Janine Kaminski a traduit pour vous trois poèmes grecs de Panos Dracopoulos tirés de « Passage ».

► LITTERATURE GRECQUE MODERNE (ὁ λύχνος, numéro 146, mars 2017, article deux)

Panos DRACOPOULOS, Passage

Poème en sept mouvements, éd. Gavrielidis, Athènes, 2015.

Nicolas Poussin, Le massacre des innocents, 1625 ou 1629, Musée de Condé (Wikicommons)

Jésus occupe une place incontestée dans notre civilisation – qu’on soit athée ou croyant – et depuis les Pères de l’Église jusqu’aux penseurs modernes, comme Nietzsche ou Kazantzakis par exemple, les évangiles ont été une mine de théories et de réflexions.

Ainsi Panos Dracopoulos reprend dans cette « composition en sept mouvements » des morceaux aussi célèbres que « la marche sur les eaux », « la résurrection de Lazare » ou « la Cène », pour en tirer une autre vision et peut-être « une nouvelle piste pour les problèmes de notre civilisation » écrit-il.

Dans tous les cas son interprétation est toujours originale, troublante ou ironique, ou profondément émouvante et humaine comme dans la Cène, le dernier mouvement.

 

Biographie de l’auteur

Panos Dracopoulos est né au Pirée en 1975, il vit à Rhodes où il enseigne. Membre du comité de rédaction de la revue d’art et de littérature Νησίδες (Petites îles), il a également fondé un atelier de lecture et d’écriture créatives, « Το Κοχύλι » (Le Coquillage).

Πέρασμα (Passage) est son quatrième livre de poésie. Ses autres recueils, tous publiés chez Gavrielidis, sont Πόσιμη ζωή (Vie buvable), 2006 ; Ελεύθερη αγορά (L’agora), 2010, traduit en partie dans le n° 137 de Λύχνος, et 49 + 1 βότσαλα (49 + 1 galets), 2012.

Janine Kaminski

[On pourra trouver la vidéo-déclamation du poème VI Songe/Ενύπνιο par l’auteur sur : https://www.youtube.com/watch?v=B-RNI7HUqV8]

Voici trois des sept mouvements du poème Passage.

«À l’évidence, Jésus a existé – comme Ulysse et Zarathoustra – peu importe de savoir s’ils ont réellement vécu en chair et en os, à une époque précise et dans un lieu déterminé.» Michel Onfray[1]

«Le Christ n’appartient pas seulement au christianisme, il est la grande incarnation de l’innocence spirituelle. Il est déjà l’incarnation d’une souffrance spirituelle. L’une amène l’autre.» Nikos Karouzos[2]

I

Le massacre attendu

 

Il n’était – ou n’est –

ni inédit

ni imprévu.

 

De quelque façon qu’on fouette

la toupie de l’Histoire

au même endroit

– dans la même tempête –

soudain elle pépiera :

 

« La vie est de loin préférable

comme sang qui déborde,

comme cadavre brûlé qui en dégringolant

fauche l’air

comme animal égorgé à bout de souffle et muet

qui épèle le sacrifice, d’un bout à l’autre,

pour celui qui tient le sceptre de travers,

pour celui qui porte

même dans son sommeil la couronne usurpée,

pour le prince

qui a depuis longtemps pourri

dessus

et non dessous la terre

– du reste quoi de meilleur

et de plus approprié que la vie elle-même

le nourrira ? »

 

Donc si nombreux que les ait donnés

l’abaque de Josèphe[3]

ou les calculs des fonctionnaires,

les nourrissons

de la génération d’Hérode

– comme un événement attendu depuis longtemps

dans l’écriture des prophètes

et des avant-derniers docteurs –,

perdirent dans le cours d’un jour à peine

leur tête

leurs parents

et leur vie future,

et gagnèrent

ces ailes

que les peintres et les poètes passent

en silence, on dirait presque avec amour,

aux anges.

 

 

VI

Songe

 

À peine une poignée d’hivers

avaient-ils vu le jour se lever

depuis ce bain vivifiant

dans les eaux du Jourdain,

que vint et resta dans son sommeil

encore et encore

la même image surnaturelle :

 

La dalle d’une tombe

            tellement rebelle

                       à la force d’une légion de vétérans

            tellement indifférente

                                   et insensible aux lamentations et hurlements

                                   en mille appels au disparu

            tellement jetée tout du long

                        sur la bouche de la mort

que rien ne pouvait la lever

que rien ne la faisait céder.

 

Ils le réveillèrent

avec l’empressement de la nouvelle.

 

« Lazare

subitement

mort ! »

 

ΕΝΥΠΝΙΟ

 

Είχαν, δεν είχαν ροδίσει

μια χούφτα χειμώνες

από κείνη τη ζωοδότρα βουτιά

στα νερά του Ιορδάνη,

όταν ήρθε και στάθηκε στον ύπνο του

ξανά και ξανά

η ίδια απόκοσμη εικόνα :

 

Η πέτρα ενός τάφου

            που – έτσι ανυπάκουη

                       στο σθένος μιας λεγεώνας βετεράνων

            που – έτσι αδιάφορη

                       και σκληρή σε θρήνους και ουρλιαχτά

                       σε μύριες περί του χαμού εκκλήσεις

            που – έτσι ριγνένη μπρούμυτα

                       στο χείλος του θανάτου

τίποτα δεν την έκανε παραπέρα

τίποτα δεν την έκανε κουμάντο.

 

Τον ξύπνησαν

με τη βιασύνη του νέου.

 

« Ο Λάζαρος

απροειδοποίητα

νεκρός ! »

 

VII

L’éternelle liturgie

 

À Wilhelm Reich et à un enfant du sud de l’Italie

 

« Et maintenant,

mes chers amis,

hommes de mon cœur,

de mes trois dernières années

les plus fidèles,

alors

            qu’approche

                       l’heure

            – elle court comme un poison glacé

            dans une veine ignorante

            cette heure cruelle –

qu’est-ce qui

de toute notre aventure petite ou grande

mais bonne

oui, bonne, de bout en bout,

qu’est-ce qui

restera

debout

vivant

– mangeable et buvable à la fois ?

 

Ne vous hâtez pas

de préférer

comme réponse juste

mes mots

ou mes leçons,

mon exemple

ou les miracles divins,

– bien que terrestres.

Tout cela

se dispersera

comme l’encre d’un petit vase

sur la page infinie

de la mer,

            et qu’on partage

            cette page,

            et qu’on la lise et relise

            dans la pénombre d’une cellule souterraine

            ou dans l’éclat d’un palais resplendissant.

 

Gardera-t-elle

cette page

quelque chose de la vérité de la première encre

ou seulement

sa teinte légère et silencieuse ?

 

 

Voici donc, voici

ce qui restera

debout

vivant

– mangeable et buvable à la fois :

 

Prenez et mangez ce pain

ceci est mon corps

et mangez-en autant

que la langue de chacun

peut s’en réjouir !

 

Prenez et buvez ce vin

ceci est mon sang

et buvez-en autant

que la gorge de chacun

peut s’en rafraîchir !

 

Voici et encore voici,

ce que,

– par la suite

mes disciples, mes amis dévoués

vous aussi, vous partagerez avec les vôtres

avec les croyants venant à vous

le cœur battant

et les yeux humides…

 

Parce qu’ainsi

rassasiés seulement et ivres pour de bon

vous me garderez debout

en vie,

afin que je contemple

mon incessante

            mon éternelle

            mort ! »

 

Η ΑΙΩΝΙΑ ΛΕΙΤΟΥΡΓΙΑ

 

Στον Βίλχελμ Ράιχ και σ᾽ ένα παιδάκι στην Ν. Ιταλία

 

« Και τώρα,

φίλοι μου αγαπημένοι,

άνθρωποι της καρδιάς μου,

των τριών στερνών μου χρόνων

οι πλέον έμπιστοι,

καθώς

            πλησιάζει

                       η ώρα

            – τρέχει σαν παγωμένο δηλητήριο

            σε φλέβα ανίδεη

            τούτ᾽ η άγρια ώρα –

τί

απ᾽ ὀλη τη μικρή ή μεγάλη

αγαθή ωστόσο

ναι, αγαθή, απ᾽ άκρη σ᾽ άκρη,

περιπέτειά μας,

τί

θ᾽ απομείνει

όρθιο

ζωντανό

– βρώσιμο και πὀσιμο μαζί ?

 

Μη βιαστείτε

να προτιμήσετε

σαν απάντηση σωστή

τις λέξεις μου

ή τις διδαχές,

το παράδειγμά μου

ή τα θαύματα τα θεία,

– μολονότι τα επί της γης.

Όλα τούτα

θα σκορπίσουν

σαν μελάνι ενός μικρού δοχείου

στην απέραντη σελίδα

της θαλάσσης,

            κι ας μοιραστεί

            τούτη η σελίδα,

            κι ας διαβαστεί ξανά και ξανά

            στο ημίφως ενός υπόγειου κελιού

            ή στην παραζάλη κάποιου λαμπερού ανακτόρου.

 

Θα κρατήσει

άραγε τούτη η σελίδα

κάτι απ᾽ την αλήθεια του πρώτου μελανιού

η μόνον

την ελάχιστη σιωπηρή βαφή του ;

 

 

Ιδού λοιπόν, ιδού

τι θ᾽ απομείνει

όρθιο

ζωντανό

– βρώσιμο και πόσιμο μαζί :

 

λάβετε τον άρτο

τούτο το σώμα μου εστί

κι από το σώμα μου φάγετε

όσο η γλώσσα του καθενός

μπορεί να ευφρανθεί !

 

Λάβετε τον οίνο

τούτο το αίμα μου εστί

κι από το ίμα τούτο πιείτε

όσο το λαρύγγι του καθενός

μπορεί να δροσιστεί !

 

Ιδού και πάλι ιδού,

τί,

στο εξής

μαθητές μου, φίλοι αφοσιωμένοι

και εσείς, στους δικούς σας

στους ερχόμενους σ᾽ εσάς πιστούς

θα μοιράζετε

με την καρδιά παλλόμενη

και με υγρά τα μάτια…

 

Διότι έτσι,

χορτάτοι μόνον και πιωμένοι για τα καλά

θα με κρατάτε όρθιο

στη ζωή,

να αγναντεύω

τον διαρκή,

            τον αιώνιο

            θάνατό μου ! »

 

[1] Traité d’athéologie, éd. Εξάντας, Athènes, 2006, p. 153.

[2] Interview de Nikos Karouzos, éd. Ἱκαρος, Athènes, 2002, p. 178.

[3] Flavius Josèphe (37-95), historien juif né à Jérusalem. Ses œuvres sont : Histoire de la guerre des Juifs, écrite en araméen et en grec ; en langue grecque : Les Antiquités judaïques; Réponse à Apion ; Auto­biographie.


Une réflexion au sujet de « Janine Kaminski a traduit pour vous trois poèmes grecs de Panos Dracopoulos tirés de « Passage ». »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *