Jean-Victor Vernhes, D’où vient la Sibylle ?

►ETYMOLOGIE GRECQUE,   λύχνος n° 145, novembre 2016, article sept.

Les Sibylles et l’étymologie de Σίβυλλα.

 

La Sibylle perse, Le Guerchin, Musée du Capitole (wikicommons)
La Sibylle perse, Le Guerchin, Musée du Capitole (wikicommons)

 

La question des Sibylles est enveloppée de beaucoup d’obscurité. Les encyclopédies et autres ouvrages savants se contredisent. On distingue mal le réel et l’imaginaire. Quant au mot Σίβυλλα, on a hésité entre le statut de nom propre désignant une personnalité particulière, et celui de nom commun. Disons que c’est un nom propre générique (ou devenu générique) désignant un certain type de prophétesse incarnant une fonction mantique associée à Apollon.

Quant à l’étymologie, nous lisons chez Chantraine : « Ignorée. Voir la bibliographie chez Frisk. » Le mot n’est pas dans le dictionnaire de Beekes, qui ne traite pas des noms propres.

Commençons par nous renseigner sur les temps les plus anciens du phénomène sibyllin. Pausanias nous offre le texte le plus détaillé[1], au livre X de sa Description de la Grèce, dans lequel il nous parle de Delphes. Consultons les chapitres IX et XII.

« IX [11] Il est certain que les Athéniens furent bien battus à Ægospotamos ; mais on convient que ce fut par trahison de leurs chefs qui s’étaient laissés corrompre, et non par la force des armes : car Tydée et Adimante reçurent des sommes considérables de Lysandre. Voici même un témoignage ou plutôt une prédiction de la Sibylle que les Athéniens allèguent en leur faveur : ‘C’est alors que le puissant Dieu qui lance le tonnerre fera sentir sa colère aux Athéniens. Leurs vaisseaux battus dans un sanglant combat deviendront la proie de l’ennemi par la malice et la perfidie des commandants.’ »…

Pausanias poursuit sa description de Delphes.

« XII. [1] Il est une éminence rocheuse, où l’on dit que se tenait pour chanter ses oracles une Hérophile, surnommée Sibylle. J’ai connaissance d’une autre[2], qui lui est antérieure, et qui lui fut tout à fait semblable dans une haute antiquité ; les Grecs en font une fille de Zeus et de Lamia, laquelle Lamia était fille de Poséidon. On croit que cette ancienne a été la première femme qui ait eu le don de prophétie, et l’on dit qu’elle fut nommée Sibylle par les Libyens.

[2] L’Hérophile dont je parle lui est postérieure, quoiqu’elle ait vécu avant la guerre de Troie. Car elle annonça qu’Hélène vivrait dans Sparte pour le malheur de l’Europe et de l’Asie, et qu’un jour elle serait cause que les Grecs se ligueraient pour la ruine de Troie. Les habitants de Délos parlent d’un hymne composé par elle en l’honneur d’Apollon. Dans ses vers, elle se donne non seulement pour Hérophile, mais aussi pour Artémis : elle se fait tantôt épouse, tantôt soeur, et tantôt fille d’Apollon.

[3] Alors elle parle comme inspirée et comme hors d’elle-même. En d’autres endroits elle se dit née d’une immortelle, d’une des nymphes d’Ida, et d’un père mortel. ‘Fille d’une nymphe immortelle, mais d’un père mortel, je suis, dit-elle, originaire de l’Ida, ce pays dont la terre est si aride et si légère, car la ville de Marpesse et le fleuve Aïdonée ont donné à ma mère la naissance.’

[4] En effet, vers le mont Ida en Phrygie, on voit encore aujourd’hui les ruines de la ville de Marpesse, où il est même resté une soixantaine d’habitants. …. Marpesse est à deux cent quarante stades[3] d’Alexandrie, ville de la Troade.

[5] Les habitants de cette Alexandrie disent qu’Hérophile était sacristine du temple d’Apollon Sminthéus, et qu’elle expliqua le songe d’Hécube[4] comme l’événement a montré qu’il devait s’entendre.

[6] Cette Sibylle passa une bonne partie de sa vie à Samos ; ensuite elle vint à Claros, ville dépendante de Colophon, puis à Délos et de là à Delphes, où elle rendait ses oracles sur la roche dont j’ai parlé. Elle finit ses jours dans la Troade ; son tombeau subsiste encore dans le bois sacré d’Apollon Sminthéus avec une épitaphe en vers élégiaques gravés sur une colonne, et dont voici le sens : ‘Je suis cette fameuse Sibylle qu’Apollon voulut avoir pour interprète de ses oracles, autrefois vierge éloquente, maintenant muette sous ce marbre et condamnée à un silence éternel…’ …

[7] Les Erythréens sont de tous les Grecs ceux qui revendiquent cette Sibylle avec le plus de chaleur[5]. Ils vantent leur mont Corycos, et dans cette montagne un antre où ils prétendent qu’Hérophile prit naissance. Selon eux un berger de la contrée, nommé Théodore, fut son père, et une nymphe fut sa mère. Cette nymphe était surnommée Idéa, parce qu’alors tout lieu où il y avait beaucoup d’arbres était appelé Ida. Les Erythréens retranchèrent des poésies d’Hérophile ces vers où elle parle de la ville de Marpesse et du fleuve Aïdonée comme de son pays natal…..

[8] Hypérochos de Cumes[6] a écrit que celle qui après elle prononça des oracles de la même façon fut de Cumes, chez les Opiques[7]. Il la nomme Démo ; mais on ne saurait avoir connaissance même à Cumes d’aucun de ses oracles ; on montre seulement dans le temple d’Apollon une petite urne de marbre où l’on dit que les cendres de cette Sibylle sont renfermées.

[9] Après Démo, les Hébreux qui habitent au-dessus de la Palestine ont mis au nombre des prophétesses une certaine Sabba, qu’ils font fille de Bérose et d’Erymanthe. C’est elle-même que les uns appellent la Sibylle de Babylone, et les autres la Sibylle d’Egypte. »

 

La plus célèbre des Sibylles est celle de Cumes en Campanie. Il en est question dans le traité Περὶ θαυμασίων ἀκουσμάτων, Étonnantes traditions orales qui se trouve avoir été joint aux œuvres d’Aristote (838a) :  « À Cumes en Italie on montre une chambre souterraine qui est apparemment celle de la Sibylle prophétesse (Σιβύλης τῆς χρησμολόγου). On dit qu’elle était d’un âge fort antique et restée vierge, qu’elle était d’Érythrée, mais considérée par certains habitants de l’Italie comme étant de Cumes, et par d’autres encore appelée μελαγκραίρα » Ce dernier terme signifie tête noire. On le retrouve chez Lycophron (Alexandra, 1464), et les scholies l’expliquent ainsi : διὰ τὸ μελαίνειν τὴν φράσιν, parce qu’elle rend obscure son expression.

Ce texte est en cohérence avec le passage de Pausanias où il est question de cette Sibylle de Cumes : elle était d’Érythrée, dit la tradition, elle prenait le relais de la Sibylle d’Érythrée[8], mais en Italie certains voulaient qu’elle fût de Cumes[9], et Hyperochos de Cumes était de ceux-là.

Au sujet de Cumes, Strabon (Géographie IV, 4) nous apporte les renseignements que voici : « … Cumes [en grec : Kymé], fondation extrêmement ancienne[10] de Chalcis et de Kymé[11] est la plus vieille de toutes les colonies de Sicile et d’Italie. Hippoclès de Kymé et Magasthenès de Chalcis, qui dirigeaient l’expédition, avaient convenu entre eux que la colonie serait celle de l’un des deux peuples, mais porterait le nom de l’autre. C’est pourquoi la ville s’appelle aujourd’hui Kymé, bien qu’elle soit considérée comme une fondation chalcidienne. »

Les Sibylles sont des femmes d’un grand âge[12]. Nous avons vu ce trait dans le traité Étonnantes traditions orales. On estimait que les Sibylles vivaient très longtemps, d’où l’expression proverbiale Σιβύλλης ἀρχαι­ότερος, plus ancien que la Sibylle [13]. Avec l’âge, disait-on, elles se rapetis­saient et pouvaient être mises dans une cage ou dans une bouteille. Trimalcion, dans Le Satiricon de Petrone (48), assure en avoir été témoin : « Et la Sibylle, donc ! À Cumes, je l’ai vue de mes yeux suspendue dans une bouteille, et quand les enfants lui demandaient ‘Sibylle, qu’est-ce que tu veux ?’, elle répondait : ‘Je veux mourir’.»[14]

C’est encore une vieille femme ne pouvant être que la Sibylle qui, d’après les Annales citées par Aulu-Gelle (Nuits attiques, I, 19) vint vendre ses livres à Tarquin le Superbe, dernier roi de Rome. Elle apportait neuf livres contenant, à ce qu’elle disait, des oracles divins, et offrait de les vendre. Elle demandait un prix si élevé que le roi la crut privée de sa raison par la vieillesse. Alors elle brûla trois de ces livres dans un brasier et proposa les six autres pour le même prix. Le roi rit de plus belle et dit que la vieille divaguait. Elle brûla encore trois autres livres et demanda la même somme pour les trois derniers. Tarquin redevint sérieux et les acheta pour la somme demandée. Cette femme partit et on ne la vit plus.

On lit dans la Souda[15] une variante de cet épisode : « Hérophile, ou Sibylle d’Érythrée, fille de Théodoros. Elle écrivit trois livres de mantique[16], en vers épiques, et vint à Rome du temps des consuls, d’autres disent du temps de Tarquin, pensant en tirer de l’argent. Dédaignée, elle brûla deux de ces livres, qu’elle portait sur elle. Le seul qui restait fut acheté par les Romains à un prix élevé. »

Ces livres, conservés dans le temple de Jupiter Capitolin, furent appelés Livres Sibyllins. Ils étaient consultés, sur demande du Sénat, en cas de calamité. Cette collection fut détruite en 81 av. J.-C., lors de l’incendie du temple, et on s’efforça d’en constituer une nouvelle.

Nous ne nous attarderons pas aux développements ultérieurs, laissant de côté la Sibylle de Virgile. Il y en eut plusieurs catalogues de Sibylles. Il n’y a pas lieu ici d’en faire le recensement, ni de suivre l’évolution qui fit une Sibylle de toute femme à qui les dieux ont accordé le don de prophétie, comme nous le dit la Souda : Ἑνὶ ὀνόματι αἱ θηλεῖαι μαινάδες ὠνομάσθησαν Σίβυλλαι, Les femmes au délire prophétique furent appelées globalement Sibylles. Notre propos a été de réunir les indications relatives aux temps les plus anciens, en espérant que cela nous aidera dans l’examen de la question étymologique.

 

Nous avons donc un ensemble de données recueillies par des écrivains après tra­ns­­­mis­sion orale, et où s’entrelacent relations de faits et élaborations mytho­logiques. La tonalité mythique est même telle qu’on a peine à croire à un arrière-plan de faits réels, surtout lorsqu’il s’agit de temps plus anciens que ceux de la guerre de Troie[17]. Mais pour ce type de problème, il convient maintenant de se reporter à l’étude qu’en a faite Jacques Collina-Girard, et qui renouvelle complètement les perspectives. Dans L’Atlantide retrouvée ? Enquête scientifique autour d’un mythe[18], aux pages 137 à 161, il montre en s’appuyant sur des exemples probants que le souvenir de faits réels peut, par transmission orale et le plus souvent avec élaboration légendaire, se perpétuer durant un, deux ou trois millénaires, et peut-être même beaucoup plus dans certains cas. La Sibylle de l’Ida, celle d’avant la guerre de Troie, n’est peut-être pas qu’un mythe.

Mais cette perspective, qui fait remonter les Sibylles à une ausi haute antiquité se heurte à une difficulté qui a été vue depuis longtemps. C’est que les plus anciens textes qui en parlent sont relativement récents.

En effet l’attestation la plus ancienne que nous ayons du nom de Sibylle est dans Héraclite d’Éphèse (vers 540-480 av. J.-C.), cité par Plutarque, dans le traité Sur les oracles de la Pythie, 6 : « La Sybille, ‘c’est d’une bouche délirante (μαινομένῳ στόματι), selon Héraclite, qu’elle s’exprime, sans sourire, sans ornement, sans fard’ et sa voix nous parvient au delà de mille années grâce au dieu. »[19]

Chez Aristophane nous trouvons tout le contraire de cette vénération. Dans Les Cavaliers d’Aristophane le verbe σιβυλλιᾶν (v. 61) désigne les divagations du vieux Démos. Dans La Paix (v.1116), l’expression Τὴν Σίβυλλαν ἔσθιε, Mange la Sibylle signifie Contente-toi de viande creuse. Ces deux pièces ont été représentées respectivement en – 424 et – 421. Mais, ne l’oublions pas, pour que l’irrespect ait de la vis comica, il faut qu’il vise ce qui est respecté.

 

Un peu plus tard Platon (427-347 av. J.-C.) fait dire à Socrate dans le Phèdre (244ab), dialogue de sa maturité : « Parmi nos biens, les plus grands sont ceux qui nous viennent d’un délire (διὰ μανίας) que nous accorde assurément un don divin. La prophétesse de Delphes et les prêtresses de Dodone firent en état de délire bien des bonnes choses, tant privées que publiques, mais peu de choses ou rien en état raisonnable. Et si nous parlons de la Sibylle et de tous ceux qui, doués d’une mantique divinement inspirée, ont par leurs prédictions été cause pour beaucoup de beaucoup de succès, nous nous attarderions à dire des choses évidentes à chacun. »

Avant ces textes, c’est le silence absolu des lettres grecques au sujet des Sibylles. L’auteur de l’article Sibylle du dictionnaire de Daremberg et Saglio (p. 1289) pense que dans les temps les plus anciens « cette person­nification féminine de l’esprit prophétique dut rester confinée…dans des centres de médiocre renom et considérée par l’opinion comme un produit importé de quelque culte étranger. » Les passages cités d’Aristo­phane relè­ve­raient d’un réveil de cet antique dédain, tandis que ceux d’Héraclite et de Platon manifesteraient l’ouverture des élites et des esprits éclairés au phénomène sibyllin.

C’est là une intuition intéressante, mais que nous proposons de modifier. Le monde gréco-romain n’est guère réfractaire aux cultes étrangers. En revanche, une première réaction, une première phase de dédain et de mise à l’écart s’explique mieux si l’on a affaire à une pratique mantique préhel­lénique, en l’occurence antérieure à l’hellénisation de l’Asie mineure. Les envahisseurs-dominateurs ont toujours tendance à considérer comme inférieures les institutions et les pratiques des envahis-dominés. Ainsi les hilotes, serfs de Sparte, sont les descendants des habitants anciens soumis par les nouveaux venus qui ont conquis le pays. Avec la Sibylle, nous devinons une mantique de substrat, qui aurait gagné les classes populaires, aurait été enrichie d’ornements mythologiques et avec le temps serait parvenue à se faire reconnaître des élites.

 

Venons-en à l’étude du mot. Traitant des nombreux noms en -ελλα, Chantraine (Formation, p. 252) nous donne cette indication : « Il existe de nombreux noms de femmes en -ιλλα et -υλλα : Κύδιλλα, Ἥρυλλα, etc… Le vocabulaire populaire a dû tirer parti du suffixe. Il a pu fournir des dérivés expressifs : … φθίνυλλα, ‘pauvre vieille’ (Aristophane, Assemblée 935) de φθίνω » ; φθίνω, c’est ‘se consumer, se flétrir’. La φθίνυλλα, c’est quelque chose comme ‘la rabougrette’.

Dans Σίβυλλα, nous pourrions donc avoir un dérivé d’origine expressive et populaire en -υλλα. Cela cadre avec ce que nous avons vu plus haut : une pratique d’abord étrangère aux couches supérieures de la société. Mais de quoi faire dériver ce mot ? On ne trouve rien en grec. Rien au niveau indo-européen. Rien dans les langues avoisinantes. Reste la solution d’un terme de substrat pré-grec, ce qui convient pour un mot de ce genre.

Peut-on identifier ce terme de substrat ?

Reportons-nous au dictionnaire étymologique de Frisk, à l’entrée Σίβυλλα : ‘Etymologie unbekannt’ (inconnue), dit-il, avant de signaler des ‘unbegründete Hypothesen’ (hypothèses sans fondement), dont une cependant retient notre attention, celle de l’orientaliste tchèque Bedřich Hrozný, qui vers 1915 a déchiffré le hittite. Ce savant rapproche Σίβυλλα de l’akkadien ‘sîbu’ signifiant ‘vieux’.

Du point de vue sémantique, cela nous convient. Nous avons vu qu’un des traits caractéristiques de la sibylle est la vieillesse. On peut l’avoir désignée en choisissant ce trait, et en disant d’elle, familièrement ou respectu­eu­sement, ‘la vieille’. Cela aurait pu se faire, à l’occasion, en akkadien. Et les Grecs auraient pu avoir connaissance d’une prophétesse désignée par ce terme de ‘sîbu’, sans connaître la signification première du mot, et en avoir dérivé Σίβυλλα.

Pour que cet entrelacement d’hypothèses ne soit pas ‘en l’air’, comme aurait dit Chantraine, il faut tenter de mieux discerner comment les choses auraient pu se réaliser dans le temps et dans l’espace.

L’akkadien fut pratiqué en Mésopotamie du XXIXe au VIIIe siècle avant J.-C. C’est une langue très bien documentée textuellement. Elle a connu une certaine expansion, servant à divers échanges en Syrie et au Levant.

De là à imaginer une vieille akkadienne vaticinante quittant sa Mésopo­tamie riche en devins pour s’en aller vaticiner du côté de l’Ida…

Mais n’oublions pas que depuis la plus haute antiquité les peuples, notamment autour de la Méditerranée, entraient en contact les uns avec les autres, pour les raisons les plus diverses. On avait assez souvent affaire à un ἑρμηνεύς, un interprète. Des navires sillonnaient la Méditerranée en tous sens : marchandises, voyageurs… Et, nous l’avons vu, Sibylle est voyageuse. Alors il nous est loisible de voir les choses de la façon que voici. Un jour fort ancien une de ces prophétesses âgées, non encore nommées Sibylles, quitte effectivement sa Mésopo­tamie pour s’en aller vaticiner du côté de l’Ida. Les habitants de ces lieux entendent son entourage[20] lui adresser la parole en lui disant respectueusement ‘sîbu’, et dire d’elle qu’elle est une ‘sîbu’. Ignorant l’akkadien, ils pensent que ce mot désigne la prophétesse dans sa fonction divinatoire, et il est pour eux un signe non motivé. Arrivent des Grecs. Ils adoptent la ‘sîbu’. Pour intégrer le mot à leur vocabulaire, ils en font la Σίβυλλα, avec un suffixe de tonalité expressive et familière révèlant le niveau populaire de cette adoption.

On aurait aimé trouver dans les légendes l’indice d’un souvenir de cette origine akkadienne. Ne soyons pas étonnés de ne point l’avoir. Nous avons vu les habitants de Cumes et d’Érythrée chercher à gommer les origines respectivement érythréennes et ‘troyennes’ de leur Sibylle, pour en faire un personnage autochtone. Les habitants de la région de l’Ida ont dû faire de même pour la leur, afin d’en faire un personnage bien de chez eux.

Cette prophétesse dont nous parlons est celle dont Pausanias, au chapitre XII, 1 du livre X, nous dit, comme nous l’avons vu : « Les Grecs en font une fille de Zeus et de Lamia, laquelle Lamia était fille de Poseidon…, et l’on dit qu’elle fut nommée Sibylle par les Libyens (ὑπὸ τῶν Λιβύων). » Faire de Poseidon son grand père, c’est à la fois auréoler de gloire mythologique cette femme sans doute arrivée par voie maritime, et effacer le point de départ de son voyage. Quant à la dernière partie de la phrase, l’édition Dindorf, dans la collection Didot (Paris, 1882), marque d’un point d’interro­gation sa traduc­tion latine : « … et ab Afris Sibyllam ( ?) nominatam fuisse. » En effet, que viennent faire ici les Libyens ? La Lybie n’a connu la colonisation grecque que bien plus tard (fondation de Cyrène en 630 av. J.-C.). Sans doute le texte est-il altéré et faut-il lire ὑπὸ τῶν Λυδίων, ‘par les Lydiens’, qui n’allaient pas tarder à installer la Sibylle dans leur ville portuaire d’Érythrée.

À défaut de l’indice que nous aurions aimé avoir, songeons à la formule de Leonard Robert Palmer soulignant « l’unité de la civilisation religieuse qui s’étend de la Mésopotamie à l’Asie Mineure et à la mer Égée.[21]»

Nous ne prétendons pas avoir prouvé l’hypothèse de Hrozný. Nous pensons seulement avoir montré qu’elle est tout à fait plausible.

Plausible : du latin plausibilis, ‘digne d’être approuvé ou applaudi’.

Alors, applaudissons.

 

Jean-Victor Vernhes

Maître de Conférences honoraire

hantant encore l’Université d’Aix-Marseille

 

Notes :

[1] La traduction reproduite est, avec quelques modifications, celle que publia Gedoyn, « avec des remarques, notes, etc., à Paris chez Jean-François Bastien, l’an II de la République française » (1794). Disponible par Internet, sur le site de ‘mediterranées’ : http://www.mediterranees.net/geographie/pausanias/

[2] Le texte est ici altéré, tout en demeurant intelligible.

[3] Soit environ 28 km.

[4] Le songe d’Hécube nous est rapporté par Apollodore, Bibliothèque, III, 12, 5, mais dans ce texte ce n’est pas Hérophile qui expliqua ce songe. Hécube eut un premier fils, Hector, «et lorsqu’un second bébé fut sur le point de naître, Hécube rêva qu’elle avait accouché d’un tison incandescent, et que le feu s’emparait de toute la ville et la brûlait. Lorsque Priam eut appris d’Hécube ce songe, il fit venir son fils Æsacos, qui était interprète des songes… Il dit que cet enfant était la ruine de la patrie et ordonna de l’exposer…» Ce second fils était bien sûr Pâris, et on sait les conséquences…

[5] La ville d’Érythrée (Ἐρυθραί) est un port d’Asie Mineure qui fait face à l’île de Chios. Des inscriptions d’Érythrée mentionnent des sacrifices à la Sibylle.

[6] En grec Κύμη, en latin Cūmai, ou Cūmē. Plusieurs villes grecques portent ce nom.

[7] Les Ὀπικοί sont le peuple qui habitait la région où s’établit la ville de Cumes.

[8] Le siège mantique d’Érythrée n’est pas tombé en déshérence pour autant. Le Sénat romain la faisait consulter.

[9] Ils cherchaient à effacer les origines érythréennes de leur Sibylle, et la rendre autochtone, tout comme nous avons vu plus haut les Érythréens vouloir en effacer les origines ‘troyennes’.

[10] On situe vers -740 la fondation de Cumes.

[11] Cette Κύμη ne peut être que celle de la côte est de l’Eubée, à peu près à la même latitude que Chalcis. Elle existe toujours, contrairement à la Cumes italienne. Il est curieux de noter qu’en Asie Mineure, pas très loin d’Érythrée, un peu au Nord-Est de Phocée, on a aussi une Κύμη.

[12] Nous sommes dans le cas de figure où des personnes investies d’une même fonction ont une apparence physique identique.

[13] A. Otto, Lateinische Sprichwörter, Sibylla, 1

[14] Trad. A. Ernout.

[15] Dictionnaire encyclopédique grec de la fin du Xe siècle, contenant de nombreux extraits d’œuvres antérieures.

[16] C’est-à-dire concernant l’art de la prophétie.

[17] XIIIe s. av. J.-C. ?

[18] Paris, 2009. Jacques Collina-Girard, préhistorien et géologue, était Maître de Conférences à l’Université de Provence.

[19] Trad. R. Flacelière.

[20] Je parle d’un entourage, car, même si les textes ne précisent rien sur ce point, il ne faut pas s’imaginer ces vieilles prophétesses embarquant seules avec une petite valise pour une destination lointaine. Lorsque la Sibylle de Cumes vient d’Érythrée, c’est un centre mantique qui essaime.

[21] Dans Dionysos and Apollo, in Proceedings of the Classical Association, LX, 1963, p. 32-33. Cité par Edouard Des Places, S.J., La religion grecque, p. 32.

 


Une réflexion au sujet de « Jean-Victor Vernhes, D’où vient la Sibylle ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *