Editorial 2 : Qui sommes-nous ?

► EDITORIAL 2 (Λύχνος n° 133, article douze & dernier)

L’AVENTURE DE CONNAISSANCE HELLÉNIQUE

chasse antique
chasse antique /photo Centre C. Jullian

« Nous partîmes cinq cents; mais par un prompt renfort,

Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port. »

 

 

« Je cherche un homme »

On raconte que le philosophe cynique, Diogène, se promenait en plein jour avec une lanterne et répétait : « Je cherche un homme. »

Cette lanterne, c’est notre revue qui a pour nom en grec ὁ λύχνος [ho lychnos], qui signifie précisément «la lanterne». Elle se veut à la suite de Diogène, avec une dose d’humour et d’ironie, à la recherche de l’humanité de l’homme, dans ce patrimoine immatériel de l’humanité qu’est la civilisation grecque. C’est pourquoi nous avons reproduit une image de cette anecdote sur l’en-tête du site : celle de notre revue sous forme papier.

 

Côté jardin et côté cours

La revue CONNAISSANCE HELLÉNIQUE ὁ λύχνος (ISSN 0248 8477) est la partie scientifique et culturelle d’une plus vaste entreprise qui a commencé en 1977. Elle est en effet associée depuis les origines à un cours par correspondance et à un suivi didactique assuré bénévolement par des correcteurs-tuteurs. Ce cours sur plusieurs niveaux a permis depuis trente-cinq ans à des milliers de personnes, en France et ailleurs, d’apprendre le grec ancien.

 

Le grec en France depuis 1507

Pour mettre en lumière notre conception de notre activité pédagogique, pour apprécier ce qu’aurait pu être, ce que pourrait encore être sa portée, un bref rappel historique n’est pas inutile. A la Renaissance, on vit s’établir en Europe (d’abord en Italie, puis dans les pays voisins), des professeurs de grec. Leurs noms sont restés dans notre histoire culturelle. C’est celui de Guillaume Budé, père de l’hellénisme français, qui légitimement vient à l’esprit le premier. Lui-même très largement autodidacte, Budé, pendant plus de quinze ans, usa de tout son crédit auprès du roi François Ier pour qu’un enseignement officiel du grec fût institué en France. Fruit de ses efforts opiniâtres , deux chaires de langue hellénique furent créées en 1530, dans le nouveau « collège des lecteurs royaux » (futur Collège de France), pour être confiées à Pierre Danès et Jacques Toussain. François Tissard fit imprimer en 1507 le premier livre français entièrement en grec (Liber gnomagyricus, un recueil de sentences). On songe aussi à François Rabelais, formé à la langue de Platon en 1521-1523 dans un couvent de Cordeliers de Fontenay-le-Comte, par son confrère Pierre Amy. On pense encore à Jean Dorat, qui enseigna le grec aux poètes de la Pléiade. Mais quelle audience  cet enseignement de la langue et de la culture helléniques avait-il dans le public cultivé ? Nous pouvons nous faire une idée de ce qu’il en fut quantitativement. Les premières leçons publiques de grec à Paris déclenchèrent un immense enthousiasme. Jérôme Aléandre (Girolamo Aleandro) expliqua Plutarque dans le texte devant un auditoire de quelque 1500 étudiants : cela se passait entre 1511 et 1513,  au Collège de la Marche puis au Collège de Cambrai, à Paris. Une telle masse ne pouvait être constituée uniquement d’universitaires, de clercs, bref de spécialistes. Elle était faite de toutes les personnes désireuses de s’instruire. L’étude du grec apparut comme un élément majeur de toute instruction de bon niveau. Alors, tout naturellement, cette étude fut bientôt, dans le courant du XVIe siècle, mise au programme des nouvelles écoles (celles notamment des Réformés et des Jésuites). Car l’école a toujours été le reflet de la société : ce que celle-ci considère comme faisant normalement partie de son univers culturel aura sa place dans ses écoles. Puis ce furent les Petites Écoles de Port Royal, où Racine apprit le grec. Au XVIIIe siècle, les collèges de Jésuites poursuivirent sur leur lancée et, jusqu’au jour où ils furent fermés, portèrent haut la bannière des études grecques. Au XIXe siècle, dans le système d’enseignement issu des réformes napoléoniennes, les études classiques continuèrent à briller, et leur éclat persista jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale, à la suite de laquelle elles connurent peu à peu un certain étiolement, pour aboutir aux graves difficultés que nous connaissons.

 

Un succès inimaginable…

Mais voici que dès son lancement, en 1977, CONNAISSANCE HELLÉNIQUE eut un succès que nous n’imaginions pas. La presse faisait écho à notre projet d’ouvrir à tout public l’étude du grec. Et nous vîmes venir à nous un public inattendu, où (exemples authentiques) le commerçant et le pilote de ligne, en passant par l’infirmière, le psychanalyste, l’artiste, le facteur etc., côtoient le professeur de mathématiques ou de philosophie. Nos propositions allaient à la rencontre d’un désir latent, mais largement méconnu. Nous voyions s’amorcer un phénomène d’engouement. Dans beaucoup d’esprits, l’étude du grec commençait à apparaître comme partie intégrante de la culture générale. Cela faisait tache d’huile, et nous pouvions espérer que cela aurait des répercussions dans le domaine scolaire. Car, redisons-le sans cesse, l’école a toujours été le miroir de la société et ce que celle-ci tient pour une composante normale de son univers culturel aura sa place dans ses écoles. Malheureusement, des indifférences parfois goguenardes et de sourdes oppositions ont entravé le processus engagé et ne lui ont pas permis d’aboutir.

 

Mais le feu couve sous la cendre. Ne perdons pas espoir : le travail dévoué, patient et fervent des correcteurs du cours CONNAISSANCE HELLÉNIQUE ranimera ce feu ! Les étudiants sont toujours là, nombreux… Bientôt, dans un ou deux ans, le cours lui aussi sera mis en ligne !

« Nous partîmes cinq cents; mais par un prompt renfort,

Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port. »

 

 Jean-Victor VERNHES & Pascal BOULHOL

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


2 réflexions sur « Editorial 2 : Qui sommes-nous ? »

  1. Je voudrais rendre hommage à Jean-Victor Vernhes, grâce à qui j’ai pu apprendre le grec : j’étais alors en première année de Lettres Modernes, et M. Perné à qui j’avais demandé comment avoir le niveau pour m’inscrire en Lettres Classiques m’avait dit: « Il faut vous faire ‘le Vernhes’ pendant les vacances… » Ce que j’ai fait, dépassant largement sans m’en rendre compte le niveau du bac et, par conséquent, le niveau de mes condisciples en Lettres Classiques.
    Puis à la fac j’ai connu Jean-Victor Vernhes que je n’avais jamais vu et que je m’imaginais à l’image des représentations d’Homère, une sorte d’aède prophétique… Et là j’ai suivi à peu près tous les cours possibles et imaginables de M.Vernhes : il arrivait et semblait improviser son cours au fur et à mesure… et c’était passionnant !
    Encore merci du fond du coeur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.