Colonel Max Pourkier : construire une armée pour résister aux raids arabes

➤ Histoire militaire ( λύχνος n° 142, novembre 2015, article quatre)✩✩✩

             L’armée byzantine du milieu du VIIe siècle au milieu du IXe siècle 

(2ème partie)

        L’organisation militaire des thèmes.

 

Cavaliers byzantins et bulgares, Manuscrit de Thomas Skylitzès, Madrid, f. 35 (Wikimedia)
Cavaliers byzantins et bulgares, Manuscrit de Thomas Skylitzès, Madrid, f. 35 (Wikimedia)

 

[Cet article fait suite  à celui paru en juillet 2015 ( Connaissance hellénique n°141, article trois) qui décrivait principalement l’histoire du conflit entre les armées byzantines et arabes. Il aboutissait à la création de forces militaires et de régions militaires de défense appelées themata ou thèmes militaires. Deux annexes expliquaient ce qu’était la marine byzantine et ce qu’étaient les unités d’élite appelées tagmata]

Qu’est-ce que le thème militaire ?

Le thème est donc la pièce maîtresse de la nouvelle organisation défensive. C’est uniquement une force militaire jusqu’au début du VIIIe siècle avant de devenir aussi au milieu du IXe siècle, dans une évolution progressive et lente, une grande circonscription militaire et administrative. C’est seulement en tant que grande unité militaire que nous l’étudierons dans cet article. Après une vue générale sur l’organisation tactique d’un thème, sur son personnel de commandement et d’encadrement et sur ses effectifs théoriques, nous verrons plus en détail l’organisation et les effectifs des thèmes d’Asie Mineure, le recrutement et le statut de leurs soldats, puis comment est réalisé leur approvisionnement en vivres, armement et équipements. Enfin nous montrerons comment le stratège prépare et mène son combat contre les invasions et raids arabes.

Dans la zone où est stationnée son armée, jusque dans la première moitié du IXe siècle le stratège n’a que des responsabilités militaires, tandis que les gouverneurs des provinces traditionnelles continuent d’exercer les fonctions civiles. Toutefois les nécessités de la guerre font que l’administration civile se met par la force des choses au service de l’armée qui protège ses territoires et les populations qu’elle administre. Peu à peu elle se subordonne à cette armée jusqu’à ce qu’advienne une décision impériale qui, prenant acte de la nature et de la forme des changements survenus et répondant à des situations spécifiques affrontées, fait du chef de cette armée le seul maître de l’administration provinciale.

Jusqu’à l’abolition ou la suppression progressive des anciennes structures civiles, approximativement entre 780 et 830, le stratège est seulement un chef militaire dont le rôle se limite à la défense de la zone impartie à son armée et à l’instruction et l’entretien de ses troupes qu’il doit lever sur place. L’administration civile est dirigée par les gouverneurs civils des provinces (anthypatoi), vraisemblablement subordonnés peu à peu au stratège. Existant encore au début du IXe siècle, ils disparaissent dans la première moitié de ce siècle et sont remplacés par des fonctionnaires sous le contrôle de Constantinople, les protonotaires, de statut relativement bas. A cette même époque les stratèges commencent à prendre le rang d’anthypatoi ce qui, d’après Haldon, est bien la preuve qu’ils ont l’autorité civile, mais ils laissent à leurs protonotaires tout ce qui concerne la fiscalité. La vision du stratège, chef suprême civil et militaire du thème, n’est strictement vraie que pendant la deuxième moitié du IXe siècle et au Xe siècle avec tout de même quelques restrictions.

*

Le thème, commandé par un stratège, est donc d’abord une formation militaire importante équivalente à une armée ou à un corps d’armée. Il se divise, pour des objectifs tactiques, en tourmai ou mérè, la tourma en drouggoi ou moïrai, le drouggos en banda ou tagmata commandés respectivement par le tourmarque, le drongaire, le comte, officiers subordonnés au stratège. Les première et dernière divisions peuvent être associées à un territoire, si bien que chaque tourme a un quartier général de base dans une ville ou une forteresse et que chaque bandon est identifié avec un district spécifique aux limites clairement définies; par contre le drouggos reste toujours une formation purement tactique. Il faut noter qu’à partir du IXe siècle on trouve d’une part la tourme et le bandon constituant des unités militaires et d’autre part la tourme et le bandon territoriaux et administratifs et qu’il n’existe pas d’assimilation nette entre les deux : ainsi des tourmes individuellement administratives peuvent être réunies pour constituer en campagne une tourme tactique. On doit aussi noter que dans un thème disposant de plusieurs tourmes chacune peut être constituée d’un nombre de banda différents, que dans deux thèmes distincts le volume des tourmes peut être très dissemblable et enfin que les tourmes peuvent comprendre des banda de cavaliers et des banda de fantassins en nombre et effectifs variés. Cela, bien sûr, rend donc impossible le calcule les effectifs des thèmes à partir du nombre de leurs tourmes.

 

La hiérarchie dans les thèmes.

Nommé par l’empereur et correspondant directement avec lui, le stratège (comte pour l’Opsikion), titré patrice au IXe siècle, est un très grand personnage à la tête d’une importante armée qu’il peut lever à tout moment pour assurer la défense de la zone dont il a la charge. Il dispose d’un état-major dont le chef pourrait être probablement le comte de la tente. On y trouve aussi un domestique qui, pour Treadgold, aurait probablement en charge les éclaireurs du thème, les arpenteurs, les médecins et qui, pour Oikonomidès, pourrait être le commandant d’un contingent d’un tagma mis à la disposition du stratège. Un chartulaire, dépendant du logothète du stratiôtikon dont l’office s’occupe du recrutement et du financement des forces armées, tient le rôle du thème et donc s’occupe sous la direction du stratège de tout ce qui concerne les effectifs. Le prôtomandator est le chef des estafettes (mandatores) ; un prôtochancelier, à la tête d’une demi-douzaine de clercs, est le chef de la chancellerie. Enfin un centarque commande les 100 spathaires, fantassins constituant sa garde jusqu’en 840, époque où une réforme de Théophile remplace celle-ci par deux gardes totalisant 80 fantassins, celle des spathaires aux ordres d’un centarque et celle de l’hétairie à ceux d’un comte.

Les stratèges des thèmes d’Orient, y compris des thèmes maritimes, reçoivent des traitements conséquents en fonction de leur importance alors que ceux des thèmes d’Occident seront rémunérés par des sportules payées par leurs circonscriptions. Tous ont des frais considérables car ils doivent financer leurs gardes, leurs services administratifs et entretenir leurs palais.

On trouve aussi, inférieur en titre, l’ek prosôpou des thèmes ou des stratèges; nommé par l’empereur. Il est, à notre époque, le représentant du stratège pendant un temps limité ou dans une région limitée.

Le tourmarque est un personnage important nommé par l’empereur, arrivant dans la hiérarchie après les cleisourarques et avant la plupart des topotèrètai des tagmata. On peut le comparer au duc existant encore à l’époque d’Héraclius. A partir du IXe siècle il est gouverneur civil et militaire d’une tourme. Assisté d’un état-major il a, comme le stratège, juridiction sur tout le personnel sous son commandement militaire, est responsable des forteresses et points fortifiés de son district, de la sécurité des populations locales et de leurs biens, de l’information de son supérieur sur les mouvements ennemis en attendant que celui-ci rassemble ses troupes et réagisse. D’après Treadgold le tourmarque commande de 2000 à 5000 hommes. Celui des Fédérés et celui de Lycaonie, faisant partie du thème des Anatoliques, ont un rang plus élevé que celui des autres tourmarques. Il s’agit là de commandants d’unités d’élite qui semblent constituer des tagmata au début du IXe siècle.

Le mériarque s’identifie au tourmarque. C’est parfois une autre façon de le nommer; ce peut être le meilleur tourmarque du thème qui, en opérations, reste aux côtés du stratège qui peut lui confier le commandement d’une partie de son armée; il peut être également le commandant d’un bandon indépendant. Bury suggère qu’au IXe siècle dans la plupart des thèmes il y avait 2 tourmes géographiques tandis que l’armée du stratège en comprenait trois; cette troisième tourme, sans district géographique, aurait été commandée par un mériarque.

Le drongaire (drouggarios), dénommé parfois chiliarque, autrefois commandant temporaire d’une brigade de cavalerie, devient maintenant le commandant d’un groupement de banda (appelés aussi topoteresiai). Les drongaires sont les subordonnés des tourmarques quand ceux-ci existent, directement des stratèges autrement. Ils n’ont aucune charge dans le thème administratif; leur rôle est purement opérationnel et d’instruction. Ils commandent en théorie 1000 hommes.

Le comte commande le bandon (= bannière) qui est l’unité de base de l’armée et qui peut être d’infanterie ou de cavalerie. L’effectif théorique du bandon est inconnu et a sans doute beaucoup varié suivant les époques. Il est de plus certainement très différent suivant qu’il s’agit du bandon de cavalerie ou de celui d’infanterie, du bandon du thème ou de celui du tagma. Les chiffres donnés ne sont donc souvent que des estimations moyennes des chercheurs.

D’après Haldon, en théorie, l’armée du stratège compte autour de 10 000 hommes. Chacun de ses 2 tourmarques commande 5 000 hommes et a sous ses ordres 5 drongaires en charge de 1 000 hommes chacun. Chaque drongaire dispose de 5 comtes en charge de 200 hommes chacun. Chaque comte commande 5 centarques disposant chacun de 40 hommes et ces derniers ont sous leur ordre 4 décarques chargés de 10 hommes chacun. Mais si cette structure change peu au cours du temps, les effectifs commandés sont, à chaque échelon, très variables. Seuls les tourmes et les banda ont des aires territoriales délimitées à l’intérieur du thème mais seuls le stratège et ses tourmarques ont en outre, à partir du IXe siècle, des responsabilités territoriales administratives.

Treadgold présente quelques différences avec Haldon. Pour lui de 660 à 840 la hiérarchie du thème comprend sous le stratège le tourmarque, le drongaire, le centarque commandant un bandon de 100 hommes, le pentécontarque commandant 50 hommes, le décarque commandant 10 hommes. Ce n’est que sous Théophile, qui modifie l’organisation interne du thème pour la faire ressembler étroitement à celle des tagmata dans le but de faciliter la combinaison des banda des thèmes et des banda des tagmata dans les expéditions, qu’apparaît le comte à la tête d’un bandon de 200 hommes. Le centarque ne commande plus que 40 hommes et le pentécontarque disparaît.

Comme le stratège et avec les mêmes pouvoirs, le cleisourarque, nommé par l’empereur, a la charge de la défense d’une zone de défilés sur la frontière orientale.
A l’intérieur de la zone du thème d’autres commandements militaires peuvent exister tels celui du duc, commandant indépendant d’une zone spécifique, probablement pour une mission à court terme à la tête d’une unité indépendante du stratège, ou celui d’archonte, par exemple chef d’une formation constituée avec des prisonniers de guerre transplantés.

Le thème naval est organisé comme les thèmes ordinaires avec tourmarques, drongaires, centarques etc. pour ce qui concerne leurs soldats de marine. Les rameurs dépendent des capitaines des navires appelés centarques et des pilotes au nombre de deux par navires. Les rameurs mardaïtes des Cibyrrhéotes ont leur propre chef, le catépan des Mardaïtes d’Attaleia nommé par l’empereur, subordonné du stratège mais souvent en désaccord avec ce dernier sur leurs juridictions respectives.

Au début du IXe siècle plusieurs thèmes sont parfois réunis sous le seul commandement d’un monostratège. C’est le cas par exemple sous Irène où il en existe un réunissant sous son commandement les Anatoliques et l’Opsikion et un autre la Thrace et la Macédoine et sous Nicéphore Ier où un monostratège réunit les cinq thèmes d’Asie. Cet usage est rapidement abandonné en raison des dangers d’usurpation qu’il présente.

Par ailleurs, dans d’autres zones menacées par les Arabes continuent d’exister les anciennes dénominations là où ne sont pas établis des thèmes : exarque en Afrique, archonte à Chypre et en Crète. Pour cette dernière île, Oikonomidès fait mention d’un stratège antérieurement à 767 et indique aussi que ce poste existe encore en 827 alors que les Arabes avaient déjà débarqué dans l’île qu’ils mirent assez longtemps à conquérir ; pour E. Malamut, l’île est administrée par un archonte au VIIIe siècle et serait devenue un thème en 842/843 avec à la fois un stratège militaire et un archonte administratif.

 

Territoires et effectifs des différentes armées

Après cette présentation du commandement militaire territoriale, il convient de présenter le déploiement des différentes armées sur leur territoire et les effectifs qui sont les leurs. Ces derniers sont particulièrement difficiles à estimer faute de données chiffrées des sources, les informations les plus précises étant fournies par des géographes arabes. Sur ce sujet de nombreux débats existent entre chercheurs et les opposent; en particulier Treadgold et Haldon, qui ont tenté de débrouiller ce difficile problème, ne sont pas souvent d’accord. Le premier est accusé par le second et par d’autres chercheurs de surévaluer les capacités numériques de l’armée byzantine en Asie Mineure en faisant des hypothèses non justifiées par la nature des sources et par les possibilités financières et économiques de l’empire. Ces deux savants semblent toutefois d’accord pour estimer les effectifs totaux des forces armées byzantines à un minimum de 80 000 hommes au VIIIe siècle et de 120 000 hommes au milieu du IXe siècle. Il s’agit là d’effectifs théoriques mais non réellement susceptibles de combattre. On sait d’autre part qu’une armée de campagne commandée par l’empereur comporte de 12 000 à 20 000 ou 30 000 hommes au maximum et que l’empire ne peut en mettre sur pied qu’une à la fois. Ce sont là les seuls chiffres fiables pour l’instant.

En ce qui concerne les effectifs des différents thèmes à l’époque étudiée, aucun chiffre n’étant fourni par ailleurs à part de très vagues estimations, ceux de Treadgold peuvent au moins donner une idée de l’importance relative des différents thèmes, tout en étant discutés et discutables car sans doute trop élevés et trop systématiquement établis.

Le thème des Anatoliques a le quartier général (QG) de son stratège à Amorion et les postes de commandement (PC) de ses 3 tourmes à Sozopolis, Ikonion et Koron. Au début du IXe siècle, vers 830, en sont détachées la cleisourie de Cappadoce (PC à Koron = Kura), devenue thème en 841, dans laquelle le cleisourarque dispose en 840 de 4 drongaires et de 4 000 hommes et celle de Séleucie pourvue de 5 000 hommes et 5 drongaires. L’effectif du thème des Anatoliques aurait été de 18 000 hommes jusqu’en 840, de 15 000 hommes ensuite.

Le thème des Arméniaques a son QG à Euchaïta et les PC de ses 5 tourmes à Gangra, Dazimon, Colonia, Trébizonde et Charsanion. Peut-être aussi tôt qu’en 793/ 794, il perd la cleisourie de Charsanion dont le QG porte le même nom et qui disposerait en 840 de 4 drongaires et 4 000 hommes. Puis sont créés, sur la partie côtière du thème, les thèmes de Chaldie vers 824 dont le QG est Trébizonde et celui de Paphlagonie dont le QG est Gangra. Ces deux nouveaux thèmes auraient eu en 840 respectivement 4 drongaires et 4 000 hommes et 5 drongaires et 5 000 hommes. Le QG du thème des Arméniaques est toujours à Euchaita et les PC des 3 tourmes restantes se situent alors à Amasia, Dazimon et Colonia. L’effectif du thème de 14 000 hommes initialement passera en 840 à 9 000 hommes

Le thème de l’Opsikion a initialement son QG à Ancyre et les PC de ses tourmes à Nicomédie, Claudiopolis et Ancyre. De 15000h à 18000h environ ses effectifs sont ramenés à 4000h par Constantin V puis portés à 6000h par Théophile; son QG est alors à Nicée. Son comte n’a plus sous ses ordres directs que des drongaires. Son abaissement donne naissance en 766 au thème des Bucellaires à l’effectif de 8000h dont le QG est Ancyre et dont les 2 tourmes ont leurs PC à Claudiopolis et à Ancyre et en 768 au thème des Optimates dont le QG est à Nicomédie et dont nous donnerons les effectifs avec ceux des tagmata.

Le thème des Thracésiens dont le QG est à Chonai compte 2 tourmes dont l’un des PC est à Adramyttion et qui disposent chacune de 5 drongaires en 840. L’effectif de ce thème aurait été de 8 000 hommes en 773, de 10 000 hommes en 840.

L’organisation et les effectifs du thème maritime des Cibyrrhéotes sont mentionnés dans l’annexe I (voir fin de l’article précédent) . Seuls ces thèmes d’Orient sont divisés en tourmes au nombre de deux ou trois en général.

 

Le mode de recrutement des soldats

Le mode de recrutement des soldats des armées repliées au cours de la période étudiée est un sujet complexe et qui semble encore devoir être approfondi par les chercheurs.

A l’origine nous avons des armées de métier recrutées sur le principe du volontariat, payées par l’Etat et disposant d’environ 20 à 30% de cavaliers. Ce sont ces armées, appelées thèmes, qui s’installent défensivement en Asie Mineure et se transforment peu à peu. Constant II puis ses successeurs usent ensuite de l’obligation héréditaire du service en vigueur depuis le début du VIIe siècle et de la conscription rétablie peut-être déjà par Héraclius mais non utilisée par celui-ci. En effet la nouvelle stratégie de l’empire et sa situation financière rendent inévitables la provincialisation du recrutement et de l’entretien de l’armée servant, souvent et en grande partie, à temps partiel et saisonnier. L’enrôlement devient alors manifestement plus contraint.

Les hommes âgés de 18 à 40 ans sont inscrits, dans la zone attribuée à chaque thème, sur des listes mentionnant leurs obligations militaires. Ce système d’enregistrement permet de sélectionner le personnel nécessaire à chaque armée thématique. Le nombre des soldats effectivement mobilisables est en effet très inférieur à celui des soldats enregistrés car il dépend des besoins du thème et de l’aptitude réelle des personnels à combattre. Les soldats sont choisis de préférence parmi des familles aisées pouvant les soutenir financièrement. Plus tard Nicéphore Ier oblige les co-villageois d’un mobilisable pauvre à se substituer à lui pour financer son équipement à hauteur de 18,5 nomismata et sans doute aussi son entretien et pour verser à l’Etat l’impôt qu’il doit. Ces soldats doivent obligatoirement se rendre à des manœuvres avec leurs équipements et prendre part aux opérations pour lesquelles ils sont convoqués et payés, mais ils ne sont pas continuellement sous les armes. En outre il est très probable aussi que, dès avant le Xe siècle, les forces thématiques possèdent un noyau de soldats professionnels, issus de la population locale ou venus d’ailleurs, combattants sur lesquels le stratège peut compter en permanence.

Le milieu des officiers subalternes des thèmes est peu connu. Leur recrutement semble relever à la fois de leur milieu social et de leurs compétences militaires. Leur ascension dans l’armée est souvent due à la protection d’un officier supérieur déjà membre de l’aristocratie.

Ainsi donc, jusqu’au début du Xe siècle les armées sont en très grande majorité byzantines, recrutées régionalement, commandées en grande partie par des hommes locaux parfaitement intégrés dans une population d’où sont issus leurs soldats. Toutefois des étrangers servent aussi dans les formations impériales. Les Arméniens, dispersés dans tout l’empire mais avec de fortes concentrations à la frontière orientale, sont les plus nombreux. Des Slaves et leurs familles ont été déportés en masse en Bithynie par Justinien II et fournissent un contingent militaire important qui passera aux Arabes en 692. Des Perses seront répartis dans tous les thèmes de l’empire par Théophile. Ces étrangers sont habituellement assimilés dans des unités dirigées par des officiers byzantins, même s’ils y constituent des groupes distincts. Certains forment quelques corps indépendants, très peu nombreux, sous l’autorité de ducs ou d’archontes.

Tout ceci donne des armées d’une valeur certaine à une époque où il s’agit pour les soldats de défendre uniquement leur terre, l’Etat étant alors incapable de conduire des offensives loin de leurs régions d’implantation. Mais de cette localisation surgissent des rébellions de nature différente de la période précédente. Alors que celles-ci jusqu’à Héraclius sont, pour la plupart des cas, relatives à des conditions de service telles que soldes en retard, mauvaise nourriture, exactions d’officiers ou de fonctionnaires et ne sont liées à aucune considération idéologique ou politique, cet état de choses change à la fin du VIIe siècle. En effet en s’installant en province, l’armée s’éloigne du pouvoir central et celui-ci n’a plus que peu d’emprise sur un recrutement devenu très localisé et dont les recrues se montrent plus loyales à un chef ou à des camarades locaux qu’à un gouvernement lointain. Issue et mêlée à la population locale, l’armée devient comme une voix d’opposition et de mécontentement populaire si besoin est, et c’est le cas durant la période iconoclaste qui est la nôtre. L’armée des thèmes est donc impliquée constamment par ses chefs ou d’elle-même dans les luttes à la fois idéologiques et de pouvoir. C’est pourquoi les empereurs, à partir de la deuxième moitié du VIIIe siècle, recrutent des tagmata qui sont des unités impériales mises sur pied avec soin et prêtes à s’opposer à toute armée thématique dont le chef chercherait le pouvoir suprême.

 

Situation financière de l’armée

Au milieu du VIIe siècle la situation financière de l’Etat est dramatique en raison de la baisse des réserves d’or depuis la fin du siècle précédent et de la perte des revenus des territoires conquis par les Arabes, si bien que l’empire a de grandes difficultés pour payer ses soldats, les ravitailler en vivres, armes et équipements, montures et doit donc trouver de nouvelles solutions lui évitant toute sortie importante d’argent.

Autour des années 640 la crise est telle que les soldats sont payés, souvent irrégulièrement, en partie avec de la monnaie de cuivre au lieu de pièces d’or ou d’argent. Les chercheurs pensent donc que l’Etat n’a eu alors que deux solutions pour entretenir ses soldats et leurs familles : leur distribuer des terres pour qu’ils en tirent des revenus ou en revenir à une solde payée en nature en partie ou en totalité.

Certains donc, comme Ostrogorsky suivi par Hendy, Treadgold etc., retiennent la première solution et en font le fondement de l’établissement des thèmes. Mais l’existence de terres militaires avant les empereurs macédoniens du Xe siècle ne repose sur aucune source traitant explicitement d’une telle installation de soldats sur une grande échelle au VIIe et VIIIe siècles ni sur aucune législation. Pour les chercheurs refusant cette solution, tels Lemerle, Haldon, Ahrweiler etc., les soldats sont rémunérés à la fois par des annones en nature et par une solde.

Il nous faut bien admettre qu’au début du retrait en Anatolie, la plupart des soldats de métier des armées d’Héraclius ne peuvent être en possession de terres en Asie Mineure ni en acquérir en raison d’une implantation qui ne pouvait leur sembler que provisoire avant une reprise éventuelle d’une action offensive en direction des territoires perdus. Il est donc clair que le service à cette époque ne peut être associé à une possession de terres.

Plus tard les soldats s’enracinent, se marient sur place et peu à peu disposent pour certains de propriétés acquises d’une manière ou d’une autre, d’autant plus qu’avec le temps le recrutement devient de plus en plus local et se fait dans les familles de paysans. Le commandement du thème peut alors compter de plus en plus sur l’aide volontaire des familles pour les supporter et sur des soldats dont il se décharge durant les quartiers d’hiver en les renvoyant chez eux.

Par la suite, quelques textes légaux probablement de la première moitié du VIIIe siècle, des vies de saints, des lettres et des chroniques conduisent à la conclusion que si, jusqu’autour de 740 et déjà probablement bien avant, des soldats sont supportés pour les frais de leur service militaire par leur famille et parents, ceux-ci n’ont aucune obligation de le faire. Un contrat peut exister entre le soldat et sa famille ou la personne le supportant, celle-ci recevant en retour une certaine part de la rémunération du soldat, mais il ne s’agit là que d’un simple contrat de droit privé. Et ces mêmes vies de saints montrent que les soldats, dans la deuxième moitié du VIIIe siècle et dans la première moitié du IXe siècle, sont personnellement responsables de leur entretien, de celui de leurs montures et de leurs armes sans qu’il n’y ait aucune connexion formelle avec la terre. Les seules attestations de distribution de terres publiques sont celles de terres, souvent désertées en raison des épidémies et des invasions. Elles sont octroyées à des étrangers à l’empire, en général des populations déplacées, qui fournissent en échange un impôt et des recrues.

L’extrême difficulté de continuer le système traditionnel de paiement des soldats en argent et en indemnités pour les armes, les montures et l’habillement conduit à de nouveaux usages. Depuis le VIe siècle, pour ravitailler l’armée, l’état impose aux agriculteurs de fournir des produits agricoles à un prix fixé par lui et dont le montant est déduit de l’impôt ordinaire; cette formule est désignée par le terme de synonè ou coemptio. En raison du déclin de la circulation monétaire, le rôle de la synonè devient important, au moins jusqu’au début du IXe siècle, en s’appliquant en outre aux éleveurs et artisans travaillant pour l’armée. Les preuves que nous avons suggèrent que, à partir du milieu du VIIe siècle, l’Etat revient presque entièrement à un système d’affermage de la production des armes et des équipements militaires, à un support des troupes en nature qui se prolongera jusqu’au Xe siècle et à la levée des approvisionnements en nature auprès des propriétaires privés.

Les équipements et les armes avaient toujours été produits par les ateliers impériaux de Constantinople et des provinces. Mais alors que l’Etat n’avait jamais réussi à les fournir en totalité avant le repli en Anatolie, il nous faut constater que maintenant la majorité de ces ateliers sont aux mains des Arabes. Ne subsistent en territoire byzantin comme établissements de tissage et de vêtements que ceux de Constantinople, Cyzique, Césarée de Cappadoce et Héraclée en Thrace, les deux derniers en zone d’extrême insécurité et comme fabriques d’armes que celles de Constantinople, Nicomédie, Sardes, Thessalonique, Andrinople, Césarée de Cappadoce, les deux dernières très exposées pouvant avoir cessé leur production. Il est donc clair que le peu d’établissements restants ne peut que difficilement approvisionner les 80 000 hommes de l’armée impériale, d’où la nécessité de promouvoir la production privée qu’elle soit ou non supervisée par les fonctionnaires du gouvernement. Il faut noter toutefois que si l’Etat se dessaisit de son monopole sur la production des armes, la possession de celles-ci ne reste autorisée qu’aux seuls soldats.

D’après Haldon, au début du retrait, l’approvisionnement est assuré par les préfets du prétoire détachés auprès de chacune des armées depuis les campagnes perses et arabes. Ils auraient été maintenus auprès de chacun des thèmes jusqu’au début du IXe siècle avant d’être remplacés par les protonotaires des thèmes. Ce préfet est chargé de superviser le calcul, le prélèvement et la distribution de tout l’approvisionnement des troupes du thème obtenu par l’intermédiaire de la synonè.

Par la suite, une fois les troupes définitivement implantées, l’objection soulevée au sujet de ce système porte sur le coût très élevé du rassemblement, du stockage et du transport des approvisionnements. Elle tombe toutefois en partie en regardant la répartition des formations à l’intérieur de la zone impartie aux armées des stratèges. Leurs unités sont éparpillées, aux dépens de toute efficacité tactique contre les raids arabes, par la nécessité de minimiser les coûts de transport et de distribution des approvisionnements en les plaçant dans les districts chargés de les ravitailler ou au plus près de ceux-ci. Cette dispersion ne reflète donc pas une planification stratégique ou tactique mais est dictée tout simplement par les priorités fiscales et logistiques du VIIe siècle.

En outre d’après Haldon, Cheynet, Déroche, Hendy, dans ce nouveau système un rôle important est joué par les commerciaires qui, jusque là, avaient la charge de l’achat et du stockage des produits de luxe, en particulier de la soie. La fonction de commerciaire est affermée, du milieu du VIIe siècle à Léon III, à de très hauts personnages de l’Etat dont les entrepôts (apothèkai) sont attestés dans toutes les provinces de l’empire. Dans ces apothèkai sont toujours stockés les surplus des manufactures d’Etat et principalement des produits de luxe. Mais en constatant, à partir de 654/659, une augmentation soudaine du nombre des commerciaires dans tout l’empire alors qu’à la suite des conquêtes arabes les produits de luxe (soie en particulier) sont en diminution, Hendy estime que celle-ci est due au changement de leur rôle et de celui de leurs apothèkai, transformation liée principalement maintenant au ravitaillement de l’armée. Sous contrat avec l’Etat, les commerciaires ont pour rôle d’organiser la perception, le stockage dans leurs magasins et la distribution à l’armée des denrées prélevées sur les paysans, des armes et des équipements provenait des quelques manufactures encore en service et surtout des artisans locaux. La distribution aux formations est réalisée ensuite par l’intermédiaire des actuaires, c’est-à-dire des intendants ou officiers d’approvisionnement de celles-ci selon les directives des préfets du prétoire détachés. Cette fonction des commerciaires est transférée vers la deuxième moitié du VIIIe siècle ou au début du IXe siècle aux protonotaires. Cette théorie est combattue par Oikonomidès car il n’existe aucune preuve d’un rapport des commerciaires avec l’armée. Pour cet auteur ils sont toujours chargés essentiellement du contrôle du commerce de la soie qui serait donc, d’après lui, en développement — ce qui semble irréel à l’époque.

Cette solution, proposée par plusieurs chercheurs, paraît donc plausible. En effet si certains soldats sont supportés par leurs familles sans que celles-ci n’aient à cette époque aucune obligation de le faire, il ne s’agit là que d’une minorité de soldats aisés. Pour les autres la probabilité la plus forte est que les commerciaires, civils disposant d’entrepôts et de moyens de transport, leur fournissent tout le nécessaire par le moyen des réquisitions et des prélèvements ordonnés par les fonctionnaires locaux de l’Etat. Ces derniers peuvent également leur sous-traiter la production de certaines quantités et de certains types d’armes ou d’articles d’équipements qu’ils obtiendront auprès des artisans.

 

Cavaliers, fantassins, guetteurs et espions

Disposant d’une armée de 6000 à 12000 hommes qu’ils peuvent lever à tout moment, en totalité ou en partie, pour assurer la défense de leur thème, ce sont donc essentiellement les stratèges qui vont conduire, seuls ou à plusieurs, la lutte contre les envahisseurs arabes.

Pour mener à bien leur riposte, leur cavalerie est d’une importance majeure puisqu’il faut s’en prendre à une cavalerie arabe se déplaçant rapidement. C’est la possession d’un cheval et non une aptitude ou un statut particulier qui fait le cavalier. Celui-ci ne se classe pas suivant l’arme qu’il porte mais avant tout par la rapidité et l’endurance de son cheval qui impose le rythme de la guerre par ses besoins propres et sa fatigue. Les cavaliers sont l’élite de l’armée du stratège dans un type de guerre où compte avant tout la surprise, la rapidité du mouvement, la transmission rapide des renseignements et des ordres et l’art de pister l’adversaire. Dans les premiers rôles on rencontre les cavaliers non seulement combattants mais aussi bien équipés et bien montés sur des chevaux vifs et rapides. Ce cavalier d’élite est entouré de gens qui le servent relevant soit du train des équipages chargé du transport de l’armement, des équipements supplémentaires, du ravitaillement soit de lui-même; dans ce dernier cas il s’agit alors de « valets d’armes », eux-mêmes cavaliers montés, accompagnant les combattants dans leurs opérations ou au moins dans leurs rapides déplacements soit pour s’occuper de leurs chevaux et de leurs équipements, soit en charge d’un cheval de rechange. Le cavalier bien équipé et bien monté est soit un paysan aisé soit un soldat professionnel payé par le stratège pour des chevaux et des équipements de bon aloi. Le cavalier porte une cuirasse avec dessus un vêtement de feutre ou de coton pour camoufler la cuirasse ou se protéger des intempéries. Son armement comprend l’épée, la lance, le bouclier. La cavalerie représente en général 20% de l’effectif d’un thème soit 200 cavaliers pour un drouggos de 1 000 hommes, avec peut-être pour l’Opsikion à l’origine 30% à 40% de cavaliers soit 300 à 400 par drouggos. En fait, d’après Treadgold, les centarques commandent en majorité des fantassins. Ainsi dans le thème des Thracésiens, à partir de 660, 64 centarques commanderaient des fantassins et 16 seulement des cavaliers. On ne trouve que très peu d’archers montés, cette spécialité ayant été presque toujours réservée auparavant à des combattants étrangers.

L’infanterie, que l’on met toujours du temps à réunir, constitue une masse certainement moins professionnelle et plus proche de la condition paysanne que la cavalerie du thème. Contrairement à celle-ci, elle est classée en fonction de son armement. Les hoplites, protégés par un grand bouclier rond, un casque, une cotte de mailles et parfois par des jambières et des gantelets et armés d’une lance, d’une épée et d’une hache ont la charge de barrer les routes en rangs épais. Des fantassins, lanceurs de javelots, sont placés derrière eux. Les fantassins légers, armés de frondes et d’arcs, sont chargés de faire pleuvoir leurs projectiles sur l’ennemi lors des harcèlements et des embuscades. Cette infanterie est utilisée par le stratège soit en point d’appui installé sur un site montagneux contre lequel l’élan des cavaliers arabes vient se briser, soit pour verrouiller les voies de pénétration, principalement les défilés du Taurus quand un raid est signalé ou le plus souvent pour l’accrocher à son retour, soit pour encercler l’ennemi et l’attaquer ou enlever son camp, soit comme garnisons de forteresses et centres importants.

En outre le stratège peut faire appel à la population civile soit pour servir comme troupes irrégulières dans les forts sous des commandants appelés « protecteurs des forts », soit en campagne sous des commandants appelés « drongaires d’infanterie ». Garnisons frontières et tours de guet sont armées par des forces locales y servant par rotation, composées d’hommes de relativement humble statut, certains servant sur la base d’une obligation de service, d’autres sur la base d’une solde payée par les autorités militaires.

Dans sa lutte contre les invasions arabes, le stratège a d’abord un rôle préventif en organisant la surveillance de la frontière et des routes de pénétration et en cherchant à connaître, grâce à ses postes de guet et ses espions, l’imminence, la nature et la direction probable de tout raid.

Des postes d’observation sont établis de loin en loin sur les contreforts montagneux du Taurus à proximité du territoire arabe. Chaque poste a une zone de surveillance fixée dans laquelle il détache des groupes de 2 à 4 guetteurs proches des points à surveiller et dont les emplacements doivent être changés fréquemment pour éviter leur capture. Des rondes sont effectuées à l’initiative du chef de poste pour vérifier le bon comportement des guetteurs. Le poste d’observation est composé d’au moins une douzaine d’hommes, frontaliers recrutés localement, mis en place pour 15 jours et ne décrochant qu’après l’arrivée d’une relève. Ces postes, répartis le long de la frontière, sont en liaison avec d’autres postes établis plus à l’intérieur à une distance de 5 à 6 km les uns des autres servant de relais à des coureurs traversant la montagne de poste en poste jusqu’au premier poste de cavalerie en terrain plat dont la mission est d’avertir le tourmarque ou le stratège. Le parcours total du poste de guet au stratège n’excède pas en général 100 kilomètres. Il ne semble pas y avoir de transmission par signaux ou feux à cet échelon de l’armée car l’information transmise ne serait pas alors assez précise.

Les espions sont une autre source de renseignements. Ce peut être des marchands car le commerce continue localement entre les zones adverses ou des émissaires dépêchés pour régler de petits problèmes communs locaux ou des espions qui se fondent dans des populations frontalières très mêlées.

En outre peuvent être envoyés, assez profondément en territoire ennemi, de petits commandos dont la mission est de ramener des prisonniers et de faire régner l’insécurité.

 

Techniques de guérilla contre les raids arabes

La riposte du stratège à une invasion est basée sur le principe d’une tactique offensive très mobile évitant tout affrontement frontal contre des forces numériquement supérieures. Elle se fonde d’une part sur les étapes connues d’un raid arabe qui franchit la frontière, gagne son objectif, pille les villages et prend la route du retour chargé de son butin et d’autre part sur l’importance numérique de ces attaques qui vont du raid d’une seule traite à l’expédition de grande envergure.

Contre cette dernière dont la préparation demande du temps et ne peut donc pas passer inaperçue, le stratège peut espérer l’intervention de l’armée centrale au moins en partie mais avec des délais. Dans ce cas est plutôt préconisé le regroupement des forces de plusieurs thèmes sous le commandement du stratège le plus important secondé d’autres stratèges. Un tel regroupement de forces permet de réunir de 20 000 à 30 000 hommes, les effectifs de 4 à 6 thèmes.

Est surtout à envisager le cas le plus fréquent d’un raid arabe de 5 000 à 6 000 cavaliers franchissant inopinément le Taurus. Le stratège attaqué ne dispose que de ces seules forces et souvent, dans un premier temps, que d’une partie de celles-ci, soit au plus 3 000 cavaliers principalement. En fait les forces du thème sont rarement engagées en entier et les opérations initiales sont menées au niveau d’un tourmarque ou d’un officier compétent placé à la tête de quelques centaines d’hommes principalement des cavaliers.

Donc avant le début du raid s’il est bien renseigné ou au début de celui-ci, le stratège rassemble ses forces, les équipe, s’efforce de barrer les défilés avec l’infanterie qu’il est souvent difficile de réunir et de mettre en place à temps et fait tenir les points d’eau; dès que possible il prépare le verrouillage des défilés qu’empruntera l’ennemi à son retour. Il doit aussi deviner quels sont les villages menacés par le raid et en évacuer les habitants avec leurs animaux et leurs biens. Ces évacuations d’urgence sont effectuées par un corps spécialisé, les expellatores, disposant de bêtes de somme. Les habitants sont repliés dans un site montagneux ou à l’abri d’une forteresse.

Il est recommandé alors au stratège de mener une guerre de guérilla très mobile à base de harcèlements et d’embuscades, d’éviter toute action frontale sauf en cas de très nette supériorité, de ne pas s’enfermer dans les places fortes ce qui laisse le reste du pays ouvert aux pillages mais de s’appuyer sur celles-ci pour mener le combat, de disposer de liaisons constantes avec le tourmarque qui piste l’ennemi et reste à son contact en cherchant à deviner ses objectifs. Le combat de nuit est préconisé en utilisant le maximum d’infanterie disponible qui peut s’en prendre sans danger à des cavaliers et disparaître sans être poursuivie.

Perdre le contact, ignorer la position exacte de l’ennemi, se tromper sur son importance numérique condamnent le stratège à l’impuissance et l’exposent au danger d’une surprise.

Les cleisoures, créées à la fin du VIIIe siècle et au début du IXe, permettront de mener une guérilla encore plus énergique de harcèlements, embuscades et poursuite des envahisseurs rendant les expéditions de pillage plus risquées et moins rentables et pourront même dissuader l’ennemi local de mener certains raids trop légers.

A l’époque qui nous concerne, ce sont essentiellement les Arabes qui mènent l’offensive, les Byzantins se bornant à mobiliser contre eux des forces parfois assez disparates allant du paysan jetant des pierres au cavalier rompu au combat. Mais tous les soldats, recrutés dans la zone du thème, la défendent avec énergie et comme nous l’avons déjà dit, sont dans cette période des combattants d’une valeur presque équivalente à celle des soldats des tagmata. Lorsque, rarement, existe un coordinateur de l’action des stratèges, tel un monostratège, des raids d’ampleur contre les territoires arabes de Syrie du nord peuvent être menés avec succès. Mais cet organe coordinateur capable de conduire une défense plus offensive contre les envahisseurs arabes n’existe en général pas.

Les stratèges peuvent se montrer dangereux pour le pouvoir impérial…

Les stratèges sont donc des chefs militaires qui peuvent disposer de forces importantes et donc se montrer dangereux pour le pouvoir impérial. Des mesures préventives sont donc instituées.

En principe le stratège ne peut pas être nommé dans son pays d’origine et de résidence bien que l’empereur puisse décider du contraire. Il est désigné en général pour une durée limitée de trois ou quatre ans, période renouvelable ou prolongée au gré de l’empereur. Durant son commandement, il ne peut se rendre à Constantinople sans autorisation spéciale et ne peut quitter son thème sauf pour des raisons militaires ou religieuses. La division des grands thèmes initiaux en thèmes plus petits sera aussi une mesure destinée à amoindrir la puissance militaire des stratèges.

En outre le stratège ne dispose pas et ne disposera jamais de tous les pouvoirs dans son thème. Ses officiers supérieurs sont nommés par l’empereur Tout ce qui est perception des impôts lui échappe. A l’échelon central le logothète du stratiôtikon, apparu au VIIe siècle, a la main sur le recrutement et le financement des forces armées. Son office tient à jour les rôles militaires, gère les exemptions, fournit la solde des soldats tous les trois ou quatre ans à chaque thème à tour de rôle. Ce logothète dispose dans chaque thème du chartulaire qui fait des rapports périodiques, des optiones chargés de la distribution de la solde. Quant au logothète du Drôme, apparu en 760, il contrôle le service de la poste (relais, messagers etc), est à la tête d’un service d’espionnage qui renseigne en particulier sur l’état des provinces et des thèmes et sur les contacts entre ceux-ci et les pays voisins hostiles.

On constate donc que les stratèges, comme pareillement les commandants des tagmata, sont étroitement encadrés, ont à leurs ordres un personnel d’état-major chargé aussi d’adresser des rapports à l’autorité centrale qui dispose également de personnel la renseignant directement.

A SUIVRE

Colonel Max Pourkier


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.