Janine Kaminski a traduit pour vous un poème grec de Thomas Ioannou

► POESIE GRECQUE MODERNE (ὁ λύχνος, numéro 144, juillet 2016, article sept) ✮✮✮

Quelle tempête a soulevé

Le Léviathan du malheur ?

 

Giacomo Rossignoli, Le Leviathan (Le jugement dernier), Boves, vers 1555
Giacomo Rossignoli, Le Leviathan (Le jugement dernier), Boves, vers 1555

Thomas Ioannou est né à Arta en 1979, a fait des études de médecine à Athènes et exerce comme neurologue. Son premier recueil de poésie Ιπποκράτους 15 lui a valu en 2012 le prix du Ministère de la Culture. Depuis, ses poèmes traduits en anglais, allemand et français sont publiés dans diverses revues et journaux de presse. En particulier il fait partie du comité de rédaction de la revue de poésie Τα ποιητικά .

Les éditions Desmos en France préparent pour cette année une édition bilingue de son premier recueil.

Le texte grec suit la traduction et les notes.

★★★

 Beauté de la Méditerranée

Thomas IOANNOU

Τα Ποιητικά, n° 20, déc. 2015, Ἐκδοσεις Γκοβόστη, Athènes.

Le titre est une antiphrase : la belle Méditerranée est devenue, on le sait bien, un cimetière…

Mais Thomas Ioannou ne s’en tient pas à cette constatation : en évoquant la bénédiction de la mer, l’immersion de la Sainte Croix, la coutume des Βουτηχτάδες, ou le métier ancestral des pêcheurs d’éponges, il donne à la trivialité des événements une triste ironie.

En même temps, il nous fait sentir le crime ou le sacrilège commis non seulement envers les humains, mais aussi envers la nature : tout l’univers semble participer à la catastrophe, la mer, le soleil, les astres, les îles, et le poème devient une sorte d’apocalypse :

Quelle tempête a soulevé

Le Léviathan du malheur ?

★★★

I

Dénaturées les lois de la vie

Renversent la balance de la matière

 

Et il faut que tu passes au-dessus de mines

Avec des membres en fuite

À la recherche d’une patrie bien constituée

 

Avec des bateaux pour chiens qui à ta rage

Ont passé une laisse

Pour que tu n’aboies plus à ton ombre

Même si Cerbère attend

En remuant la queue

 

Avant que monte le fleuve muet[1]

Jusqu’au cou de l’Èbre

Que l’amertume boive l’eau douce jusqu’à en éclater

Et la rejette par les poumons criblés

 

Il faut la manière

Pour débarquer sur des rivages inconnus

Dans des Amériques où tu attendais les Indes

 

II

Dans une langue éloignée

Et qui n’a pas voyagé

Tu pries maintenant

Que le corps de la mer Rouge s’ouvre

Que les eaux s’écartent

Pour que les gens marchent

 

Exanthème hémorragique d’une fuite

Qui se déchaîne avec la Canicule[2]

Et ne te laisse pas de peau pour te cacher

Dans le corps d’une vie de quadrupède

 

Faune bâtarde de mortels

Qui effarouche le corps du soleil

Avec une telle cohue dans les cieux

Frets de plongeurs qui ont recueilli

Comme une éponge toute la lumière

Et crachent à la face de la terre

Les écumes de leur naufrage

 

Ils ont plongé avec leurs habits de fête

Pour attraper la croix[3]

Peut-être que les eaux sont bénies

Bois de la Vraie Croix qui chavire vers l’ignoble

Balançoire avec des corps qui pèsent de plus en plus

Dans la charge du jusant

 

Corps gonflés tambours du silence

Puanteur d’un reflux

Que le meltemi[4] ne chasse pas

 

Quelle place dans l’infini

Pour une vie si éphémère

 

 

III

Nous avons sorti toute la nuit dans l’écume

Ceux qui n’ont pas saisi

Dans leurs mains la terre ferme

 

Quelle tempête a soulevé

Le cétacé du malheur

Et nous avons couru nous le menu fretin

Dans les pires bas-fonds de la chair

 

Maintenant des îles écument en pleine mer

Fonds inversés de tous ceux qui ont appareillé

Pour le voyage de leur race minérale

Et l’azur s’est mis à noircir

 

Morts qui ne se sont pas retenus à la terre

La mer les a vidés

Sable de clepsydre aux rivages

Sur le dos se chauffe au soleil l’oubli de la réalité

Lieu de plaisance de tous ceux qui peuvent

Croire au corps.

