Janine Kaminski a lu pour vous : Hervé Mazurel, « Vertiges de la guerre ».

► Lu pour vous λύχνος n° 142, novembre 2015, article trois

Les philhellènes

Nauplie, Monument à la mémoire des Philhellènes. Gravure de M. Forlot extraite de l’album Monuments au fil du temps, Éditions Galerie d’Art de Nauplie et Ikona, Nauplie, 1996,
Nauplie, Monument à la mémoire des Philhellènes. Gravure de M. Forlot extraite de l’album Monuments au fil du temps, Éditions Galerie d’Art de Nauplie et Ikona, Nauplie, 1996.

 

Hervé Mazurel, Vertiges de la guerre. Byron, les philhellènes et le mirage grec, Les Belles Lettres, collection Histoire, Paris, 2013. 

 

Lors de mes séjours à Nauplie, ancienne capitale de la Grèce libérée, je me suis souvent arrêtée sur la grande place qui longe le golfe d’Argos, devant le « Monument aux Français » : une pyramide de marbre érigée en 1903 par un magistrat grec Nikos Kotsakis, « À la mémoire du maréchal Maison, du général Fabvier, de l’amiral de Rigny et des soldats et marins français morts pour l’indépendance hellénique, la Patrie et la Liberté ». Sur le socle un médaillon représente la Grèce et la France. Plus tard je découvrais dans l’église catholique de la Transfiguration un monument élevé en 1841 par un combattant philhellène français, Hilarion Touret, à la mémoire des volontaires morts pour l’indépendance : cette sorte d’arc de triomphe miniature porte les noms de 268 philhellènes avec mention de leur nationalité et du lieu où ils périrent.

Qui étaient donc ces philhellènes ?

Qui étaient donc ces philhellènes, quelles furent leurs motivations, que représentait le philhellénisme dans les années de la guerre d’indépendance grecque (1821-1830) ? Toutes questions qui ont trouvé leur réponse, et bien au-delà, dans la somme d’Hervé Mazurel, Vertiges de la guerre[1].

Bien auparavant déjà, des patriotes grecs comme Rhigas Velestinas[2] ou Alexandre Ypsilanti, chef de l’hétairie[3], n’avaient cessé par leurs écrits et leurs actions de promouvoir l’indépendance de leur pays[4].

Le philhellénisme cependant fut un mouvement paneuropéen s’étendant même jusqu’aux États-Unis et né avant la guerre d’indépendance proprement dite.

« Nous sommes tous des Grecs »

Il nous faut suivre ici ce qu’Hervé Mazurel appelle la « cristallisation philhellène », c’est-à-dire comment d’un bout à l’autre de l’Europe et des États-Unis les mêmes idées, les mêmes sentiments surgissent comme spontanément parmi les partisans des Grecs.

Dès le milieu du XVIIIe siècle il y eut un renouveau de l’hellénisme avec Winckelmann découvrant la splendeur de l’art grec, Goethe le sublime des ruines antiques ; les poèmes d’André Chénier, l’immense poème d’Hölderlin « Hypérion », le Voyage du jeune Anacharsis en Grèce de l’Abbé Barthélémy, qui connut un extraordinaire succès et fut même traduit en grec ; bref, ce qu’Hervé Mazurel appelle l’hellénisme des romantiques qui culmine avec le Pèlerinage de Childe Harold (1812), relation poétique du voyage en Orient qu’entreprit Byron entre 1809 et1810.

En même temps, de grands universitaires allemands comme W. von Humbolt (« Notre histoire commence avec les Grecs »), F.A. Wolf, Niebuhr développent l’« Altertumwissenschaft », une science globale de l’antiquité avec primauté donnée à la philologie. Les « gymnasium », nom donné alors aux établisse­ments d’enseignement secondaire, deviennent les foyers d’un nouvel humanisme.

Il se crée ainsi peu à peu dans les classes cultivées le sentiment de tout devoir à la Grèce, dans la littérature, l’art, la politique, l’histoire… « L’Hellade est perçue comme un lieu mythique, une référence commune, un répertoire d’exemples » (H. Mazurel).

Dès lors la dette intellectuelle et morale de l’Occident à l’égard de la Grèce impose le devoir de la libérer du joug des barbares : « Nous sommes tous des Grecs » (Shelley[5]).

Mais pas seulement, car cet asservissement des Grecs qui dure depuis quatre cents ans est ressenti profondément par tous les philhellènes et même dans les classes populaires : le Grec est appelé par les Turcs ραγιάς (esclave), ρωμιός et non έλληνας[6] et soumis à toutes les humiliations et cruautés de ses maîtres.

 

« Les temps héroïques renaissent, l’Âge d’or revient »

Or, même si après les guerres napoléoniennes, c’est le règne en Europe des gouvernements conservateurs, les idées de liberté et d’indépendance de la Révolution française sont encore très vivaces : soulèvements dans les États d’Allemagne du Sud, insurrections libérales en France, en Italie (les Carbonari), en Espagne, dans le continent sud-américain (Simon Bolivar), etc.[7]

Redonner la liberté aux Grecs c’est aussi pour les philhellènes les régénérer, car tombés dans une effroyable pauvreté, ignorants même pour la plupart de leur passé glorieux, il faut leur redonner leur identité : relever les ruines, reconstruire leur langue.

Une des émotions les plus fortes des volontaires à leur arrivée sur le sol grec, ce fut d’y trouver une population dont la tenue vestimentaire (chez les hommes, à l’albanaise), les armes (pistolets, poignards, yatagans), la langue (mêlée de mots turcs) étaient tout à fait étrangères aux représentations qu’ils se faisaient de la Grèce classique. Était-ce encore des autochtones ?

Aussi certains philhellènes s’attachèrent-ils à retrouver chez les Grecs modernes des marques de leur authenticité. Ainsi Fauriel qui recueillit toutes les ballades populaires encore chantées en Grèce[8], montrant qu’ils avaient toujours le sens de la poésie orale, que leur langue pouvait être pure et qu’ils rejoignaient les anciens rhapsodes.

Beaucoup parmi les plus romantiques comme Byron ou Shelley espéraient encore dans l’avenir des Grecs, une fois libérés : « En dépit des innombrables jougs qu’elle supporta,/ la gloire de cette terre et de ses habitants demeure encore » (Byron) ; « Les temps héroïques renaissent, l’Âge d’or revient » (Shelley).

Le destin tragique de ces deux grands philhellènes voulut qu’ils meurent avant même d’avoir combattu et vu la libération de la Grèce, Shelley en 1822, Byron[9] en avril 1824.

 

Chio : 20 000 victimes et 40 000 esclaves

À cette guerre pour la liberté fut très vite associée l’idée de croisade, de lutte séculaire du monde chrétien contre le monde islamique.

Plusieurs événements révélant la barbarie et le fanatisme des Turcs enflam­mèrent l’Occident : la pendaison publique du patriarche de Constantinople, Grégoire, au porche de son église, son corps traîné dans les rues puis noyé (21 mars 1821), quelques jours après le massacre des Grecs de la ville, leurs maisons brûlées, pillées ; en 1822 le massacre inouï de Chio où les Turcs firent 20 000 victimes et emmenèrent 40 000 esclaves, laissant l’île déserte ; les exactions du terrible Ali Pacha, gouverneur de Ioannina, qui noyait dans le lac les femmes grecques qui lui résistaient…

Certes les Grecs commirent aussi des atrocités mais sans commune mesure avec celles des Turcs, d’ailleurs coutumiers de l’enlèvement des jeunes filles pour leur sérail, du viol des captives et de la razzia des jeunes garçons grecs, le παιδομάζωμα, pour en faire, entre autres, des janissaires. L’Occident ne pouvait plus tolérer à ses portes le martyre de tout un peuple chrétien. Le mouvement philhellène s’enrichit alors de la solidarité religieuse qui traversa toutes les couches de la société et même les conservateurs. Ainsi Chateaubriand[10] reprochait au pape Pie VII de ne pas s’être déclaré « le chef d’une croisade pour le moins aussi sainte que les premières ». Le symbole de la croix était d’ailleurs présent sur toutes les représentations[11] des combattants grecs : étendards, gravures, sceaux, objets divers…

 

On vit alors dans l’insurrection grecque un moyen de s’illustrer

Il y avait donc une sensibilité générale aux malheurs des Grecs ; mais qui furent les hommes qui s’engagèrent pour combattre à leurs côtés ?

Hervé Mazurel analyse ici très finement « le mythe de guerre » dans la jeunesse masculine (essentiellement de France, d’Allemagne, d’Italie) marquée par les guerres révolutionnaires, l’épopée napoléonienne et qui, en 1815, se trouvait frustrée de toutes ses aspirations à l’héroïsme. Elle vit alors dans l’insurrection grecque un moyen de s’illustrer et pour une noble cause. Aussi la majorité des volontaires[12] en 1822 était-elle composée d’étudiants venus surtout des universités allemandes et de militaires, anciens officiers ou sous-officiers qui avaient servi dans la Grande Armée et qui, restés fidèles pour la plupart à Napoléon, n’avaient pas renoncé à la gloire des armes, tel le plus célèbre d’entre eux, le colonel Fabvier.

Le 4 janvier 1824, l’arrivée de Byron à Missolonghi fit accourir des volontaires étrangers de toutes nations, tous désireux d’intégrer la Brigade de Byron. La mort en avril de la même année du plus illustre des philhellènes et le martyre de Missolonghi[13] assiégée par des troupes turco-égyptiennes vingt fois plus nombreuses que les défenseurs et qui ne tomba en 1826 qu’après une résistance de trois ans, furent le point d’orgue de la mobilisation européenne.

Il ne faut pas négliger d’autre part ce qu’Hervé Mazurel nomme le « tropisme oriental » : découvrir l’Orient mystérieux, sensuel, métaphysique comme le dépeignaient les Contes orientaux de Byron (1813-1814) fit aussi partie des motivations des jeunes Européens. D’ailleurs le Grand Tour pratiqué surtout par les jeunes lords britanniques en était déjà un aspect.

 

Des « coureurs d’aventure » et des conspirateurs.

L’image flamboyante de tous ces héros pourrait éclipser facilement le rôle des comités de soutien : de Paris, Stuttgart, Munich, Londres, Genève, Boston… qui fournirent une aide à la fois matérielle et morale aux volontaires : facilitant, par exemple, leur passage en Grèce, par des sommes d’argent, des lettres de recommandation, un itinéraire… Il y eut même une route philhellène à travers les États du sud de l’Allemagne, la Suisse, la vallée du Rhône jusqu’à Marseille où ils embarquaient. Car il ne faut pas oublier que la police de la Restauration en France et celle de Metternich en Allemagne voyaient d’un très mauvais œil la turbulence et la théâtralité de ces jeunes gens de toute nationalité qu’elles considéraient comme des « coureurs d’aventure » et des conspirateurs.

Ces comités s’engageaient aussi dans des actions philanthropiques comme la prise en charge d’orphelins grecs, le rachat d’esclaves, l’envoi de médecins, de soins et de vivres sur place. Sur ce point, les plus efficaces furent les comités américains qui acheminèrent en 1827-28 pas moins de huit bateaux chargés de vêtements, de nourriture, de matériel sanitaire et de médicaments. Le philanthrope le plus actif fut l’américain Samuel Howe.

À Paris les dames de la bonne société organisaient quêtes et ventes de charité, comme madame Récamier et madame Victor Hugo, mettaient leurs bijoux aux enchères. Même les classes populaires participaient généreusement aux souscriptions.

Il y eut dans la vie ordinaire à cette époque une sorte d’engouement pour tout ce qui touchait à la Grèce : vogue des lithographies à sujet grec reproduisant par exemple « Le jeune Grec défendant son père blessé » (Scheffer) ou « Les Massacres de Scio » (Delacroix) ; de l’Almanach des Grecs pour 1823 juxtaposant des scènes de l’histoire grecque, antiques et modernes. La représentation en 1825 de la tragédie Léonidas interprété par Talma, devant tous les philhellènes de la capitale amassés, fut un triomphe, malgré les réticences des autorités.

Pour H. Mazurel ce moment de « sensibilité collective » aux malheurs des Grecs inaugure ce qui sera « la solidarité universelle des peuples », et plus tard l’humanitarisme moderne et le droit à l’ingérence.

 

« Et vous ? qui vous a demandé de venir ? nous ne voulons pas d’étrangers ici. »

« Du rêve à la réalité », c’est ainsi qu’on pourrait intituler le parcours des volontaires depuis leur départ jusqu’à l’arrivée sur le sol grec et l’expérience de la guerre. Après l’enthousiasme du départ et l’émotion devant la beauté des sites et les souvenirs qu’ils suscitaient, ils découvrirent un pays inhospitalier : le Péloponnèse, au cœur des combats, rocailleux, montagneux, au climat difficile ; les marais fiévreux de Missolonghi ; et un accueil plutôt hostile des habitants. À leurs doléances l’un d’eux répondit : « Et vous ? qui vous a demandé de venir ? nous ne voulons pas d’étrangers ici. »

La misère et le dénuement matériel de la Grèce frappèrent de plein fouet les nouveaux arrivants : rien n’était assuré, ni le gîte ni la nourriture, ni les soins médicaux. Car il n’y avait pas en Grèce d’armée régulière, malgré la rumeur[14] ; les combats étaient le fait de bandes organisées, pouvant néanmoins représenter jusqu’à 35 000 hommes, recrutés par différents chefs, les capétans[15], anciens klephtes habitués au brigandage dans les montagnes et forêts reculées de Grèce et fréquemment en désaccord entre eux. Sans ordre, sans discipline, sans tactique, mais d’un courage et d’une endurance exceptionnels, les pallicares habitués à mener une guerre d’embuscades, de harcèlement contre les Turcs depuis des années, n’étaient pas disposés à accepter les méthodes de la guerre régulière qu’essayèrent de leur inculquer les « Francs »[16].

Cependant il y eut des alliances et des amitiés durables entre eux : l’exemple le plus connu en est celui de Trelawny qui partageait le refuge du fameux Odysseus dans une grotte du mont Parnasse et combattait aux côtés de ses hommes. Un autre Britannique, Jarvis, commanda une troupe de 400 pallicares – dont il avait adopté le costume, les manières et même appris la langue.

Mais, de manière générale, les volontaires européens furent épouvantés par l’atrocité des combats (Grecs comme Turcs coupaient les têtes de leurs victimes, les mutilaient de toutes les façons) et les pillages.

Dans ce contexte, ils ne participèrent jamais aux batailles glorieuses dont ils avaient rêvé : « Combattre sous les drapeaux d’Achille, avec les héros du siège de Troie ».

Nourris de littérature antique, ils rêvaient de « la belle mort » des héros homériques ; en revanche, ils vécurent le siège de Tripolitza (1821), le massacre de toute la population turque, femmes, enfants et vieillards (40 000 personnes), le pillage de la ville, la terrible épidémie qui s’ensuivit ; la sanglante défaite de Péta (1822) à laquelle survécurent seulement 25 hommes du bataillon des philhellènes… Ils connurent l’angoisse de la décapitation, les philhellènes étant la cible privilégiée des Turcs. Comme cet officier qui, ayant appris que les Turcs offraient 1 500 piastres pour chaque tête de Franc, repartit sur-le-champ…

Beaucoup connurent un sort misérable, mourant littéralement de faim, de toutes sortes de privations, quand ils ne succombaient pas aux fièvres et épidémies. Ceux qui le purent prirent le chemin du retour (plus difficile que l’aller car ils n’avaient ni argent, ni soutien). « On vit des dizaines de philhellènes misérables errant à travers le Levant à la recherche d’un bateau ou d’un bienfaiteur » (certains consuls, malgré l’interdiction de leur gouvernement, en sauvèrent quelques-uns).

Le désenchantement fut presque total. Toutefois…

Bref, le désenchantement fut presque total. Si l’on excepte les militaires aguerris comme le colonel Fabvier qui força le siège turc de l’Acropole (1826), le général Maison qui reconquit la Morée (le Péloponnèse) avec un corps expéditionnaire (1828), l’amiral de Rigny qui commandait l’escadre française à la bataille de Navarin et quelques brillants officiers de marine britanniques comme Hastings et Cochrane, les philhellènes ne connurent pratiquement aucun succès militaire[17]. Ce n’est pas d’eux que vint le salut de la Grèce[18] mais bien des grandes puissances, lorsque le 20 octobre 1827, les escadres française, britannique et russe coulèrent la flotte turco-égyptienne dans la baie de Navarin.

Toutefois leur engagement eut une portée symbolique et politique énorme ; sans eux la communauté internationale se serait-elle engagée dans le conflit ? Aurait-elle pris part à la libération des Grecs ?

 

L’aura de courage et d’idéalisme qui entourait les philhellènes subjugua encore longtemps les « héros aventuriers » du XXe siècle : T.E. Lawrence, G. Orwell, Hemingway, Malraux…

En Grèce, leur souvenir est encore palpable pour le voyageur attentif, non seulement à Nauplie, à Athènes dans son Musée historique, ses monuments, le nom de ses rues (οδός Βύρωνος, οδός Φαβιέρου, οδός Μαιζώνος, οδός Δεριγνύ et, les regroupant tous… οδός των Φιλελλἠνων), mais encore à Missolonghi dans son émouvant « Jardin des Héros ».

Janine Kaminski

[1] Vertiges de la guerre. Byron, les philhellènes et le mirage grec, Les Belles Lettres, collection Histoire, Paris, 2013. Toutes les citations du texte proviennent de l’ouvrage d’Hervé Mazurel.

[2] 1757-1798, le premier martyr de la révolution grecque.

[3] « Η Φιλική Εταιρία », la Société des Amis – société secrète fondée en 1814 pour libérer la « Mère Patrie » et dont le mot d’ordre était « Η Ελευθερία η Θάνατος », « La Liberté ou la Mort ».

[4] Ainsi que beaucoup d’exilés grecs en Europe, tel Coraïs à Paris.

[5] Auteur du drame Hellas (1822).

[6] « romain et non hellène ».

[7] Le colonel Fabvier, le plus célèbre des engagés français, faisait partie d’un réseau de conspirateurs.

[8] Chants populaires de la Grèce, 1824-1825.

[9] Byron avait formé une armée privée payée par ses soins, à Missolonghi.

[10] Note sur la Grèce, 1825.

[11] Et il l’est resté sur le drapeau national.

[12] Leur nombre total au cours des neuf années de conflit est estimé à 1 200 hommes. Et si en majorité ce furent des Allemands, des Français, des Italiens, des Britanniques, « pas une seule nation d’Europe n’a omis de donner au moins un volontaire à la Grèce » (H.M.).

[13] Le siège de Missolonghi inspira en 1823 au premier poète de la Grèce moderne, Dionysios Solomos, son Hymne à la liberté qui, traduit en plusieurs langues étrangères, donna une voix lyrique au philhellénisme. C’est aujourd’hui l’hymne national.

[14] L’armée d’Ypsilanti (450 hommes) ne vécut qu’une vingtaine de mois ; le Bataillon des Philhellènes de Mavrocordato fut tout de suite décimé.

[15] Colocotronis, Nikitas, Odysseus, Votzaris, Macriyannis… sont les plus célèbres.

[16] Seul le colonel Fabvier réussit à former un embryon d’armée régulière, le « Tacticon » qui compta jusqu’à 3 700 hommes.

[17] Malgré cet échec relatif, H.M. souligne que plus d’un homme sur trois a perdu la vie des suites de son engagement.

[18] Devenue indépendante en 1830 par le Traité de Londres (3 février). Mais la discorde des chefs de guerre dura encore plusieurs années, le premier gouverneur de la Grèce libre, Capodistria, étant assassiné en 1831. Le calme ne revint que lorsqu’un roi fut imposé à la Grèce par ses alliés occidentaux : Othon de Bavière (1835).

Que devinrent alors les philhellènes ? Rentrés au pays, on perd la trace de la plupart d’entre eux, excepté Fabvier, accueilli en France en véritable héros national et qui eut encore une longue carrière politique. Les plus reconnus reçurent la nationalité grecque, occupèrent des postes importants dans l’armée et dans le nouvel État (surtout des Allemands et des Britanniques). La carrière la plus remarquable fut sans doute celle de George Finlay qui devint un érudit de renom, participa à la fondation de l’université d’Athènes et de la Bibliothèque nationale.


Une réflexion sur « Janine Kaminski a lu pour vous : Hervé Mazurel, « Vertiges de la guerre ». »

  1. Bonjour
    En vue d’illustrer un propos,
    suis intéressé par photos exploitables en conférence du monument de FABVIER à NAUPLIE. Il y aurait aussi un monument FABVIER à ATHENES .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.