Christian Boudignon, Avez-vous déjà vu des chevaux verdâtres ?

►  λύχνος n° 143, mars 2016, article huit

Quelle est la couleur du quatrième cheval de l’Apocalypse ?

 

Cheval Palomino (Wikicommons)
Cheval Palomino, variété d’alezan (Wikicommons)

 

Vous allez me dire que cela vous rappelle une plaisanterie que l’on faisait autrefois. Quand j’étais petit, je me souviens de mon grand-père qui me demandait : quelle est la couleur du cheval blanc d’Henri IV ? Non, non, tout cela est très sérieux. Il s’agit bien de l’Apocalypse. Mais les traducteurs sont d’une incroyable légèreté quand ils en viennent à la couleur du quatrième cheval. La couleur du premier cheval ne fait pas de doute : au sixième chapitre, Jean, à Patmos, a la vision d’un cheval blanc monté par un archer. Pour la couleur du second monté par un cavalier à l’épée, il serait “rouge feu”. La couleur du troisième cheval est noire, il est monté par un cavalier qui tient en main une balance. Jusque là, tout le monde est d’accord.

Un cheval verdâtre !

Pour le quatrième cheval, il serait verdâtre ! Voici les différentes traductions du verset que nous donnons d’abord en grec (Apocalypse 6, 8) :

καὶ εἶδον καὶ ἰδοὺ ἵππος χλωρός, καὶ ὁ καθήμενος ἐπάνω αὐτοῦ ὄνομα αὐτῷ ὁ θάνατος, καὶ ὁ ᾅδης ἠκολούθει μετ’ αὐτοῦ (27e éd. Nestle-Aland, Stuttgart, 2001)

Et voici qu’apparut à mes yeux un cheval verdâtre ; celui qui le montait, on le nomme la Mort ; et l’Hadès le suivait. (Bible de Jérusalem, Paris, 1975)

Et je vis; et voici un cheval verdâtre ; son cavalier se nommait la Mort, et l’Hadès le suivait. (Bible Bayard, Paris, 2001)

Alors j’ai vu : et voici un cheval verdâtre ; celui qui le montait se nomme la Mort, et le séjour des morts l’accompagnait. (Traduction officielle liturgique, Paris, 2013).

Seule la Traduction Œcuménique de la Bible (Paris, 2010) se distingue des autres : Et je vis : c’était un cheval blême. Celui qui le montait, on le nomme “la mort”, et l’Hadès le suivait.  Suit-elle (je ne sais si c’est volontaire) la traduction latine de saint Jérôme ? La Vulgate en effet porte : Et ecce equus pallidus : et qui sedebat super eum, nomen illi Mors, et infernus sequebatur eum (Vulgate Clémentine, Rome, 1598), ce que Jacques-Bénigne Bossuet traduisait par : Et je vis un cheval pâle, & celui qui étoit monté dessus s’appeloit la Mort, & l’enfer le suivoit (Venise, 1747).

Avez-vous déjà vu des chevaux verdâtres ?

Avez-vous déjà vu des chevaux verdâtres ? Moi, jamais. Vous me direz que l’Apocalypse ne décrit pas la réalité mais présente des visions. Certes ! Mais comme il arrive dans les rêves, en général, on s’appuie sur des éléments réels. On peut dire aussi qu’il s’agit de poésie : “La terre est bleue comme une orange / Jamais une erreur les mots ne mentent pas” écrivait Eluard. Certes ! Mais, je tiens qu’il s’agit tout simplement d’une erreur de traduction, et que l’on rendra toute la poésie très simple de l’Apocalypse en lui rendant ses couleurs. Quand à la traduction par pâle ou par blême, si elle est préférable, elle ne résout rien.

Les Grecs n’ont pas de couleur mais des teintes

On ne peut s’en sortir sans réfléchir au mot grec sous-jacent : χλωρός [chlôros] et à sa signification. D’abord les Grecs n’ont pas de couleur mais parlent de teinte ou d’éclat, — comme aujourd’hui d’ailleurs quand on parle des cheveux des gens. On dit qu’ils sont blancs, noirs, blonds ou roux, ou ne dit pas qu’ils sont jaunes ou rouges. Que dit le dictionnaire de Bailly pour χλωρός [chlôros]? « 1 D’un vert tendre comme les jeunes pousses… 2 d’un jaune pâle ou clair, en parlant du miel… 3 par extension, pâle en général, de couleur terne ou grise, épithète de la mer… » On n’est pas beaucoup avancé : il nous faudrait choisir entre le verdâtre, le jaunâtre, et le grisâtre… Or ce ne sont pas de couleurs qu’il faut parler mais de teintes. Que disent les Grecs ? Le commentaire à l’Apocalypse d’Olympiodore (éd. Hoskier, Ann Arbor, 1928, p. 89), écrit au VIe siècle, le seul commentaire antique en grec de l’œuvre, nous donne une piste : ὁ ἵππος ὁ χλωρὸς ὀργῆς σύμβολον· χλωρὰ γὰρ ἡ χολή, καὶ οὕτως ὑπὸ ἰατρῶν καλουμένη. « Le cheval chlôros est symbole de la colère. Car la bile[1] est chlôra et elle est ainsi appelée par les médecins. » C’est ici une référence directe à la théorie des quatre humeurs, le sang, le phlegme, la bile que l’on dit en général jaune et la bile noire. Or dans son Art médical (éd. Kühn, Leipzig, 1821, vol 1, p. 337), Galien au IIe siècle après J.-C., appelle cette bile blonde : ξανθὴ χολὴ [xanthè cholè]. Si l’on voulait donc définir ce teint, on devrait dire qu’il a l’éclat de la bile, ou plus poétiquement qu’il a la blondeur du miel.

Dès lors, on ne peut s’empêcher de penser au cheval d’Achille dans l’Iliade, qui est doué de parole et lui annonce sa mort prochaine à la fin du chant XIX. Il portait le nom de Xanthos « le blond ». Le plus simple ne serait-il donc pas de dire que notre quatrième cheval est… blond  ?

Un cheval rouge-feu ?

Il faut en tout cas lui opposer le cheval prétendument rouge-feu  des traductions. Rouge-feu est une étrange traduction de πυρρός [pyrrhos]. Le même Olympiodore (éd. Hoskier, p. 85) commente en effet : ὁ πυρρὸς ἵππος αἵματος αἴνιγμα τυγχάνει· « Le cheval pyrrhos se trouve représenter en énigme le sang. » Et le Dictionnaire de Bailly nous indique bien dans l’article πυρρὸς [pyrrhos] : « 1 d’un rouge feu, en parlant d’un vêtement, des lèvres… 2 roux en parlant des cheveux, de la barbe… 3 fauve, en parlant d’animaux… » Si l’on prend le commentaire grec de l’Apocalypse par Olympiodore, on trouve une indication sur la façon de voir les deux chevaux problématiques de l’Apocalypse : l’un a donc une robe couleur de sang, l’autre une robe couleur de miel.

cheval Champagne ambré, variété de bai (Wikicommons)
cheval Champagne ambré, variété de bai (Wikicommons)

Ocre, blond ou miel ?

Il est difficile d’aller plus loin et d’identifier le cheval chlôros et le cheval pyrrhos aux robes du cheval, alezan (des poils et des crins dans les tons fauve, marron à roux, sans aucun poil noir) ou baie (des poils fauves, des crins noirs, une peau noire ou brune, un bas des membres noir et des yeux foncés). J’ai bien de la peine à faire la différence entre ces deux robes de cheval,  — seule la crinière les distingue.

Une petite aide nous viendra peut-être si l’on réfléchit à la tradition artistique de l’Antiquité. Selon Pline (Histoire naturelle, livre 35, chapitre 32) les grands peintre de l’Antiquité (Apelle, Aetion, Mélanthios et Nicomaque) ont réalisé leurs œuvres immortelles avec quatre pigments : « dans les blancs, celui de Mélos, dans les ocres, celui d’Attique, dans les rouges/roux, celui de Sinope du Pont, dans les noirs, celui de l’encre » (ex albis Melino, e silaciis Attico, ex rubris Sinopide Pontica, ex nigris atramento). N’en irait-il pas de même pour les quatre chevaux de l’Apocalypse : en plus du noir et du blanc, l’un serait roux, l’autre serait ocre ?

Bref. Quelle était donc la couleur du quatrième cheval de l’Apocalypse ? Quelque chose sans doute entre l’ocre et le jaune… Ou si l’on voulait, pour mieux exprimer l’éclat marqué par les adjectifs pyrrhos et chlôros, je dirais que si le deuxième cheval était roux, le quatrième était blond.. ou si le deuxième cheval était couleur de sang, le quatrième était couleur de miel !

Christian Boudignon

Maître de conférences en langue et littérature grecque

à l’université d’Aix-Marseille.

 

[1] Hélas, le texte est corrompu à cet endroit et devant « la bile » (ἡ χολή) a été ajouté par erreur : ἡ γῆ— (« la terre ») ce qui ne veut rien dire. En effet, le même texte apparaît dans les Chaînes du Nouveau testament édité par J.A. Cramer, Oxford, 1844, vol. 8, p. 270, sans cette addition.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


3 réflexions sur « Christian Boudignon, Avez-vous déjà vu des chevaux verdâtres ? »

  1. Magnifique ! Je m’étais posé la même question, et votre article y répond de manière complète. Je vous signale qu’en anglais on traduit majoritairement par « pale  » et que cela a donné un film  » Pale rider » , où la couleur du cheval est transférée à celle du justicier !
    Bravo.

    1. Merci de votre commentaire judicieux et précieux. J’ai reçu deux messages qui me disent que la couleur miel n’est pas associée pour nous à la mort. En parlant de couleur miel, je voulais simplement faire sentir qu’il s’agissait d’un éclat, d’un teint et non d’une couleur. Si l’on veut transposer dans notre monde de couleur ce que les Grecs disent en parlant de teinte, on pourra parler d’un cheval « jaunâtre », comme la bile jaune dont parle Méthode d’Olympe.

Répondre à Connaissance Hellénique Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.