Jean-Victor Vernhes explique l’origine de κῆπος [kêpos] « le jardin »

 ETYMOLOGIE GRECQUE ( λύχνος n° 141, juillet 2015, article sept)✭✭✭

Une étymologie pour ὁ κῆπος ?

 

Jardin du cloître de Monreale, Sicile (cliché M. Süssen / wikicommons)
Jardin du cloître de Monreale, Sicile (cliché M. Süssen / wikicommons)

 

Ce mot κῆπος, jardin, verger, toujours présent en grec moderne (mais surtout pour désigner un parc, un jardin public), a pour forme ancienne κᾶπος (forme conservée dans les dialectes autres que l’ionien-attique).

Le Dictionnaire étymologique de la langue grecque de P. Chantraine nous indique qu’on a l’habitude de rapprocher une série de mots germaniques signifiant « pièce de terre, arpent » et supposant *kâpâ au niveau indo-européen : vieux haut allemand huoba, vieux saxon hôba, allemand Hufe, Hube.

R. Beekes, dans son Etymological Dictionary of Greek, mentionne lui aussi, dans son article κῆπος, ces mots germaniques. Au début de cet article, il envisage avec un point d’interro­gation, un rapprochement avec la racine indo-européenne *keh2p (avec laryngale 2 notée h2). C’est une racine signifiant saisir (*kh2p > κᾱπ en grec). Le degré zéro *kh2p a donné en grec κάπτω (qui s’est spécialisé au sens de happer, gober), et en latin capio, prendre (parfait cēpi), captivus, captif, etc. Mais malheureusement R. Beekes n’explicite ni ce qui peut étayer cette hypothèse, ni pourquoi il la mentionne de façon dubitative,  la rangeant parmi les mises en relation qui sont « either uncertain or wrong » et concluant en disant : « Could the word be from a European substrate language ? »

Voyons de plus près ce rapprochement κῆπος/capio. Il a déjà été proposé, anciennement, comme le signalait Boisacq dans son maintenant séculaire Dictionnaire étymologique de la langue grecque (1907-1916). Mais selon cet auteur, il ne s’impose pas sémantiquement et se heurte à la phonétique : en effet le ē qu’on voit dans le parfait cēpi, ne peut avoir la même origine que le ā de la forme ancienne κᾶπος.

Le Dictionnaire étymologique de la langue latine de A. Ernout et A. Meillet pose aussi une forme *kēp de la racine à la source de ce parfait. À la suite de quoi P. Monteil, dans ses Éléments de phonétique et de morphologie du latin (1970), page 64, pose une racine *keh1p (avec laryngale 1 notée h1), le degré zéro *kh1p donnant régulièrement le radical cap- de capio. Même doctrine, avec un formalisme différent, dans l’article κάπτω du dictionnaire de Chantraine.

Cet obstacle phonétique et morphologique est maintenant levé ; nous notons, en consultant l’Etymological Dictionary of Latin de Michiel de Vaan, que capio y est rattaché à *keh2p, et que le parfait cēpi « was probably formed on the model of fēci ». Des difficultés de ce genre sont souvent dues à des remaniements morpho­logiques. Ainsi rien ne nous empêche plus, du point de vue formel, de rattacher capio, comme κᾶπος, à un étymon *keh2p.

Reste à voir la question sémantique.

Pour montrer la validité sémantique de l’étymologie rattachant κῆπος à la racine *keh2p de capio, nous allons montrer comment toute une série de mots désignant un espace destiné à tel ou tel usage particulier (il peut s’agir de jardin, de ville, de forteresse…) se rattachent étymologiquement à la notion de saisir ou de délimiter un certain espace.

Une racine *gher, saisir, délimiter, apparaît dans le grec ὁ χόρτος, l’enceinte (chez Homère), puis la prairie (idée de délimitation appliquée à un certain espace champêtre). Nous faisons entrer ce mot χόρτος, avec Chantraine (La formation des noms en grec ancien, p. 300), dans la série des substantifs en -τος formés sur le degré o de la racine, avec accent sur le radical νόστος, φόρτος…

C’est le même mot que le latin hortus, l’enclos, le jardin, et que l’ancien français gort, la haie (supposant un mot gaulois gorto-).

Autres mots se rattachant à la même racine *gher : le russe gorod, la ville (en vieux slave gradu : cf. Volgograd, etc) ; l’anglais garden, le jardin (= allemand Garten).

De même en grec moderne τὸ περιβόλι, qui a tendu à remplacer κῆπος  pour désigner le jardin, signifie étymologiquement l’enclos, se rattachant à la famille de περιβάλλω, entourer. En entourant un certain espace d’une clôture on l’a délimité, on l’a saisi pour un usage particulier.

Il y a lieu également, à notre avis, de rattacher à la racine *gher le terme ὁ χορός, la danse. Dans le dictionnaire de Chantraine (où χορός est dans la partie dont s’est chargé Jean-Louis Perpillou après le décès de Chantraine), il est dit de l’éty­mologie de ce mot : « Incertaine, parce que la signification première est elle-même incertaine. » Cette étymologie a donné lieu à bien des spéculations. Nous n’allons pas entreprendre d’en faire ici le tour, nous bornant aux observations suivantes. Chez Homère, ce terme peut désigner le lieu où l’on danse. À Sparte, il peut équivaloir à ἀγορά et désigner une place publique (cf. Pausanias, 3, 11, 9). Cela nous incite à penser que le sens premier est celui d’un espace sur lequel on a opéré une saisie pour un usage particulier.

À la source étymologique de tous ces mots nous avons perçu l’idée d’un espace qu’on tient pour un usage particulier.

Il est intéressant de rapprocher de tout cela le terme tenure du droit féodal. Une tenure est en particulier une pièce de terre que l’on tient de son supérieur en féodalité.

L’appartenance de κῆπος à la racine *keh2p signifiant saisir nous semble donc amplement justifiée sémantiquement. Nous pouvons également rattacher sans problème à cette racine les termes germaniques auxquels il est fait allusion dans notre deuxième paragraphe. La seule différence est que ces termes germaniques, comme nous l’avons noté en consultant le Chantraine, se rattachent à un *kāpā, tandis que notre κῆπος se rattache à un *kāpo à voyelle thématique.

Dans un tout autre domaine nous retrouvons l’emploi de *keh2p pour désigner un espace qu’on a saisi pour un usage particulier. Nous songeons ici au nom du port : en anglais haven. Ce mot remonte régulièrement à un prototype *kapnos. Ici *k > h et p > v en vertu de la loi de Grimm. Rien à voir avec ὁ καπνός, la fumée, qui remonte à *κϜαπνός. C’est le Hafen de l’allemand. Notre mot havre (cf. un havre de paix) est un emprunt médiéval au néerlandaishaven , le port. Mais ce dernier mot pose à l’étymologiste (cf. Jan de Vries, Nederlands Etymologish Woordenboek) des problèmes que nous nous abstiendrons d’évoquer.

On peut parfois se demander, à propos de ces mots, si on a affaire à un nom d’action (la saisie, d’où ce qu’on saisit) ou à un nom d’agent (ce qui tient, contient). Ainsi pour Calvert Watkins (The American Heritage Dictionary of Indo-European Roots, p. 37) haven est « perhaps “place that holds ships” ». De même χορός, avec son accentuation de nom d’agent, pourrait être un lieu qui contient. Mais de tels problèmes de détail n’affectent en rien le rattachement possible de ces mots à des racines signifiant tenir, contenir.

Reste à étudier le degré vocalique. Nous avons fait remonter κῆπος et les mots apparentés (qu’ils représentent *kāpā ou *kāpo) à la forme *keh2p de la racine, c’est-à-dire au degré plein de timbre e. C’est le degré o de la racine que nous attendons dans de telles formations en ā ou o : ainsi dans ἡ κώπη, la poignée par où l’on saisit une épée ou une rame. Mais en matière d’alternance vocalique le grec a largement mis à mal le vieux système d’alternance vocalique, surtout dans les formations nominales. C’est plutôt sa persistance dans κώπη qui a quelque chose de singulier. La sémantique suffit pour rendre plausible le rattachement de κῆπος à la racine *keh2p de capio.

Nous regrettons donc que R. Beekes ne se soit pas arrêté à ce ratta­chement, qui nous semble valable, et ait conclu sa présentation de κῆπος par des perspectives pré­helléniques.

Jean-Victor VERNHES

Université d’Aix-Marseille

Je remercie M. Rémy Viredaz, qui a bien voulu prendre connaissance d’une première version de cet article, et dont les observations m’ont évité de dire quelques bêtises.


Une réflexion sur « Jean-Victor Vernhes explique l’origine de κῆπος [kêpos] « le jardin » »

  1. Voilà un article qui me rappelle mes chères études et la lecture d’E. Benvéniste ! Et bien sûr aussi les cours suivis avec J.-V. Vernhes, dont je garde toujours un excellent souvenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.