Janine Kaminski vous donne la suite du conte pour enfant de Stavros Zaphiriou « Le petit pilote »

► LITTERATURE GRECQUE MODERNE (ὁ λύχνος, numéro 145, novembre 2016, article deux)

Stavros Zaphiriou

Le Petit Pilote (suite)

Le petit Youri, cliché Philippe de Feluy (Flickr)
Le petit Youri, cliché Philippe de Feluy (Flickr)

[Voici la deuxième partie du conte traduit du grec par Jeanine Kaminski commencé dans le  numéro 144 : https://ch.hypotheses.org/1598. La troisième et dernière partie au prochain numéro.]

Imaginez alors comme sa tranquillité fut troublée quand, en s’éveillant le lendemain matin, il vit debout à la fenêtre de sa chambre un pilote en chair et en os. Si on disait qu’il fut surpris, on se tromperait et ne se tromperait pas. Puisque ce pilote ressemblait et ne ressemblait pas aux pilotes, tels qu’il les avait créés dans son imagination. Et tout d’abord : génial ! Il portait un uniforme ! Un uniforme qui montrait, sans aucun doute, qu’il était pilote. Cependant il n’avait pas son âge, et n’était pas même un peu plus jeune. Ensuite, il semblait de toute façon savoir que le trajet qu’il avait suivi le mènerait directement à cette chambre. D’accord aussi avec ça ! Mais il était clair comme de l’eau de roche qu’il était incapable de distinguer si un éléphant – et bien sûr tout entier – dans le ventre d’un boa est ou n’est pas la même chose qu’un boa qui a avalé un éléphant.

Et comme à ce moment le pilote avait le dos tourné et regardait par la fenêtre les jardins du palais, sans s’être aperçu que le petit prince était réveillé, notre ami profita de ce temps pour calmer son excitation et mettre en ordre ses interrogations et ses nouveaux sentiments. Et dès qu’il se sentit prêt du point de vue psychologique, il demanda soudain :

« Est-il vrai qu’il n’y a pas besoin d’aéroplanes pour qu’il y ait des pilotes ? »

« Naturellement que c’est vrai », lui répondit directement le pilote, sans être surpris et sans même tourner la tête. « Comme il est vrai qu’il n’y a pas besoin que des pilotes existent pour qu’existent des petits princes. Et comme il est vrai aussi que tu peux être pilote et ne jamais voler. Mais sache-le », ajouta-t-il, « le difficile n’est pas de voler ; le difficile est d’être pilote. »

« Alors, ce doit être vrai aussi qu’il n’y a pas besoin d’aéroplanes non plus pour que quelqu’un puisse voler » observa le petit prince.

« Cela aussi est vrai. Et surtout, cette vérité est plus importante que les précédentes. Tiens, comme les oiseaux », approuva et renchérit avec sérieux le pilote, en se tournant pour la première fois de son côté.

Le petit prince le regarda alors attentivement. Si étrange que lui parût le fait qu’un pilote se trouvait de bon matin dans sa chambre, autant cela lui paraissait prodigieux. Car il existait, n’est-ce pas ?

« Ne mêlons pas de préférence les oiseaux à notre conversation. Nous en avons vu de toutes les couleurs si longtemps pour nous débarrasser d’eux. »

« D’accord. Puisque cette comparaison ne te plaît pas trouvons-en une autre sans oiseaux. Que dirais-tu des rêves ? Comment trouves-tu les rêves comme comparaison ? »

« Hum ! », le petit prince se gratta le menton. « Les rêves sont une solution possible. Mais comment peux-tu voler avec un rêve qui arrive et part à l’improviste dans ton sommeil et existe à son gré ? »

« En effet ! À première vue tu ne peux pas », reconnut le pilote. « Tu peux voler sans avoir besoin d’aéroplane, mais avec un rêve incontrôlable tu ne peux pas. Sauf… »

« Sauf ? » demanda-t-il avec anxiété.

« Sauf si tu crées tout seul les rêves ! » répliqua triomphalement le pilote, bien que ce ne fût pas du tout dans son caractère de pavoiser. « Alors, tu peux à la fois rêver que tu es pilote et voler avec ton rêve où tu veux toi-même ! »

« Bravo ! c’est ça ! » s’exclama aussi le petit prince en frappant avec enthousiasme de son poing droit dans sa paume gauche.

« Alors essayons. À partir de ce moment tu rêves que tu es un petit pilote qui rêve de créer son propre rêve et de voler avec lui vers sa réalisation. Tu portes une casquette avec une visière brillante et un bel uniforme confortable avec de larges galons rouges sur le pantalon et des ornements brodés d’or sur les manches ! »

Le petit prince, cependant, malgré son premier enthousiasme, pensa que la chose demandait encore beaucoup de réflexion. Les rêves qu’il voulait créer et rendre réels étaient si nombreux ! Mais, ce qu’il craignait – et il s’avéra qu’il avait raison de le craindre – était que d’une part il ne savait pas du tout dessiner et que de l’autre il détestait tenir son journal princier. Dans ces conditions, et parce que son esprit volait constamment d’un côté et de l’autre, comment réussirait-il à mettre en ordre ses rêves ? Ainsi, tous les rêves qu’il s’était déjà mis à faire, il les oubliait très vite. Et quand il essayait de s’en ressouvenir il s’embrouillait, embrouillant aussi les rêves entre eux. Et ce que finalement il réussissait, c’était de les mélanger tous dans un rêve si compliqué et long qu’il lui était impossible de distinguer quel en était le début, le milieu et la fin. Et surtout : il lui paraissait incroyablement difficile de comprendre si en s’envolant avec ce rêve il allait quelque part ou revenait de quelque part. Nous, cependant, il va falloir sans doute lui pardonner cette confusion. Parce qu’ainsi sont les petits princes qui veulent être pilotes. Ils ont ces complications princières !

 

Le rêve embrouillé que fit tout seul le petit pilote :

Vous attendez sûrement d’apprendre quel est ce rêve embrouillé que fit tout seul le petit pilote. Mais ici je vais vous décevoir. Et la raison, si inattendue qu’elle soit, est aussi simple.

Vous vous souvenez certainement que la première personne à laquelle le petit prince demanda de lui résoudre ses problèmes était son père le roi. Eh bien, ce roi, alarmé par les manigances de son fils avec des pilotes, avec des aéroplanes qui n’existent pas, avec des oiseaux et des vols, prit soin tout de suite d’interdire tous les vols. Et de plus, comme il soupçonna que dans cette histoire les rêves jouaient quelque rôle, il avait ordonné, en tant que roi, que personne sans exception ne vole même avec ses rêves. Et puisque cela non plus ne lui suffisait pas, il avait ajouté dans le catalogue des interdictions le fait même de créer ses propres rêves, fût-ce des rêves terriens.

Vous comprenez maintenant les obstacles que trouvait devant lui notre petit pilote, malgré sa bonne volonté de décoller, même avec son rêve embrouillé.

 

Le catalogue des interdictions du roi

Nous, Roi et Souverain Absolu de ce pays, Ministre également du développement linguistique de la nation, désirant protéger nos administrés des idées nouvelles démoniaques et sataniques, dont il est certain que si elles s’appliquent elles mettront sens dessus dessous la façon dont nous leur avons appris à vivre, nous décidons et décrétons ce qui suit :

1° Nous interdisons tout vol (et principalement les vols avec des rêves) qui peut entraîner nos sujets à l’intérieur et à l’extérieur des frontières que nous reconnaissons comme frontières de l’État existant et de notre autorité souveraine.

2° Nous interdisons à un quelconque de nos sujets, et sans aucune exception, de fabriquer (à l’intérieur d’un atelier ou à l’extérieur) et de réaliser de quelque façon que ce soit ses propres rêves, mais en particulier des rêves où :

 

  • C’est le printemps et la nature s’est réveillée et étirée (pour mieux se réveiller de son sommeil hivernal) avec toutes ses fleurs (monocotylédones etc.), ses arbres, ses animaux et ses reptiles qui s’animent et menacent de bouleverser les esprits, avec pour conséquence la désobéissance envers les lois et les règles de notre Royaume. Toute tentative de vol en particulier avec usage de dragons volants (de petite ou grande taille, peu importe) qui en outre rejettent, où bon leur semble, par leurs naseaux des flammes suffisantes pour mettre le feu à des habitations, des lessives qui sèchent – avec leurs pinces –, comme à n’importe quoi exposé à la fureur du feu, sera considérée comme un attentat contre l’ordre du territoire et sera punie.

 

  • C’est l’hiver et apparaît ce démon insouciant de la neige. Lequel, de l’aveu général, dédaigne nos Décrets Royaux, mais sous peu aussi les intérêts inavouables que servent ces Décrets. Qui considère déplorables, condamnables et méprisables les Décisions Royales, dans la mesure où les a prises Notre Majesté, de même que les circulaires explicatives qui les accompagnent. Qui a pour seuls souci et distraction de lancer des boules de neige sur des passants sans méfiance, de manger du pain de neige tartiné de confiture de neige et de la neige frite dans de l’huile de neige, étalant tous azimuts une gloutonnerie particulièrement provocante. Qui refuse de fréquenter nos paisibles et obéissants sujets, leur préférant la compagnie des gros patapoufs de bonshommes de neige. Tout contact physique ou onirique avec ce démon barbare et asocial est interdit et sera puni.

 

Ah ! que ne donnerais-je pas pour que d’autres avec nous pussent jouir du jargon royal de Sa Majesté ! Mais vous avez vu quelle langue riche et solennelle ! Vous avez vu combien de mots et quelle bonne grammaire on doit connaître, pour exercer ses devoirs royaux, si par hasard on devient roi ! Eh bien, vous feriez bien de commencer à apprendre vous aussi de tels mots car, sait-on jamais ? Savez-vous ce que vous réserve l’avenir ? Mais surtout parce que suivent encore d’autres interdictions de ce genre :

 

  • Dans une grotte très profonde sur le flanc d’une montagne, avec son entrée cachée par des branches sèches et des rochers d’une bonne grandeur, quelqu’un peut découvrir, à sa surprise et au dépourvu, une baleine très volumineuse qui chante les petits vers insignifiants qui suivent :

 

Si tu tombes dans la montagne en face d’une baleine

ne te demande pas « qu’est-ce qu’elle chante ici »,

parce que la montagne aussi a son charme,

elle n’a pas d’algues mais elle a son thym.

 

Que l’aspect sombre de la baleine

ne te surprenne pas dans la grotte ;

chaque chose inexplicable a une explication,

il suffit que tu n’interrompes pas le récit.

 

Dans la mer on est au large,

sauf si tu as une belle voix

les hommes avec quelques appareils

t’entendent et alors commencent les problèmes.

 

Ils te lancent en douce des harpons,

te découpent en morceaux jusqu’à la queue,

prennent ta chair, tes graisses,

ils prennent même ce que tu caches dans ton estomac.

 

Le salut est dans les montagnes.

Si en plus tu trouves une bonne grotte

où ta grâce toute entière puisse tenir,

je crois que tu sauves ta peau.

 

Toute nature d’accord réel ou onirique avec le contenu de cette chanson populaire et pleine de fausses notes, laquelle empêche le développement du commerce et des exportations et sème la zizanie chez les autres baleines pour la revendication de leur salut, même avec des moyens extra-marins, est interdit et sera puni.

 

  • Sur les eaux d’un lac assez grand et serein se baigne – en infraction à nos ordres au sujet des baigneurs – avec des balancements inconvenants un cygne tout blanc. Lequel fait onduler son cou avec une grâce coquette et avec majesté, tandis qu’il se pare – en infraction encore à nos ordres – de tous les scintillements des gouttelettes d’eau. Lequel soudain dans une lumière rose qui descend du ciel, recourbe son cou, incontestablement souple, et commence à ôter de son bec rouge noirâtre une par une les plumes de son plumage. Sous lequel on découvre une jeune fille qui devient de plus en plus belle et encore plus belle, à mesure qu’elle sent qu’un de ses amoureux la regarde. Tout regard furtif ou ostensible sur la jeune fille-cygne en question avec la justification de « l’harmonie », de la « grâce », de la « chasteté », de « l’amour » ou de la « beauté », est interdit comme non-constructif et sera puni.

 

Le petit pilote ne supporta pas de lire la suite des interdictions du roi. Il trouvait qu’un tel catalogue méritait d’être déchiré en mille morceaux et il se sentait tellement, mais tellement triste qu’il eût été rédigé par son propre père. Non pas que lui fussent jamais passés par l’esprit les rêves de ce genre, non ! Mais parce qu’il comprenait que le roi interdisait tout ce qui pourrait rendre les hommes, mais aussi tous les êtres vivants de son royaume, joyeux et heureux. Et aussi parce qu’il comprenait que derrière les rêves peut se cacher quelque chose qu’on ne distingue pas au premier regard. Voyez-vous, bien qu’il fût le fils du roi et qu’il passât toute sa journée dans le palais, il n’avait pas la moindre idée de la politique ni des moyens par lesquels on administre un royaume.

« Ces moyens sont très ennuyeux, » se dit-il. « Il faudrait que j’en discute avec le pilote. Mais où est-il passé lui aussi ? »

En effet, le pilote avait disparu.

« C’est du joli ! » Un peu déçu, le petit pilote leva les bras. « Il m’a débité à merveille ses théories et maintenant que les choses semblent se compliquer, le voilà qui a tiré son épingle du jeu. Ah, on ne peut plus faire confiance à personne ni à rien. Pas même aux pilotes. »

Mais en vérité, qu’est devenu le pilote ?

[La suite au prochain numéro]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *