J.-V. Vernhes revient sur l’étymologie d’ἄσμενος [ásmenos] donnée jadis par J. Wackernagel

▶ ETYMOLOGIE GRECQUE,   λύχνος n° 143, mars 2016, article six.

Autour de la racine *nes, sauver :

le sens et l’étymologie de ἄσμενος, joyeux

et les verbes νέομαι et νίσομαι, revenir.

 

Jakob Wackernagel (1853-1938) linguiste suisse spécialiste d'indo-européen.
Jakob Wackernagel (1853-1938) linguiste suisse spécialiste d’indo-européen.

 

L’emploi de l’adjectif ἄσμενος est limité par des contraintes syntaxiques particulières. Il ne peut s’employer que :

  1. a) dans des tournures où on peut le rendre par avec plaisir : Ἄσμενος ἂν τοῦτο ὁρῴην, Je verrais cela avec plaisir. Il a alors une valeur adverbiale.
  2. b) dans des tournures au datif du type Τοῦτό μοι ἀσμένῳ ἂν εἴη, Cela me ferait plaisir.

Traditionnellement, on rattache ἄσμενος au thème *σϜᾰδ qu’on a dans le groupe de ἥδομαι, être joyeux.

Une autre hypothèse, proposée par Palmer (Sprache 5, 1959, 131-136), en fait un participe d’une racine *as (<*h2es), celle du hittite hasas, rassasiement. Cette idée de rassasiement aurait pu, selon cet auteur, se développer soit vers l’idée de bonheur, soit vers celle de saturation.

Autre hypothèse encore, à laquelle nous allons nous attacher ici : celle de Wackernagel, qui dans une note en page 6 de ses Vermischte Beiträge zur griechischen Sprachkunde (1897), en s’appuyant en particulier sur les emplois ho­mériques, estime que la signi­fication la plus ancienne de ἄσμενος était sauvé, et, pour l’étymologie, propose le rattachement à la racine *nes, sauver, en posant un thème *ṇs-s-. Cette racine a donné en gotique nasjan, guérir, sauver. Elle est aussi à l’origine de l’allemand nähren, nourrir.

 

Emplois de ἄσμενος

Voyons les attestations citées par Wackernagel à l’appui de sa proposition étymologique.

Odyssée, IX 62-63 : Ἔνθεν δὲ προτέρω πλέομεν, ἀκαχημένοι ἦτορ, /ἄσμενοι ἐκ θανάτοιο, φίλους ὀλέσαντες ἑταίρους, Nous poursuivîmes notre navigation au delà, le cœur lourd, sauvés de la mort, après la perte de nos compagnons. Il est difficile de traduire ici ἄσμενοι par joyeux. Sauf en ajoutant au texte un hypothétique πεφυγμένοι sous-entendu, signifiant ayant échappé, comme l’indique la note à ce vers donnée par l’édition Pierron (Paris, 1911). Et encore ce joyeux jouxterait curieusement l’expression qui précède : le cœur lourd. En outre, il serait syntaxiquement curieux de faire de ἐκ θανάτοιο le complément de πλέομεν ou d’un adjectif signifiant ‘joyeux’. Mais la phrase est d’une construction tout à fait limpide si on voit dans ἄσμενοι un participe à part entière signifiant sauvés, avec une valeur circonstancielle à la fois temporelle et causale, et accompagné d’un complément au génitif avec ἐκ signifiant de quoi on est sauvé.

Iliade, XX, 350 : Φύγεν ἄσμενος ἐκ θανάτοιο, Il est trop heureux d’avoir échappé à la mort. C’est Achille qui s’exprime ainsi, à propos d’Énée, qui vient d’échapper à sa lance, protégé par Poseidon. La joie exprimée par ἄσμενος est ici encore celle d’avoir échappé à la mort.

Eschyle, Perses, 736 : (Ξέρξην φασί)… ἄσμενον μολεῖν γέφυραν γαῖν δυοῖν ζευκτηρίαν, Xerxès, dit-on, a été trop heureux d’atteindre la pont qui joignait les deux continents (traduction Mazon). Le traducteur a su faire sentir que la joie de Xerxès vaincu était celle d’échapper au pire et d’être sauvé.

Sophocle, Philoctète 271. Philoctète raconte comment il fut abandonné par le Grecs : Tότ᾽ὡς ἄσμενοί μ᾽ὡς εἶδον… εὕδοντ᾽ἐπ᾽ἀκτῆς…, λιπόντες ᾤχοντο, Alors bien contents de me voir dormir sur le rivage ils m’abandonnèrent là et partirent. Les Grecs sont soulagés de voir Philoctète dormir. Cela leur permet de l’abandonner sans problème, en échapant à une pénible confrontation. Il y a du ‘bon débarras’ dans ce ἄσμενοι.

Même dans des passages où Wackernagel voit la simple signification de joyeux, nous pouvons voir l’association de ἄσμενος à une situation de danger ou d’embarras à laquelle on a échappé.

Iliade, XIV, 108. La situation des Achéens est critique, et Agamemnon se dit prêt à donner l’ordre de rembarquer. Ulysse le critique violemment. Agamemnon, ébranlé, dans une sorte d’appel au secours, demande que se manifeste celui qui pourra donner le meilleurs avis, et ajoute : ἐμοὶ δέ κεν ἀσμένῳ εἴη, et se serait pour moi un bonheur. On pourrait traduire par et cela me tirerait de ce mauvais pas. Ici ἀσμένῳ exprime le soulagement qu’apporterait à Agamemnon celui qui saurait résoudre le problème crucial qui se pose à lui.

Aristophane, La Paix, 582 : Χαῖρε, χαῖρ’, ὡς ἀσμένοισιν (ἡμῖν) ἦλθες, ὦ φιλτάτη, Salut, salut, comme nous sommes heureux de ta venue, très chère ! Ce propos s’adresse à la Paix personnifiée. Le bonheur consiste ici à être délivré des souffrances et des dangers de la guerre.

Il est curieux de constater que le mot ἄσμενος, attesté six fois chez Aristophane, se trouve 5 fois dans La Paix, c’est à dire dans un contexte de sécurité retrouvée après les épreuves de la guerre (outre l’exemple que nous venons de voir : 540, 557, 582, 600), et une fois dans Les Acharniens (vers 267), où le personnage de Dicéopolis se présente à nous en ces termes : εἰς τὸν δῆμον ἐλθὼν ἄσμενος /… πραγμάτων τε καὶ μαχῶν/ καὶ Λαμάχων ἀπαλλαγείς, de retour avec joie dans mon dème, … délivré des tracas et des combats et des Lamachoi. On voit que ce bonheur est lié à une délivrance salutaire.

Sophocle, Les Trachiniennes, 18 : Au début de cette tragédie, Déjanire nous dit l’effroi que lui causa son premier prétendant, le fleuve Achélôos. Mais par bonheur, nous dit-elle, Χρόνῳ δ᾽ἐν ὑστέρῳ μέν, ἀσμένῃ δέ μοι/ ὁ κλεινὸς ἦλθε Ζηνὸς Ἀλκμήνης τε παῖς, En un temps qui tarda, mais me fut un bonheur, vint l’illustre enfant de Zeus et d’Alcmène (Héraclès). Ce dernier élimina Achélôos, et ce fut la délivrance : ἀσμένῃ s’associe ici aussi à un bonheur lié à une délivrance.

Au vers 755 de la même tragédie, Hyllos, fils de Déjanire et d’Héraclès, fait le récit de la mort de ce dernier, dont il fut le témoin oculaire. Il situe la scène en un certain lieu de l’Eubée, et déclare : … oὗ νιν τὰ πρῶτ᾽ἐσεῖδον ἄσμενος πόθῳ, … et là tout d’abord je fus comblé dans mon désir de le revoir. Déjanire nous a dit dans quelles affres elle était lorsqu’Héraclès était absent pour ses rudes travaux. La joie d’Hyllos est d’être soulagé de telles affres.

Euripide, Phéniciennes 1043. Ici ἀσμένοις exprime la joie qui fut, dans un premier temps, celle des Thébains lorqu’Œdipe les eut délivrés du monstre.

La situation à laquelle succède l’état ἄσμενος n’a pas toujours cette intensité dramatique. Le contraste peut être fort atténué. Voyons, chez Lysias, le paragraphe 12 du discours Sur le meurtre d’Ératosthène. Le plaideur est rentré chez lui après une journée de labeur aux champs. Son épouse (hypocritement, mais peu importe pour l’analyse sémantique) se dit ἀσμένη de le revoir : il lui a manqué si longtemps ! Quant à lui, c’est de dormir qu’il est ἄσμενος : après l’effort, le réconfort.

Mais le mot a fini par signifier simplement ‘joyeux’, la référence à une situation dramatique ou désagréable ayant tendu à s’effacer dans les emplois post-homériques. Elle commençait sans doute à dèjà s’effacer du temps des aèdes. Elle n’a finalement laissé aucun souvenir chez les plus érudits. Eustathe de Salonique, commen­tant au XIIe siècle les vers 62-63 du chant IX de l’Odyssée, que nous avons vus plus haut, nous dit simplement que les termes ἀκαχημένοι ἦτορ et ἄσμενοι sont des équivalents de λυπούμενοι et de χαίροντες, et que nous avons là un ἀντιθετικὸν ῥητορικὸν σχῆμα, une antithèse rhétorique !

 

Réflexions sur la morphologie de ἄσμενος

Sur la base du rattachement à la racine *nes, sauver, voyons la maintenant la morphologie. Wackernagel pose *ṇs-s-menos, sans dire explici­tement ce qu’est le -s- de ce *ṇs-s- ; « participe aoriste (?) » dit Chantraine, avec un beau point d’interro­gation. Le LIV (Lexicon der Indogermanischen Verben), qui fait état l’étymologie de Wackernagel, y voit aussi une forme d’aoriste.

Ce -s- a bien entendu été mis là pour raison phonétique. En effet, selon les lois de la phonétique grecque, nous aurions, après vocalisation du ṇ en a, un *asmenos contenant un groupe -sm- intervocalique, lequel serait traité par chute du -s- et allongement de la voyelle précédente, comme dans le cas de εἰμί < *es-mi. Wackernagel a voulu consolider la sifflante pour lui éviter l’effacement[1].

Le LIV, en page 455, dans l’article *nes, de Thomas Zehnder, indique une autre voie : ἄσμενος peut fort bien être le participe d’un aoriste radical, le maintien du σ devant μ étant dû à l’influence des formes où le σ se maintenait phonétiquement, comme *ἆστο (3S de l’indicatif). Il y aurait là un aoriste radical athématique de voix moyenne régu­lièrement formé sur degré zéro (*ṇs-menos), de même structure que δόμενος < *dh3-menos, participe aoriste moyen de δίδωμι. Du fait de l’accen­tuation, la voie impossible serait d’y voir un parfait sans redoublement (un participe parfait serait en -μένος).

Il est bien d’autres exemples d’un tel maintien de -σμ-. Songeons par exemple au parfait médio-passif de ἀμφιέννυμι, vêtir. Ce verbe repose sur une racine *wes, et dans des formes comme ἠμφίεσμαι, ἠμφιεσμένος, nous voyons le -s- maintenu dans un groupe -σμ- intervocalique

C’est que dans des formes comme ἠμφίεσται, ἠμφίεσθε, ἠμφιέσθαι le σ se maintenait phonétiquement, et de là, par analogie, s’est maintenu là où le seul jeu de la phonétique l’aurait fait disparaître : d’où ἠμφίεσμαι, ἠμφιεσμένος…

Un processus semblable, sur la racine *h1es, être, maintient la sifflante dans ἐσμέν (analogie de ἐστί, ἐστέ).

La structure de *ṇs-menos, avons-nous dit, avec son degré zéro, est la même que celle de δόμενος < *dh3-menos, participe aoriste moyen de δίδωμι. Mais elle est aussi la même que celle de φάμενος < *bhh2-menos, seul débris subsistant, avec φάτο, des formes moyennes de φημί, formées sur le degré zéro de la racine *bheh2. Nous sommes là dans la catégorie des imperfectifs radicaux athématiques sans redou­blement, catégorie morphologique dont il reste peu de témoins.

Est-ce que ἄσμενος est imperfectif ou aoriste ?

Alors, imperfectif ou aoriste ? Statistiquement, l’imperfectif a peu de chances, puisqu’il s’agit d’une catégorie morphologique très marginale. Mais voyons plutôt les valeurs d’aspect, qui sans doute pourront nous éclairer. La valeur durative qu’on sent souvent dans divers contextes où il s’agit d’un état joyeux (relisez les citations ci-dessus) tendrait à nous faire pencher pour l’imperfectif plutôt que pour l’aoriste.

Mais il est aussi des contextes où ἄσμενος qualifie une réaction affective, le surgissement d’un état psychologique : il a alors une valeur aoristique. En voici quelques exemples relevés chez Euripide. Dans Les Suppliantes 392-393 : (c’est Thésée qui parle) ἑκοῦσά γ᾽ἀσμένη τ᾽ἐδέξατο πόλιν πόνον τόνδε, c’est de bon cœur et avec joie que la cité a accueilli cette épreuve. Il s’agit de la volonté annoncée par Thésée d’être ferme avec les Thébains et même d’entrer en guerre : ἀσμένη qualifie la réaction de la cité à cette annonce. Iphigénie à Aulis, 360 : (Chalcas parle à Agamemnon) ἄσμενος θύσειν ὑπέστης παῖδα, tu as joyeusement promis de sacrifier ta fille : ἄσμενος qualifie ici un mouvement de l’âme, celui qui envahit celle d’Agamemnon à l’annonce que le sacrifice d’Iphigénie va offrir à la flotte les vents favorables qui la mèneront vers Troie. Il peut s’agir aussi de la réaction au fait de voir soudain une certaine personne ; ainsi dans Ion, 1438 : ἄσμενος σ᾽ἰδὼν…, c’est tout joyeux que, te voyant… C’est ainsi que volontiers ἄσμενος s’associe à ce thème d’aoriste : Iphigénie à Aulis, 360, 640, 644 ; Les Bacchantes, 609. Nous avons déjà vu cela plus haut dans Sophocle, Trachiniennes, 755. Finalement on emploie ἄσμενος surtout pour faire sentir une réaction joyeuse. Et cela nous fait penser que ce mot est issu du système de l’aoriste.

Le grec, langue subtile, sait jouer de ces deux aspects, aoristique et imperfectif. Quant à nous, laissant une traduction et notre propre organisation langagière s’interposer entre nous et le texte grec, bien souvent nous ne savons pas faire notre bonheur de ces subtilités. Relisons encore, chez Lysias, le savoureux paragraphe 12 du discours Sur le meurtre d’Ératosthène. Le plaideur est rentré chez lui inopinément. Son épouse, déconte­nancée de soudain le revoir, réagit en se disant ἀσμένη : voilà qui est diablement aoristique ! Quant au mari, fatigué de sa journée, c’est la perspec­tive d’un bon sommeil qui le rend ἄσμενος : n’est-ce pas là de l’imperfectif ? Voilà deux manières bien différentes d’être ἄσμενος !

On sait que Lysias trouvait parfois quelque amusement dans son travail de logo­graphe. Cela se sent dans le discours Pour l’invalide. Ici, il a peut-être pris un malin plaisir à mettre dans la plaidoirie de son client (qui sans doute, le balourd, n’y a vu que du feu) quelques mots qui ont peut-être faire sourire les juges. Voilà en effet un mari qui réagit aux élans aoristiques (même un peu simulés) de son épouse par une placidité imperfective bien étrangère à l’affection conjugale. Si sa femme lui a été infidèle, n’y est-il pas un peu pour quelque chose ?

Mais laissons là ces maris qui rentrant fatigués du boulot s’affalent incon­tinent devant la télé. Revenons à la constatation que ἄσμενος, à tendance aspectuelle princi­palement aoristique, peut avoir aussi, si le contexte s’y prête, des effets de sens imperfectifs. Cela est étrange pour une forme verbale. Nous pouvons en conclure que ce mot, qui a, comme le montre sa forme, son origine dans le système verbal, l’a quitté pour devenir simple adjectif.

 

Contexte verbal de ἄσμενος

Pour tenter d’aller plus loin, voyons comment il se situait dans l’ensemble verbal dont il faisait partie. Nous avons noté que ἄσμενος < *ṇs-menos est structuré tout comme l’aoriste δόμενος < *dh3-menos. Ce dernier est en rapport avec l’imperfectif δίδωμι. Voyons avec quels imperfectifs ἄσμενος < *ṇs-menos est en rapport. Le grec a deux imperfectifs sur la racine *nes. Il a νέομαι (< *νέσομαι), revenir, imperfectif radical thématique sur degré e (type λέγω).

Et il a νίσομαι (avec ί long), de sens analogue. On sent bien la parenté de ce verbe avec νέομαι < *νέσομαι, mais sa structure est une énigme pour les étymo­logistes. On a posé *ni-ns-toi (même structure que *di-dh3-toi > δίδοται), qui aurait donné *νισται, et cette forme aurait été, selon un processus courant, thématisée, devenant νίσεται (cf. le dictionnaire de Beekes et le LIV). La difficulté est que cela n’explique pas le ῑ long. En effet dans les groupes nasale + s + consonne, le grec fait dis­pa­raître la nasale sans allongement de la voyelle qui précède : ainsi *κόνσμος > κόσμος (racine *kens, situer en juste place) : Lejeune, Phonétique, § 134, p. 138-139.

Autre hypothèse : νίσομαι < *ni-ns-o-mai (imperfectif de type τίκτω). Objection présentée par Chantraine (Dictionnaire) et d’autres auteurs : le traitement ancien de *-ns- entre voyelles consiste en l’effacement du s et l’allongement de la voyelle précédente. Ainsi dans les aoristes sigmatiques : μένω fait à l’aoriste ἔμεινα (< *ἔμενσα). L’aboutissement de *ni-ns-o-mai serait *νίνομαι avec un ῑ long. Dans une note au bas de la page 441 de sa Grammaire homérique (tome I), Chantraine, faisant allusion à Schwyzer — qui dans sa Griechishe Grammatik (p. 230) fait venir νίσομαι de *νίνσομαι (sans d’ailleurs donner d’explication phonétique) — envisage la possibilité que -ns- ait subi dans ce mot non pas le traitement ancien, mais le traitement récent de ce groupe. Pour celui-ci, en effet, il existe un traitement plus récent que celui dont nous venons de parler, et qui consiste dans l’effacement du n avec allongement de la voyelle précédente (Lejeune, Phonétique, § 124, p. 129-130). Ainsi la finale -ουσι de formes comme la 3P d’indicatif φέρουσι s’explique de la façon suivante : -οντι (conservé en dorien) > -*ονσι (assibilation du τ en σ) > -ουσι (effacement du ν et allongement du o en ου). Chantraine ne devait pas être bien satisfait de cette idée, car on ne la retrouve pas dans son dictionnaire ; pourquoi en effet le traitement récent ?

Cependant, c’est peut-être bien là qu’est la bonne explication. Dans l’histoire du grec (comme dans celle des autres langues) il est des conflits entre la morphologie et la phonétique : il y a des évolutions phonétiques qui tendent à détruire certaines structures morphologiques. Ainsi le phénomène de la chute du σ intervo­calique ancien aurait détruit celui du futur λύσω si la morphologie n’y avait pas résisté : elle avait besoin de maintenir ce σ pour carac­tériser le futur (et était aidée en cela par les formes comme δείξω où ce σ se maintient phonétiquement). Ces bras de fer opposant phonétique et morphologie peuvent créer des doublets : ainsi ἐδυνάμην, prétérit de δύναμαι, a deux formes  à la 2S : ἐδύνω et ἐδύνασο. La première est phonétique (chute du σ intervo­calique et contraction), mais elle a perdu la désinence -σo ; la seconde, résistant à la phonétique, a préservé cette caractéristique. Il est difficile de percevoir les facteurs qui ont fait triompher tantôt la phonétique, tantôt le conservatisme morphologique.

Il faut aussi noter le fait que chacune des lois régissant l’évolution phonétique d’une langue n’est en vigueur que pendant un certain laps de temps. Le σ que nous avons dans les finales d’indicatif de type φέρουσι n’a jamais risqué d’être affecté par la chute du σ intervocalique. Ce n’est pas parce qu’il serait plus solide que les σ anciens. C’est parce qu’il σ résulte de l’assibilation (transfor­mation en sifflante) d’un τ devant ι, et que ce phénomène s’est produit à une époque où la loi de la chute du σ intervocalique ne fonctionnait plus.

Munis de ces principes, reprenons notre *ni-ns-o-mai. Arrive le temps où dans un groupe -ns- intervocalique le s disparaît avec allongement de la voyelle précédente. Mais voilà que la morphologie de *ni-ns-o-mai résiste à la phonétique, et la forme se maintient. Pourquoi ? Peut-être pour maintenir sensible le lien avec νόστος, comme est sensible le lien de τίκτω avec τόκος. Mais, au fil des décennies, cette résistance s’affaiblit. Pourquoi ? Ce sont là des choses qu’il est difficile de saisir. Et voilà qu’enfin la morphologie cède à la phonétique. Mais entre temps la langue est passée sous une nouvelle législation des changements phonétiques : dans un groupe intervo­ca­lique -ns-, ce n’est plus le s, mais le n qui disparaît avec allongement de la voyelle précédente. Et voilà νίσομαι (avec ί long) !

De telles résistances conservatrices à l’évolution phonétique peuvent avoir aussi une explication sociolinguistique. Littré, par exemple à l’article ‘briller’, précise : « bri-llé, ll mouillées, et non bri-yé », maintenant le l mouillé, qui à son époque était en train d’être remplacé par un yod. Les personnes soucieuses de beau langage suivaient certainement cette recommandation[2]. Le monde des aèdes fut certainement, lui aussi, un conser­vatoire de traditions. Pour eux chaque mot de l’épopée était un bibelot sonore et ils veillaient à ce que rien n’y fût aboli. Jean Taillardat expliquait par là le traitement labial de la labio­vélaire dans πέλομαι (sur racine *kwel), au lieu du traitement dental de type *kwe > τε (cf. latin -que). Ce *kw aurait été maintenu par conservatisme dans la diction des aèdes… jusqu’au temps où le traitement dental des labiovélaires disparut, tous les *kw subsis­tants devenant des π. Or νίσομαι est un mot de la langue épique à l’abri de l’influ­ence du langage courant, qui ne l’a pas retenu. On peut penser que dans la trans­­mission épique un *νίνσομαι a pu être maintenu un certain temps… jusqu’à l’appa­rition du traitement récent de *ns intervocalique. Cela nous renverrait à une époque bien antérieure au traitement des labiovélaires : les groupes *ns intervocaliques étaient déjà en cours de traitement à époque mycénienne (Lejeune, Phonétique, § 123, p. 128-129). Mais la tradition grecque de l’épopée a des racines qui remontent à la nuit des temps.

En examinant ce système qui comporte deux imperfectifs, νίσομαι et νέομαι, signifiant tous deux revenir, face à un débris d’aoriste *ṇs-menos > ἄσμενος, nous y observons un éclatement du système, tant morphologique que sémantique. Morpho­logiquement, les traitements phonétiques ont effacé dans les signifiants la parenté originelle des thèmes. Sémantiquement, nous voyons que s’est manifestée une certaine indépendance archaïque entre les différents thèmes verbaux : à l’imperfectif, la racine *nes, sauver a servi, comme dans νόστος, à désigner le retour (notion qui à l’origine comporte la notion de salut) ; à l’aoriste, elle a servi à qualifier l’état joyeux qu’on éprouve quand on est sauvé (puis l’état joyeux en général) .

 

 

Nous avons mentionné le rattachement traditionnel de ἄσμενος au thème *σϜᾰδ. Morphologiquement, il est possible. Le groupe initial *σϜ a pu disparaître, et le δ a pu faire place à un σ, comme dans les parfaits passifs des verbes à dentales (ex. πέπεισμαι, de πείθω). Pensons aussi à ἡ ὀσμή, la senteur, sur la racine οδ- qu’on voit dans le parfait ὄδωδα (cf odor en latin).

La théorie de Palmer fait appel à une racine très peu attestée, et dont ἄσμενος serait la seule manifestation en grec.

Quant à la sémantique, ces deux théories ne nous ont pas satisfait. Le ratta­chement à la racine *nes proposé par Wakernagel nous a paru plus convaincant. Il s’appuie sur l’examen des emplois les plus anciens, et même d’emplois plus récents. Nous avons trouvé chez cet auteur notre point de départ.

Jean-Victor VERNHES

Université d’Aix-Marseille

 

[1] En réalité, elle se serait tout de même effacée, car « Lorsqu’un *ss théorique se trouve dans un groupe de consonnes (p. ex. *ssm, *nss), il se confond en réalité avec *s primaire dès l’indo-européen », me dit Rémy Viredaz.

[2] Ils n’avaient sans doute pas tort. Relisons ces vers de l’Invitation au voyage de Baudelaire en respectant la prononciation de l’époque, avec ses r roulés et ses l mouillés, et nous en retrouverons l’esthétique originelle : « Les soleils mouillés/ De ces ciels brouillés/ Pour mon esprit ont les charmes/ Si mystérieux/ De tes traîtres yeux,/ Brillant à travers leurs larmes. »

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.