Sylvain Brocquet a lu pour vous « Ulysse en Ithaque » de René Peyrous

➤ Lu pour vous ( λύχνος n° 141, juillet 2015, article neuf)✯✭✭

Compte-rendu de l’ouvrage de René PEYROUS : Ulysse en Ithaque. Essai sur la localisation de son royaume et de son palais. Paris : Société des écrivains, 2013. 316 p. (Sylvain Brocquet, Université d’Aix-Marseille, UMR 7297).

Couverture du livre : Ulysse en Ithaque, de René Peyrous
Couverture du livre : Ulysse en Ithaque, de René Peyrous

Ce livre se veut la suite de celui que l’auteur a publié deux années plus tôt : Retour d’Ulysse de Troie vers Ithaque. Hypothèses sur la seconde partie du parcours depuis le cap Malée. Paris : Publibook, 2011 (compte-rendu dans le numéro de Lukhnos de juillet 2014). Le sous-titre énonce très clairement le projet de l’ouvrage : il s’agit cette fois non plus de reconstituer une partie du parcours d’Ulysse entre la Troade et Ithaque, mais de localiser le royaume sur lequel il régnait et le palais qu’il y habitait. Après une « Introduction et remarques préliminaires » (p. 9-10), qui précisent la démarche de l’auteur, et une notule (p. 11-16) rappelant les principes sur lesquels repose celle-ci – en particulier son postulat historicisant –, une sorte de préface (p. 17-23) intitulée « Point sur la situation actuelle du problème posé » expose la problématique à laquelle l’ensemble de l’ouvrage entend se confronter. Les étapes en sont détaillées avec beaucoup de précision, les différents chapitres du livre annoncés, les conclusions résumées, ainsi que les articulations de chacune des descriptions. Cette première partie constitue en effet un « sommaire » au sens propre du terme et pourrait tenir lieu de table des matières. Les sept chapitres qui constituent le corps de l’ouvrage ne font que reprendre, mais cette fois de manière détaillée, ce qu’annoncent les pages 19 sqq. :

  1. Position géographique du royaume d’Ulysse et de l’île d’Ithaque (p. 25-81).
  2. Astéris et le port du retour de Télémaque (p. 83-98).

III. Port de Phorkis, du retour d’Ulysse (p. 99-116).

  1. La demeure d’Eumée (p. 117-126).
  2. Port « de la ville » du retour de Télémaque et des prétendants (127-136).
  3. Le port d’arrivée d’Athéna : le port « de la Ravine » (p. 137-140).

VII. Le « palais » d’Ulysse et ses dépendances (p. 141-165).

Une « conclusion » (p. 167-174) récapitule ensuite les démonstrations proposées en matière de localisation de ces différents lieux et leurs résultats. Enfin, l’ouvrage est complété par plusieurs « notes » : « Notes sur le massacre des prétendants » (p. 175-177), « Notes relatives à la période possible d’arrivée en Ithaque » (p. 179-182), « Notes sur le Chant XXIV » (p. 183-188). Suit la Bibliographie (p. 189-194), qui sépare nettement les études des sources antiques mais ne comporte que des ouvrages en langue française (la liste en est d’ailleurs très brève et notoirement incomplète) et a tendance à placer sur le même plan des travaux scientifiques et des articles de vulgarisation d’une fiabilité douteuse. Enfin, vient un dernier chapitre intitulé « De Corcyre (Corfou) en Eubée par bateau en un jour ? Une tentative d’explication » (p. 195-262), qui précède une « Conclusion générale » (p. 263-281) exposant en réalité les conclusions de ce seul chapitre, et une seconde bibliographie qui lui est exclusivement consacrée (p. 283-285). En manière d’appendice, le livre s’achève par une section qui porte le titre de « Quelques notes sur les conceptions morales et religieuses et sur le comportement social tiré du texte » (p. 287-299). Des « Annexes » (301-313) évoquent ensuite les Curètes, les Cabyres et les Dactyles puis les « types de bateaux » avant de proposer la traduction de l’hymne à Apollon Pythien par Leconte de Lisle. La dernière section de l’ouvrage est constituée de « Notes sur les vents chez les différents auteurs » (p. 315-316).

 

Il serait trop long de résumer dans ce compte-rendu les diverses hypothèses proposées dans ce livre : il y en a beaucoup, car l’auteur cherche à résoudre un très grand nombre de problèmes, essentiellement de localisation. On ne peut que recommander au lecteur curieux de lire l’ouvrage, dans son intégralité ou chapitre par chapitre, en fonction des questions qui l’intéressent. Qu’il suffise de dire ceci : aucune de ces hypothèses n’est, à proprement parler, ni démontrable ni réfutable, mais beaucoup se révèlent astucieuses et intéressantes, parce qu’elles prennent en compte des paramètres qui ont parfois été négligés dans la bibliographie antérieure. Tout amoureux d’Homère et du monde que décrit l’Odyssée, surtout s’il connaît la Grèce et a souvent voyagé dans ses îles, y trouvera donc matière à réflexion.

 

En ce qui concerne la démarche intellectuelle et la méthodologie de l’ouvrage, elles appellent les mêmes remarques que le précédent – les mêmes critiques et les mêmes éloges. Les mêmes critiques : l’auteur, de son propre aveu, n’est ni  helléniste, ni archéologue, ni spécialiste de l’Antiquité grecque, ce qui lui interdit d’étudier le texte homérique par lui-même, de mener des études lexicales et toponymiques – essentielles dans le cadre d’une tentative de localisation –, de comparer les sources, matérielles et littéraires, avec la rigueur nécessaire. Il est tributaire des seules traductions françaises de l’Odyssée et des autres sources littéraires antiques qu’il utilise, ce qui limite considérablement ses capacités d’investigation et entache ses conclusions d’une constante incertitude, puisqu’elles ne sont jamais fondées sur une appréhension des textes eux-mêmes, dont les conditions de transmission, donc les variantes éventuelles, ne sont jamais seulement évoquées. Le choix de deux traductions françaises du poème homérique, celle de Victor Bérard et celle de Philippe Jaccottet, qui sont systématiquement données en parallèle, sur deux colonnes, est par lui-même arbitraire et ne fait l’objet d’aucune justification autre que celle de leur renom. À ces lacunes méthodologiques s’ajoutent d’incontestables défauts épistémologiques : on ne reprochera pas à l’auteur le postulat exclusivement historicisant qu’il adopte, puisque ce choix est explicite et parfaitement assumé (tout au plus pourrait-on lui faire remarquer qu’un argument auquel il recourt fréquemment pour le justifier, à savoir sa prétendue fécondité lorsque des pionniers tels que Schliemann firent, au XIXe siècle, les découvertes qui devaient donner naissance à l’archéologie mycénienne, n’est pas totalement recevable : c’est oublier un peu vite les destructions de sites dont ces mêmes pionniers, au nom d’une interprétation univoque, se sont rendus souvent responsables !). Mais dans le cadre même de ce postulat, la démarche de l’auteur reste entachée de faiblesses gênantes, telles que son ignorance de la géographie historique et l’acceptation implicite du présupposé selon lequel les paysages et les conditions météorologiques n’auraient pas changé depuis l’Antiquité – ou encore l’absence de toute prise en compte de l’histoire de la recherche et de ses étapes, qui le conduisent à juxtaposer arbitrairement des citations de savants sans jamais les situer dans leur contexte épistémologique, et à les confronter sans tenir compte du moment dans le développement des études homériques où elles ont été formulées. L’oubli de toute la bibliographie non francophone relève évidemment du même défaut. Mais l’ouvrage mérite aussi les même éloges que le précédent : en particulier, il convient de louer la très grande honnêteté de l’auteur, qui ne prétend jamais être ce qu’il n’est pas ni réaliser ce qu’il ne réalise pas. Tout est parfaitement clair et explicite dans sa démarche, jusqu’à ses lacunes, qu’il énonce et assume avec une franchise totale. Il ne prétend à aucun moment faire œuvre de spécialiste ni enrichir les études homériques de conclusions scientifiquement démontrées – il revendique simplement le droit d’occuper une marge de la recherche et, dans le cadre de cette marge, celui de procéder en fonction de son point de vue historicisant et de proposer les hypothèses que sa libre réflexion lui inspire. Cette démarche est légitime et, comme on l’a souligné, elle donne lieu à des propositions susceptibles d’intéresser un esprit curieux.

 

Reste la question de la rédaction de l’ensemble de l’ouvrage. On avait noté, s’agissant du livre précédent, une certaine sécheresse dans l’exposition des idées, qui conduisait l’auteur à procéder bien trop souvent par simple juxtaposition de citations extraites tantôt des textes antiques, tantôt de la littérature secondaire. Cette sécheresse se retrouve ici. Mais elle est aggravée par un incontestable défaut de construction. La seule consultation de la table des matières est à ce titre révélatrice : après un ensemble cohérent d’hypothèses de localisation, qui occupe les sept « chapitres » et représente à peu près la moitié du livre, vient une première conclusion, puis toute une série de « notes » traitant des sujets les plus divers – la dernière très longue – suivies d’une « Conclusion générale » dont rien n’indique qu’elle porte en réalité sur la dernière de ces « notes ». Et ce n’est pas tout : l’auteur accumule encore toutes sortes d’« annexes », souvent parfaitement inutiles, comme s’il lui était décidément impossible de conclure. La dernière d’entre elles, la « Note sur les vents… », tend à ridiculiser l’ensemble du livre en citant en caractères grecs (sans accent) le nom des vents dont elle dresse la liste… mais en remplaçant le –s final des ces noms par un –z ! Tout cela donne à l’ouvrage l’aspect d’un recueil de notules et d’articles divers traitant de géographie et portant sur la partie de l’Odyssée qui se déroule dans le royaume d’Ulysse, plutôt que celui d’un livre cohérent traitant d’un problème donné. Un parti qui aurait pu être pris et assumé, mais ce n’est malheureusement pas celui qu’affiche l’auteur en introduction. La lecture s’en ressent : elle éveille la curiosité mais devient vite fastidieuse, et donne souvent le sentiment soit d’interminables répétitions soit, au contraire, d’un éparpillement incontrôlé.

Sylvain Brocquet,

professeur de sanskrit à l’Université d’Aix-Marseille.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *