Colonel Max Pourkier : « Les Arabes copiaient les Romains dans la plupart de leur pratique militaire »

➤ Histoire militaire ( λύχνος n° 141, juillet 2015, article trois)✩✩✩

             L’armée byzantine du milieu du VIIe siècle au milieu du IXe siècle 

(1ère partie)

        Histoire de la stratégie dans la guerre byzantino-arabe

 

Siège d'Armorium (838) wikicommons
Siège d’Armorium (838) Madrid, Gr. Vitr. 26-2, wikicommons

L’empire byzantin au septième siècle

La période qui s’étend de la fin du règne d’Héraclius (610-641) à celui de Michel III (842-867) est une époque difficile pour l’empire romain d’Orient. Attaqué constamment par les Arabes qui en recherchent l’anéantissement, il doit aussi contenir des envahisseurs moins dangereux pour sa survie, c’est-à-dire les Slaves et les Bulgares dans les Balkans et les Lombards et les Francs en Italie. A ces difficultés s’ajoutent des problèmes internes tels que les usurpations et les révoltes, souvent conséquences des querelles religieuses.

Après une guerre de 24 ans menée par Héraclius contre les Perses et les Avars, la situation économique, financière et démographique est mauvaise. D’une part les Perses ont occupé la Mésopotamie et la Syrie pendant dix-neuf ans, la Palestine durant quinze ans et l’Égypte durant plus d’une dizaine d’années ce qui a empêché ces provinces de commercer avec le reste du monde et les a appauvries; en outre leurs armées ont traversé à plusieurs reprises l’Asie Mineure où leurs dévastations et pillages ont souvent provoqué l’abandon des campagnes au profit de cités refuges fortifiées. Des mesures sont donc nécessaires pour aider les populations campagnardes, repeupler les terres désertées et remettre en marche l’économie rurale. D’autre part la péninsule balkanique, presque complètement abandonnée dans sa partie septentrionale, subit les raids des bandes avaro-slaves puis une pénétration slave lente et continue qui rendent les communications peu sûres et le commerce inexistant si bien que le rendement des impôts y est presque nul.

La longue guerre contre les Perses a vidé le trésor public car il a fallu des sommes considérables pour s’assurer l’assistance d’alliés tels que les Lazes, les Ibères ou les Khazars, pour acheter la paix aux Avars ou pousser des tribus slaves ou les Francs à les combattre ainsi que pour lever et entretenir des troupes. Pour ce faire, l’état a emprunté des sommes énormes à l’Église qui en exige maintenant un remboursement rapide. Le butin ramené de Perse ne suffisant pas, il faut donc prendre des mesures sévères, telles que la suppression des tributs versés aux alliés des régions frontalières, le paiement des impôts par des provinces qui les ont déjà versés aux Perses, la diminution rapide des effectifs militaires partout où les menaces ne sont pas vitales.

En même temps nous assistons à une rétraction de l’économie monétaire qui se manifeste par une réduction des monnaies émises et par un changement dans leur nature. L’invasion arabe en s’emparant définitivement de la Palestine, de la Syrie et de la Mésopotamie et en occupant toute la Perse coupent les routes par lesquelles l’état importe l’or indispensable au maintien de la valeur de la monnaie, au payement des matières premières et à tout ce qui est nécessaire pour son commerce et son fonctionnement. Certes la monnaie, essentiellement d’argent à partir de la deuxième moitié du VIIe siècle, est maintenue grâce à l’exploitation des mines d’argent, de plomb et d’étain d’Asie Mineure (Bithynie, Paphlagonie, Pont et Taurus) et des Balkans mais, pour pallier le manque d’argent chez les contribuables, les impôts perçus en nature vont devoir prendre beaucoup plus d’importance dans une population en diminution.

C’est que l’empire subit, durant toute la période étudiée, une crise démographique grave. Elle est la conséquence des guerres et surtout des épidémies de peste qui ravagent l’empire. Celle de 540 aurait réduit la population de 20% à 30% et peut-être de 50% dans les villes. De là et en tenant compte aussi de la terrible épidémie de 747 et des pertes de territoires, les chercheurs donnent des estimations, très incertaines, très imprécises et souvent hautement hypothétiques, attribuant à l’empire une population de 30 millions d’habitants sous Justinien Ier (527-565), de 17 à 21 millions vers 600 et de seulement 7 à 11 millions vers le début du IXe siècle. Pour Constantinople la population est estimée à 400000 habitants au début du VIe siècle et seulement entre 40000 et 70000 habitants au milieu du VIIIe siècle. Cette dépopulation est renforcée par les pertes militaires et civiles dues aux campagnes et invasions des Lombards en Italie, Avars et Slaves dans les Balkans, Perses et Arabes en Orient. Le seul facteur positif sur le plan démographique proviendra de l’installation sur les terres impériales de nombreux prisonniers ou transfuges et de populations refusant de rester sous la coupe de l’ennemi.

Sur le plan militaire, après le désastreux affrontement frontal du Yarmouk en 636 contre l’armée arabe, toutes les forces byzantines se retirent en Syrie du nord et Mésopotamie, puis, après la perte de cette dernière, derrière la ligne montagneuse du Taurus et de l’Anti-Taurus, une barrière coupée de peu de passes. Cette réaction d’Héraclius à l’invasion arabe s’avère une réussite vitale pour la survie future de l’empire. En effet, tout en opposant une résistance honorable, il songe davantage à sauver le plus possible de ses soldats en les retirant à l’abri des montagnes bordant l’Anatolie plutôt qu’à conserver des provinces assez hostiles à sa politique religieuse. Cette mesure lui permet d’éviter de risquer toutes ses forces dans une difficile défense de la Mésopotamie et de les réorganiser en sécurité avec l’objectif de reprendre ultérieurement l’offensive pour reconquérir les provinces perdues. C’est qu’en effet les victoires arabes n’ont pas provoqué un effondrement militaire puisque beaucoup d’unités conservent une certaine cohésion et puisque les pertes subies sont assez rapidement comblées.

Enfin les oppositions religieuses ont affaibli durant cette période l’unité de l’empire. La politique religieuse d’Héraclius avait dressé contre lui les provinces de Palestine et de Syrie qui s’accommoderont vite de l’occupation arabe. Plus tard la crise iconoclaste, qui sévit du règne de Philippikos Bardanes (711-713) à celui deThéophile (829-842), met aux prises les iconoclastes partisans de la suppression du culte des images saintes et du refus de la représentation du Christ, de la Vierge et des saints et les iconodules refusant ces interdictions soutenus par les papes, les orthodoxes et avec vigueur par les moines. Elle amène de nombreuses révoltes provoquant l’alternance de souverains iconoclastes et iconodules, divisant les populations : orientaux contre occidentaux, partageant l’armée : armée des tagmata et de certains thèmes contre armées d’autres thèmes, scindant la marine : flottes impériale et thématique contre flottes provinciales etc.

L’empire romain d’Orient, du VIIe siècle jusqu’au milieu du IXe siècle, va donc devoir se défendre souvent difficilement contre divers ennemis avant de pouvoir reprendre une attitude plus offensive. Toutefois durant une grande partie de cette période, ce sont surtout les opérations des Arabes qui menacent son existence même. Ce constat nous conduit par conséquent, après avoir exposé la stratégie et les moyens du califat, à étudier, en fonction de la nouvelle stratégie impériale, l’organisation fortement remaniée des forces terrestres et maritimes et à montrer au niveau local avec quels moyens et comment le stratège mène la lutte. Plus brièvement, seront décrites les réactions de l’empire et de ses armées face à leurs adversaires slaves, bulgares, lombards et francs qu’il s’agit de chasser des territoires impériaux qu’ils occupent indûment et dont la conséquence sera l’extension du système des thèmes à certains territoires occidentaux.

La guerre byzantino-arabe

Jusque vers le milieu du VIIIe siècle l’écrasement de l’empire romain d’Orient, que la prise de Constantinople concrétisera, est l’objectif principal du califat. Pour y parvenir sa stratégie consiste à réduire en Asie Mineure, avec tous les moyens militaires disponibles, le potentiel de l’empire par la recherche du combat frontal destiné à anéantir ses armées, par les destructions, le pillage et les rafles d’habitants en vue d’affaiblir sa résistance, son économie et sa démographie, par l’occupation du plateau anatolien et de bases maritimes ce qui permettrait d’amener les forces terrestres et maritimes nécessaires à la prise de la capitale impériale.

Dès 643 le gouverneur de la Syrie, Mu’âwiya, mène depuis son territoire et à travers la Cilicie une série d’attaques terrestres ininterrompues n’épargnant aucune région du plateau anatolien, tandis que le califat termine la conquête de l’Égypte en 642 et lance, à partir de la Tripolitaine en 647, des expéditions contre l’Afrique byzantine.

Après une guerre civile et l’assassinat du calife Ali (656-661), gendre de Mahomet, Mu’âwiya Ier (661-680), devenu seul calife, transfère la capitale du califat de Médine à Damas et met ainsi l’accent, alors que le royaume perse a définitivement été conquis vers 650, sur la lutte contre l’empire byzantin. Après s’être emparé de la Cilicie, de Tarse et de Rhodes, après avoir basé dès 670 une flotte à Cyzique chargée de mener des raids destructeurs contre les régions proches de Constantinople, après avoir multiplié les expéditions en Asie mineure, il fait assiéger de 674 à 678 la capitale impériale. Sous les ordres de son fils y participent une armée qui a traversé toute l’Anatolie et une puissante flotte. De fortes pertes sur terre et sur mer, ces dernières dues à l’emploi du feu grégeois par les Byzantins, obligent les Arabes à lever le siège. Ils éprouvent, lors de leur retraite, de nouveaux désastres sur terre en retraversant l’Anatolie et sur mer où les restes de leur flotte sont en grande partie détruits par une tempête.

Plus tard, ayant donc soumis la Palestine, la Syrie, la Mésopotamie et l’Égypte, contrôlé l’Arménie, l’Ibérie et la Lazique, conquis totalement en 709 l’Afrique du nord, chassé définitivement les Byzantins de Cilicie au début du VIIIe siècle, les Arabes ne parviennent pourtant pas à s’installer en Asie Mineure malgré leur obstination, les moyens mis en oeuvre, leurs succès parfois foudroyants et l’aide que leur apportent les conflits internes à l’empire entre 694 et 717. L’échec subi à nouveau lors du siège de Constantinople de 717/718 suivi de l’éclatante victoire de Léon III (717-741) en 740 près d’Amorium puis de celles de Constantin V (741-775) aux frontières orientales au milieu du VIIIe siècle et le remplacement du califat omeyyade par le califat abbasside conduisent alors les Arabes à modifier leur stratégie initiale.

Au milieu du VIIIe siècle, alors que les frontières du califat se sont stabilisées en atteignant au nord la mer Noire, la Caspienne et la mer d’Aral, à l’est l’Indus, la dynastie omeyyade est renversée par une révolte partie de l’Iran et de l’Irak et est remplacée par la dynastie abbasside qui transfère la capitale du califat de Damas à Bagdad marquant par là la priorité donnée aux territoires asiatiques les plus intéressants économiquement. En raison de nombreux problèmes internes et se rendant compte de leur incapacité à prendre Constantinople, les Arabes délaissent alors partiellement le bassin méditerranéen sans renoncer, en particulier pour des raisons de prestige vis à vis de leur population, à la lutte sur leur frontière la plus difficile. Là, leur stratégie est alors à la fois offensive et défensive, s’appuyant dans les deux cas sur une double ligne de forteresses de la Cilicie à l’Arménie organisée à partir de 750 et achevée dans l’essentiel vers 809 sur une frontière qui s’est stabilisée et varie peu. Leurs offensives, en général limitées tout en restant parfois si puissantes que les armées réunies des thèmes d’Orient ne peuvent les arrêter, ont pour but de faire du butin et de maintenir ainsi sur la défensive un empire parfois capable de réactions offensives — tel sera le cas sous Constantin V ou sous Théophile — qu’ils espèrent arrêter sur leurs lignes fortifiées.

Si la guerre byzantino-arabe se situe essentiellement en Asie Mineure, ne doivent pas être occultées des actions arabes parfois indépendantes du califat. Au début du IXe siècle à partir du continent africain où l’empire byzantin a perdu toutes ses possessions en 699, de la partie orientale de l’Afrique devenue autonome la dynastie Aghlabide prend pied en Sicile byzantine, s’empare de Palerme en 839, puis de Messine en 843, la conquête de l’île ne se terminant qu’en 902. Grâce à leur importante flotte les Aghlabides attaquent, dès 843, les cités des Pouilles, la Calabre, la Campanie et occupent les îles de Ponza et d’Ischia. En 846 ils pillent saint Pierre de Rome et la Campanie et occupent Bénévent et Tarente. La Crète, elle aussi, devient, vers 827, un centre de piraterie arabe après le débarquement d’émigrés musulmans originaires d’Espagne et venus d’Égypte.

 

« Les Arabes copiaient les Romains dans la plupart de leur pratique militaire »                                                                        

L’armée qui, partie d’Arabie, conquiert à partir de 632 d’une part les terres byzantines de la Palestine, de la Syrie, de la Mésopotamie, d’Égypte et d’autre part la Perse, est constituée de volontaires poussés essentiellement par le désir de convertir les infidèles à la connaissance de la vérité révélée par le prophète Mahomet (571-632). Elle se caractérise par le fanatisme de ses combattants, la rapidité des manoeuvres de sa cavalerie et une logistique très primitive.

Mu’awiya Ier, premier calife omeyyade, transforme cette armée en une force militaire disciplinée, bien équipée, fidèle à la dynastie et organise la première marine musulmane. Dans le califat omeyyade (661-744) l’armée de terre joue un rôle essentiellement militaire et oeuvre à assurer l’expansion musulmane. C’est une armée semi-professionnelle de volontaires de recrutement uniquement arabe dont l’accès, jusqu’à la fin de cette dynastie, reste en principe interdit aux convertis. Cependant en raison du départ de l’armée de militaires pourvus de terres dans les territoires conquis, de la variation des soldes et de la régression de l’esprit de guerre sainte, l’armée omeyyade perd beaucoup de son mordant. A partir du VIIIe siècle elle est de plus en plus difficilement recrutée bien que bien payée et la garde personnelle des califes, encore arabe, se montre maintenant exigeante quant à ses droits.

Les Arabes ne créent jamais une grande armée professionnelle centrale, les seules troupes permanentes à ce niveau étant les gardes des califes. Les troupes sont placées sous le commandement des gouverneurs de province, responsables civils et militaires, qui en nomment les chefs. La Syrie Palestine, placée sous l’autorité du gouverneur de Damas, est organisée en thèmes (djoûnd), circonscriptions à la fois militaires et financières, subordonnés chacun à un émir équivalent du stratège byzantin. Dans la zone frontière byzantino-arabe où se maintient le goût de l’action armée source de revenus, des garnisons permanentes occupent les principales villes frontalières et de nombreuses petites forteresses.

Suivant les besoins il est fait appel à des volontaires venant de toutes les provinces du califat. Ils sont répartis en groupes correspondant aux cadres habituels des Bédouins c’est-à-dire en clans, tribus, familles, chacun de ces groupes étant placé sous les ordres de son chef naturel, d’où leur habitude de combattre ensemble ce qui entraîne la souplesse de leur manoeuvre et un prodigieux automatisme à tous les échelons.

Si, lors de la conquête de la Syrie et de l’Égypte, les Arabes ont dû leurs victoires non pas à la supériorité de leurs armes ni à l’excellence de leur organisation mais principalement à leur courage fanatique de propagateurs d’une foi nouvelle, rapidement ils s’inspirent du modèle de l’armée byzantine. Ils en adoptent alors les divisions tactiques : le régiment de 1000 hommes, commandé par un caïd, est subdivisé en groupes de 100 hommes eux-mêmes divisés en escouades de 10 hommes. On trouve normalement dix tels régiments aux ordres d’un émir.

Lors de leurs expéditions les forces arabes disposent d’une infanterie composée d’Éthiopiens armés de grands arcs qui sont placés devant la cavalerie ou de fantassins armés d’une épée, plus tard de javelines et protégés par un bouclier. Les cavaliers sont équipés de l’épée, de la lance, de la hache d’armes, d’arcs et sont protégés par des cuirasses, casques, gantelets, bottines fourrées. La cavalerie comprend aussi des archers montés très mobiles. Les Arabes surpassent les Byzantins en tant que cavaliers et archers. Pour leur train d’équipages ils utilisent, au début de leurs invasions, essentiellement les chameaux dont l’aspect et l’odeur épouvantent les chevaux ennemis qu’ils effraient en outre par des bruits de timbales et cymbales auxquels ils ont accoutumé les leurs. Ils placent en général toutes leurs bêtes de charge au milieu de leurs troupes et, pour faire paraître celles-ci plus nombreuses, leur attachent flammes et étendards.

Leur formation de bataille est un carré renforcé de partout et très difficile à entamer. Leurs fantassins combattent serrés les uns contre les autres, couverts par leurs boucliers. Rangés en bataille et en présence de l’ennemi, ils ne se pressent pas de charger, patientant jusqu’à ce que leurs adversaires se fatiguent en lançant à distance de nombreux javelots. Ils attendent alors le premier choc auquel ils réagissent avec vigueur. Toutefois si la victoire accroît une audace décuplée par leur avidité à s’emparer de butin, les revers abattent leur courage et une fois en désordre ils sont difficiles à rallier car ils ne pensent plus qu’à sauver leur vie. Comme les Romains qu’ils imitent dans beaucoup d’usages de guerre et manières de combattre, ils établissent en campagne systématiquement des camps fortifiés pour éviter les surprises.

Craignant les rigueurs de l’hiver, le froid, la pluie, c’est donc de préférence par grande chaleur qu’ils mènent leurs attaques. Venant principalement de Tarse, Adana et autres villes de Cilicie, leurs incursions ont lieu au printemps durant le mois de mai lorsque les chevaux sont en forme et peuvent trouver des pâturages en terre byzantine, en été à partir de la mi-juillet et jusqu’en septembre, plus rarement en hiver vers la fin février époque où leurs incursions sans pénétration profonde ne dépassent pas trois semaines. Celles-ci peuvent être terrestres ou maritimes mais rarement les deux à la fois en raison de l’effectif insuffisant que peut fournir cette province seule.

Dans leurs opérations leur commandement agit d’une façon avisée et avec une grande prudence, copiant les Romains dans la plupart de leurs pratiques militaires. Dans sa progression une expédition importante comprend une avant-garde, une arrière-garde, deux ailes entourant un centre où se tient le chef de l’expédition. Leurs raids sont de plusieurs types. Le simple raid de pillage est mené d’une seule traite sur un groupe de villages proches ou assez proches de la frontière par un petit nombre de cavaliers d’élite pouvant être accompagnés de fantassins montés ou en croupe des cavaliers; il se compose d’une force d’environ 300 hommes. Le raid combinant l’emploi de la cavalerie et de l’infanterie met en jeu la cavalerie qui franchit les passes puis se livre au pillage et l’infanterie qui s’installe au delà de celles-ci en territoire romain pour la recueillir avec son butin et l’aider à repasser le Taurus où les Byzantins peuvent les attendre en embuscade. Une troisième sorte de raid plus complexe mais plus fréquent consiste à franchir la frontière avec une force mixte qui campe chaque soir en terre byzantine jusqu’à portée de l’objectif. Les cavaliers, qui constituent en général les deux tiers de l’effectif, sont alors détachés à partir d’un camp soit fixe soit mobile où demeurent l’infanterie, les bagages, le ravitaillement en vivres et en armes. Dans ces deux derniers cas l’effectif du raid peut tourner autour de 9000 hommes dont 3000 fantassins ou cavaliers en recueil ou occupant un camp fortifié. Enfin de véritables expéditions avec des forces pouvant dépasser 30000 hommes ont pour but de dévaster une région entière, de procéder à des destructions systématiques, voire même à un siège. Dans ce cas un rassemblement des forces a lieu en Cilicie, à Antioche ou à Alep au début de l’été; les contingents de combattants arabes viennent de Syrie, Palestine, Égypte et de toutes les régions du califat. La durée d’une telle expédition peut être longue, l’ennemi s’incrustant en hivernant parfois sur place, changeant fréquemment de camps pour des raisons de ravitaillement et de sécurité et aussi pour réaliser son plan de destruction.   .

