« Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n° 57) »

► ὁ λύχνος n° 167, mars 2024.

Vive le scandale !

Saint Michel et le Démon, Vitrail néogothique dans l’église Saint-Martin de Florac, détail (wikicommons)

Je suis le diable1, Lucifer, Satan, Méphistophélès, comme vous voudrez m’appeler. Je sais, vous êtes surpris, je n’ai pas la gueule de l’emploi. Il ne faut pas se fier aux apparences. Mes pieds fourchus sont bien cachés ; quant à la queue, je n’en parlerai pas. Je suis l’homme de la situation pour vous parler du scandale. C’est mon business plan, comme on dit aujourd’hui. Chez moi, scandale à tous les étages : apostasie, inceste, adultère, esclavage, prostitution, banditisme, piraterie, trafic de drogue, rapt, vente d’armes, terrorisme, extorsion de fonds, pédophilie (une spécialité qui « cartonne » en ce moment, selon le mot à la mode) sans oublier famine, guerre (Gaza, l’Ukraine, la Libye, la Syrie, le Yémen, le Soudan, l’Éthiopie, le Congo, la Birmanie et j’en passe !), viol de masse, déportation, massacre, génocide. Je peux aussi tout vous arranger pour votre promotion ou votre réussite à tous les concours : je connais des gens bien placés. Je travaille avec des financiers marocains, qataris, azéris, russes, chypriotes, des gens des Bahamas, de Singapour, des Seychelles, de Jersey, sans parler de Monaco, de la Suisse et du Luxembourg : tout pour votre affaire, ­et j’accepte les bitcoins.

Le scandale commence avec les Grecs, (car selon le vieil adage, Graecum diabolicum « le grec est diabolique ») et avec ce brave Aristophane, qui, comme Faust plus tard, avait signé un contrat à l’époque avec son sang pour pouvoir faire jouer les Acharniens en 425 avant l’Ennemi. Car Dionysos et moi ne faisons qu’un. Aristophane est le premier à parler de scandale, ou plutôt de σκανδάληθρον [scandalêthron], qu’on peut traduire par « traquenard » quand les jeunes font des procès très intéressés aux vieux pour récupérer l’amende que les vieux doivent payer ensuite (Acharniens, v. 687) :

κᾆτἀνελκύσας ἐρωτᾷ, σκανδάληθρἱστὰς ἐπῶν

« Et puis (le jeune accusateur) nous traîne (à la barre), il nous interroge en phrases traquenardes… »

Car à Athènes j’avais organisé un beau trafic, la « sycophantie » : j’avais une bande de jeunes bons à tout que j’avais dressés à sucer le sang des anciens combattants de la république. Très efficace : on traîne un vieux au tribunal, on le bombarde de questions pièges ; évidemment il se trompe, on insiste sur ses failles, on demande des excuses, et le tour est joué : amende salée pour le vieux, et champagne ou plutôt à l’époque vin de Thasos et petites danseuses pour les coquins. La question piège : tout un art.

J’adore « dresser un piège de mots », plus précisément, un σκανδάληθρον [scandalêthron], terme dérivé de σκάνδαλον [scandalon] : les deux mots désignent le « trébuchet » du piège à trébuchet, la petite barre qui tient debout le piège, jusqu’au moment de la culbute. Vous posez la question et hop, le trébuchet tombe et le piège se referme sur l’interlocuteur. D’une façon générale, je raffole de tous les pièges. Pour le dire comme Alciphron (IIe / IIIe s. après J.-C.), Lettres 2, 19 :

Πάγην ἔστησα ἐπὶ τὰς μιαρὰς ἀλώπεκας κρεᾴδιον τῆς σκανδάλης ἀπαρτήσας.

« J’ai placé un piège contre ces salauds de renards en attachant un peu de viande au trébuchet. »

En termes de pièges, il y a la πάγη [pagê], le piège qui pègue, avec de la glu pour prendre les oiseaux, ou le piège à « trébuchet », qui peut se dire aussi σκανδάλη [scandalê], synonyme féminin de σκανδάληθρον [scandalêthron]. Pour les renards, vous installez un peu de viande dans le piège : pour les hommes (ou les femmes, je ne suis pas sexiste) une valise de beaux euros suffit pour faire des heureux. Demandez à la vice-présidente du Parlement européen ! Chez Eva Kaili, son compagnon et deux autres compères, les policiers n’ont retrouvé que 600 000 euros, mais j’avais versé beaucoup plus, je peux vous le dire.

Quand on est devant un piège, il faut que l’appât soit suffisant et le trébuchet discret et sensible. Tout réside là-dedans : au moment où le trébuchet dégringole. J’insiste sur ce mouvement où hop, le piège se referme. Le trébuchet est un peu comme le léger glissé de la jambe qui d’un coup se détache du sol. Il faudrait remonter dans l’histoire du mot. D’ailleurs, en latin, le mot scando « je monte, je gravis », apparenté à scandalon, désigne en fait la marche hésitante quand on gravit une pente abrupte : fort appui et hop, la jambe s’élève. Cela est vrai en montée : ascendo « je vais en montée » comme en descente : descendo « je vais en descente ». Même pas hésitant sur l’« échelle », la scala, doublet latin probablement de la scandalê grecque. On y monte à pas prudents.

Dans l’univers des langues sémitiques, je peux vous le révéler, on est très sensible à cette logique de la marche et de la chute. Au Psaume 120,1 David criait à Dieu : « Qu’il empêche ton pied de glisser. » Au Psaume 90,12, il parle des anges : « Ils te porteront sur leurs mains, pour que ton pied ne heurte les pierres ». En arabe, pour souhaiter la bienvenue, on dit Ahlan wa sahlan. Ces trois mots signifient « famille et plaine ! », c’est-à-dire, si l’on explique, « que le chemin vous soit aplani et que nous soyons pour vous une famille ! » : ah ! l’hospitalité arabe ! Elle va jusqu’à se soucier de vos allées et venues sur le chemin !

En hébreu, on a deux mots équivalents au scandalon. D’abord le moqesh, qui est à proprement parler le « trébuchet » ou le « piège à trébuchet » et le mikhshol, qui est la « pierre à trébuchade ». En effet en plus du piège à glu, j’ai inventé le trébuchoir : vous regardez ailleurs et hop, vous tombez sur la pierre : fracture du pied, immobilisation pendant un mois. Ou bien, on vous pose la question : « Madame la ministre Oudéa-Castéra, pourquoi n’avez-vous pas mis vos enfants dans l’enseignement public ? » Vous regardez ailleurs, vous répondez par l’attaque : « A cause d’un paquet d’heures non remplacées ! » et hop, gros caillou sous le pied, parce que vous êtes enregistré et que la maîtresse du petit dément : immobilisation, polémique, démission.

Je connais très bien la culture de l’ennemi. Je lis la Bible tous les jours, je la connais par cœur, dans toutes les langues. J’adore aussi la traduction grecque : Graecum diabolicum, je vous dis… Beaucoup de juifs pensent comme moi. La traduction de la Bible en grec a été la plus belle catastrophe de leur histoire, disent-ils ! Ben oui, j’ai enfermé les soixante-dix ou les « septante » traducteurs, comme vous voudrez dire, dans le phare d’Alexandrie : « vous ne sortirez pas tant que vous n’aurez pas fini ! » Très efficace pour mener à bien des travaux. Il faut être sans répit avec ces universitaires toujours râleurs, toujours prétentieux, toujours mesquins et qui vont même jusqu’à vouloir introniser grand professeur leur femme, leur petite copine ou même leur amant. Moqesh et mikhshol sont devenus en grec σκάνδαλον [scandalon]. Ce mot qui existait sans doute oralement en grec avant les Septante n’est attesté que dans la Bible, c’est-à-dire en grec de traduction. C’est un mot judéo-grec en fin de compte.

Le scandale, c’est l’abomination, ce qui est écœurant. Et je n’en dis pas plus pour ne pas choquer vos âmes sensibles. Rien de tel que les cadavres qui se décomposent dans la rue… Le saint homme, lui, ne verse pas le sang innocent : ce serait un scandale qui crie ensuite vers Dieu. Le roi David a été humilié dans sa fuite et sa cavale par un homme qui n’a pas voulu le recevoir. Il menace de le tuer aussitôt ! Sa femme, Abigaïl, vient aussitôt avec deux cents pains, deux outres de vin, cinq moutons et cinq tonneaux d’épis grillés et intercède pour son mari auprès de David. Il ne faut pas verser le sang innocent :

καὶ οὐκ ἔσται σοι τοῦτο βδελυγμὸς καὶ σκάνδαλον τῷ κυρίῳ μου, ἐκχέαι αἷμα ἀθῷον δωρεάν

« Et toi, mon seigneur, tu n’auras point commis l’abomination et le scandalon de verser, sans cause, le sang innocent. » (1 Samuel 25,31)

Et elle réussit. Et coup de chance, quand de retour, elle annonce à son mari ce qu’elle a fait, il a la bonne idée de mourir d’une crise cardiaque. Et comme par hasard, Abigaïl épouse ensuite David. Mais non, il ne faut pas verser le sang innocent, ce serait une souillure qui ne se lave pas… En revanche, on peut épouser les femmes de ses ennemis, morts providentiellement.

L’idole, l’abomination et maintenant le blasphème : tels sont les trois scandales de la Bible grecque. Insensiblement, on passe de la chute à l’apostasie. Le pécheur jure par Dieu et se fait prendre :

ἐν τοῖς χείλεσιν αὐτοῦ καταληφθήσεται ἁμαρτωλός, καὶ λοίδορος καὶ ὑπερήφανος σκανδαλισθήσονται ἐναὐτοῖς.

« Par ses lèvres le pécheur sera pris ; le médisant et l’insolent s’y scandaliseront. » (Siracide 23,8)

Cela me rappelle ce brave prêtre que j’aime tant, ce bon père Preynat qui a avoué qu’il pouvait agresser jusqu’à quatre ou cinq enfants par semaines, lors des camps de scouts. Et d’ajouter : « J’étais très loin de tous les agresser, Dieu merci ». Et ce bon cardinal, le père Barbarin : « La majorité des faits est prescrite, grâce à Dieu ». J’avoue être très jaloux, pourquoi toujours parler de Dieu ? Ne pouvez-vous pas dire « diable merci » ou « grâce au diable » ? Un peu de justice, tout de même !

Résumons-nous. Il y a deux possibilités : ou l’horrible chemin du bien, la sainteté, ou le doux chemin de la perdition, le scandale. Le prophète Esaïe (8, 14) est inexact en disant que c’est Dieu qui est une pierre d’achoppement, un roc sur lequel on butte.

ἔσται σοι εἰς ἁγίασμα, καὶ οὐχ ὡς λίθου προσκόμματι συναντήσεσθε αὐτῷ οὐδὲ ὡς πέτρας πτώματι·

« (Le Seigneur) sera ta sanctification ; et tu ne te heurteras pas à lui comme à une pierre d’achoppement, comme à une roche qui fait tomber. »

Ce n’est pas Dieu ni son Christ, c’est moi qui fais le sale boulot pour Dieu. Oui, je suis son agent. Je fais tomber ceux qui devaient tomber. Je suis le « trébuchoir » de Dieu, sa pierre d’achoppement ! J’assume toutes les jambes cassées, tous les genoux déboîtés, tous les estropiés. Le paradis ou la chute !

Tout le christianisme roule sur ce scandale de la mort de Jésus, « messie crucifié, scandale pour les juifs, folie pour les païens » comme dit mon ennemi Paul de Tarse :

ἡμεῖς δὲ κηρύσσομεν Χριστὸν ἐσταυρωμένον, Ἰουδαίοις μὲν σκάνδαλον, ἔθνεσιν δὲ μωρίαν

« Nous, nous proclamons un messie crucifié, scandalon pour les juifs, folie pour les païens. » (1 Corinthiens 1, 23)

Et les chrétiens ont écrit tout leur Nouveau Testament pendant cinquante ans pour expliquer ce scandale d’un roi messie condamné au plus bel instrument de mort lente de tous les temps, la croix. Le scandale, évidemment, c’est la souffrance de l’innocence et l’outrageuse prospérité des salauds !

Pour l’apôtre Pierre, dans sa première lettre (1 Pierre 2,8), c’est le Christ qui est la pierre à scandale. Il essaie de m’imiter, le pauvre !

καὶ « λίθος προσκόμματος καὶ πέτρα σκανδάλου »· οἳ προσκόπτουσιν τῷ λόγῳ ἀπειθοῦντες

« Et (pour les incroyants, le Christ s’est fait) ‘une pierre d’achoppement et une pierre de scandalon’ (Esaïe 8,14) : ceux qui achoppent à la parole en la refusant. »

Remarquez que la pierre d’achoppement est devenue en grec, sous sa plume, une pierre à scandale. Tous les juifs qui sont restés juifs sont devenus apostats à cause du Christ : bravo le christianisme ! Le christianisme a personnifié le scandale : c’est, belle ambiguïté, moi, Satan, ou le « Christ crucifié », ou les méchants, ceux qui pratiquent l’injustice, l’innocent bafoué ou le méchant qui vit tranquille dans sa villa avec piscine et jacuzzi (très important le jacuzzi !). Le champ est semé de bon blé, et moi, le diable, je suis arrivé pour planter l’ivraie, la zizanie, la mauvaise graine. Au jugement dernier, les anges feront le tri entre les bons et les méchants. Les méchants, les salauds, les délinquants, les mafieux, les profiteurs sont les scandala qui, par les anges, seront ôtés du Royaume des cieux et me seront donnés pour mon enfer, la « fournaise de feu » :

συλλέξουσιν ἐκ τῆς βασιλείας αὐτοῦ πάντα τὰ σκάνδαλα καὶ τοὺς ποιοῦντας τὴν ἀνομίαν

« (Les anges) récolteront et enlèveront du royaume tous les scandala et ceux qui font l’injustice. » (Matthieu 13,41)

Le scandale entre explicitement dans sa dimension eschatologique de fin des temps. Plus d’échappatoire : l’enfer ou le paradis.

Enfin, nous y sommes, je vous le disais depuis le début, moi, le Satan, je suis le scandale par excellence. Pierre a parlé pour moi à Jésus : « ne va pas à Jérusalem, ne va pas te jeter dans la gueule du loup » :

ὕπαγε ὀπίσω μου, σατανᾶ· σκάνδαλον εἶ ἐμοῦ, ὅτι οὐ φρονεῖς τὰ τοῦ θεοῦ ἀλλὰ τὰ τῶν ἀνθρώπων.

« Va derrière moi, Satan : tu es mon scandalon, parce que tu ne penses pas les pensées de Dieu mais des hommes. » (Matthieu 16, 23)

On le lui avait dit, mais il y est allé quand même ; le roi messie innocent a été crucifié et depuis voilà que les pro-Jésus et les anti-Jésus se déchirent. Je suis, moi, le scandale, c’est-à-dire en fin de compte la résistance humaine trop humaine au « surhomme » qu’est ce messie qui meurt pour ses idées et ses disciples. Je vous le dis : avec moi, pas de souci, pas de morale, vivons tranquille. C’est trop fatigant le christianisme, un idéal religieux et moral à la fois. Moi je préfère mes frères Zeus, Poséidon, Hadès : ils couchent avec toutes les femmes qu’ils veulent, foudroient leurs ennemis, et passent leur temps à manger de l’ambrosie et boire du nectar. Elle n’est pas belle, la vie ? Pourquoi se soucier comme les philosophes ou les chrétiens de justice, de moralité, de sublime ? Laissez « les cochons se rouler dans la boue, ils aiment cela » ; tu as raison, Héraclite !

Et pour finir, la grande parole de Jésus sur le scandale. Personne ne la comprend : qui sont ces petits qui croient ? Quel est ce scandale ?

Ὃς δἂν σκανδαλίσῃ ἕνα τῶν μικρῶν τούτων τῶν πιστευόντων εἰς ἐμέ, συμφέρει αὐτῷ ἵνα κρεμασθῇ μύλοςὀνικὸς περὶ τὸν τράχηλον αὐτοῦ καὶ καταποντισθῇ ἐν τῷ πελάγει τῆς θαλάσσης

« Qui jamais scandalise un de ces petits qui croient en moi, il vaut mieux pour lui qu’une meule à âne soit suspendue à son cou et qu’il soit jeté en pleine mer. » (Matthieu 18,6)

Est-ce l’apostasie, la grande apostasie de la fin des temps ou celle de maintenant ? Est-ce la libération sexuelle version Gabriel Matzneff, un écrivain délicieux, adorable chroniqueur dans le journal Le Monde, qui aimait bien les douces petites filles de quatorze ans quand, lui, en avait gentiment cinquante ? Bravo Matzneff, mon cher pédophile adoré, il ne faut pas te laisser embrigader dans cette odieuse morale judéo-chrétienne. Assume ! Résiste ! Et puis si les chrétiens veulent appliquer leur évangile, rien ne les empêche d’attacher leur meule à ânes au cou des gentils ecclésiastiques pédophiles.

Dans cette religion idéale que revendique Jésus, le scandale est la non-conformité avec cette virtuosité requise. On aboutit à un constat amer : le scandale est inévitable. Donc ce n’est plus le scandale qui est condamné, mais celui par qui le scandale arrive.

Cruel paradoxe, le monde est mauvais, scandaleux, comment l’homme pourrait éviter le mal ? Et toujours la même personnification qui est un appel à un choix radical entre le bien et le mal. L’homme vertueux sort du monde mauvais pour entrer, s’il y arrive, dans le Royaume de Dieu… Heureusement que je suis là pour l’en empêcher.

Je voulais débarrasser la terre du christianisme. Mais j’ai perdu et l’évangile s’est répandu partout dans le monde gréco-romain et même en Orient. Et mon grand ennemi Jérôme qui me voyait dans ses rêves a traduit sans sourciller le mot scandalon grec par scandalum en latin dans sa Vulgate. Il ne s’est pas beaucoup fatigué. De là, le mot est entré chez les Barbares, et les Français en ont fait leur esclandre. On reconnait bien l’esprit français. Pas vu, pas pris. C’est moins le scandale qui compte que l’esclandre, le bruit que l’on fait autour. Ah la bienséance, cette délicieuse politesse qui permet au vice de rester impuni ; va, je ne te hais point ! Scandale est le mot savant, bon pour les clercs, esclandre est le mot populaire, avec ce doux ajout initial du e-, la chute de la seconde voyelle non accentuée (dale qui devient dre) et ce bizarre –l- qu’on a mis par anticipation en début de mot [escl-].

Merveille des merveilles, le mot est devenu un patrimoine commun de tous les Français, y compris de mes amis qui sont en guerre contre la religion, les communistes qui la considèrent comme « l’opium du peuple » mais ne se privent pas d’utiliser ce mot qui est la quintessence du judaïsme et du christianisme. Ainsi ce tribun étonnant que fut Georges Marchais, secrétaire du parti communiste, s’écriait contre le premier ministre de l’époque en 1977 : « Mais c’est un scandale, Monsieur Barre ! » Tout le monde a oublié de quoi il était question, et tout est devenu scandale ! Tout le monde s’indigne de tout. Et personne ne fait rien. « La maison brûle et l’on regarde ailleurs ! » Et évidemment c’est ma faute, bien sûr, c’est toujours « le diable, probablement ! »


NOTES

1 Ce texte est une version réélaborée d’une conférence donnée au Lycée Thiers à Marseille le 25 janvier 2024, dans le cadre de journées d’études sur le scandale.



Citer ce billet
Christian Boudignon (2024, 25 mars). « Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n° 57) ». Connaissance hellénique. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w2x7

Christian Boudignon

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Guy Dethurens dit :

    Soyez béni, vous l’auteur de ce merveilleux article !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search