Lu pour vous : Guy Lacaze et Jérémie Pinguet, “Hellènika, 80 versions grecques commentées”

► ὁ λύχνος n° 167, mars 2024.

Guy Lacaze et Jérémie Pinguet, Hellènika, 80 versions grecques commentées (édition revue et augmentée) édition Ellipses, Paris, 2024, 526 p., 34 euros.  ISBN 9782340085732

Disons-le tout de suite pour commencer : ce manuel de versions grecques est appelé à devenir un classique pour tout étudiant qui prépare la licence, l’École Normale Supérieure, l’École des Chartes, le CAPES ou l’agrégation en Lettres classiques. Nous ne nous amuserons pas à comparer ce nouvel état (2024) à l’état précédent (1999) : tel quel, voilà un formidable instrument de travail fait d’une introduction donnant les conseils de base pour l’étudiant devant une version grecque et de 80 versions grecques traduites et brièvement commentées. Les versions sont classées en 7 sections : 1. orateurs, 2. historiens, 3. théâtre, 4. la pensée dans ses États généraux, 5. la chanson du mal-aimé, 6. un cursus universitaire et 7. le dernier texte de l’empereur Marc Aurèle. Le tout finit par une liste des auteurs tombés au concours et des conseils bibliographiques. Les textes proposés sont en général ceux tombés aux concours, mais Guy Lacaze ne s’est pas privé de choisir d’autres textes, pour le plus grand bonheur du lecteur. En particulier la sixième section aligne trois beaux textes d’Isocrate (Sur l’échange), de Lucien (Histoire vraie) et de Libanios (Discours) qui raconte comment l’enseignant est l’esclave de ses élèves et de la réputation qu’il doit garder auprès d’eux et des gens de la ville (déjà le malaise enseignant !) La marque de fabrique de ce manuel est de ne pas s’être enfermé dans le classicisme étroit des hellénistes atticomanes, si l’on me passe cette insulte, mais de couvrir plus de 1300 ans de littérature grecque d’Homère à l’empereur Julien, et cela avec humour et finesse. Et notre revue LYCHNOS qui se place sous le patronage de Diogène de Sinope ne peut pas ne pas applaudir à sa critique (p. 329), sous la plume de Dion Chrysostome, du malheur des tyrans (et combien notre époque ne connaît-elle pas de nouveaux tyrans !). La traduction est belle, originale, un peu surprenante parfois, et les annotations fort précieuses, judicieuses et utiles pour l’étudiant. Bravo aux deux auteurs et à la maison Ellipses qui a choisi de donner cette nouvelle édition !

Après ce torrent d’éloges mérités, quelques petits ergotages de rien du tout qui n’ont pour but que d’aider peut-être à améliorer encore cette réédition, qui, disons-le, ne souffre que de quelques rares coquilles1 ou bévues. Nous n’avons pas relu tout le livre, mais simplement noté surtout à la fin de l’ouvrage quelques remarques. Commençons par la fin. Que dit Marc Aurèle : Pourquoi es-tu né ? Pour agir ! Et le traducteur traduit : « Ne vois-tu pas que les plantes, les petites créatures ailées, les fourmis (τὰ φυτάρια, τὰ στρουθάρια, τοὺς μύρμηκας) (…) accomplissent la tâche qui leur est propre ? » Si l’on regarde dans l’excellent dictionnaire grec-italien de Franco Montanari (qui surpasse désormais notre bon vieux Bailly), que lit-on pour στρουθάριον ? Passerotto, c’est-à-dire « petit moineau ». Pourquoi cette bizarre expression « les petites créatures ailées » (p. 457) ? Et pourquoi ne pas traduire τὰ φυτάρια par « les petites plantes » selon cette manie des stoïciens de réduire à la petitesse (avec le suffixe –άριον) ce qu’ils veulent dévaloriser ? La traduction se fait parfois bizarre : que signifie en français « en deçà du possible » (toujours p. 457) ? On a l’impression d’une énigme à résoudre… Il vaudrait mieux traduire ἐντὸς τοῦ δυνατοῦ par « dans les limites du possible ». Dans le texte de l’empereur Julien (p. 430), καὶ νῦν αἴτιός ἐστί μοι τῆς πρὸς ὑμᾶς ἀπεχθείας est traduit par (le pédagogue) « qui maintenant me vaut votre inimitié. » Littéralement cela veut dire « qui est responsable de la haine (que j’ai) pour vous ». Certes le texte commence et finit par l’affirmation de la haine des Antiochiens pour l’empereur Julien. Guy Lacaze (p 431) note « πρὸς ὑμᾶς : on s’attendrait à πρὸς ὑμῶν au sens de ‘de votre part’ ». Il a raison et j’ajouterai que peut-être devrait-on lire plutôt πρὸς ἡμᾶς « envers nous ». Difficile situation pour l’auteur d’un manuel quand le texte est mal établi : mais il aurait été plus simple de corriger le texte grec et de traduire alors « qui maintenant me vaut votre inimitié. » Enfin, pour finir sur une note grivoise et gauloise, qu’on nous pardonne !, comment traduire chez Aristophane (Cavaliers, v. 167) ἐν πρυτανείῳ λαικάσεις ? Lacaze propose « au Prytanée tu baiseras ». C’est bien mieux que Debidour qui proposait « aux frais de l’État, tu vas nocer ! » Mais la note nous étonne un peu qui propose pour λαικάζω « se prostituer » (comme le Bailly). Le premier sens est en fait selon Montanari praticare la « fellatio », l’irrumazione, c’est-à-dire « faire une fellation ». Quand les hellénistes auront-ils le courage d’appeler un félin un félin ?


1 Dans le texte de Dion Chrysostome sur Diogène, on trouve une coquille sur la belle Sémiramis (p. 329) : il faut écrire τῆς Σεμιραμίδος et non τὴν Σεμιραμίδος qui est incompréhensible.



Citer ce billet
Christian Boudignon (2024, 4 avril). Lu pour vous : Guy Lacaze et Jérémie Pinguet, “Hellènika, 80 versions grecques commentées” Connaissance hellénique. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5we

Christian Boudignon

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search