Avec les Abbassides (750-1075), l’armée devient un instrument destiné à faire appliquer une politique surtout dans les provinces orientales agitées par des querelles internes, tout en continuant à jouer un rôle essentiellement militaire sur terre comme sur mer contre les Byzantins. Les armées sont de plus en plus régionalisées et le recrutement de musulmans non arabes devient alors la règle. On y trouve d’abord des Khorasaniens (Arabes et Iraniens) qui ont assuré le succès des Abbassides, puis des Iraniens et des Turcs qui y entrent en proportion de plus en plus grande. Il s’agit maintenant d’armées entièrement professionnelles. Dès le temps d’al-Mamoun (813-833), les troupes se font exigeantes et les califes, menacés par les révoltes, s’entourent, à partir d’al-Moutasim (833-842), d’une garde  » prétorienne » importante où voisinent principalement Turcs, Slaves et Noirs.

Aucun changement n’intervient dans l’organisation de l’armée. Toutefois à la fin du VIIIe siècle, les califes al-Mahdi (775-785) et Haroun al-Rashid (786-809) détachent de la Syrie nord orientale les places frontalières (thughûrs), situées dans un no man’s land continuellement disputé, qu’ils rattachent à un gouvernement spécial dont elles forment les avant-postes et d’où partent les incursions en territoire byzantin. Plus en arrière, des cités fortifiées assurent la protection du territoire du califat.

Pour razzier les côtes et les îles impériales et assiéger Constantinople, le gouverneur de Syrie, le futur Mu’awiya Ier, crée en Syrie en 648 la première flotte arabe et sera suivi dans cette voie par le gouverneur de l’Égypte. Sa flotte comprend en 652, lors d’une expédition de pillage de la Sicile 200 navires. Celle de l’Égypte comptera de 200 à 300 navires en 700 et est organisée en une escadre offensive qui procède à des expéditions de pillages en général une fois par an et en une escadre de protection côtière en service permanent. Ces deux flottes disposent de matelots et de barreurs syriens et coptes et d’équipages de guerre arabes. A part le pillage de toutes les côtes et îles de l’empire, la flotte arabe se signale particulièrement par sa victoire sur la flotte byzantine commandée par Constant II (641-668) en 655 et par sa participation aux deux sièges de Constantinople. L’arrivée des Abbassides au VIIIe siècle amène une période plus calme sur mer en raison de leurs difficultés internes. Toutefois l’insécurité règne dans toute la Méditerranée avec les raids des flottes syrienne et égyptienne dans sa partie orientale, de la flotte de Tunis dont les objectifs sont la Sicile et l’Italie du Sud, de la flotte des Arabes d’Espagne contre les possessions franques des Baléares et contre le littoral provençal.

Durant toute la période étudiée les armées impériales ne peuvent s’opposer à la puissance des armées arabes dont les effectifs auraient atteint 120 000 hommes lors du siège de Constantinople en 717, 95 000 hommes en 782, 135 000 hommes en 806, 80 000 hommes en 838 lors d’expéditions importantes et souvent plusieurs milliers d’hommes pour les raids qui, en général ne dépassent normalement pas 10 000 cavaliers et en comprennent souvent bien moins. Cette puissance est issue du fait que les califes ont su justifier la guerre par la religion, trouver un système intégrant la guerre à la vie administrative et économique du pays, organiser pour leurs grandes expéditions l’incorporation de nombreux volontaires venus de tout le monde musulman alléchés par les soldes payées aux combattants et par une répartition du butin très strictement réglementée. Ils disposent en outre d’une superficie, d’une démographie et d’une économie bien supérieures à celles de l’empire byzantin; d’après Treadgold, au VIIIe siècle, par rapport à l’empire romain, leur territoire est dix fois plus étendu et leurs revenus sont dix-huit fois supérieurs. La campagne arabe de 838, qui se traduit par la défaite d’une armée byzantine et le sac d’Ancyre et d’Amorion, montre encore à Théophile toujours l’incapacité d’une armée byzantine à s’opposer en rase campagne à une armée arabe à effectifs toujours bien supérieurs.

 

La réponse byzantine : la guérilla     

C’est donc seulement avec une nouvelle stratégie et de nouvelles tactiques en résultant, dont découlent l’organisation militaire progressivement mise en place à partir de la fin du règne de Constant II et une réforme administrative adaptée peu à peu aux besoins prioritaires de celle-ci, que l’empire va faire face à la menace arabe.

Durant une courte période les empereurs de la deuxième partie du VIIe siècle ont espéré pouvoir reconquérir les territoires perdus ou au moins bloquer l’offensive arabe sur le Taurus et l’Anti-Taurus. Leur stratégie est alors d’empêcher les Arabes de franchir les passes de cette chaîne de montagnes entre la mer et l’Arménie et de mener des contre-attaques en Syrie. Mais, après une courte stabilisation sur cette frontière montagneuse, ils n’ont pu faire face à la politique de constants harcèlements des districts frontaliers inaugurée par Mu’awiya disposant de nombreux effectifs; elle les empêche en effet de retirer des troupes d’un front moins menacé ou tranquille pour les amener vers un autre en danger. De plus ils ont dû éparpiller leurs troupes sur des provinces pouvant satisfaire leurs besoins logistiques et donc situées à distance des districts frontaliers trop pauvres en ressources, si bien que la zone frontalière ne dispose que de forces insuffisantes. Cette situation délicate sur la frontière est aggravée par le manque, au niveau national, de moyens en argent et en personnel dû à la situation économique, financière et démographique de l’état décrite ci-dessus.

Devant l’échec presque total de leur stratégie initiale et la puissance de certaines invasions arabes, l’objectif premier des empereurs devient la protection à tout prix de leur capitale. Dans ce but ils interdisent donc à leurs armées tout combat frontal d’importance qui pourrait amener leur anéantissement et les incitent à contrecarrer toute installation arabe permanente en Asie Mineure qui d’une part menacerait directement Constantinople et d’autre part affaiblirait le potentiel économique et démographique de l’état. Profitant d’un terrain qui leur est plutôt favorable, ils vont passer, avec l’installation des armées des stratèges dans des zones délimitées dont elles ont seules à assurer la sauvegarde, du concept de défense linéaire à celui de défense en surface.

Sur le plan tactique les combats d’arrêt se transforment en engagements de guérilla ne causant que des pertes supportables aux troupes et permettant d’assurer la protection des populations et en partie de leurs biens. On en vient donc à une tactique, menée à l’échelon local, de traque continue des envahisseurs après leur pénétration à l’intérieur du territoire impérial accompagnée de harcèlements constants. Si cette tactique est bénéfique en partie grâce aux garnisons des fortins et forteresses implantés le long des routes principales et des carrefours et aux approvisionnements stockés à l’avance dans certains endroits, ses inconvénients sont de substantiels dommages subis par l’arrière-pays frontalier et l’établissement d’un no man’s land entre les deux adversaires.

Peut-être pour améliorer cette situation sont créées, à la fin du VIIIe siècle et au début du IXe siècle à une époque où la prise de Constantinople n’est plus l’objectif du califat, les cleisouries (« passes de montagne »), chargées de barrer les passes et d’arrêter ou décourager les raids musulmans à l’exception des quelques invasions très importantes, dans le but de limiter les dommages.

A partir de Constantin V, quelques attaques limitées sont lancées en direction des territoires arabes par une armée que les derniers empereurs de notre période ont commencé à préparer à une attitude plus offensive en vue de profiter des difficultés internes des califes; mais les réactions arabes resteront puissantes ce dont Théophile se rendra compte à ses dépens.

De la stratégie de l’empire et des tactiques nouvelles préconisée ainsi que de l’éparpillement des troupes à travers l’Asie Mineure découle donc la nécessité d’adapter à un combat en surface des armées impériales organisées jusqu’alors pour affronter l’ennemi en batailles rangées.

 

L’organisation de l’armée en thèmes

Au début de l’offensive arabe, les armées byzantines se composent d’une armée praesentalis en Bithynie, des armées des magistri militum d’Orient et d’Arménie en Asie Mineure, de l’armée du magister militum de Thrace probablement restaurée dans les Balkans et transférée en Orient suite aux attaques arabes. Par contre tout le système, rétabli par Héraclius en 630, des commandements régionaux des ducs dans les provinces reprises aux Perses, des alliés arabes le long de la frontière et des limitanei s’effondre et ce qui en reste se réfugie sur le plateau anatolien en s’intégrant sans doute aux différentes armées qui se replient dans des aires qui leur sont affectées.

En raison de l’hellénisation de l’état byzantin, voulue par Héraclius et poursuivie par Constant II, apparaît alors le mot « thema » déjà connu du Stratégicon, le manuel militaire rédigé par Maurice (582-602), pour désigner une unité d’une certaine importance. Les thèmes sont alors uniquement des formations purement militaires constituées des différentes armées des magistri militum dont les appellations sont   grécisées et désignées du nom des vastes zones où elles se trouvent rassemblées. Ainsi l’armée du magister militum per Orientem prend le nom d’Anatolikon, celle du magister militum per Armeniam d’Armeniakon. L’armée du magister militum praesentalis  appelée aussi Obsequium, devient l’Opsikion. Peu à peu elles donnent leur nom à la région où elles se sont installées. Il semble déjà qu’en 670 et peut-être même plus tôt une identité se soit développée entre le nom grécisé des armées repliées par Héraclius et les zones qu’elles occupent. Le mot thema, employé toujours pour désigner des troupes, ne se rencontre que rarement jusqu’au milieu du VIIIe siècle, remplacé constamment par les termes stratos et exercitus; dans les années quarante de ce siècle on le trouve plus fréquemment et sous le règne de Constantin V, il signifie la plupart du temps armée et seulement quelquefois province. Cependant, dans le dernier quart du siècle, il désigne toujours la province mais fréquemment aussi les troupes provinciales. Ainsi l’application du mot thème aux différentes zones où les forces sont basées n’a pas lieu avant la première moitié du VIIIe siècle ; jusque-là le mot thème ne s’applique seulement qu’aux forces des stratèges, l’appellation nouvelle des magistri militum.

Celles-ci, vers la fin des années 630, se retirent en Asie Mineure. Le processus de retrait et de distribution dans les nouvelles garnisons est probablement accompli au milieu des années 640. L’installation se fait en tenant compte des zones où ces armées ont l’habitude d’évoluer et des possibilités pour les groupes de provinces concernés de subvenir à leurs besoins.

Constant II, après l’échec d’une tentative de réoccupation de l’Égypte en 645, puis de l’Arménie en 653 et la défaite de sa flotte au large de la Lycie en 655, renonce définitivement à toute attitude offensive. Il commence alors à établir en Asie Mineure un nouveau système de défense qui sera en place avant la fin du VIIe siècle et sera étendu par la suite aux Balkans colonisés par les Slaves ou menacés par les Bulgares; toutefois les territoires non inquiétés ou non prioritaires continueront à vivre selon les formes administratives et militaires du siècle précédent. Cette nouvelle organisation se caractérise par l’établissement définitif d’importantes formations militaires dans les régions menacées, chacune d’elles assurant la défense de la zone qui lui est impartie et étant placée sous le commandement, à compétence uniquement militaire, d’un stratège. A partir de 680 des trêves successives permettent de poursuivre la réorganisation militaire commencée par Constant II. Celui-ci a mis en place le thème des Arméniaques, dont le stratège est mentionné pour la première fois en 667 et qui peut avoir été créé avant 665. Face à l’Arménie où les Arabes sont installés depuis 661, les unités impériales, en particulier celles des Arméniens restés fidèles, sont concentrées dans les provinces de l’Arménie byzantine dans l’est et le nord de l’Asie Mineure; d’après Pertusi, entre 669 et 692, le gouvernement civil y semblerait déjà exercé par le stratège. Avant 669 le thème des Anatoliques, dont le stratège est mentionné pour la première fois cette année là, est constitué, en Phrygie, Galatie, Lycaonie, Isaurie, Pamphylie, Pisidie et Lycie, régions de l’Asie mineure centrale et méridionale et dans les provinces d’Asie, Lydie et Carie dans l’ouest de l’Anatolie, avec les unités de Palestine, Syrie et Mésopotamie rescapées des combats contre les Arabes dans ces contrées; d’après Pertusi, sous le règne de Léonce (696-698), le thème administratif des Anatoliques semble entièrement instauré. Enfin le thème de l’Opsikion, attesté vers 680, est installé dans le nord ouest de l’Asie Mineure dans les provinces de l’Hellespont, de Bithynie, de Galatie I, de la Phrygie Salutaris, d’Honorias et en Thrace et est occupé par l’armée impériale de l’Opsikion.

Vers 698 il semblerait, d’après Haldon, que les forces de chacun de ces thèmes soient divisées en deux groupes distincts dont l’un est disséminé dans les garnisons et forteresses locales et dont l’autre, constitué de la cavalerie, est regroupé dans chacun des thèmes. C’est ainsi que l’on voit le monostratège Héraclius, disposant de la cavalerie des thèmes, conduire les campagnes défensives en Cilicie et Cappadoce en 698. Par la suite, avec le nouveau système de recrutement étroitement lié aux ressources locales en hommes, on se retrouve avec des forces, souvent semi-professionnelles, éparpillées sur de vastes zones et ne pouvant pas se rassembler rapidement, si bien que seules des campagnes préventives, planifiées à l’avance, sont capables d’amener des succès sur les forces arabes. Les troupes des thèmes sont donc conduites à occuper les villes fortifiées et les places fortes dans les provinces qui leur sont attribuées et de ce fait se sédentarisent peu à peu, si bien que l’organisation de la défense et dans une large mesure de l’offensive devient essentiellement du ressort du stratège. En outre cet éparpillement affecte l’efficacité militaire des armées d’Anatolie, Opsikion compris.

Enfin, alors que jusque-là l’empire n’a jamais disposé de flotte permanente, parallèlement aux grands commandements de l’armée de terre, un nouveau, uniquement maritime, celui des Caravésiens (Karabisianoi) est institué avant la fin du VIIe siècle pour lutter contre les flottes arabes et protéger les côtes les plus exposées. Sa constitution et son historique sont développés dans l’annexe I sur les marines arabes et la marine byzantine.

Par la suite de sérieuses transformations sont apportées à ce commandement maritime, comme nous le verrons dans cette même annexe, et aux thèmes initiaux. A la suite de son soulèvement victorieux contre Théodose III (716-717), Léon III dédouble l’immense thème des Anatoliques sans doute pour prévenir des tentatives futures d’usurpation mais aussi peut-être pour en améliorer le fonctionnement administratif. Cette nouvelle circonscription, dont le stratège est mentionné en 741 pour la première fois, prend le nom de thème des Thracésiens (Thrakesion). Ce nom proviendrait d’une tourme (« corps de troupe ») du thème des Anatoliques mentionnée en 711 qui aurait été constituée à l’origine d’unités de l’armée de Thrace après le repli de celle-ci d’Égypte. Cette origine, admise communément, est discutée par R.J. Lilie car il n’existe, d’après lui, aucune source du VIIe ou du VIIIe siècle qui affirme que le thème des Thracésiens ait été à un moment quelconque une tourme du thème des Anatoliques et qu’une tourme de ce nom ait existé dans ce thème. Par contre il ne peut émettre que des suppositions peu précises et non vérifiables sur l’origine du nom de ce nouveau thème qui se situe dans les riches provinces d’Asie, Lydie et Carie de l’Anatolie du centre ouest.

Le puissant et vaste thème de l’Opsikion, lui, reste inchangé car Léon estime suffisant d’en laisser le commandement à son allié et gendre Artavasde. Or son armée est la plus puissante de l’empire depuis la victoire d’Héraclius sur les Perses. En effet, en 626, celui-ci a divisé son armée de campagne; et de la partie, assez importante qu’il a amenée avec lui à Jérusalem en 629, il en a fait une force centrale de réserve installée à proximité de Constantinople. Cette armée praesentalis, comprenant en particulier les anciennes unités d’élite des Optimates et des Bucellaires, se retrouve autour de 640 en Bithynie où, en raison de l’hellénisation de l’Etat voulue par Héraclius, elle ne tarde pas à prendre le nom d’Opsikion, terme équivalent à celui de « suite de l’empereur ». De ce fait sont baptisés  » régiments du Palais  » les Scholes, unité de parade et les Excubiteurs qui en deviennent une également après 687. Le comte de l’Opsikion, successeur d’après Haldon du comte des Domestiques, est un très haut personnage installé en général à Constantinople où lui est attribué quelquefois le titre de curopalate le rendant responsable de la protection de la cour. Son quartier général provincial est à Ancyre en Bithynie où se situe la majorité de son armée. Il est aussi responsable de la défense de la Thrace où se trouve un stratège ne disposant que de faibles troupes. En outre il fournit la véritable garnison de Constantinople où une partie du corps d’élite des Optimates constitue une garde et une force de police au service de l’empereur. Les sources montrent que, déjà à l’époque des dernières années d’Héraclius puis de son fils aîné, elle est la seule armée centrale engagée habituellement aux frontières en coopération avec d’autres forces mais qu’elle est néanmoins regardée comme la réserve à la disposition de l’empereur. Il n’est pas sûr mais seulement assez probable qu’elle porte dès ses débuts le nom d’Opsikion et son chef le titre de comte. Quoi qu’il en soit en 668 et sûrement en 680 ce titre est officiellement reconnu et assimilé aux hauts grades de l’armée et, en 687 au plus tard, cette armée est mentionnée par son nouveau nom. D’un effectif sans doute d’environ 10 000 à 15 000 cavaliers, elle aurait compté, d’après Treadgold, 34 000, puis 28 000 cavaliers à partir de Constantin IV (668-685) qui lui enlève la responsabilité de la défense de la Thrace. Il faut noter toutefois que ces chiffres, souvent objet de controverses, sont uniquement des estimations de chercheurs. Elle est constituée des corps de cavalerie des Bucellaires et des Optimates et indubitablement d’autres corps, tous organisés comme l’indique le Stratégicon de Maurice (cf. Connaissance Hellénique numéro 122, p. 58) en mérè et moirai, appelés vers la fin du VIIe siècle tourmes et drongariats. L’organisation interne des régiments reste inchangée.

 

Les mutineries de l’Opsikion …

Toujours est-il que dès la mort d’Héraclius cette armée et son chef se montrent un danger pour le gouvernement. Ainsi, dès 642, Valentin, son commandant, intervient dans la succession impériale en permettant à Constant II, fils du fils aîné d’Héraclius, de monter sur le trône après l’élimination des fils de la seconde femme d’Héraclius; puis Valentin tente de devenir en 634/635 co-empereur de Constant qui parvient à le faire tuer. Plus tard, à plusieurs reprises, le comte et son armée s’en prennent avec plus ou moins de succès aux empereurs. Ainsi en 668 Constant II est assassiné en Sicile par une conspiration de son entourage qui proclame à sa place le comte de l’Opsikion lequel est vaincu au début de 669 et exécuté. Puis en 713 les troupes de l’Opsikion, appelées par l’empereur Philippikos Bardanes pour combattre le khan bulgare qui ravage les faubourgs de Constantinople, en profitent pour le renverser et le remplacer par Anastase II (713-716). Celui-ci, pour attaquer une force arabe se préparant à faire voile vers la capitale, rassemble ses troupes à Rhodes; l’Opsikion s’y révolte, passe sur le continent, proclame Théodose empereur, mène une guerre civile de six mois aboutissant à la déposition d’Anastase et à la montée sur le trône de Théodose III. L’Opsikion soutient ensuite cet empereur contre le futur Léon III qui, victorieux, nomme son gendre à la tête de ce thème et de son armée. Or dès 742 alors que son fils, Constantin V, traverse le thème de l’Opsikion en vue d’une expédition contre les Arabes, ses forces y sont surprises et mises en déroute par Artavasde qui se proclame à Constantinople empereur. Après seize mois de guerre civile, Constantin V, soutenu par les thèmes orientaux à l’exception de ceux de l’Opsikion, des Arméniaques et de Thrace, reprend son trône. Plus tard en 766 ce même empereur fait exécuter un comte de l’Opsikion opposé à sa politique religieuse iconoclaste, c’est-à-dire défavorable au culte des images, et qui, d’après Treadgold, s’est révolté contre lui.

