Lu pour vous : François Herbaux, « Pythéas, Explorateur du Grand Nord »

► ὁ λύχνος n° 167, mars 2024.

François Herbaux, Pythéas, Explorateur du Grand Nord, Les Belles Lettres, Paris, 2024, 246 pages, 17, 95 euros, ISBN 978 2251 4552 80

Avant de parler du livre de François Herbaux, je voudrais, cher lecteur, chère lectrice, te poser trois questions :

Qui est le premier écrivain connu sur la surface géographique de ce qui est aujourd’hui la France ?

a) Houellebec

b) Pétrone, l’auteur du Satyricon

c) Pythéas

Qui a découvert la « Britannia », c’est-à-dire la Grande-Bretagne ?

a) Astérix et Obélix

b) Tacite

c) Pythéas

Qui a décrit pour la première fois la mer gelée dans le Grand Nord ?

a) Jules Verne

b) Fridtjof Nansen, l’explorateur norvégien de 1895

c) Pythéas.

Tu auras gagné si tu as répondu à chaque fois Pythéas.

Le livre de François Herbaux nous fait tout connaître de Pythéas, cet explorateur astronome marseillais du IVe siècle avant J.-C., et cela avec précision et rigueur, dans une langue simple et un style agréable. C’est un modèle, oui, un vrai modèle de vulgarisation scientifique de grande qualité.

Dans les deux premières parties (p. 13 à 100), il nous donne une présentation de ce qu’on sait de Pythéas dans l’Antiquité. Dans les deux dernières parties (p. 101 à 187), il nous raconte tout ce qu’on a dit sur lui depuis le Moyen-Âge jusqu’à nos jours. Christian Boudignon a fait la traduction française de 38 fragments de Pythéas à la fin du livre, avant une apostille de Monique Mund-Dopchie, une carte des endroits visités par Pythéas, une bibliographie, et un index.

Quel jugement porter sur ce livre ? Évidemment, comme nous sommes l’ami de Christian Boudignon, qui a longtemps été rédacteur en chef de notre revue, on pourra accuser notre jugement d’être biaisé. Mais comme disaient les Anciens, « certes je suis ami de Platon, mais je suis plus encore ami de la vérité ! » Faisons donc le tri entre tout ce qui est positif et ce qui nous laisse un peu dubitatif.

On insistera sur l’excellence de la vulgarisation sur la forme et le fond. La liste des chapitres est un petit régal poétique : « Le jour le plus long », « L’ombre du gnomon », « Quelque part en Grande-Bretagne », « Au-delà du grand mur » etc., autant de titres possibles de romans… En plus, ce livre nous livre, pour la première fois depuis Gaston Broche en 1936, une présentation raisonnable et raisonnée de tout ce que l’on peut dire de Pythéas. L’auteur analyse même pour les réfuter les hypothèses les plus absurdes, comme celle d’un certain Pascal Arnaud qui imagine l’existence de deux Pythéas, l’un explorateur, l’autre écrivain. A chaque fois, Herbaux envisage le pour et le contre avec mesure et prudence. Par exemple, Thulé doit-elle être située en Islande ou au nord de la Norvège ? François Herbaux ne donne pas de solution, il note simplement que l’Islande n’était pas habitée au IVe siècle avant J.-C. Si donc l’on suppose que, lorsque Pythéas traite des « peuples qui habitent la zone glacée », il a en tête les gens de Thulé, alors cette île ne peut-être que l’extrémité de la Norvège (prise pour une île) alors habitée. Si l’on suppose que Pythéas parle plutôt des gens de la pointe nord de la Grande-Bretagne, alors Thulé, alors inhabitée, est sans doute l’Islande.

Plus qu’un simple ouvrage de vulgarisation, c’est désormais en langue française le livre de référence sur Pythéas, puisqu’on a aussi la traduction française des fragments. Il faut se réjouir de la collaboration entre un journaliste scientifique et un helléniste, car ce travail en commun est fructueux. Prenons un exemple : le « poumon marin ». C’est ainsi que l’explorateur astronome grec désigne l’aspect de la mer gelée. Herbaux montre finement après d’autres – je pense en particulier à Didier Pralon, auteur d’un mémorable colloque sur Pythéas en l’an 2000, ou à Monique Mund-Dopchie – que « poumon marin » n’est rien d’autre que le nom grec de la « méduse » et n’a rien de fantastique. Bref, voilà un livre que tout lecteur doit se procurer s’il veut un peu de fraîcheur polaire dans notre monde en pleine effervescence.

Les rares interrogations porteront peut-être sur les fragments. D’abord Herbaux et Boudignon ont suivi la sélection des fragments de l’édition Horst-Roseman (1994) ou celle de l’édition Bianchetti (1998) auxquels ils ajoutent 3 fragments de Diodore de Sicile où le nom de Pythéas n’est pas mentionné mais qui sont assurément inspirés de Pythéas (comme le pense aussi Scott dans son édition de 2022). On doit leur savoir gré de ne pas s’être laissé aller à choisir tout ce qui pourrait avoir un lien de près ou de loin avec Pythéas. Mais, si l’on choisit les fragments où le nom de Pythéas est mentionné, se pose un délicat problème. En effet, Pline l’Ancien nomme ses sources dans la table des matières des chapitres de son Histoire naturelle et Pythéas y apparaît 9 fois mais 6 fois seulement il est mentionné à l’intérieur des chapitres. Il manque donc au moins 3 fragments de chapitre où Pythéas était mentionné dans la table des matières du chapitre mais non pas dans le chapitre lui-même. Un examen de ce problème devrait donc être fait. On nous répondra, j’en suis sûr, avec raison que c’est là un problème qui toucherait davantage une édition critique des fragments qu’un simple ouvrage de vulgarisation.

Au nom de l’hellénisme, merci en tout cas à François Herbaux pour ce petit bijou d’esprit scientifique, dans ce monde fou où certains, hélas, croient encore que la terre est plate…



Citer ce billet
Paul Challobos (2024, 19 avril). Lu pour vous : François Herbaux, « Pythéas, Explorateur du Grand Nord ». Connaissance hellénique. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w8sh

Paul Challobos

Paul Challobos est chercheur au Centre Paul Albert Février (Université d'Aix-Marseille).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search