Jean Victor Vernhes et les origines du mot « rhapsode »

 ETYMOLOGIE GRECQUE,   λύχνος n° 142, novembre 2015, article sept.

Une étymologie pour ῥάπτω [rhaptô] coudre ?

 

Chinoise cousant à Yangshou en 2008, cliché Stougard (wikimedia)
Chinoise cousant à Yangshuo , cliché Stougard, (Wikimedia)

Le rhapsode ou le couseur de chants.

Ce verbe ῥάπτω signifie coudre, piquer ensemble. Le sens premier semble être celui d’assemblage. Ce terme s’emploie aussi, depuis l’Odyssée, au sens de comploter, machi­ner, selon une matrice métaphorique qu’on retrouve dans tramer, ourdir. Il est formé sur un thème ῥαφ, comme on le voit dans des mots comme ἡ ῥαφή, la couture, la jointure.

Le plus célèbre des mots de la famille est ὁ ῥαψῳδός, le rhapsode qui récite des poèmes épiques. Le second élément est ἡ ᾠδή, le chant : le mot signifie donc littéralement le couseur de chants.

Il faut nécessairement poser une initiale *ϝρ ou *σρ. L’étymo­lo­gie anciennement admise posait une initiale *ϝρ et rapprochait notre ῥάπτω de mots baltiques comme le lituanien verpiù, filer. Cette étymologie est aban­donnée, car les données mycéniennes excluent un ϝ initial, et le mot a rejoint ainsi la cohorte des mots sans étymologie.

Les mots-valises

Dans un article ancien paru dans l’avant-dernier numéro papier de Connaissance Hellénique n°131 (avril 2012), p. 74-75, remanié dans mon site (1) : j’ai tenté d’expliquer l’origine du mot θησαυρός, trésor en tirant parti de la notion de « mot-valise ». Il s’agit des mots formés par agglomération de deux mots. Ainsi, en français, virevolter, tourne­bouler, bouleverser… Les deux paragraphes qui suivent sont repris de cet article.

Remontant bien plus haut dans l’histoire, on peut noter les origines de l’anglais bring, formé du cumul de deux racines signifiant porter ; br- représente la racine *bher, qui est à l’origine également de l’anglais bear, du grec φέρω, du latin fero ; et -ing représente la racine que nous avons dans ἤν-εγκ-ον (aoriste de φέρω).

Le verbe de la langue poétique κερτομέω, blesser par des injures, peut s’expliquer par un cumul de la racine κερ de κείρω, raser, tondre, ravager et de la racine τεμ de τέμνω, couper ; il pourrait être à l’origine un terme expressif signifiant ratiboiser-hacher. On peut multiplier les exemples. Cf. Jean-Louis Perpillou, Recherches lexicales en grec ancien (Peeters, Louvain-Paris, 1996), 5.8, p. 118-120.

Pour l’étymologie de ῥάπτω, j’opte pour une initiale *σρ et pense à la juxtaposition de deux thèmes signifiant attacher.

Et je pose un ensemble *hrhaph-, fait de *hr- + haph- dans lequel :

*hr- représente, au degré zéro, et après traitement du s initial, la racine *ser de εἴρω, attacher, lier en file. Notez, chez Aristote, l’expression λέξις εἰρομένη, discours lié, continu. À la même racine appartient ὁ εἱρμός, l’enchaînement, la connexion.

haph- représente le thème ἁφ- sur lequel sont formés, comme l’indique Chantraine dans son Dictionnaire étymologique de la langue grecque, les mots du groupe de ἅπτω, attacher ; nous l’obser­vons dans ἡ ἁφή, le fait de saisir, le toucher ou la jointure.

Dans notre *hrhaph-, le h initial va naturellement se postposer au r, rejoignant le second h. D’où rhaph- : le thème ῥαφ- du groupe de ῥάπτω.

Une difficulté et sa solution

Ce thème ἁφ pose problème. En effet, selon R. Beekes, Etymological Dictionary of Greek, Leyde-Boston, 2010, il remonterait à une racine *h2ep > ap et les deux aspirées, initiale et finale, seraient secondaires.

Cela n’infirme pas l’hypothèse proposée : la juxta­­position des deux éléments serait de l’époque où le grec aurait muni ce thème de ces deux aspirées.

Mais les vues de Beekes peuvent être contestées. Dans ce qui suit, j’utilise largement les indications que m’a données Rémy Viredaz au sujet de l’arménien lors des discussions que nous avons eues par courriels lorsque le présent article était en préparation.

« D’après le Wiktionnaire, le grec ἅπτω serait parent du mot arménien ap‘ : ‘paume de la main’. La source citée est : Hrach MartirosyanEtymological Dictionary of the Armenian Inherited Lexicon, Leyde-Boston, 2010, p. 158. »

Dans le ap‘ cité plus haut, le signe ‘, inspiré de l’esprit rude, note une aspiration. On pourrait transcrire par aph.

Cette correspondance possible entre grec et arménien a déjà envisagée, avec un point d’interrogation, dans le Dictionnaire étymologique de la langue grecque de Boisacq. Il n’en est plus question chez ses successeurs : Hofmann, Frisk, Chantraine, Beekes.

Si on admet cette correspondance, si notre ἅπτω est en relation avec un terme désignant la paume de la main, il pourrait avoir été à l’origine un mot expressif comparable à un verbe français désuet : empaumer.

Cherchons-le dans le Littré : empaumer 1° recevoir une balle… dans la paume de la main… 3° Fig. empaumer une affaire, la bien saisir, la bien conduire. Empaumer quelqu’un, se rendre maître de son esprit…

Resterait à reconstituer l’étymon qui serait l’origine de l’arménien aph et du grec ἁφ-, et éventuellement des termes sanscrit, hittite, et tokharien que cite le Wiktionnaire.

Au risque de décevoir nos lecteurs, nous n’allons pas ici nous lancer dans cette exploration. Il nous a paru intéressant de signaler cette piste oubliée pour l’étymologie de ἅπτω. Mais quelle que soit cette étymologie, il suffit, pour notre hypothèse sur ῥάπτω, de prendre le thème ἁφ- tel qu’il apparaît en grec.

Jean-Victor VERNHES

Université d’Aix-Marseille

(1) https://www.academia.edu/10621880/An_etymology_for_une_étymologie_pour_θησαυρός_the_treasure_le_trésor_

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.