Pour mettre fin aux diverses et multiples rébellions de cette puissante armée, faire admettre, au besoin par la force, sa politique iconoclaste et disposer d’un noyau de soldats professionnels destiné à constituer l’ossature d’une armée de campagne, Constantin V décide de transformer l’Opsikion en un simple thème de volume réduit et de créer une force dépendant directement de lui sous la forme de « tagmata » (régiments) indépendants les uns des autres. Il détache donc (cf. carte) du territoire du thème sa partie orientale qui devient le thème des Bucellaires dont le stratège est mentionné pour la première fois en 766, instaure le petit thème des Optimates en 768 et crée en 773 le thème réduit de l’Opsikion aux ordres d’un comte de rang modeste. Pour remplacer l’armée de l’Opsikion, il met sa confiance dans le thème des Thracésiens qui croît en importance et il forme des tagmata de cavalerie au nombre de deux pour Haldon suivi par la majorité des chercheurs et de trois pour Treadgold. Ces tagmata sont ceux des Scholes et des Excubiteurs, l’Arithmos survenant, semble-t-il, sous un règne ultérieur. A la même époque apparaissent trois tagmata d’Infanterie, ceux des Optimates, des Noumera et des Murs. La date de création de ces régiments n’est pas connue. Toutefois les Excubiteurs sont attestés en 766, les Scholes en 767; au plus tôt ils n’ont pu être constitués qu’après la fin de la rébellion d’Artavasde en 743.

Après Constantin V et jusqu’à Théophile, les empereurs, en position de faiblesse soit à cause de leur politique soit à cause de la manière dont ils sont arrivés au pouvoir, ont tendance à mettre sur pied des tagmata ou des corps du même genre chargés de leur protection et de la mise en oeuvre de leur politique tout en restant des troupes combattantes d’élite. Ainsi Irène (790 et 797-802), hostile à la politique iconoclaste, met en place son propre tagma de protection, l’Arithmos ou Veille et purge les tagmata des Scholes et des Excubiteurs, qui gardent ensuite un rôle prépondérant, des éléments iconoclastes qui sont renvoyés dans leurs thèmes respectifs comme soldats. Nicéphore Ier (802-811), son successeur, en raison de ses réformes financières et administratives peu populaires utilise, pour soutenir sa politique, un tagma de Fédérés qui formait une tourme du thème des Anatoliques, puis il crée le tagma des Hicanates. Par la suite Michel Ier (811-813), pour éliminer leur influence dans Constantinople, purge les Fédérés et les renvoie en Asie Mineure. Michel II (820-829) institue un corps spécial connu comme le Tessarakontarion, mais ici les raisons militaires pèsent plus que celles politiques et il donne à l’Hétairie, qui, jusque là, était une unité de soldats étrangers intégrée au tagma de la Veille, un statut indépendant. Théophile, souverain iconoclaste, se fait protéger par un bandon d’Éthiopiens, sans doute des Soudanais.

L’annexe II de cet article développe l’origine, les missions, les effectifs, l’organisation interne et les privilèges des tagmata impériaux de cavalerie et d’infanterie.

 

La création des nouveaux thèmes

Théophile, suite à un raid de pillage de pirates russes et aussi pour renforcer la présence de Byzance en Mer Noire et y interdire celle éventuelle d’une flotte musulmane alors que l’Arménie est en passe de tomber sous le contrôle total du califat, crée le thème de Paphlagonie dans la partie nord-est du thème des Bucellaires où à côté du stratège on trouve, probablement à Amastris, un catépan maritime et une escadre. A la même époque, les possessions byzantines de Crimée, dont la défense est laissée à la charge des magistrats de Cherson qui ne disposent d’aucune force byzantine, sont menacées par les pirates russes qui viennent faire des razzias en mer Noire septentrionale. Aussi vers 833, en raison de l’importance de Cherson pour le commerce avec le nord-est et pour le recueil du renseignement, Théophile institue d’abord le thème des Climata comprenant la partie méridionale de la péninsule de Crimée à l’exception de Cherson. Celui-ci deviendra entre 860 et 870 le thème de Cherson dont les magistrats seront subordonnés à son stratège; de plus, en coopération avec les Khazars, est édifiée à l’embouchure du Don la forteresse de Sarkel destinée à interdire la mer Noire aux pirates russes. Vraisemblablement en 837 il installe aussi le thème de Chaldie dans la partie nord-est du thème des Arméniaques, chargé de la surveillance de la puissante place forte arabe de Théodosiopolis.

C’est également l’époque où, pour surveiller les passes du Taurus et de l’Anti-Taurus, sont érigées de nouvelles circonscriptions militaires appelées cleisouries (= passes de montagne) du côté byzantin. Au dépens des thèmes des Anatoliques et des Arméniaques en sont aménagées trois : celle de Charsanion couvrant la passe de Mélitène, celle de Cappadoce couvrant les défilés d’Adata et d’Adana qui, d’après Oikonomidès, est déjà une sorte de commandement indépendant depuis 803 et qui devient un thème dès 830 (mais seulement vers 863 pour Ferluga), celle de Séleucie contrôlant la vallée du Lamos et Tarse. Les effectifs attribués à ces cleisouries sont, d’après Ferluga, respectivement de 4 000 hommes pour les deux premières et de 5 000 pour la dernière.

A SUIVRE : « L’organisation militaire des thèmes »

colonel Max Pourkier

Annexe I : Marines musulmane et byzantine.

En 648 le gouverneur de Syrie, le futur Mu’awiya Ier, crée en Syrie la première flotte arabe et est suivi dans cette voie par le gouverneur de l’Égypte. Il s’agit alors de défendre les côtes syriennes et égyptiennes menacées par des incursions de la flotte byzantine, telles que le soutien de la seule forteresse côtière résistant encore en Syrie ou la reprise provisoire d’Alexandrie en 645. La victoire navale arabe des Mâts en 655 puis l’accession au califat en 661 de Mu’awiya déterminent celui-ci à mettre en oeuvre une stratégie navale plus offensive qui sera celle des Omeyyades jusqu’en 747.

Leur but est double : participer au soutien des actions de l’armée de terre en s’attaquant aux îles et aux rivages de la Méditerranée orientale et prendre part à la prise de Constantinople d’une part, disputer et si possible abolir la suprématie navale de Byzance sur la Méditerranée d’autre part.

Pour réaliser leurs ambitions, les Arabes disposent des flottes de Syrie et d’Égypte et après 704 de la flotte d’Afrique du Nord. Nous avons déjà décrit dans l’article « la Marine de guerre de l’Antiquité tardive de Dioclétien à Constantin IV  » paru dans Connaissance Hellénique n° 136 le peu que nous connaissons sur l’organisation et le volume des flottes de Syrie et d’Égypte. Ces deux flottes agiront souvent ensemble tandis que la flotte africaine basée à Tunis, d’un volume plus modeste de l’ordre d’une centaine de navires, s’opposera essentiellement à la flotte byzantine de Sicile, tout en participant avec les deux autres au deuxième siège de Constantinople de 717; elle aura aussi un rôle important en couvrant le flanc maritime des troupes terrestres progressant vers l’Océan.

Si la marine omeyyade mène de nombreuses razzias contre les îles et le littoral de la Méditerranée orientale et conduit des expéditions de pillage jusqu’en Sicile, elle échoue deux fois devant Constantinople où ses pertes sont énormes et elle ne conquiert aucun territoire byzantin. Après ces échecs, elle poursuit ses razzias parfois contrées par la marine byzantine qui mène des contre-attaques contre ses rivages. En 747 une flotte de guerre égypto-syrienne très importante est complètement détruite au large de Chypre par la flotte des Cibyrrhéotes.

Cette défaite, interdisant tout espoir d’abolir l’hégémonie navale de l’empire sur mer, met en veilleuse la lutte navale en Méditerranée orientale jusque vers la fin du IXe siècle en raison de la difficulté de reconstituer une marine qui n’intéresse plus guère les califes abbassides tournés beaucoup plus vers les frontières orientales de leur état. De 752 à 800 les flottes byzantines de l’Égée, des Cibyrrhéotes et de Sicile contrôlent les îles de Crète, Chypre, Sicile, Sardaigne et peut-être encore les Baléares ainsi que les côtes hostiles de la Méditerranée par des patrouilles empêchant d’en utiliser les eaux ce qui réduit presque totalement l’activité de la marine nord africaine. Dans cette même période se dresse en Espagne, à partir de 756 face au califat abbasside, un royaume musulman hostile dirigé par un Omeyyade rescapé du massacre opéré contre sa dynastie. Sur terre, l’Égypte est au pouvoir du califat mais elle est sujette à des révoltes continuelles de la part des Arabes et des Coptes et sa puissance navale a disparu, le Maroc est devenu indépendant en 788 et les Aghlabides sur la côte tunisienne obtiennent une indépendance de fait en 800.

A partir de cette dernière date la situation évolue à cause d’une certaine négligence de Byzance vis à vis de sa flotte et d’un début de développement des flottes adverses. La Méditerranée occidentale, où opèrent la flotte arabe espagnole et la flotte franque, échappe à Byzance. La flotte syrienne, en liaison avec l’offensive terrestre d’Haroun al-Rachid, reprend l’offensive, razzie Chypre et attaque Rhodes. La flotte nord-africaine, après un demi-siècle d’impuissance, soutient en 805 les Slaves du Péloponnèse assiégeant Patras, razzie avec plus ou moins de succès la Sardaigne en 812, 813, 821 et la Sicile en 821. Une flotte créée par Charlemagne s’en prend dans l’Adriatique à Venise entre 805 et 812. Mais en dépit de l’accroissement de ces puissances navales hostiles, celle de Byzance n’est pas sur mer ébranlée sérieusement jusqu’à la révolte de Thomas le Slave, entre 821 à 823, qui entraîne la destruction des flottes provinciales le soutenant par la flotte centrale restée fidèle à l’empereur Michel II. Ceci facilite, entre 824 et 829, le débarquement en Crète de Musulmans révoltés en Espagne, exilés, réfugiés à Alexandrie qu’ils ont occupée et d’où ils sont chassés par les Abbassides. Malgré quatre expéditions maritimes infructueuses de Michel II et de Michel III, en 843 l’île est conquise et devient un centre de piraterie s’appuyant sur la forteresse de Chandax (Candie). Parallèlement débute la conquête de la Sicile par les Aghlabides par suite de la trahison de la flotte sicilienne.

*

Du côté byzantin, certes jusqu’en 678 des vaisseaux de guerre en petit nombre sont dispersés dans des bases méditerranéennes en vue d’assurer la police de la mer, mais l’empire romain d’Orient ne possède toujours pas de marine permanente. Il se contente de construire des flottes en cas de besoin comme celle qui sera détruite par la flotte égypto-syrienne à la bataille des Mâts en 655. Comme cette victoire navale n’est pas exploitée par Mu’awiya absorbé ensuite par des problèmes internes et que Constant II part pour Syracuse en vue de remettre de l’ordre dans ses possessions occidentales, il ne semble pas urgent pour les Byzantins de s’occuper d’une mer où leur hégémonie n’est pas remise en cause.

Tout change lorsque le calife Mu’awiya Ier lance, à partir de 669, ses navires à l’assaut de l’Égée puis de Constantinople où une flotte constituée par Constantin IV participe à son échec grâce à l’emploi du feu grégeois qui incendie une partie de ses vaisseaux. Il semble probable que c’est après la fin du siège de la capitale en 678 que Constantin IV met en place, parallèlement aux grands commandements de l’armée de terre, un nouveau commandement permanent uniquement maritime. Le Commandement des Karabisianoi (marins) ou des karaboi (navires) dispose d’une flotte permanente qui est augmentée par Justinien II (685-694 et 705-711) en vue d’opérations à Cherson en mer Noire septentrionale et par Léonce pour la reconquête de Carthage en 698. Son stratège, résidant sans doute dans la capitale, est l’amiral de toute la flotte byzantine et dispose de subordonnés, drongaires et tourmarques, commandant chacun des escadres plus ou moins importantes désignées sous le nom de la région qui fournit leurs équipages. Son principal subordonné est le drongaire des Cibyrrhéotes en résidence à Attaleia. Ces escadres sont basées surtout en mer Égée pour protéger les populations des îles et des côtes et interdire la Propontide aux flottes arabes, mais elles interviennent aussi sur toutes les mers (Égée, Méditerranée, Pont Euxin). Cette flotte, armée par Constantinople, est constituée de marins et de soldats recrutés dans tout l’empire et est équipée de navires de toutes sortes, dromons et navires légers. La base principale de la flotte est Kéos. Le terme « thème des Karabisianoi », souvent employé, semble impropre et est inconnu des sources.

Ce commandement, uniquement maritime, est dissout probablement avant 732 par Léon III. En effet le stratège des Karabisianoi ne cesse de présenter un danger permanent de révolte contre l’empereur régnant par le fait que sa formation est la seule importante pouvant facilement atteindre Constantinople. De plus, les Karabisanoi, impliqués aux côtés d’Anastase II dans la lutte opposant celui-ci à Théodose III puis à Léon III, restent ensuite en dehors des opérations engagées contre les Arabes venus assiéger la capitale en 717, sans doute parce qu’une partie de leur flotte a probablement été détruite à Héraclée lors des combats entre Anastase II et Léon III. Ce commandement, dont le stratège n’est plus mentionné depuis 710, est remplacé par une organisation nouvelle constituée de plusieurs commandements maritimes indépendants les uns des autres et relevant tous directement de l’empereur.

On trouve à partir de Léon III à Constantinople une flotte commandée par un drongaire. Il est vraisemblablement chargé de la protection navale de la capitale sous l’autorité de l’éparque de la ville et du transport des corps expéditionnaires. Il dispose d’un état-major, d’officiers de marine sur les navires (centarques et pilotes) et de rameurs, mais jusqu’au IXe siècle il ne semble pas avoir de soldats de marine en propre.

Le stratège du thème des Cibyrrhéotes est l’officier marin le plus élevé de l’époque. Il a la charge au VIIIe et au début du IXe siècle, avec la participation des flottes provinciales, de toutes les grandes expéditions maritimes, de la protection de son littoral et de celui des thèmes voisins, des raids contre les bases navales arabes de Cilicie. Il commande la flotte la plus importante de l’époque équipée et armée par ses soins. Le thème maritime des Cibyrrhéotes, créé vers 732, dont le QG est à Attaleia, comprend 2 tourmes dont les P.C. sont à Cibyra et à Rhodes. Elles disposent chacune d’un drongaire, de 1000 soldats de marine et d’environ 6000 rameurs. Le Katépanô des Mardaïtes d’Attaleia, nommé par l’empereur mais subordonné au stratège, commande ce corps de rameurs d’élite de la flotte thématique

Les drongaires sont dans la marine des amiraux régionaux et ont des commandements territoriaux et maritimes. Créés peut-être vers 687, le drongaire de la mer Égée, dont l’existence est suggérée entre 741 et 775, surveille avec sa flotte les eaux égéennes dans leur partie nord et le littoral sud de la Propontide tandis que le drongaire du Kolpos, basé à Samos et mentionné en 780, a, avec sa flotte, la charge de la partie sud de l’Égée et notamment des Cyclades. Ces drongariats sont organisés comme le thème maritime mais d’étendue et d’effectifs inférieurs, dépendent directement de l’empereur et deviendront des thèmes, le premier en 843, le second sans doute avant le règne de Léon VI.

Les tourmarques de l’Hellade, du Péloponnèse, de Céphalonie, de Calabre et de Paphlagonie commandent les flottes provinciales de thèmes non maritimes mais bordés par la mer. Aux ordres du stratège du thème, avec des escadres modestes équipées par l’état, ils sont chargés de protéger les côtes. Certains, toutefois portent le titre de drongaire comme le drongaire de Sicile subordonné au stratège de l’île et placé à la tête d’une flotte importante. Bien qu’aucune preuve n’existe, H. Ahrweiler estime probable que chaque thème bordé par une mer dispose d’un tourmarque marin commandant une flottille de gardes-côtes.

On trouve encore des archontes, officiers relevant du pouvoir central et en service dans les provinces. Ils commandent des détachements maritimes modestes parfois temporaires ou à caractère exceptionnel. Tels sont par exemple les archontes drongaires de Malte et de Corinthe, l’archonte comte des Stena de l’Hellespont et du Bosphore chargé du contrôle des détroits, les archontes de Chypre et d’Athènes. A la tête d’un service de police navale, ils ont la charge de la sécurité des eaux territoriales de l’endroit où ils sont implantés ou ont des attributions administratives et financières.

Les préfets maritimes subsistent dans les régions non menacées et donc non dotées d’un appareil thématique, mais ils disparaissent là où se crée un thème. On les trouve donc dans des bases telles que celles du Pont Euxin (Bosphore, Cherson), de Céphalonie, à Thessalonique etc.

Durant tout le VIIIe siècle, les flottes régionales thématiques et provinciales supportent la lutte contre les Arabes, se réunissant en vue des expéditions maritimes tout en défendant les régions dans lesquelles elles stationnent. Elles constituent, en général sous le commandement du stratège des Cibyrrhéotes, la flotte d’intervention de l’empire. La flotte byzantine, considérablement accrue, assure la garde des bases contrôlant les routes maritimes, défend les régions côtières menacées par les pirates arabes, entreprend des expéditions contre les bases navales arabes comme Alexandrie et Tripolis (Syrie), est souvent au service de l’armée opérant soit sur la frontière danubienne contre les Bulgares, soit en mer Noire contre les Arabes et leurs alliés arméniens dans le but de les empêcher d’y construire une flotte de guerre.

C’est sous Michel II qui veut reconquérir la Crète et Théophile qui veut défendre le thème de Sicile que débute la construction de grandes flottes qui seront ensuite développées par les empereurs macédoniens de la deuxième partie du IXe siècle. En effet, à partir de la dynastie amorienne, il faut reconstituer les flottes provinciales détruites lors de la révolte de Thomas le Slave et aussi les autres négligées depuis Irène. C’est que si la flotte impériale équipée de mercenaires byzantins ou étrangers, Khazars principalement et celle des Cybyrrhéotes sont restées fidèles aux empereurs iconoclastes, presque toutes les autres flottes sont des bastions de l’iconodoulie. Soutenant la révolte de Thomas le Slave contre Michel II, elles sont détruites devant Constantinople assiégée par ce rebelle par le feu grégeois de la flotte impériale. De ce fait les Musulmans andalous avec 40 navires n’ont eu aucune peine à débarquer en Crète à une date située entre 824 et 829 et la défense navale des côtes et des îles byzantines n’est plus guère assurée.

Le commandant de la flotte impériale porte alors le titre de drongaire du ploïmon, titre créé au début du IXe siècle par Michel II ou Théophile. Il est assisté d’un topotèrètès du ploïmon, commandant en second, d’un chartulaire du ploïmon chargé du recrutement des équipages, d’un protomandatôr. Il a sous ses ordres des comtes du ploïmon. A notre époque toutefois le drongaire du ploïmon n’est qu’un amiral d’importance modeste commandant de la flotte centrale stationnant à Constantinople; il ne prendra de l’envergure qu’à partir de la dynastie macédonienne dans la deuxième partie du IXe siècle. Cette flotte centrale détache, suivant les besoins, des escadres en province.

Vont coexister, à partir de cette époque et jusqu’au XIe siècle, trois séries de flottes dont l’importance variera suivant les nécessités politiques, militaires et économiques de l’empire. La flotte impériale centrale, composée de navires lourds, équipée, armée et entretenue par Constantinople, est une flotte de haute mer d’attaque, chargée de conserver la suprématie navale de l’empire sur les mers; cette flotte stationne à Constantinople et sur des points stratégiques du littoral. Les flottes provinciales, composées de navires légers et équipées en partie par Constantinople, sont subordonnées aux stratèges terrestres des thèmes dont elles protègent les côtes. Les flottes thématiques, composées de navires de toutes sortes, dromons, navires légers, armées et entretenues par les drongariats indépendants et par le stratège du thème des Cibyrrhéotes, protégent les régions qui les entretiennent mais peuvent aussi agir d’une façon autonome dans un certain rayon d’action. Seuls les dromons de la flotte impériale et du thème des Cibyrrhéotes disposent du feu grégeois.

D’après Treadgold il y aurait à partir de 779 environ 35000 rameurs dont environ 20000 pour la flotte impériale, 12500 pour le thème des Cibyrrhéotes et 1500 pour la flotte de l’Hellade. Pour H. Ahrweiler, au milieu du IXe siècle, l’empire devait disposer de 150 à 200 dromons, dont au moins 70 pour le thème des Cibyrrhéotes, sans compter les nombreux navires légers qui les escortent et qui constituent aussi les flottilles provinciales.

 

 

 Annexe II

Les tagmata impériaux.

 

Les deux tagmata de cavalerie des Scholes et des Excubiteurs créés par Constantin V, auxquels s’adjoindront plus tard ceux de l’Arithmos ou Veille et des Hicanates, remplacent l’armée de l’Opsikion et constituent les forces principales aux ordres directs de l’empereur qui peut compter sur leur fidélité en raison de leur mode de recrutement. De plus, par leur entraînement et leur armement, ces tagmata sont en campagne le coeur de tout corps expéditionnaire autour duquel viennent s’agglomérer des troupes, de valeur équivalente à cette époque, fournies par les thèmes.

Les deux nouveaux tagmata des Scholes et des Excubiteurs sont issus d’unités combattantes très anciennes devenues au cours du temps des corps de parade. Leurs personnels inaptes sont donc mis à la retraite ou licenciés et remplacés par de véritables soldats.

A la tête des Scholes, le maître des Offices qui depuis Constantin Ier en est le chef, est remplacé par un domestique. Le Taktikon Uspenskij, liste anonyme de 842/843 établissant un ordre de préséance dans les cérémonies, nous apprend que, sous le règne de Michel III, il est titré patrice et vient au cinquième rang dans la hiérarchie des offices, en tête de tous les chefs militaires à l’exception du stratège des Anatoliques. Toutefois, résidant à Constantinople à côté de l’empereur, il a une autorité plus haute et un crédit plus grand que celui de ce stratège. En effet, choisi en tant qu’à la fois chef de guerre de valeur et serviteur fidèle, d’une part il est en campagne le chef d’état major de l’empereur et peut recevoir le commandement de l’armée impériale en l’absence de celui-ci et d’autre part à Constantinople il a la charge de faire exécuter la politique impériale.

A la tête des Excubiteurs (ou Excubites), on trouve jusqu’en 765 un comte très haut personnage que Constantin V remplace par un domestique titré seulement spathaire, Il devient parfois ensuite protospathaire avant d’obtenir sous Léon V le titre de patrice, mais il reste en préséance inférieur à tous les stratèges de l’époque et au préfet de la Ville.

Ces deux domestiques résident à Constantinople tandis que les lieux de stationnement de leurs tagmata pourraient avoir été Héraclée de Thrace et ses alentours pour les Scholes, la rive asiatique de Constantinople pour les Excubiteurs.

Aux deux premiers tagmata de cavalerie d’élite, Constantin V adjoint une unité d’infanterie, les Optimates. Le terme Optimate ne désigne plus un soldat d’élite comme au siècle précédent mais un muletier. Cette unité, bien que constituant un thème en Bithynie, est organisée comme un tagma sur un modèle qui sera ensuite celui de l’Arithmos et des Hicanates. Cette organisation tagmatique est due à leur fonction initiale qui est de constituer à la fois le train des équipages des deux tagmata des Scholes et des Excubiteurs et celui de l’empereur. Mais tout ce qui est purement militaire a disparu de leur organigramme; pour sa gestion en tant que thème on y trouve un protochancelier. Le tagma des Optimates est placé sous le commandement d’un domestique.

Constantin V réorganise aussi les deux régiments des Nouméra et des Murs. Ces deux unités ont été formées à la fin du VIIe siècle, probablement durant le premier règne de Justinien II, à partir d’une partie de la milice civile fournie lors des crises par les corporations et les dèmes des Bleus et des Verts. Enrôlées à l’origine, pour renforcer la position fragilisée de l’empereur, leurs missions sont maintenant liées principalement au Palais et aux deux importantes prisons de Constantinople, les Nouméra et la Chalcé. Elles sont intégrées aux forces tagmatiques et sont alors transférées de l’autorité du Préfet de la Ville à celle du logothésion militaire et placées sous l’autorité de domestiques dépendant directement de l’empereur.

Le tagma des Murs, unité d’infanterie placée aux ordres d’un domestique très souvent appelé aussi comte, n’a aucun lien avec les Longs murs d’Anastase, ni avec les murs de la Cité. Son comte est responsable de la protection d’une partie des murs entourant le Palais et a la charge de la prison de la Chalcè.

Le tagma d’infanterie des Nouméra, placé aux ordres d’un domestique mentionné pour la première fois sous Michel III, a la charge de la prison des Nouméra et en général des missions de police dans et autour du palais.

Ces deux tagmata, probablement dès la fin du VIIIe siècle et durant le IXe, sont chargés, en l’absence de l’empereur et des autres tagmata en campagne, de la défense de Constantinople qu’ils ne quittent en fait jamais. On pense que ces unités étaient cantonnées soit dans la cité soit entre ses murs et les Longs murs.

Bien que des détachements peu nombreux des tagmata puissent avoir séjourné dans certaines zones du Palais, la sécurité de celui-ci est assuré par les tagmata des Nouméra et des Murs aidés, à partir d’Irène, par celui de la Veille et, à partir de Léon V, par les éléments de l’Hétairie nouvellement créée. C’est le drongaire de la Veille qui est responsable de l’organisation de la défense du palais.

La création du tagma de cavalerie de la Veille fait l’objet d’une controverse entre Haldon qui place son apparition sous l’impératrice Irène et est suivi par Cheynet et Treadgold qui voit là une erreur et le considère comme l’oeuvre de Constantin V. Toutefois s’il est fait mention pour la première fois en 765 du domestique des Excubiteurs et en 767 de celui des Scholes, le drongaire de l’Arithmos n’apparaît qu’en 791 sous le règne d’Irène. Ce tagma, appelé Arithmos (parfois Arithmoi) ou Veille, semble provenir d’une unité régulière (arithmos) se trouvant alors en Thrace mais peut-être bien originaire du thème des Thracésiens resté assez tiède à l’égard de la politique religieuse des empereurs iconoclastes. Irène fait appel à cette unité pour assurer sa protection à Constantinople au moment où elle veut rétablir une politique iconophile et où elle a réussi à envoyer en Asie Mineure les deux corps iconoclastes des Scholes et des Excubiteurs pour les purger des éléments hostiles à sa nouvelle politique. Par la suite ce drongaire n’a que peu d’influence politique contrairement aux domestiques des deux tagmata purifiés qui retrouvent la leur à la fin du règne d’Irène et sous Nicéphore Ier. En particulier le domestique des Scholes devient tout puissant sous Constantin VI.

Le drongaire, titré spathaire à la fin du VIIIe siècle puis protospathaire puis patrice avant le milieu du IXe siècle, a pour mission principale d’assurer la protection de l’empereur partout où celui-ci se trouve ce qui rend sa position très instable et provoque sa relève au moindre soupçon d’incapacité ou d’infidélité.

A Constantinople son tagma est chargé de la défense du Grand Palais du côté le plus vulnérable, celui de l’hippodrome couvert qui se trouve devant l’entrée du Grand Palais. Lorsque l’empereur part en campagne, un détachement est laissé pour sa garde mais il peut être remplacé par l’équipage d’une galère impériale. Lorsque l’empereur ne dirige pas la campagne, le drongaire demeure à ses côtés avec un détachement de son tagma dont le reste passe aux ordres du domestique des Scholes. Son poste de commandement est à l’hippodrome couvert, hippodrome destiné aux seuls empereurs jusqu’à ce que Irène le désaffecte. Son tagma semble avoir été cantonné dans Constantinople.

En campagne avec l’empereur il est chargé de la marche de l’armée sur le territoire impérial et est accompagné d’officiers des thèmes traversés qui doivent lui fournir les moyens de transport et les ressources nécessaires pour le service impérial. En territoire ennemi il lui revient de disposer l’avant-garde, l’arrière-garde et les flancs-gardes. Il assure au camp le service de la tente impériale, le service des rondes de nuit et la police générale du camp. Au moment du combat il prend le commandement de son tagma.

Le tagma des Hicanates, créé sur le modèle de l’Arithmos en 809, est à l’origine une unité de cadets âgés d’au moins quinze ans provenant de familles d’officiers et de fonctionnaires constantinopolitains que Nicéphore Ier cherche à s’attacher. Anéanti totalement par les Bulgares en 811, il devient sous Michel II un tagma régulier en relation étroite avec l’Arithmos. En effet son domestique remplit, en campagne, toutes les missions du drongaire quand celui-ci est indisponible. Son tagma est probablement cantonné alors sur la rive asiatique de Constantinople. Titré protospathaire son domestique vient assez loin dans la hiérarchie

*

Ce qui est connu de l’état byzantin au VIIIe et durant une grande partie du IXe, période de déclin de la population, de difficultés financières, de conflits internes et externes, supporte difficilement de hautes estimations d’effectifs dans les unités tagmatiques de cette époque. De plus ces tagmata sont institués en réaction contre la menace permanente de révolte de l’armée de l’Opsikion basée à proximité de la capitale. On peut donc penser que Constantin V n’a pas créé à nouveau dans Constantinople et ses environs une force importante, même répartie entre plusieurs commandants, difficile à gérer et à entretenir à l’échelon central. Enfin le personnel est rare après la dernière manifestation de la peste entre 745 et 748 qui l’a obligé à repeupler la capitale avec des habitants venus de Grèce et des îles de la mer Égée. Il a donc dû trouver les soldats nécessaires dans d’abord ce qui reste des scholaires, excubiteurs et autres gardes de la période précédente ce qui n’a pu lui fournir qu’une poignée de combattants utilisables; une partie a pu provenir du thème de l’Opsikion qu’il réduit, d’après Treadgold, à 4 000 hommes après en avoir séparé les thèmes des Bucellaires et des Optimates; pour Haldon il a fait appel à des volontaires provenant des soldats des thèmes asiatiques et en particulier de celui des Anatoliques qui lui est resté fidèle lors de la révolte d’Artavasdos et est favorable à sa politique iconoclaste.

La seule indication à peu près sûre est qu’à la fin du VIIIe et dans une grande partie du IXe à Constantinople le total des 4 tagmata des Scholes, Excubiteurs, Arithmos, Hicanates est d’environ 4 000 cavaliers et celui des tagmata des Nouméra et des Murs de 4 000 fantassins. Mais ce chiffre a pu varier grandement d’un empereur à l’autre, tombant, par exemple, si bas sous Michel III que son successeur Basile Ier (867-886) doit procéder à un intense recrutement et entraînement de nouvelles recrues. Quant aux Optimates leur effectif aurait été de 2 000 fantassins porté à 4 000 sous Théophile d’après Treadgold. Les chiffres fournis pour l’ensemble des tagmata par Treadgold de 18 000 hommes en 773 et de 24 000 hommes en 840 sont estimés exagérés par Haldon.

En ce qui concerne chaque tagma, les preuves sont insuffisantes pour rendre définitives les estimations fournies. Haldon estime à au moins 900 hommes le tagma des excubiteurs, de 400 à 1 500 celui des Scholes, peut-être autour de 1 000 celui de l’Arithmos et sans doute à moins de 500 celui des Hicanates.

*

L’organisation interne de chaque tagma est fournie par le tableau suivant :

tagmata de cavalerie :

Scholes             Excubites           Arithmos                               Hicanates

 

Domestique       Domestique         Drongaire                             Domestique

Topotèrètès       Topotèrètès         Topotèrètes                         Topotèrètes

Chartulaire         Chartulaire           Chartulaire                           Chartulaire

Comtes             Scribons                     Comtes                                 Comtes

Domestiques     Drakonarioi         Kentarques                      Kentarques

Proximos            Prôtomandatôr     Akolouthos              Prôtomandatôr

Protectores       Skeuophoroi         Bandophoroi                  Bandophoroi

Eutychophoroi   Signophoroi         Labouresioi

Skèptrophoroi                                Sèmeiophoroi                       Sèmeiophoroi

Axiômatikoi         Sinatores             Doukiniatôres                Doukiniatôres

Mandatores       Mandatores           Mandatores                   Mandatores
Legatarioi             Legatarioi

des scholes       des banda             des banda                           des banda

 

tagmata d’Infanterie :

 

Noumera                                       Mur(s)                                 Optimates

Domestique                             Domestique (comte)                 Domestique

Topotèrètès                             Topotèrètès                               Topotèrètès

Chartulaire                               Chartulaire                                Chartulaire

Tribuns                                     Tribuns                                     Comtes

Vicaires                                   Vicaires                                     Kentarques

Prôtomandatôr                         Prôtomandatôr

Mandatores                             Mandatores

Portarioi                                   Portarioi

Prôtochancelier

des banda                              des banda                                   des banda

 

A la tête de chaque tagma nous trouvons un Domestique ou un drongaire nommés par un simple édit verbal et investi par l’empereur en personne au cours d’une cérémonie aulique. En règle générale ils restent en fonction 3 ou 4 ans. A l’époque étudiée ils ne peuvent être eunuques. Chacun de ces commandants de tagma a sous ses ordres un topotèrètès, commandant en second pouvant le remplacer au commandement effectif du tagma. Ils disposent tous d’un chartulaire chef de l’administration du tagma; cet officier a aussi un rôle militaire important de commandement en opérations. Les divisions des tagmata, scholes et banda, sont commandées par les comtes, les scribons ou les tribuns. Topotèrètai, chartulaires, comtes, scribons et tribuns sont les officiers supérieurs des tagmata.

Les domestiques (Scholes), les draKonarioi (Excubites), les kentarques (Arithmos, Hicanates, Optimates), les vicaires (Nouméra et Mur) sont des officiers subalternes immédiatement subordonnés aux comtes, scribons et tribuns. Dans les tagmata de cavalerie ils pourraient avoir le commandement de 10 cavaliers dans une schole ou un bandon de 50 cavaliers.

Le chef des mandatôres (agents de liaison) est un officier subalterne portant le titre de proximos dans les Scholes, de prôtomandatôr dans les Excubites, les Hicanates, les Nouméra et les Murs, d’akolouthos dans l’Arithmos où ce dernier commande déjà au IXe siècle des mercenaires étrangers, vraisemblablement des Francs.

Les porte-drapeaux des tagmata et les porteurs de hampes surmontés d’images de la Victoire ou de la Fortune ou de Saint Michel ont des noms divers suivant les tagmata : eutychophoroi et sképtrophoroi et sans doute protectores (Scholes), skeuophoroi et signophoroi (Excubites), bandophoroi, sémeiophoroi (Arithmos et Hicanates), labourèsioi (Arithmos). Ce sont eux principalement qui participent aux cérémonies de la cour.

On suppose que les axiômatikoi (Scholes), les doukiniatôres (Arithmos et Hicanates), les sinatores (Excubites) sont probablement des sous-officiers dont le rôle n’est pas connu. Il en est de même des legatarioi dont les fonctions seraient sans doute policières. Enfin les portarioi sont les geôliers des prisons des Noumera et de la Chalcé.

Sur le nombre et les effectifs des scholes et banda peu de choses sont connues. On sait qu’il y avait à la fin du VIIIe siècle au moins 8 scholes et peut être ensuite 30 dans le tagma du même nom et au moins 18 banda dans celui des Excubiteurs. Mais si Haldon estime raisonnable le nombre de 50 cavaliers par schole ou bandon, ce n’est là qu’une supposition car nous ignorons à la fois les effectifs réels du bandon et de la schole et si ceux-ci sont semblables ou non dans les deux formations.

*

Après un recrutement initial issu en grande partie des thèmes asiatiques, comme nous l’avons vu plus haut, les recrues peuvent provenir soit de soldats confirmés volontaires mutés de leurs thèmes après accord et recommandation du stratège, soit de jeunes volontaires recrutés en fonction de critères multiples et variables tels que leur allure et leur force physique ou la renommée de leur famille par exemple. Les recruteurs proviennent de groupes d’officiers désignés par l’empereur sous l’autorité parfois du commandant du tagma recruteur. Les conditions du recrutement sont les mêmes que celles de tous les soldats mais on ignore s’il existait des conditions particulières pour les tagmata.

Les soldats des tagmata reçoivent les nombreux privilèges accordés aux autres soldats. En outre ils perçoivent une solde mensuelle plus importante qui peut peut-être différer suivant le rang de préséance des tagmata. Haldon pense que cette solde peut atteindre 4 nomismata par mois soit près de 50 nomismata par an, alors qu’un soldat des thèmes devait percevoir de 12 à 18 nomismata à partir de sa douzième année de service. Ils reçoivent aussi leurs équipements, leurs armes et leurs montures ainsi que des rations et le foin pour leurs chevaux. En outre des dons sont faits immédiatement avant et après chaque campagne pour raffermir leur moral et celui de l’armée et ils reçoivent en plus une part du butin. Évidement les tagmata prennent part presque toujours à ces campagnes et s’enrichissent plus que les troupes des thèmes qui n’y participent qu’à l’occasion. Tous ces avantages procurent au soldat tagmatique une certaine richesse privée qui lui permet, au moment de sa retraite, de nourrir sa famille en profitant de terres ou de dignités achetées, puisque alors aucune pension ne lui est attribuée.

La discipline est sévère, tout particulièrement lors des gardes au palais, mais aussi à l’intérieur des unités. Les promotions sont basées sur deux considérations principales : d’une part le mérite, les compétences militaires, la bravoure, la durée du service, d’autre part les origines sociales, les connaissances intellectuelles. L’enrôlement comme homme du rang n’implique alors que très peu de qualifications car seules sont considérées l’aptitude physique et l’adhésion à la politique iconoclaste de l’empereur. La bravoure est récompensée par des décorations plutôt que par des promotions bien que, occasionnellement sous Constantin V, un grade récompense un fort engagement politique. De même l’ancienneté permet parfois d’atteindre le grade de décarque ou de kentarque. Par contre les enrôlés instruits et de familles honorables peuvent avoir un avancement plus conséquent à condition d’être patronné.

Il est certain qu’une assez large proportion d’officiers tagmatiques obtiennent leurs postes par l’intermédiaire de réseaux de patronage et de contacts personnels à l’intérieur de la hiérarchie administrative et militaire spécialement du logothesion militaire. Les officiers supérieurs ne viennent pas nécessairement de familles puissantes mais paraissent être des officiers de carrière disposant à la fois d’éducation, d’un patron et d’expérience militaire. Quant aux domestiques, en dehors de leur absolue fidélité à l’empereur, ils paraissent souvent être passés d’abord par des commandements importants en province puis par des postes de la cour.

Pour conclure sur ces unités on doit constater que si avec celles-ci Constantin V dispose d’une force capable de le défendre lui et sa capitale contre les révoltes provinciales et possède un outil pour mettre en oeuvre sa politique iconoclaste et ses réformes, cette force représentera pour ses successeurs un danger semblable à celui de l’armée de l’Opsikion. Toutefois la forme des rébellions change : à l’exception de celle de Léon V, elles deviennent, sous Irène et Constantin.VI, Nicéphore Ier, Michel Ier et Basile Ier, de simples complots de palais. Dans les cinquante premières années de leur existence, ces tagmata jouent un rôle politique important par le fait qu’ils sont le bras exécutif dans la capitale de la politique des divers souverains. Tout changement de cette politique sans leur accord leur parait mettre en danger leurs privilèges et leur pouvoir, si bien que les empereurs n’ont d’autres solutions que de les purger, de créer de nouveaux corps ou de gagner leur soutien. Mais ils sont aussi le coeur d’une armée de campagne qui permet à l’empire de réagir plus efficacement aux attaques arabes ou bulgares et même de se montrer offensif.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *