Lu pour vous : Charles Bara, « Réflexion sur notre système “éducatif” »

► ὁ λύχνος n° 167, mars 2024.

Humanitas contre Ferocitas,

ou défense et illustration de l’Humanisme en milieu scolaire

Charles Bara, Réflexion sur notre système « éducatif ». Marqueurs rouges, édition L’Harmattan, Paris, 2024, 248 pages, 25 €. ISBN 9782336430461

Charles Bara vient de publier l’essai Réflexion sur notre système « éducatif » – Marqueurs rouges aux éditions L’Harmattan, à partir de témoignages de personnes qui ont raconté comment elles vivaient, au quotidien et sur le terrain, leurs missions d’enseignants, de pédagogues et d’éducateurs. L’auteur aborde les questions que nous nous posons tous : comment se fait-il que les élèves français soient aussi médiocres, au regard des derniers résultats PISA ? Par quel tour de force un élève peut sortir du collège en sachant à peine écrire ? À chaque page, le lecteur y perçoit le cri d’indignation (mêlé de détresse) de ces boucs émissaires de service que sont devenus les professeurs, souvent jugés les seuls responsables de cette débâcle.

Accordant peu de foi aux chiffres et aux graphes, l’auteur analyse plutôt les situations sous l’angle de la psychologie sociale dans une veine satirique assumée.

À bien des égards, Marqueurs rouges est un livre revigorant, tout d’abord parce qu’il nous rappelle que les questions sur l’éducation des enfants ne datent pas d’hier, loin s’en faut ! Au fil des pages, l’auteur mentionne des conseils pédagogiques de Platon, Plutarque et Quintilien. Il cite une scène des Bacchis de Plaute entre un maître d’école malmené et un parent d’élève retors d’une étonnante actualité ! Le geste accompagnant les invectives, le père, qui défend son imbécile de fils, claque la figure du magister avec une tablette de cire, si bien que ce dernier quitte la scène avec la tête comme une lanterne.

Donc, pas de panique : nihil novi sub sole. L’essai incite à (re)lire la pièce Les Adelphes de Térence qui pose l’éternelle problématique : faut-il privilégier une éducation stricte ou permissive, l’objectif étant d’aider l’enfant à devenir un citoyen responsable, autonome et affranchi, c’est-à-dire capable de penser par lui-même ?

La lecture de Marqueurs rouges est stimulante : avec une grande (extra)lucidité et des analyses concrètes, Charles Bara dresse un état clinique de notre démocratie qui, laissant son école républicaine en souffrance, joue clairement avec le feu ! Car enfin, un adulte non lecteur, trop peu formé à la pensée critique, rompu à toutes les consommations et rivé à ses écrans, sera-t-il en mesure de participer aux débats sur les agoras ?

Et lorsque l’on martèle le « tous égaux ! » à tire-larigot, de quoi parlons-nous vraiment ? De l’ἰσονομία (l’égalité des droits civils) ou bien d’une sorte de laminage qui commence sur les bancs de l’école ? Le poète Horace, adepte de l’aurea mediocritas, se retournerait dans sa tombe : ce juste milieu précieux comme l’or, fait de tempérance, de mesure, de pondération, de réflexion, d’équilibre entre les extrêmes, ennemi de l’excès, qui cochait toutes les cases pour transformer un quidam en honnête homme ne s’est-il pas transformé en une médiocrité collective soumise au joug du consumérisme ? Telle est la question posée par Charles Bara.

À travers cette réflexion sur l’état de notre école publique, c’est bel et bien l’état de santé de notre société sur lequel nous nous penchons. Le rappel de ce que fut l’idéal démocratique atteint à Athènes au Ve siècle avant J.-C. devrait contribuer à revoir nos aspirations collectives en berne, à la lumière de la μετριότης (juste mesure), de la μεσότης (moyenne entre les extrêmes), de la σωφροσύνη (bon sens et modération) et du célèbre μηδὲν ἄγαν (rien de trop), à une époque où les extrémismes reviennent en force et où il est de bon ton d’exprimer des opinions tranchées en mode binaire. Or, aucune de ces ascèses civiques, politiques, intellectuelles et morales ne peut se faire sans l’instruction et la culture.

On pourrait peut-être reprocher à cet essai de dresser un tableau trop sombre du climat scolaire et de ne pas assez évoquer les réussites pédagogiques sur fond de classes harmonieuses et d’élèves sympathiques. D’un autre côté, les événements tragiques qui ont frappé la communauté scolaire ainsi que les récentes émeutes sur fond de violence sociale, clairement annoncés par ce texte visionnaire (commencé en 2013), n’ont-ils par donné raison à ce lanceur d’alerte, fervent défenseur de l’école publique ? Un lecteur averti en vaut deux.



Citer ce billet
Florence Deville-Patte (2024, 6 avril). Lu pour vous : Charles Bara, « Réflexion sur notre système “éducatif” ». Connaissance hellénique. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w6eu

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Michel Bénard dit :

    Enoyez un exemplaire au ministère de l’Education nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search