Christian Boudignon, Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°33)

 CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE ( λύχνος n° 143, mars 2016, article deux)

C’est la zone !

 

Zoniers d'Ivry (1913) (Wikicommons)
Zoniers d’Ivry (1913) (Wikicommons)

 

S’il y a un mot “populaire”, c’est bien ce mot de “zone”. Zone, c’est le lieu où zonent les zonards. Un mot trop “vulgaire” que la “novlangue” du ministère de la prétendue Education nationale a décidé de supprimer de son vocabulaire. La Zone d’Education Prioritaire (ZEP) qui désignait les établissements scolaires difficiles est devenue le Réseau d’Education Prioritaire (REP) ! Heureusement, il y a les écrivains ! Matthias Enard, que j’ai eu le plaisir de connaître en Syrie, et qui est le dernier récipiendaire du prix Goncourt, a écrit un beau livre intitulé : Zone. Il raconte l’histoire d’un franco-croate, ancien soldat dans la dernière guerre de Yougoslavie, devenu fonctionnaire aux Renseignements généraux. Pour lui, la Zone, c’est sa zone d’enquête, le Proche Orient et l’Afrique du Nord, où il collecte des renseignements pour l’Etat français sur toutes les guerres en cours. Chez lui, cette “zone” devient le lieu d’une nouvelle épopée : Beyrouth, Alger en guerre sont de nouvelles Ilion, de nouvelles Troie !

L’épopée chez les zonards ! En même temps, rien d’étonnant, puisque le mot se trouve déjà dans l’Iliade (I, 429), qui chante Thétis, « femme à la belle ceinture » (ἐυζώνοιο γυναικός) venue supplier Zeus de donner la gloire à son fils. Car le mot : ζώνη [zonè] signifie la « ceinture », celle qui était portée par les femmes. Ainsi la première femme que voit Ulysse aux Enfers est Tyro, victime d’une ruse de Poséidon qui prit l’aspect de son amant : « et lui dénoua sa ceinture de vierge et l’endormit » λῦσε δὲ παρθενίην ζώνην, κατὰ δ᾽ ὕπνον ἔχευεν (Odyssée 11, 245). J’admire l’euphémisme ! Quel contraste avec toutes ces scènes X, grossières et maladroites, qui remplissent le dernier roman de Michel Houellebecq ! En un vers : « il lui délia sa ceinture de jeune femme et versa sur elle le sommeil », le tour est joué, si l’on peut dire. Et Poséidon de lui promettre qu’elle produira de splendides enfants !

 

Plus tard, ce ne sont plus les femmes qui portent ceinture mais notre mère la Terre, que nos astronomes découperont en autant de « ceintures » qu’ils voudront. C’est le poète-philosophe « Parménide, qui le premier divisa la terre en cinq zones », apprend-on chez le géographe du Ier siècle, Strabon (Géographie, 2, 2, 2) : τῆς εἰς πέντε ζώνας διαιρέσεως ἀρχηγὸν γενέσθαι Παρμενίδην. La terre est sphérique, et ses cinq « ceintures » sont la zone torride (du côté de l’Equateur), les deux zones tempérées au-delà des tropiques, et les deux zones polaires… Strabon en vient d’ailleurs à accuser le marseillais Pythéas de mensonge parce que Pythéas rétrécissait la zone polaire en étendant la zone tempérée (et habitable !) jusqu’à Thulè (sise au 66e parallèle nord, au niveau de l’Islande). Car pour Strabon (Géographie, 2, 5, 8), « les habitants [d’Irlande] complétement sauvages mènent déjà la vie la plus misérable à cause du froid » : on ne pouvait donc habiter plus au nord ! Notre explorateur marseillais a dû se retourner dans sa tombe !

 

Le bon Virgile quand il reprend dans ses Géorgiques (I, 233) la théorie des cinq zonae décrit les zones polaires comme « bleutées, prises par les glaces et les noires pluies » caerulae, glacie concretae atque imbribus atris. Mais le latin conserve aussi le sens de « ceinture », puisqu’il invente la zonula, ou la « petite ceinture » que défont les vierges au plus beau jour de leur vie. Ainsi dans cet poème de Catulle (61,53) au dieu du mariage, Hymen : « pour toi les vierges dénouent leur ceinture et ouvrent leur poitrine» tibi virgines
 zonula solvunt sinus.

 

On trouve le double sens géographique et concret en vieux français, mais il semble que dans les deux cas, ce soit des emprunts savants au latin. Revenons aux belles ceintures des femmes. Le poète champenois du XIVe siècle, Eustache Deschamps (Les miroirs du mariage, v. 5931-5934) cite le prophète Isaïe (3,24) qui s’en prend au luxe des femmes : « Au lieu de parfum, ce sera la pourriture ; au lieu de ceinture, une corde ; au lieu de savantes tresses, la tête chauve ». Ce que Deschamps avec une délectation misogyne intense :

« Pour la belle zone averont

Or funicle et s’en couverront. »

(Elles auront pour belle ceinture / Désormais une corde et elles s’en pareront)

Cette zone au sens de « ceinture » eut ses dérivés. Les « zonaires » étaient les coupeurs de bourses (portées à la ceinture) et les « zoniers », les fabricants de ceinture ! Deux métiers en symbiose ! Mais c’est le sens géographique de zone qui triompha.

Du sens de zone climatique, on passa par un rétrécissement qui aurait fait fulminer Strabon, au sens de « région, contrée », et même par une réduction encore plus grande au sens d’ « espace » assez petit, comme la « zone militaire fortifiée » autour de Paris, sorte de terrain vague autour des anciennes fortifications, habité par les pauvres gens au début du XXe siècle. De là vient l’expression : « c’est la zone ! ».

Heureusement les poètes sont là ! Apollinaire la transfigure dans le célèbre poème du même nom, cette ode à la modernité qui commence par le rejet de l’académisme poétique : « A la fin tu es las de ce monde ancien / Bergère ô Tour Eiffel le troupeau des ponts bêle ce matin / Tu en as assez de vivre dans l’antiquité grecque et romaine. » Il évoque sur la fin la « zone » en deux vers presque alexandrins, comme si la misère méritait au moins ça : « Tu es debout devant le zinc d’un bar crapuleux
/ Tu prends un café à deux sous parmi les malheureux », avec cette étrange schizophrénie de l’alcoolique qui s’adresse à lui-même comme à un double : « Et tu bois cet alcool brûlant comme ta vie /
Ta vie que tu bois comme une eau-de-vie », avant de sombrer dans le délire : « Adieu Adieu / Soleil cou coupé ». Ainsi finissent ceux qui en ont assez de vivre dans l’antiquité grecque et romaine !

Christian Boudignon

Maître de conférences de grec à l’Université d’Aix-Marseille


Une réflexion sur « Christian Boudignon, Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°33) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.