 

On bronze bien en cette saison

Avec de si nombreux soleils au zénith

Tant que dure notre trois-mâts

À l’époque du Proche-Occident

 

Présentation et traduction Janine Kaminski

 

[1] Ο βουϐοπόταμος , « le fleuve muet », traduction littérale d’un toponyme désignant un lieu d’Épire près duquel coule le fleuve Achéron. En l’employant le poète a en esprit l’Achéron mythique, le fleuve des Enfers, du silence… de la mort.

[2] C’est en grec « l’astre du chien ».

[3] Aux Θεοφάνια (ou Φώτα), grande fête chrétienne célébrée en Grèce le 6 janvier, il est d’usage de bénir la mer en y jetant la Sainte Croix que des plongeurs tout habillés (Βουτηχτάδες) essaient ensuite de remonter. C’est un grand honneur pour le gagnant qui, après l’avoir baisée, la promène dans les maisons et reçoit des présents.

[4] Vent du nord qui souffle chaque année en mer Égée pendant la canicule, et apporte la fraîcheur.

★★★

ΜΕΣΟΓΕΙΑΚΗ ΟΜΟΡΦΙΑ

 

I

 

Αφύσικοι οι νόμοι της ζωής

Της ύλης το μπαλάντζο ανατρέπουν

 

Και πρέπει να περνάς πάνω από νάρκες

Με μέλη αποδημητικά

Πατρίδα αρτιμελή αναζητώντας

 

Με σκυλοπνίχτες που στη λύσσα σου

Περάσανε λουρί

Να μη γαβγίζεις άλλο τη σκιά σου

Κι ας περιμένει ο κέρβερος

Κουνώντας την ουρά

 

Πριν ανεβεί ο βουβοπόταμος

Ως το λαιμό τουἘβρου

Πιει νερό γλυκό μέχρι σκασμού η πίκρα

Και ξεβραστεί με τα πνευμόνια κόσκινο

 

Θέλει τον τρόπο του

Να βγεις σε άγνωστες ακτές

Σε Αμερικές που τις περίμενες Ινδίες

 

 

II

 

Σε γλώσσα μακρινή

Και αταξίδευτη

Τώρα προσεύχεσαι

Της Ερυθράς ν᾽ ανοίξει το κορμί

Πέρα να κάνουν τα νερά

Να περπατιέται ο κόσμος

 

Φυγής εξάνθημα αιμορραγικό

Με τ᾽ άστρο του κυνός θεριεύει

Και δε σ᾽ αφήνει δέρμα να κρυφτείς

Σε μιας ζωής τετράποδης το δέμας

 

Θνητών πανίδα ημίαιμη

Του ήλιου αλαφιάζει το κορμί

Με τόσο στριμωξίδι στα ουράνια

Ναύλοι δυτών που μάζεψαν

Σφουγγάρι όλο το φως

Και φτύνουνε κατάμουτρα τη γη

Μ᾽ αφρούς από τον καταποντισμό τους

 

Με τα καλά τους βούτηξαν

Να πιάσουν το σταυρό

Μπας κι αγιαστούν τα ύδατα

Τίμιο ξύλο που μπατάρει προς το άτιμο

Τραμπάλα με κορμιά που όλο βαραίνουν

Στο ζύγι της φυρονεριάς

 

Τυμπανιαία σώματα ταμπούρλα της σιωπής

Αποφορά μιας άμπωτης

Που δε τη διώχνει το μελτέμι

 

Πώς να χωρέσει στο απέραντο

Τόση μικρόβια ζωή

 

 

III

 

Βγάξαμε όλη τη νύχτα στον αφρό

Εκείνους που δεν πιάσανε

Στα χέρια τους στεριά

 

Πόση φουρτούνα σήκωσε

Το κήτος της ανάγκης

Και τρέξαμε μαρίδα εμείς

Στα πιο ρηχά της σάρκας

 

Τώρα νησιά αφφίζουνε στο πέλαγος

Ανάστροφοι βυθοί όσων σαλπάρανε

Στης ορυκτής τους ράτσας το ταξίδι

Και πήρε να μπλαβίζει το γλαυκό

 

Νεκροί που χώμα δεν κρατήσανε

Τους άδειασε η θάλασσα

Άμμος κλεψύδρας σε ακτές

Ανάσκελη να λιάζεται η λήθη των πραγμάτων

Τόπος αναψυχής όσων μπορούν

Στο σώμα να πιστεύουν

 

Κάνεις ωραίο μαύρισμα τέτοια εποχή

Με τόσους ήλιους που μεσουρανούν

Όσο βαστά το μπάρκο μας

Σε χρόνους Εγγύς Δύσης

 

ΘΩΜΑΣ ΙΩΑΝΝΟΥ

 

 

 


Une réflexion au sujet de « Janine Kaminski a traduit pour vous un poème grec de Thomas Ioannou »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *