Lu pour vous : Jessica Bourseaux, « Le Grec ancien. Méthode d’apprentissage pas à pas »

► ὁ λύχνος n° 167, mars 2024.

Jessica Bourseaux, Le Grec ancien. Méthode d’apprentissage pas à pas, éditions Ellipses, Paris, 2024, 168 p., 18 € (édition numérique 14,99 €)

La didactique des langues anciennes a connu un renouveau au cours de ces dernières années : l’aspect ludique et intuitif est privilégié par rapport à la méthode plus traditionnelle d’enseignement qui passe souvent par l’apprentissage par cœur des règles de grammaire et de listes de vocabulaire. Les élèves et les étudiants sont ainsi invités à se familiariser à leur rythme avec la langue sans se préoccuper en tout premier lieu de la grammaire formelle. Les éditions des Belles Lettres ont ainsi lancé une collection dévolue à la découverte du latin et du grec, Les Petits Grecs, qui proposent des textes courts, accompagnés de notes, adaptés et remaniés à partir du contenu des textes classiques ou encore des manuels d’étude la langue comme Grec ancien express1. Dans cette même collection, Guillaume Diana et Dorian Flores ont proposé au lectorat un cahier d’apprentissage de la graphie de l’alphabet grec, Γράφω. J’écris en grec ancien2, fondé sur un principe similaire à celui qui régit les cahiers d’écriture proposés aux jeunes enfants dans l’apprentissage de la graphie de leur langue maternelle. Une veine moins scolaire propose quant à elle d’apprendre le grec ancien selon la méthode employée pour les langues vivantes : Jean-Pierre Guglielmi propose ainsi aux éditions Assimil une méthode d’apprentissage de grec ancien3 comprenant un manuel et des enregistrements audios pour atteindre le niveau B2 du cadre CECRL4, ainsi qu’un cahier d’exercices5 ludique consacré à cette langue.

C’est dans cette continuité didactique que se situe l’ouvrage de Jessica Bourseaux, Le Grec ancien. Méthode d’apprentissage pas à pas : ce manuel conçu pour un apprentissage en autonomie permettra à l’helléniste autodidacte de s’initier d’abord à la graphie de l’alphabet et à la lecture (les trois premiers chapitres y sont consacrés), puis aux fondamentaux de la grammaire sans toutefois aller très en avant dans ce domaine qui effraie souvent ceux qui débutent en langues anciennes. De nombreux exercices agrémentent les chapitres, et leurs corrigés sont proposés en fin d’ouvrage, permettant ainsi à l’apprenant de faire une autocorrection. Le premier chapitre est consacré à l’apprentissage calligraphique de l’alphabet : chaque page propose une indication de prononciation et des lignes d’écriture pour la majuscule et la minuscule de chaque lettre ; la ligne commence par un modèle qui en montre le ductus, c’est-à-dire l’ordre de tracé de la lettre, au moyen de flèches directionnelles numérotées. Des encadrés sont présents pour apporter des précisions sur la graphie ou pour proposer des remarques culturelles en lien avec la lettre. Une page d’entraînement à la lecture et à la graphie de mots entiers est proposée toutes les trois ou quatre lettres : le mot est accompagné de sa prononciation translittérée et de sa traduction en français. Le chapitre se clôt sur des exercices de transcription en majuscules et en minuscules des lettres et des mots avec un tableau récapitulatif et un guide de prononciation. Le deuxième chapitre signale la diversité graphique de l’écriture grecque manuscrite : des photographies de manuscrits ou d’inscriptions épigraphiques illustrent cet aspect ; ce chapitre propose des exercices de transcription de mots en passant de la majuscule à la minuscule et vice versa. Le chapitre trois sur les esprits propose des exercices pertinents, qui permettent de créer du lien entre orthographe grecque et orthographe française : l’étudiant est invité à placer les esprits en s’aidant de l’orthographe française des mots dérivés du grec ancien. Le quatrième chapitre porte sur la conjugaison, et plus précisément sur le présent de l’indicatif des verbes en –ω non contractes (précision qui n’est pas indiquée dans l’ouvrage et qui n’informe donc pas le lecteur sur la diversité des formations verbales du grec ancien) : après une phase d’observation de phrases d’exemple pour chacune des personnes grammaticales et du paradigme de παιδεύω, l’auteure propose un tableau récapitulatif des désinences et des exercices d’identification de formes verbales et de traduction de phrases simples dont le vocabulaire est donné. Les cinq chapitres suivants sont consacrés à la découverte de la flexion nominale. Le chapitre cinq initie progressivement le lecteur aux principales fonctions grammaticales des différents cas, dans un premier temps par l’observation guidée des constituants de la phrase, dans un second temps à travers des exercices de traduction réfléchie de courtes phrases simples (sujet-verbe-COD) ; enfin, une sorte de protocole définit les étapes d’analyse de la phrase que doit effectuer le traducteur. L’objectif de ce chapitre n’est pas la morphologie à proprement parler mais la réflexion sur le fonctionnement grammatical du grec ancien. Le chapitre six propose un approfondissement morphologique avec des exercices d’analyse grammaticale de substantifs simples, tous appartenant à la déclinaison thématique masculine. Un tableau récapitulatif des fonctions principales de chaque cas précède de nombreux exercices qui permettent d’automatiser la gymnastique mentale d’identification des cas et des fonctions grammaticales. Le chapitre huit est spécifiquement consacré à la déclinaison des substantifs neutres à flexion thématique (paradigme : τὸ δῶρον). Le chapitre neuf porte sur les trois paradigmes de la déclinaison des substantifs féminins thématiques selon la séparation traditionnelle en substantifs féminin en –η (paradigme : ἡ ψυχή), substantifs féminins en –α long (qu’elle appelle « –α pur » et dont le paradigme est ἡ οἰκία) et les substantifs féminins en –α bref (qu’elle appelle « –α mixte » et dont le paradigme est ἡ γλῶττα). Le dernier chapitre, intitulé « Le texte », présente la flexion verbale du verbe εἰμί (être) du présent de l’indicatif, la flexion des adjectifs de la première classe (paradigme : κακός et μικρός) et la ponctuation. Ce chapitre se clôt sur un très bref passage tiré du livre II des Histoires d’Hérodote dont la traduction est laissée au soin du lecteur. Suivent enfin les corrigés des exercices, un memento grammatical des notions abordées dans l’ouvrage et une liste de vocabulaire.

Le point fort de cet ouvrage réside dans le nombre important d’exercices de difficulté graduelle, très accessibles pour un apprentissage en autonomie. L’étudiant s’habitue ainsi progressivement à traduire et n’est pas découragé par l’ampleur de la tâche qu’on lui a assignée. La translittération phonétique empirique (l’auteure n’utilise pas les symboles de l’Alphabet Phonétique International mais le son de la lettre en fonction de ce qui est familier à un lecteur français) permet l’autocorrection et donc l’apprentissage en autonomie. Les remarques qui ponctuent les leçons et les exercices sont utiles et satisfont la curiosité de l’étudiant. Nous apprécions également le principe qui régit le lexique en annexe : dans ce dernier, l’auteure propose, en plus d’une traduction du mot grec en français, un ou plusieurs dérivés français du mot grec. Le chapitrage nous semble cependant peu adéquat. En effet, certains chapitres pourraient n’en constituer qu’un seul : les trois premiers chapitres nous paraissent avoir le même but – initier à la lecture et l’écriture – et séparent des notions qui devraient, selon nous, être vues ensemble et non séparées dans des catégories différentes. Le deuxième chapitre nous paraît n’être qu’une extension du premier et, de ce fait, ne justifie pas son existence comme chapitre séparé du premier : si les remarques concernant la diversité graphique de l’écriture grecque nous semblent pertinentes, les exercices qui suivent pourraient tout à fait prendre place dans le chapitre précédent tant ils nous semblent être une simple variante de ceux proposés en fin de chapitre précédent. De même, les esprits font partie intégrante de l’écriture et les étudier dans un chapitre à part entière incite à les considérer comme un élément « en plus », à prendre en compte dans un deuxième temps. Ensuite, nous ne pouvons cependant que regretter l’absence d’un chapitre sur l’accentuation, qui, bien que nécessitant parfois des explications un peu techniques, aurait attiré l’attention de l’apprenant sur l’aspect discriminant de cette dernière pour la distinction des homophones et qui reste un point faible de l’étudiant qui n’a pas pris l’habitude d’accentuer les mots au début de son apprentissage du grec ancien. Quant aux chapitres concernant l’apprentissage de la flexion nominale, le découpage opéré par l’auteure nous paraît peu justifié : pour nous, il aurait été plus pertinent de commencer par indiquer la déclinaison de l’article en expliquant les fonctions grammaticales et non pas signaler la présence de ce dernier après avoir introduit le système casuel et la deuxième déclinaison thématique masculine. Nous ne comprenons pas pourquoi le chapitrage choisi par l’auteure sépare l’étude du singulier et du pluriel. La flexion nominale fonctionne, selon nous, comme un tout et la découper en plusieurs chapitres ne semble pas très heureux. Enfin, nous regrettons que l’ouvrage ne propose pas à l’étude d’autres points fondamentaux de la grammaire grecque comme les déclinaisons athématiques ou les autres temps de l’indicatif.

En conclusion, cet ouvrage présente l’avantage de mettre à la disposition de l’autodidacte des explications synthétiques à la portée de tous, des exercices progressifs accompagnés d’une autocorrection, des remarques pertinentes qui aiguisent la curiosité du lecteur pour la langue grecque. En raison de son découpage, l’ouvrage nous semble difficilement entièrement utilisable en milieu scolaire : l’enseignant peut difficilement consacrer autant de temps en classe à l’apprentissage de la graphie de l’alphabet grec, à moins de demander à ses élèves de consacrer du temps chez eux à faire les lignes d’écriture proposées. Il pourra cependant piocher avec profit dans les différents exercices, au gré de l’avancement et de l’aisance de ses élèves. La difficulté des notions passées en revue dans l’ouvrage ne permet pas de pousser très en avant l’approfondissement grammatical : il est insuffisant pour des élèves de lycée qui ne sont pas débutants, mais également pour les étudiants de l’enseignement supérieur qui débutent leur apprentissage puisqu’il leur faut rapidement avancer dans la connaissance précise de la morphologie et de la syntaxe, ce que ne permet pas le livre. Ce dernier sera cependant adapté pour les personnes qui n’ont pas pour objectif la maîtrise approfondie et universitaire du grec ancien mais qui veulent, durant leur temps de loisir, avoir un avant-goût de la beauté de cette langue.


NOTES

1 Caroline Fourgeaud-Laville, Grec ancien express, éditions Les Belles Lettres, coll. « Les Petits Grecs », Paris, 2023.

2 Guillaume Diana, Dorian Flores, Γράφω. J’écris en grec ancien, éditions Les Belles Lettres, coll. « Les Petits Grecs », Paris, 2023.

3 Jean-Pierre Guglielmi, Le Grec ancien, Assimil, coll. « Collection Sans Peine », 2003.

4 Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues [NdR].

5 Jean-Pierre Guglielmi, Grec ancien débutants, Assimil, coll. « Les cahiers d’exercices Assimil », 2022.



Citer ce billet
Pauline Rio (2024, 2 avril). Lu pour vous : Jessica Bourseaux, « Le Grec ancien. Méthode d’apprentissage pas à pas ». Connaissance hellénique. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w547

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. JAUBERT dit :

    Très bon compte rendu du livre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search