Christian Boudignon « Vous parlez grec et vous ne le saviez pas » (n° 31)

 CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE ( λύχνος n° 141, juillet 2015, article huit)

“Comme un aimant”

(où il sera question de l’étymologie de  diamant et aimant)

 

“Je suis de ceux qui traînent tard

à squatter les bancs

tel le fer et l’aimant.”

Les chiens de paille

 

Collier de la reine et portrait de Marie Antoinette par Vigée-Lebrun, Château de Breteuil (Wikicommons).
Collier de diamants de la reine et portrait de Marie Antoinette par Vigée-Lebrun, Château de Breteuil (Wikicommons). 

Longtemps j’ai cru comme tout le monde que le mot aimant venait de la comparaison de sa force d’attraction avec l’amour. Quoi de plus beau d’ailleurs, quoi de plus parlant que ce magnétisme évocateur. Et pourtant, chose surprenante, ce ne sont pas des aimants qu’on offre à sa belle mais bien des diamants ! J’aurais bien vu pourtant une bague aimantée aux doigts d’une belle qui attirerait l’anneau de fer de son amant. Peut-être d’ailleurs exista-t-elle jadis. Le poète alexandrin Posidippe dont Yannick Durbec vient de publier une superbe traduction, décrit dans une épigramme une pierre merveilleuse qui “d’un côté attire le fer qui lui fait face / comme un aimant (μάγνης οἷα λίθος) ; de l’autre, le repousse / provoquant un effet contraire.”

Aimant et diamant viennent du même mot

Le mot aimant vient du grec ancien où il désigne alors tout autre chose que l’aimant. “Aimant” se dit en grec : μάγνης λίθος [magnès lithos ] “pierre de Magnésie”. De là vient le magnétisme qui n’est rien d’autre que la force d’un aimant. En fait aimant et diamant viennent du même mot grec ἀδάμας [adámas], « terme magique puis technique tiré de δάμνημι»[1], verbe qui signifie «dompter». L’ἀ-δάμας [a-dámas], avec son a- privatif, c’est littéralement l’ “in-domptable”.

Ainsi Hésiode, dans les Travaux et les jours (v.145-148) décrit les races des hommes. La première est d’or, la seconde d’argent, la troisième de bronze et la quatrième de fer. La race de bronze ne s’interesse qu’à la guerre :

οἷσιν Ἄρηος

ἔργ᾽ ἔμελεν στονόεντα καὶ ὕβριες: οὐδέ τι σῖτον

ἤσθιον, ἀλλ᾽ ἀδάμαντος ἔχον κρατερόφρονα θυμόν,

ἄπλαστοι.

«  Ceux-là ne songeaient qu’aux travaux gémissants d’Arès et aux actes de violence. Ils ne mangeaient pas non plus de pain, mais, inflexibles, ils avaient en eux un cœur d’acier, ferme dans ses pensées… »

Cette description des soldats cuirassés de bronze, intrépides et insensibles dans les combats, incapables de sentir la faim, est bien loin du romantisme que nous évoquions tout à l’heure, encore que le prestige de l’uniforme (de bronze) et l’intrépidité héroïque se fraient facilement leur chemin dans le cœur de certaines donzelles.Le mot désigne ici un métal indomptable, le « fer le plus dur », ce que nous avons traduit par acier.

 

Une pierre indomptable

Le mot en vient très vite à désigner également une pierre indomptable, en l’occurrence le diamant. C’est ce que nous dit Pline l’Ancien, dans le dernier livre de son Histoire naturelle (XXXVII, ch. XV, § 57) :

« L’essai de tous ces diamants se fait sur l’enclume; et ils résistent si bien aux coups, que le fer rebondit et que l’enclume même se fend. En effet, la dureté en est incroyable : de plus, ils triomphent de l’action du feu et ne s’échauffent jamais ; c’est cette force ‘indomptable’ (adamas) qui leur a fait donner le nom qu’ils portent en grec. » (trad. Littré)

Mais, et c’est là le début de l’embrouille, l’aimant n’aime pas le diamant. Pline rapporte en effet un peu plus loin (ibidem, § 61) :

« Le diamant a une si grande antipathie pour l’aimant (adamas dissidet cum magnete lapide), que mis auprès il ne lui permet pas d’attirer le fer, ou bien si l’aimant a déjà attiré le métal, le diamant saisit le fer et le lui enlève. »(trad. Littré)

 

Le diamant incestueux de Bérénice

Le mot latin adámas se trouve aussi sous la forme populaire adamans comme on le lit dans les Satires de Juvénal (6, 156-158) où il est question du diamant qui ornait le doigt de la reine de Judée, Bérénice, cadeau “incestueux”, insinue le perfide poète, de son frère Agrippa :

adamans notissimus et Beronices

in digito factus pretiosior: hunc dedit olim

barbarus incestae, dedit hunc Agrippa sorori.

« … un diamant très célèbre et devenu encore plus précieux au doigt de Bérénice : un barbare l’avait donné à son frère Agrippa, l’incestueux le donna à sa sœur. »

On a donc un doublet, une forme savante, prononcée à la grecque, qui garde son accent sur le second a : adámas, une forme populaire, qui selon toute probabilité a pris un accent latin, sur le premier a : ádamans.

A l’accusatif, le mot fait de toute façon : adamántem et il s’est maintenu tel quel jusqu’au IIe siècle dans le latin vulgaire. En effet, cette forme s’est gardée en sarde (dialecte logudorais) : adamante, et en roumain : adamánt où il est la forme populaire correspondant à diamánt.

 

D’où vient le dia de diamant ?

Après le deuxième siècle les deux formes ont évolué séparément dans le latin vulgaire : la première forme adámas a perdu son a initial et est devenue *dámas. On a déjà vu un tel phénomène avec boutique qui vient d’(a)pothêkê avec chute du a initial non accentué.

Cette première forme *dámas a encore évolué en *diámas. Les raisons de cette évolution sont obscures : on suggère en général l’influence de la préposition grecque διά [dia]… mais on est bien avare d’explication ! Précisons comment cela a pu se passer. On doit évoquer les mots latins empruntés au grec où en fait le dia marquait la composition d’un produit médicinal. Par exemple le diameliton était en fait un onguent à base de miel, le diamirton une décoction à base de myrte, le diamoron un sirop de mûres sauvages, etc. On a sans doute voulu inconsciemment imiter cette construction grecque qui fait chic. On trouve ainsi depuis Pétrarque, la forme italienne caractéristique dïaspro pour dire le «jaspe» et celle de diamante pour une pierre très dure, notre «diamant». En français, la forme dyamant passe étrangement au féminin diamande en anglo-normand, et de là, à l’anglais diamond.

 

D’où vient le  d’aimant ?

La seconde forme ádamans , elle, a vu son second a, bref, se fermer en i comme cela arrive par exemple dans le mot français : baume qui vient de βάλσαμον / bálsamum devenu *báls(i)mum, ancêtre de l’italien populaire bálsimo. Cette seconde forme ádamans est donc devenue *ádimans (accusatif : *adimántem). Dans le dictionnaire Provençal-français de S.J. Honnorat, Digne, 1846, nous trouvons le mot provençal : aziman « diamant, aimant » qui nous permet de bien reconstituer cette forme primitive : *adimántem. Aziman viendrait en effet d’une première transformation du d en dj devant le –i puis d’une seconde transformation en z : *adimántem > *adjimánt > *azimán. En ancien français, par contre, d se serait assimilé à un y avant de disparaître comme dans le latin gaudia > joie où le d s’évanouit ; on aurait eu : *adimántem > *ayyimánt > aÿmánt > aimant

En français, on trouve une variante, aÿmant qui deviendra aimant qui a le sens originellement de “diamant”. Au Moyen-Age, on connaît ainsi le proverbe “A trop poindre faut l’aimant”, ce qui signifie que “le diamant s’émousse à force de couper”. Mais au XIVe siècle le mot a évolué, on parle d’aymans qui “arrête”, qui fixe le fer.

 

 Plus dure qu’un dyamant / Ne que pierre d’aÿmant

Guillaume de Machaut, en 1377, écrit un superbe poème où il reproche à sa belle de le tuer (de l’occire : « vous qui m’occiez ») en lui refusant (« désirant ») son amour (son « amitié »). On notera la subtilité de la rime qui associe dyamant, aÿmant, amant et désirant :

« Plus dure qu’un dyamant

Ne que pierre d’aÿmant

Est vo durté,

Dame, qui n’avez pité

De vostre amant

Qu’ociés en desirant

Vostre amitié. »

Ainsi en va-t-il de l’amour qui hésite entre les feux de la passion et la dureté du diamant.

Dyamant et aÿmant sont associés au titre de pierre dure. La distinction se fait peu à peu : pour Guillaume de Machaut, le dyamant et la pierre d’aÿmant sont deux choses différentes. Les deux variantes en viennent à se spécialiser selon une loi linguistique définie par Benvéniste pour qui les doublets ont toujours tendance à se distinguer. Ainsi pâtre et pasteur désignent chacun un métier différent alors qu’ils viennent à l’origine tous les deux de pástorem : “berger”. De la même façon, diamant en est venu à signifier la pierre précieuse, tandis qu’aimant a pris le sens de matériau qui attire le fer. Et tandis que les belles aiment les diamants, elles dédaignent les aimants !

 

Christian Boudignon.

[1] Chantraine, Dictionnaire Etymologique de la langue grecque, Paris, 19992, p. 18


4 réflexions sur « Christian Boudignon « Vous parlez grec et vous ne le saviez pas » (n° 31) »

  1. Très bel article.
    Permettez-moi cependant d’avoir quelque doute sur l’étymon proposé. Cette histoire de « (pierre) indomptable » sent très fort l’étymologie populaire.
    Je ne serais pas étonné qu’il faille plutôt chercher l’origine de ce mot du côté des langues sémitiques. Mais ce n’est, pour le moment qu’un sentiment. Si j’ai un jour plus qu’un sentiment, je reviendrai vers vous.

  2. Je vous felicite pour vos articles que je lis toujours avec grand interet.
    Dans notre ecole nous travaillons sur le meme sujet-les racines grecqes dans les langues europeenes.
    En effet nous utilisons ces mots pour faciliter l’ enseignement de notre langue aux etrangers.
    Le titre du notre livre pour le niveau A est « Vous connaissez deja le grec ».
    Je serais heureux si nous pourions cooperer.
    C. Karkanias

    1. Merci de votre commentaire
      Bien sûr nous pouvons coopérer si vous le souhaitez.
      C. Boudignon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *