Laurent Force : Les Schtroumpfs , des « animaux politiques » ?

►  λύχνος n° 144, juillet 2016, article trois

Le système politique des Schtroumpfs

ou les schtroumpfs pensaient-ils grec ?

 

Couverture du mini-récit de Peyo & Yvan Delporte, Le faux schtroumpf, Spirou 1961
Couverture du mini-récit de Peyo & Yvan Delporte, Le faux schtroumpf, Spirou 1961

[L’homme est un animal politique, disait Aristote. Au-delà de cet universalisme, les mots de la politique sont bien grecs ! La politique, c’est l’art de vivre en cité, le despotisme, c’est la politique du maître de maison vis-à-vis de ses esclaves, la monarchie, c’est le pouvoir d’un seul et cetera… Se poser la question du système politique des Schtroumpfs, c’est bien schtroumpfer une question grecque ! L’auteur de l’article, cependant, plutôt que de s’intéresser à la politique du brave Aristote, nous conduit à travers les dédales de Montesquieu jusque vers une proposition non-aristotélicienne, une sorte de schtroumpf rabelaisien ]

 

La question est devenue d’actualité avec la parution de l’ouvrage d’Antoine Bueno[1] qui, si l’on simplifie, soutient que les Schtroumpfs sont communistes, ce qui est pour le moins surprenant pour des héros du Journal de Spirou.

Quel est donc le régime politique des Schtroumpfs ? Remarquons qu’ils vivent dans une société peu stratifiée avec seulement deux niveaux : le Grand Schtroumpf (le chef) et les Schtroumpfs tous égaux et quasi indiscernables, même si chacun a sa personnalité.

 

1ère piste

La consultation du Petit Montesquieu illustré[2] nous laisse trois possibilités : le despotisme (la tyrannie), dont le principal ressort est la peur, la monarchie, avec l’honneur et la république, avec la vertu.

Nous pouvons tout de suite éliminer le despotisme : Le Grand Schtroumpf n’a rien d’un despote et son régime ne repose pas sur la peur.

Les Schtroumpfs ne vivent pas non plus en république : Le Grand Schtroumpf n’est pas un magistrat élu ou tiré au sort parmi les Schtroumpfs. Il n’est pas l’un d’entre eux, même pas un primus inter pares : il reste irrémédiablement (et éternellement ?) au-dessus d’eux. S’ils sont naturellement gentils, les Schtroumpfs ne font pas montre de la moindre vertu républicaine.

Reste donc la monarchie : le Grand Schtroumpf exerce son pouvoir seul, en bon père de famille. Il est un parfait monarque de droit divin dont le pouvoir ne peut être remis en cause. Les Schtroumpfs vivraient donc en monarchie… Cependant la société schtroumpf ignore les corps intermédiaires caractéristiques de la monarchie ; les Schtroumpfs sont en général insensibles aux honneurs et, si on y réfléchit bien, le Grand Schtroumpf n’a pas vraiment les pouvoirs habituellement associés à la royauté : il ne bat pas monnaie, n’a pas de police, pas d’armée (l’armée Schtroumpf, c’est le peuple en armes, comme en république). Bref, le Grand Schtroumpf est à peine un monarque et la société schtroumpf une piètre monarchie.

 

2e piste

Puisque la science politique du XVIIIe siècle nous fait défaut, utilisons les ressources de la science moderne. Démocratie ou dictature ? Capitalisme ou communisme ?

Les Schtroumpfs ne vivent pas (sauf errements temporaires le temps d’un album) sous une dictature : chacun est libre de faire ce qu’il veut et de dire ce qu’il a envie de dire. Pas de censure, pas de goulag, le régime Schtroumpf serait la démocratie. Une démocratie sans élections et avec un Grand Schtroumpf à vie ? Voilà qui ne rentre pas dans le modèle, d’autant plus que la démocratie est généralement associée au capitalisme et à l’économie de marché. Et la société schtroumpf n’est pas capitaliste : elle ignore (sauf errements temporaires clairement condamnés) l’argent et à plus forte raison l’accumulation du capital et ne connaît pas de marché. Est-elle pour autant communiste ou socialiste ? Outre la liberté pleine et entière dont jouissent ses membres, la société Schtroumpf ne pratique pas la planification de son économie (chaque Schtroumpf produit ce qu’il a envie de produire), ne connaît pas la propriété collective des moyens de production (le Schtroumpf paysan semble propriétaire de son champ, le Schtroumpf bricoleur de son atelier, etc.), la seule exception semblant être le barrage qui est, de par l’ampleur de la tâche, un œuvre collective.

3e piste

En fait, parler de planification, de moyens de production, de marchés, est très exagéré pour un village d’une centaine de personnes[3]. Raymond Aaron écrivait[4] que capitalisme et socialisme ne sont en fait que deux facettes d’une même société, la société industrielle. La société schtroumpf n’est pas une société industrielle : les Schtroumpfs sont supposés vivre au Moyen-Age et font généralement usage, sauf exceptions exigées par le scénario, d’une technologie (le cas échéant, d’une magie) de cette époque ; ni même une cité grecque. Les catégories que nous avons explorées ne peuvent s’appliquer à un groupe dont la taille est proche de celle d’une grande famille ou celle d’un petit village. Le Schtroumpf est en fait très proche de l’état de nature cher à Jean-Jacques Rousseau : innocent, naturellement bon, ignorant de toute loi autre que la loi naturelle, non perverti par la société, ou plus précisément : régulièrement mais temporairement perverti par notre société, ce qui donne lieu à de nombreuses aventures. L’idée est tentante, le village schtroumpf ressemble finalement bien à une société primitive dont le modèle pourrait être un village d’Amazonie[5].

Cependant, le véritable état de nature est une fiction dans laquelle l’homme est seul, isolé. Dès qu’il se rassemble, dès qu’il se donne des règles (même implicites), dès qu’il forme une société, l’homme quitte l’état de nature pour adhérer à un contrat social. Le village schtroumpf est, qu’on le veuille ou non, une petite société avec un régime politique que le mot « naturel » ne suffit pas à décrire.

 

4e piste

Il parait douteux que Peyo ait eu en tête le modèle du village amazonien. En revanche, il existe beaucoup plus près de nous un modèle qui réunit de nombreuses caractéristiques du village schtroumpf :

  • Il n’y a que des hommes,
  • Tous sont habillés de la même manière,
  • Chacun conserve son individualité et sa liberté,
  • La vie est communautaire (repas pris en commun dans un réfectoire, etc.),
  • Il n’y a pas d’argent et encore moins d’accumulation de richesses,
  • Chacun a un rôle et contribue à la vie de la communauté,
  • Tous sont égaux sauf le chef de la communauté qui est un père pour chacun de ses membres et qui les aide à progresser.

Ce modèle, c’est celui de la communauté monastique[6]. Le ressort du régime est l’amour de son prochain. Le Grand Schtroumpf est en fait un père abbé ! Il aide les Schtroumpfs à progresser et à se garder des principales menaces pour un moine : le pouvoir (Le Schtroumpfissime, 2e album de la série), les femmes (La Schtroumpfette, qui est un agent du diable/de Gargamel, 3e album), l’Argent (Le Schtroumpf financier), raisons de ses vœux d’obéissance, de célibat et de pauvreté. Le Grand Schtroumpf est moins caractérisé par son pouvoir que par son auctoritas. Il n’est ni élu, ni nommé mais simplement reconnu comme chef par tous en raison de sa sagesse et de son grand âge (on pourrait presque parler de gérontocratie). Comme un abbé, il réunit ses petits Schtroumpfs pour que chacun puisse s’exprimer avant les décisions engageant l’avenir de la communauté.

Laurent Force

Ingénieur à France Télécom

 

 

 

 

5e piste et conclusion :

Le plus simple serait sans doute de demander au Grand Schtroumpf. Il nous dirait certainement que le régime politique des Schtroumpfs est la schtroumpf et que tout le reste n’est que débat de Schtroumpfs.

 

 

 

[1] Antoine Bueno, Le petit livre bleu : analyse critique et politique de la société des Schtroumpfs,…

[2] Montesquieu, l’Esprit des lois,…

[3] 100 Schtroumpfs exactement dans l’album le centième Schtroumpf, mais depuis on a retrouvé le Schtroumpf sauvage, etc.

[4] Raymond Aron, Dix-huit leçons sur la société industrielle,…

[5] Voir par exemple Claude Levi-Strauss, Tristes tropiques,…

[6] Le modèle politique des Schtroumpfs est donc un monastère, ce qui signifie en grec, l’habitation des solitaires (NdE).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *