramatiques composées par les professeurs. Est-ce que l’on procède à une chasse aux hellénistes à La Flèche comme au collège Sainte-Barbe ? Rien ne permet de le supposer, bien au contraire. Jouvency, dans son plan d’études, met le grec au-dessus du latin: Linguarum cognitio necessaria, prœsertim Grœcœ (une connaissance des langues est nécessaire, surtout le grec). «Les noms de Viger, de Jouvency, de René Rapin, de Brumoy, dit M. Egger[30], marquent une tradition de zèle pour les études grecques qui honore singulièrement la Compagnie de Jésus.» [31]

Les impressions grecques à La Flèche

Le travail des professeurs des Petites écoles stimulent l’édition, voire les rééditions, d’ouvrages de grande qualité comme la grammaire grecque de Clénard (huit éditions à La Flèche). La recension des titres grecs laissés par les jésuites à la bibliothèque de La Flèche montre une adoption des méthodes pédagogiques de Port-Royal, même quand elles sont décriées par des auteurs de la congrégation. Ainsi l’usage des méthodes de Claude Lancelot de 1655[32] (trois éditions à La Flèche) ou le Jardin des racines grecques (1657) attaqué par le père Philippe Labbe, jésuite, dans ses Étymologies de plusieurs mots françois, contre les abus de la secte des hellénistes de Port-Royal (Paris, 1661). Le succès du Jardin des racines grecques ne se dément pas jusqu’à la moitié du XIXe siècle puisqu’on en recense 104 éditions jusqu’en 1854. Il est en usage dans les écoles de l’Etat jusqu’à l’arrêté du 4 décembre 1863. Le projet de Port-Royal est de s’adresser aussi bien aux professeurs (bien montrer), qu’aux élèves (bien apprendre) et aux lettrés (ceux qui veulent « avoir une connaissance solide de cette langue »)[33].

Au nombre des classiques grecs imprimés à La Flèche avec la traduction latine, in gratiam classicae juventutis (à l’usage scolaire de la jeunesse), on trouve le troisième livre de l’Iliade, le troisième livre de l’Enéide, et l’Anthologie, édités pour le premier par la veuve Griveau, les deux autres par Louis Hébert. Les Dialogues de Lucien, cum novà versione et notis, ad usum collegiorum Societatis (avec une nouvelle traduction et des notes à l’usage des collégiens de la congrégation), sont destinés à être lus par les écoliers dans leur temps libre.[34] Ces indices pourraient corroborer une connaissance par la traduction mais la publication en 1611 d’un recueil de panégyriques rédigés par les élèves pour la mort de Henri IV en grec et en latin montre une bonne aisance dans la langue grecque. La première édition unilingue en grec imprimée à La Flèche est celle des discours et lettres d’Isocrate : Isokratous Logoi kai epistolai chez J. Rezé en 1608 qui semble être la première édition imprimée en France en l’état actuel des catalogues, ce qui confirme l’hypothèse d’un activisme grec à La Flèche, notamment du père Pétau, par émulation de celui de Saumur. Il sera aussi l’auteur d’une édition de Iuliani Imperatoris Orationes III = Ἰουλιανοῦ αὐτοκράτορος λόγοι (Discours de l’Empereur Julien l’apostat) en 1614 chez le même Rezé.

La prononciation du grec

La volonté d’opposition au protestantisme se poursuit par le choix de l’itacisme byzantin (prononciation -i- du êta et d’autres lettres) contre l’étacisme (prononciation -ê- du êta)  érasmien que les calvinistes avaient inscrit dans leur programme d’enseignement. Dès l’emploi du manuel de Clénard ou de la grammaire de Gretser, c’est la prononciation moderne issue de la koinè (la langue grecque hellénistique), correspondant à celle des lecteurs royaux, qui a été adoptée.[35]C’est ainsi que la prononciation moderne des jésuites, signe d’orthodoxie catholique, s’oppose à l’érasmienne (parce que mise au point par l’humaniste Érasme)[36] des protestants qui combine plusieurs états de langue pour une restitution qui n’a jamais été utilisée : c’est cependant cette dernière qui a triomphé, malgré les efforts des philhellènes au XIXe siècle favorables à une prononciation moderne (cf. Fleury Lécluse plus loin) ou restituée, popularisée dans les années 1980 par Stephen Daitz.

On peut rencontrer çà et là quelques témoignages, dans la littérature ou les manuels, de l’éducation jésuite reçue par l’auteur quand la transcription montre un usage de la prononciation moderne. Ainsi pour le grec utilisé dans les manuels de mathématique ou cette réplique chez Molière, dans Les Femmes savantes, dans la scène où Trissotin introduit Vadius[37] en faisant son éloge : « il sait du grec, madame, autant qu’homme en France » et plus loin « on voit partout chez vous l’ithos (ἦθος= ẽthos) et le pathos. » Cet itacisme (prononciation de la lettre ẽta en i) n’a plus cours, et le iôtacisme moderne (prononciation de plusieurs phonèmes vocaliques comme un i de iôta) n’est pas utilisé en France.

Du collège royal au Prytanée militaire

Le poids du grec et de la culture grecque reste sensible même après l’exil des jésuites bien que nous ne rencontrions plus le nom de bons hellénistes que ce soit dans le rang des professeurs ou des élèves après leur départ. Pour Compayré[38], la faute du faible niveau des études grecques est imputable aux jésuites mêmes. Il prend à témoin le roi du Portugal qui avait expulsé dès 1759 les jésuites, estimant qu’ils étaient responsables de la décadence des humanités et de la chute des langues grecque et latine. La révolution de 1762 formerait une « revanche du jansénisme » selon l’expression de Compayré. Cependant, ce pédagogue qui valorise les principes éducatifs et les méthodes d’enseignement de Port-Royal au détriment de ceux des jésuites expliquerait difficilement la présence à La Flèche de manuels d’Arnauld et Nicole ainsi que les œuvres de Rollin pourtant retirées de l’enseignement au collège du Plessis pour cause de sympathie envers le jansénisme. Son Traité des études eut beaucoup de succès et influença jusqu’à l’Émile. Sur le grec, il note que depuis la Renaissance, on l’a toujours enseigné, mais, avoue-t-il, sans grand succès. « Les parents sont peu disposés en faveur du grec. Ils ont, prétendent-ils, appris le grec, eux-aussi dans leur jeunesse et ils n’en ont rien retenu : c’est le langage ordinaire qui marque qu’on n’en a pas beaucoup oublié. » Il tient surtout à la version : « les auteurs sont comme un dictionnaire vivant et une grammaire parlante, où l’on apprend par l’expérience même la force et le véritable usage des mots, des phrases et de la syntaxe. » Le Plan d’éducation du président Rolland (1783) est dans la continuité du traité de Rollin. Il prescrit aussi les manuels d’éducation, notamment élémentaires, « que nous devons à ces pieux solitaires ». Pourtant, lui aussi déplore l’ignorance profonde du grec chez les élèves de collège. Il prône une liaison étroite du latin et du grec mais sans indiquer de méthode. Au collège royal confié ensuite aux pères doctrinaires de la foi chrétienne à partir de 1771, on trouve cependant des personnalités étranges comme celle d’Antoine Jeudy Dugour (1765-1849), frère de la Doctrine chrétienne devenu professeur au collège de La Flèche, aux activités troubles avant son exil en Russie après 1803 où il devint professeur et bibliothécaire de l’université de Kharkov. Ses compétences d’helléniste ne transparaissent que dans deux publications où il traduit ou bien parfait des traductions[39]. Un cahier d’élève datant du temps des pères doctrinaires montre pourtant que les compositions en grec nécessitaient un bon niveau. Mais c’est la transformation du collège royal en Prytanée qui marque un renouveau de l’enseignement du grec. Nous avons abordé en introduction la terminologie des termes entrés dans le nouveau modèle d’éducation. Il n’est pas négligeable de noter que le nom même de Prytanée choisi par J.B. Gail[40] inscrit l’établissement à la fois dans une continuité et dans une rénovation. Continuité dans les méthodes, rénovation par le choix des auteurs, plus accessibles dans le jeune âge (Esope, Xénophon, Théocrite), joliment illustrés, mis en vers pour la mémorisation.

Entre autres enseignants de grec, signalons le rôle important de Fleury Lécluse (1774-1845), professeur de grec au Prytanée français de Paris puis La Flèche, auteur également de manuels de langue grecque. Il avait inventé, pour enseigner la langue, ce qu’il nommait le Panhellénisme[41]. « C’était un tableau synoptique dans lequel il avait su renfermer les éléments de l’idiome grec avec toutes les explications nécessaires pour en transmettre en peu de temps la connaissance aux intelligences les plus rebelles. Celui qui écrit ces lignes peut certifier qu’il a vu des élèves obtenir en moins de dix-huit mois, par cette méthode, des résultats qui, par les procédés ordinaires, leur auraient coûté quatre à cinq années de travail assidu. Dès 1802, à peine âgé de vingt-huit ans, M. Lécluse publiait son Manuel de la langue grecque, ouvrage élémentaire, qui forma dans tout le cours de sa carrière le premier degré de son enseignement. »[42]L’autre aspect de la langue, plus militant celui-là, de Lécluse fut sa Dissertation sur la prononciation grecque[43].Il y développait les arguments des philhellènes favorables à la prononciation grecque moderne contre la tradition érasmienne : cette prononciation « selon la méthode orientale » dans une période de philhellénisme actif pour la guerre de libération des Grecs de 1821 et dans le cadre de la célèbre question de la langue grecque (savante ( καθαρεύουσα/ katharévousa) ou populaire (δημοτική/dimotikí)), rappelle Emile Egger, fut pratiquée par Jean-François Boissonade[44], à la Sorbonne et au collège de France, et par Jules David, suppléant de Boissonade , « ancien consul de France dans le Levant », et ancien élève du Prytanée[45].

Les belles lettres ont été illustrées aussi par l’enseignement de Henri Gœlzer en 1877 au Prytanée qui s’est surtout distingué par ses travaux de latiniste mais s’est montré aussi bon helléniste. Le brillant élève, Jules David (1783-1854), disciple de Gail, a appris le grec au Prytanée français avant d’aller enseigner le français à Chios encore occupée par les Turcs. A la fin du XIXe, nous trouvons le nom de Louis Gernet (1882-1962), professeur à La Flèche jusqu’en 1919 avant de partir enseigner à Alger. Il passa ensuite de l’hellénisme à la sociologie des institutions grecques sans perdre de vue l’aspect linguistique de cette culture. Le Centre Louis Gernet (Anthropologie et histoire des mondes antiques) a été créé en 1964 par Jean-Pierre Vernant en son honneur. Mais la palme d’honneur de l’hellénisme au Prytanée revient incontestablement à Anthelme Édouard Chaignet (1819-1901), fils d’imprimeur, qui passa trente-quatre ans de sa vie dans cet établissement, comme élève puis comme enseignant avant d’achever sa carrière à la faculté de Poitiers (1863-1879) dans la chaire grecque puis sous le gouvernement de Jules Ferry, comme recteur de l’Académie de Poitiers (1879-1890) où il précède Compayré. Ses travaux en philosophie ou philologie grecque lui procurèrent de nombreuses distinctions et prix. Mais sa carrière tout comme sa méconnaissance aujourd’hui montre la difficulté pour un non-normalien enseignant en province de prétendre ou d’accéder à la reconnaissance dans les grandes institutions nationales. Ainsi fut-il longtemps correspondant à l’Académie des sciences politiques et morales sans en devenir titulaire malgré les distinctions. Reste la valeur académique de ses travaux connus d’un petit cercle de chercheurs, tandis que le fruit de ses réflexions sur la rhétorique ou l’éducation est tombé dans l’oubli. Une douzaine de ses ouvrages sur les vingt-quatre publiés (les plus scolaires) enrichissent encore le fonds grec du Prytanée.

Pour les XXe-XXIe siècle, les noms de Jean-Claude Gaven, Éric Foulon et Alain Remy continuent à illustrer la double implication des professeurs du Prytanée dans l’enseignement et la recherche helléniques.

Pourquoi un affaiblissement du grec aujourd’hui ?

La faiblesse du grec dans l’enseignement vient de loin. Nous avons vu que Gabriel Compayré imputait aux jésuites la décadence des humanités grecques, parti-pris dont Dainville prend le contre-pied[46] en faisant remarquer que le nom même de classe d’humanités est une création des jésuites qui, durant quelques décades, vont leur redonner du lustre. Néanmoins, à côté des humanités latines, la place du grec était plutôt maigre : on aurait pu espérer un déploiement de ce dernier porté par la vague de la Renaissance mais il reste confiné à quelques heures par semaine en seconde et en rhétorique. Pour Dainville, cette disgrâce s’explique si on place l’humanisme dans une perspective de tradition romaine. Rome avait délaissé le grec qui ne jouait plus un rôle actif dans la culture du lettré moyen. Les professeurs de grec ne font pas carrière dans cette voie où le recrutement est difficile, et les enseignants souvent faibles. Pour réduire la dangerosité supposée de la matière, on l’expurge des textes qui pourraient la rendre attrayante et Du Bellay aussi, dans sa Défense et illustration de la langue française, (1549), conserve un souvenir ennuyé d’un enseignement infantilisant, alors qu’en Flandre, Allemagne et Pologne, les humanités gagnent en solidité dans les deux langues. La situation est aggravée par l’index issu de la dernière session du concile de Trente qui expurge les bibliothèques des œuvres grecques en grand nombre. Le précepte de la Ratio : non multa sed multum[47] est interprété par Polanco en : » Mieux vaut bien savoir une science que de toucher à beaucoup en sachant peu une ». Cette dénonciation d’une surcharge des matières mal digérées forme comme une longue complainte de Rabelais et Montaigne jusqu’aux allégements de programmes de nos jours. Pourtant, que d’heures passées sur l’éloquence, reine des disciplines, au détriment des textes. Pour conforter le parler latin, le grec est minoré et très souvent abordé dans un parallélisme avec le latin. De même que sous Quintilien, on apprenait aux enfants à parler le grec avant le latin pour l’asseoir, de même dans l’éducation d’ancien régime, le latin supplante le français et a fortiori le grec. Au XIXe siècle, un témoignage de Chaignet corrobore le jugement de Compayré sur l’attente sociale utilitariste et le poids des familles : « Je me souviens du jour où le grec fut supprimé des classes supérieures ! Quel triomphe (…) Quinze ou vingt promotions avaient travaillé à cette conquête par la résistance ouverte ou sourde, par le refus de travail, les sollicitations des familles »[48].

Sur le territoire français, l’enseignement du grec épouse la mémoire historique : le grec se porte mieux dans les anciens comptoirs grecs, c’est-à-dire dans le sud. On y voit reparaître à titre expérimental l’enseignement simultané du latin et du grec. A La Flèche, le choix d’une excellence grecque pour rivaliser avec Saumur dans un premier temps, puis pour arguer d’une excellence académique l’a maintenue assez vivace jusqu’aujourd’hui. A la rentrée 2007, a été introduit en hypokhâgne un enseignement obligatoire de « Langues et culture de l’antiquité » qui permet de maintenir l’égalité entre les deux langues anciennes mais la réduction horaire dans les deux cycles précédents, la pratique des Enseignements Pratiques Interdisciplinaires (EPI), ne laissent pas espérer une amélioration de la maîtrise de la langue ni même une attractivité suffisante pour choisir l’option au lycée. Depuis la rentrée 2016, le grec n’est plus enseigné en seconde au Prytanée.

Sylvie Tisserand

Conservatrice de la bibliothèque du Prytanée

[1] R. Chartier, M.-M. Compère, D. Julia, L’Éducation en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris , SEDES, 1976

[2] Cf. le site de l’Académie française au mot « flyer » : « Firmin Didot fit venir à Paris des Grecs qu’il forma au métier d’imprimeur et arma de petits navires, appelés « gaozes », à bord desquels était caché le matériel d’imprimerie qu’il leur avait fourni. Comme ces bateaux faisaient constamment du cabotage, il était plus difficile à la police turque de les repérer, d’arrêter les imprimeurs et de détruire les machines. De port en port on distribuait les tracts imprimés au large, et, en hommage à Firmin Didot, ces imprimeurs clandestins leur donnèrent le nom français de « feuilles volantes ». Notre langue est redevable à la Grèce d’une grande partie de son vocabulaire et en particulier du mot démocratie ».

[3] Pascal Boulhol, Grec langaige n’est pas doulz au françois : l’étude et l’enseignement du grec dans la France ancienne (IVe siècle-1530) , Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 2014.(p. 351)

[4] ibidem

[5] Claude-Bernard Petitot, Pierre Victor Palma Cayet, Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France, 39. Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France, depuis le règne de Philippe-Auguste, jusqu’au commencement du dix-septième siècle ; avec des notices sur chaque auteur et des observations sur chaque ouvrage : Palma Cayet, Paris [France] : Foucault, 1824.

[6] Histoire du règne de Henri IV par M. Auguste Poirson, Paris : Didier et Cie, 1862-1867

[7] Histoire de l’enseignement et de l’éducation, II 1981, p. 355, cité par P. Boulhol.

[8] L’abbé GOUJET, Bibliothèque française ou Histoire de la Littérature française, tome 13, 1752, pp. 340-359

[Gallica, N0050656_PDF_366_385] (texte modernisé).

[9] Jean-Antoine de Baïf parle ainsi de Vergèce dans l’épître dédicatoire de ses Œuvres en rime (Paris : 1573) adressée à Charles IX : « Au Roy ». In Poésies choisies de J.-A. de Baïf.

Ange Vergece, grec, à la gentile main

Pour l’écriture grecque ecrivain ordinére

De vos granpere et pere et le vostre, ut salère

Pour à l’accent des Grecs ma parole dresser,

Et ma main sur le trac de sa lettre adresser

[10] François de Dainville, La naissance de l’humanisme moderne. – Genève: Slatkine, 1969, p. 26.

[11] Camille de Rochemonteix, Un collège de jésuites au 17e et 18e siècle, Le Mans : Leguicheux, 1889,T. III, p. 4.

[12]« La théologie pourrait nous suffire sans tant de Cicéron et de Démosthène » Ignace de Loyola, Constitutions de la Compagnie de Jésus, Desclée De Brouwer : 1967, P. IV, C12, n1.

[13] François de Dainville, O.C., p. 218-222

« perfectius est diligere quam agnoscere » Joannes de Ruysbroech in Joannes Gerson ,Opera omnia novo ordine digesta- Anvers : S.J. ,1706

[14] François de Dainville, O.C., p. 362.

[15] Bobadilla, Nicolaus Alphonsus (1511?-1590) in Bobadillae monumenta, 614.

[16] François de Dainville, O.C., p. 25

[17] Gabriel Compayré, Histoire critique des doctrines de l’éducation en France depuis le XVIème siècle, Paris: Hachette, 1879. Tome I, livre II, ch. 1. A savoir : Eschine, Esope, Aristote, Euclide, Euripide, Hérodien, Hérodote, Hésiodore, Homère, Isocrate, Lucien, Lysias, Ménandre, Muséus, Phocylide, Pindare, Platon, Plutarque, Sophocle, Théocrite, Théognis, Thucydide, Xénophon, Chrysostome, Ésope, Agapet. L’explication de ces auteurs et l’étude des deux grammaires, avec des thèmes pour le grec, tel est l’enseignement des trois années de grammaire.

[18] Chez René Pan à Saumur en 1672

[19] Il procéda à la somptueuse impression en Grecs du Roi: NOVUM TESTAMENTUM GRAECE. Η ΚΑΙΝΗ ΤΟΥ IHΣOY ΧΡΙΣΤΟΥ ΔΙΑΘΗΚΗ. Paris, Imprimerie Royale. 1642, ornée de bandeaux, lettrines et culs-de-lampe, finement gravés sur cuivre. Ce fut la seule réédition en grec d’une bible du XVIème siècle, celle de Robert Estienne, après l’arrêt du 10 décembre 1547 où le Conseil du roi avait interdit d’imprimer et de vendre les bibles, nouveaux testaments et Indices de l’imprimeur du roi, contraignant Robert Estienne à partir à Genève pour y finir sa vie (1550-1559).

[20] Jean-Paul Pittion in Tanneguy Le Fèvre (1615-1672), Consulter l’histoire de l’académie par Jean-Paul Pittion http://archives.ville-saumur.fr/a/752/consulter-l-histoire-de-l-academie-par-jean-paul-pittion/

[21] Camille de Rochemonteix, Un collège de jésuites au 17e et 18e siècle, Le Mans : Leguicheux, 1889,T.I, p. 125

[22] Pour exemple, un DÉMOSTHENE édité par Pierre de La Rovière, en 1607 à Genève

[23] René Descartes, La recherche de la Vérité par la lumière naturelle Œuvres, Édition de la Pléiade, p. 883-884

[24] Adrien Baillet, La vie de Monsieur Descartes, Paris: Daniel Horthemels, 1691, p.396

[25] Aristote, Politique, VIII, ch. 3

[26] Hervé Baudry, Sylvie Tisserand, Une bibliothèque à la fin de l’Ancien Régime : présentation historique suivie de l’édition du catalogue des livres du collège royal de La Flèche (1777) , Condeixa-a-Nova [PORTUGAL] : La Ligne d’ombre, 2015.

[27] Pascale Hummel, De lingua Graeca: histoire de l’histoire de la langue grecque, Peter Lang, 2007, p. 67

[28] Institutiones ac meditationes in graecam linguam de Clénard. Conçu pour les débutants, gros succès durable : nombreuses rééditions (près d’une centaine avant 1600 et plus de 500 avant la fin du XVIIe s.) avec scholies. Grammaire limitée à la morphologie et à la syntaxe (prononciation grecque moderne) mais renvois fréquents aux Meditationes au succès particulier.

[29] Jansen publia une charte théologique en 1640, nommée l’Augustinus

[30] François Viger (1590-1647), SJ ; Joseph de Jouvancy (1643-1719), SJ ; René Rapin (1620-1687), SJ ; Pierre Brumoy (1688-1742), SJ. Rapin et Jouvancy enseignèrent à La Flèche.

[31] Émile Egger , De l’Hellénisme en France, t. II, p. 64.

[32] Adrien Baillet, dans le Dictionnaire historique et critique de Bayle (présent à la bibliothèque), rapporte que La nouvelle méthode pour apprendre la langue grecque est le meilleur et le plus considérable des ouvrages de Lancelot.

[33] « Les Petites écoles de Port-Royal », Frédéric Delforge et Antony Mc Kenna in Les outils de la connaissance: enseignement et formation intellectuelle en Europe entre 1453 et 1715, Jean-Claude Colbus, Brigitte Hébert

Université de Saint-Etienne, 2006.

[34] Camille de Rochemonteix, O.C., tome III, p.9. On trouve également parmi les classiques grecs imprimés à La Flèche à l’usage des élèves du collège :Thucydidis Olori filii historiae, in gratiam classicae juventutis, Flexiae, 1625, L. Hebert, texte grec et trad. Latine en regard ; le discours de Démosthène sur la Couronne en 1636 chez G. Griveau ; les Dialogues des morts en 1629 chez Gervais Laboe ; l’Anthologia epigrammatum graecorum selecta … en 1624 chez Louis Hébert, etc. Les fontes grecques étant d’un grand prix, elles n’étaient pas propres à un atelier. L’examen typographique montre que les imprimeurs en grec de La Flèche et de Saumur se prêtaient ou se louaient leurs jeux typographiques.

[35] Voir Institutiones et meditationes in graecam linguam (1571) p.1

[36] Érasme, De recta latini graecique sermonis pronuntiatione dialogus, Kruffter, 1528

[37] Parodie de Gilles Ménage

[38] Gabriel Compayré, Histoire de la pédagogie, p. 285 et 294

[39] Lettres de Platon, traduites du grec, et publiées par A.-J. Dugour, Suivi de la traduction du « premier Alcibiade » par l’abbé N. Papin, Paris : impr. de E. Brosselard , an V (1797). La préface indique que cet abbé est aussi le principal traducteur des « Lettres » et que Dugour n’a fait que retoucher sa traduction.

Les fables d’Esope mises en français, illustrées par Godard d’Alençon, sans lieu, en 1798.

[40] Jean-Baptiste Gail (1755-1829), professeur au premier Prytanée français (1798-1801) -collège Louis-le-Grand- avant de le devenir au Collège de France et membre de l’Institut, auteur de Fables d’Esope dédiées au Premier Consul Bonaparte. Ecrites par Guillaume Montfort, Professeur au Prytanée de Paris. Gravées par Beaublé, Membre de la Société Libre d’Institution,Paris, Chez Basset s.d. (1801). Il rénova les études grecques après la Révolution. Outre des éditions de Xénophon et de Théocrite (1828), il publia également des manuels scolaires repris des méthodes pédagogiques de Port-Royal. Dans sa réédition du Jardin des racines grecques mises en vers français de Lancelot, en 1813, il définit ainsi le Prytanée : « πρυτανεῖον (prutaneĩon) : ce mot désigne chez nous une Ecole nationale où le gouvernement fait élever à ses frais les enfants de citoyens qui ont bien mérité de la patrie. Le Prytanée chez les grecs était comme un hôtel de ville. On y nourrissait les citoyens qui avaient rendu service à l’état … ».

[41] Clef du panhellénisme ou développement du tableau synoptique de la langue grecque, par Fl. Lécluse, professeur au Prytanée-Français, Collège de Saint-Cyr, À Paris, an XI (1802), 32 p.

[42] In Catalogue de la bibliothèque de feu M. Fl. Lécluse, ancien doyen de la Faculté des lettres de Toulouse et membre de plusieurs sociétés savantes: dont la vente se fera le 9 juin et jours suivans, à six heures de relevée, rue des Bons-Enfans, n° 30, Maison Silvestre. Jules Labitte, 1845 – 38 pages

[43] Toulouse,1829.

[44] 1774-1857

[45] Alain Ballabriga, « Philhellénisme et prononciation du grec. À propos de la Dissertation sur la prononciation grecque de Fleury de Lécluse », Anabases, 3 | 2006, 57-77.

[46] François de Dainville, La naissance de l’humanisme moderne. – Genève: Slatkine, 1969, p. 45.

[47] Que l’on peut traduire par : « non pas grand en nombre mais en qualité » ou « peu mais bien »

[48] De l’esprit militaire dans l’éducation et dans les études(1856), Cerf, 2016.


Une réflexion au sujet de « Sylvie Tisserand : apprendre le grec au collège royal de la Flèche et au Prytanée (1603-2016) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *