Jean-Victor Vernhes revient sur l’étymologie de ΠΟΛΙΣ [polis] « lieu d’habitation » et de ΠΤΟΛΙΣ [ptolis] « ville forte »

 ETYMOLOGIE GRECQUE ( λύχνος n° 140, mars 2015, article six)✭✭✭

 

Retour sur l’étymologie de πόλις et πτόλις (II)

Hermès, la punaise et Ougarit

Hermès et sa mère Maia, peintre Nikixenos, Staatliche Antikensammlungen
Hermès et sa mère Maia, peintre Nikoxenos, Staatliche Antikensammlungen, Munich (wikicommons).

 

 

Cet article fait suite à celui que j’ai fait paraître dans le numéro 135 de Connaissance hellénique (Juillet 2013), et dans lequel j’ai proposé :

1- De poser πόλις < *kwolis, en rattachant le mot à la racine *kwel, qui, à partir du sens fondamental de tourner, tourner autour d’un centre, a développé les sens de s’occuper de quelque chose, et de habiter un lieu, le cultiver.

2- De disjoindre πόλις de πτόλις, le premier terme désignant tout lieu d’habitation, le second la ville forte.

Cet article de juillet 2013, vous le trouvez sur : ch.hypotheses.org/556

 

1 Une question de chronologie

À propos de la différence d’emploi que je vois dans la langue homérique entre πτόλις et πόλις, Rémy Viredaz m’écrit :

« Au sujet de la mixité dialectale de la langue épique et de votre question “quid de la différence d’emploi”: les différentes composantes dialectales ne sont pas sur pied d’égalité mais remontent à des dates différentes (il a dû exister une tradition épique achéenne au 2e millénaire, puis, issue d’elle, une tradition épique éolienne, puis, sans doute à la suite de l’immigration ionienne en Asie, cette tradition s’est poursuivie en territoire ionien. Plus tard encore, recension attique.) Tout cela a laissé des traces dans la langue épique ou dans les formules. C’est par cette différence de chronologie que je me demande si l’on peut expliquer la différence de sens que vous avez observée entre πτόλις et πόλις dans la langue épique. Suggestion qui devrait naturellement être contrôlée…Dans les dialectes, il y a plutôt eu succession que coexistence… »

Nous allons tirer parti de ces indications. Ainsi le terme πτόλις nous renvoie à la zone chronologique la plus ancienne, celle qui représente la tradition épique achéenne du IIe millénaire. À cette tradition se rattachent les éléments arcado-chypriotes de la langue épique, et πτόλις en fait partie. Le mot est attesté en chypriote. En arcadien, il subsiste comme vieux nom de Mantinée. Ce millénaire fut pour la Grèce marqué en son début par l’irruption violente de bandes ioniennes qui submergèrent les populations installées précédemment, puis en son milieu par la venue des envahisseurs « achéens », qui s’imposèrent par la force. Nous sommes là dans la civilisation de la πτόλις. On voit se dresser alors des πτόλιες, à partir desquelles on peut intervenir énergiquement, et vers lesquelles on court se réfugier en cas de danger. Laissons donc πτόλις dans cet arrière-plan achéen, et voyons venir la suite des temps.

Peu à peu la vie paisible reprend ses droits. On peut sans crainte créer des lieux d’activité plus ou moins importants, hameaux, bourgades, centres urbains fortifiés ou non. C’est une phase de développement de l’habitat. On peut s’installer en un lieu et y *kwέλειν (au sens du latin versari), pour y être un incola (un habitant), pour être un *kwoλος de chèvres (αἰπόλος) ou de bœufs (βουκόλος), c’est à dire leur « tourner autour » pour les soigner. La description du bouclier d’Achille, au chant XVIII de l’Iliade, fait allusion à ces travaux. Nous voilà dans la civilisation des πόλεις (des *kwόλεις dans mon hypothèse).  Le mot a pu avoir des débuts ruraux, comme le suggèrent les termes qui viennent d’être cités.

À propos de πέλειν / πέλομαι et de sa racine

On m’a objecté que je suis bien aventureux en ce qui concerne la valeur de *kwέλειν > πέλειν en rapprochant sémantiquement ce verbe du latin versari, qui, à partir de la notion première de tourner, a pris le sens de circuler à l’intérieur d’un lieu, l’habiter !

Nous lisons en effet dans le dictionnaire étymologique de Chantraine, à l’article πέλομαι : « Le verbe simple n’est attesté que dans le sens affaibli de « se produire, exister, être », parfois avec un adjectif prédicat, donc substitut du verbe εἰμί. » Donc pas question d’une notion de versari !

Or je m’inscris doublement en faux contre cette affirmation.

En effet nous lisons en Odyssée XXIV, 211 : ἐν δὲ γυνὴ Σικελὴ γρηὶς πέλεν, une Sicilienne âgée y habitait. Attestation peut-être unique de ce sens (?) ; mais les faits de parole que sont les attestations peuvent être des affleurements de faits de langue dont l’importance n’apparaît pas toujours dans les statistiques. Cette référence est un élément important pour établir l’emploi ancien en grec de la racine *kwel pour la notion d’être quelque part de façon permanente, d’habiter. Ce qui incite à penser que  cet emploi ne se limitait pas à ce seul exemple, mais qu’il fut usuel, c’est qu’il est un nécessaire maillon sémantique entre la notion première de  « tourner » et le sens « affaibli » sur lequel nous allons maintenant réfléchir.

L’étude de ce verbe πέλω/πέλομαι pourrait bien être à reprendre à fond. Au sens « affaibli », il n’est pas un substitut exact de εἰμί ; ainsi il ne peut prendre le sens de exister qu’a εἰμί dans οἱ θεοί εἰσιν, les dieux existent. Les dictionnaires, il est vrai, donnent le sens de exister, mais en se reportant aux références indiquées, on voit qu’il s’agit d’un être là. Ainsi dans Iliade, IV, 450 : οἰμωγὴ καὶ εὐχωλὴ πέλεν, ou dans Iliade, XII, 271 : νῦν ἔπλετο ἔργον ἅπασιν, voilà que maintenant il y a du travail pour tous. Employé comme copule, ce verbe semble signifier que le sujet est de façon permanente ce que signifie l’attribut. Il est installé dans son rapport avec l’attribut. Ce sens « affaibli », ou plutôt abstrait et grammaticalisé dans une tournure attributive, ne saurait dériver directement de la notion de « tourner », mais dérive aisément de la notion d’ « être quelque part, résider »  dont nous savons par ailleurs (latin versari, incola, etc.) comment elle peut dériver de celle de « tourner, faire des allées et venues autour d’un point fixe ». Le sens abstrait et grammaticalisé s’est développé en évinçant pratiquement le sens concret, sens que nous ne devons pas oublier, et dont nous pouvons penser qu’il était bien vivant lorsque naquit πόλις.

Cela fait songer à des emplois de estar en espagnol, qui partage avec ser les valeurs de notre verbe être. Dans cette perspective, la relation qu’il y a entre l’emploi local de πέλω/πέλομαι que je signale dans Odyssée 24, 211 et son emploi pour relier un sujet à un attribut  est comparable à celle qu’il y a entre le latin stare et l’espagnol estar ;  πέλω/πέλομαι n’est pas « un substitut du verbe εἰμί », de même que estar n’est pas un substitut de ser. Dans les deux langues, une dérive sémantique a fait d’un verbe de localisation ce que nous percevons comme une variété de verbe être. Ceci dit, nous n’allons pas nous lancer dans une mise en parallèle du couple homérique εἰμί /πέλομαι et du couple espagnol ser/estar : la dérive sémantique en question peut ne pas aboutir à une identique distribution complémentaire dans les deux langues.

Ces éléments renforcent ce qui a déjà été esquissé dans mon article en ligne sur πόλις au sujet de l’emploi en grec de la racine *kwel pour signifier la notion d’installation en un lieu, donc d’habitation (πολεύω, etc.)

La suite de l’histoire de πόλις peut se schématiser de la façon suivante:

1- Le mot va tendre à désigner des agglomérations d’une certaine importance, et non plus d’importance très diverse.

2- De la notion d’agglomération on va passer à la notion de cité proprement dite, avec des institutions, des lois, des droits et des devoirs. La célébration des grands législateurs (Lycurgue, Dracon, Solon) est le souvenir de cette mutation.

Le dérivé πολίτης peut se référer à 1 avec le sens d’habitant ou à 2 avec le sens de citoyen.

Quant aux dérivés de πολίτης (πολιτεύω, πολιτεία), ils se réfèrent exclusi­vement à 2. Ces termes appartiennent au temps du développement de la pensée politique.

Mais il ne s’agit pas ici de faire l’historique du mot πόλις et de ses dérivés, des origines à nos jours. Indiquons simplement le livre de Jacqueline Bordes : POLITEIA dans la pensée grecque jusqu’à Aristote (Paris, Les Belles Lettres, 1982).

Des femmes bien en chair dans l'allégorie de la paix, Jacob jordaens, Musée Victor Balaguer, Catalogne (Wikicommons)
Des femmes « bien en chair » dans l’Allégorie de la Paix et de la Félicité, atelier de Rubens, Musée Victor Balaguer, Catalogne (Wikicommons)

2 Les mystères du type en ó–ις

a) Hermès et la punaisitude

Après avoir mieux établi la parenté sémantique entre πόλις et la racine *kwel, il faut aussi songer à la morphologie et étudier de plus près la valeur de ce type en ó–ις sur vocalisme o.

J’ai, dans l’article précédent, mis en rapport πόλις, sans autre précision, avec un petit groupe de mots en -ις à vocalisme o : τρόπις, κόρις, τρόχις, τρόφις. C’est là, je le reconnais, un point faible de mon article. Un type de formation digne de ce nom doit être porteur d’une valeur définie. Or nous voyons ici un nom d’objet (ἡ τρόπις, la quille d’un navire), deux noms d’agent (ἡ κόρις, la punaise, celle qui κείρει, qui mord et ὁ τρόχις, le messager, celui qui  qui court) et un adjectif (τρόφις, bien en chair, bien nourri): un vrai bric-à-brac ! Peut-on trouver un fil conducteur ?

J’ai été mis sur la voie en lisant ce que dit Chantraine de τρόπις, dans l’article τρέπω de son dictionnaire. Je pensais que la parenté de τρόπις avec τρέπω tient aux mouvements de rotation qu’elle a dans sa lutte avec la mer pour stabiliser le navire. Or elle tient plus probablement, selon l’interprétation approuvée par Chantraine, à ce que « la quille était incurvée. » La « rotation » est alors dans la forme qui suggère un mou­ve­ment tournant, forme inhérente à l’objet.

Alors je me suis demandé si cette notion de caractéristique inhérente n’était pas ce dont est porteur ce type de formation. Vérifions cela dans les autres mots du petit groupe.

Ainsi τρόφις ne renvoie pas à un état passager, mais à un habitus. On n’est pas τρόφις occasion­nellement. Notons un emploi expressif en Iliade, XI, 307, où l’expression πολλὸν τρόφι κῦμα donne aux flots quelque chose de charnel et en fait un instant oublier l’impermanence.

Pour κόρις, la situation est nette. La punaise n’est pas l’animal qui κείρει à l’occasion. Cette activité de morsure est inhérente à sa nature de punaise, elle la définit, elle constitue l’essence de sa punaisitude (je n’ai pas résisté à la tentation de ce néologisme !).

Reste ὁ τρόχις, le coureur, le messager. Le terme ne m’étant pas familier, j’ai fait une plongée dans la base informatique de données de toute la littérature grecque ancienne qu’est le Thesaurus Linguae Graecae (TLG), en espérant découvrir, désigné par ce terme, quelque personnage qui, de par son code génétique, aurait pour caractéristique inhérente ancrée dans sa nature de courir porter des messages ! Alors serait confirmée mon idée sur la valeur dont ce type de formation est porteur. Dans tout le corpus je n’ai trouvé que quatre exemples, dont deux seulement ne sont pas post-classiques :  Eschyle, Prométhée enchaîné, v. 941, et Sophocle, Fragment 269c, v. 21. Or dans les deux cas il s’agit (mais μὰ τὸν Δία ! j’aurais dû m’y attendre !), il s’agit… d’Hermès. Et l’essence d’Hermès est bien de courir pour transmettre les messages.

Sur ces bases devenues plus solides je pense pouvoir avancer de façon plus convaincante que ce lieu qu’est la πόλις est, étymologiquement, un lieu ayant pour caractéristique inhérente d’être un lieu de *kwel (aux sens, que nous avons vus, d’habitation et d’activité).

b) Hermès rabaissé

Jetons encore un regard sur ce petit groupe en ό–ις. Avec des termes comme τρόπις et κόρις, nous sommes dans le domaine de la vie concrète et même triviale : celui des chantiers maritimes, celui de la literie, celle surtout des gens modestes, que vient infester le pénible insecte. Tρόφις, gros et gras, est un mot qui trouve facilement sa place dans la conversation familière et malicieuse. Mais est-ce que τρόχις pourrait appartenir au même niveau de langue ? On peut en douter, en voyant des références à Eschyle et à Sophocle. Mais consultons les textes.

Dans le passage du Prométhée enchaîné, nous avons une altercation entre Hermès et Prométhée. Prométhée cherche à rabaisser Hermès. Le terme τρόχις n’est certainement pas élogieux. Dans ce contexte, il sert plutôt à ravaler le messager divin au rang d’un simple garçon de courses. Dans le fragment de Sophocle, très endommagé, il y a dérision envers un Hermès transmettant les messages amoureux de Zeus : le voilà rétrogradé au niveau du trivial.

On a encore deux attestations de τρόχις. Dans Oppien, Halieutica, 2, 634, il s’agit d’un dauphin qui est l’humble messager de Poséidon. Enfin dans l’Alexandra de Lycophron (Fragment V, 1471) il s’agit d’un serviteur qui parle de lui-même dans sa fonction de transmetteur d’information : contexte d’humilité, de conscience de sa position sociale d’homme du peuple.

Ces considérations valent-elles pour πόλις ? Nous avons vu plus haut que le mot pourrait avoir eu des débuts ruraux, et avoir alors été du registre des activités banales et concrètes de la vie quotidienne. Parti de ce niveau, le mot a pu prendre l’ascenseur social et sémantique, pour finalement désigner, par une évolution que nous avons esquissée, la cité grecque.

 

3 Finalement, que faire de πτόλις ?

Ougarit, porte d'entré du palais, cliché Disdero (wikicommons)
Ougarit, porte d’entrée du palais, cliché Disdero (wikicommons)

Reste à tenter d’élucider le problème de πτόλις. Des efforts divers furent faits pour rapprocher de πόλις cette forme au πτ embarrassant. On a songé (théorie  qui vient de Benveniste) à une «occlusive à explosion sifflante» ps qui se serait renforcée en pt. Mais personne ne croit plus aux occlusives à explosion sifflante. Enfin on a imaginé une forme plus ancienne qui serait *τπόλις (cf. le dictionnaire de Beekes).

Ayant proposé de disjoindre πόλις de πτόλις, je suis libre de chercher pour ce dernier terme une origine toute différente. Ce pourrait être un terme de substrat (malgré le scepticisme de Chantraine) ou un emprunt.

Lancé sur cette piste, j’ai appelé un jour à l’aide mon collègue Remo Mugnaioni, de l’Université d’Aix-Marseille, spécialiste de sumérien et autres langues fascinantes de la haute antiquité moyen-orientale. Je lui ai demandé si dans ces langues on trouve des mots désignant la forteresse et comportant une séquence consonan­tique p t l. Il me fit observer qu’il pourrait s’agir tout aussi bien d’une séquence p t r, étant donné la proximité articulatoire du r (roulé, bien entendu) et du l.

Nous allâmes incontinent dans son bureau, où sa recherche aboutit rapide­ment.

Il repéra, dans A dictionnary of the Ugaritic language in the alphabetic tradition, de Gregorio del Olmo Lete et Jonquin Sanmartin (Brill, 2001) l’entrée pdr (I). Nous y trouvons que cela signifie «town, city», puis les auteurs font allusion au mycénien po-to-ri, avec renvoi au Diccionario Micénico de Francisco Aura Jorro (Madrid, 1993). Dans ce dernier ouvrage, nous trouvons un po-to-ri-jo, interprété par les mycénologues comme le nom d’un personnage qui serait un *Πτολίων.

Puis, toujours dans l’entrée p d r du dictionnaire ougaritique consulté, nous trou­vons mention de l’urartéen pâtari. De cela nous allons reparler dans les lignes qui suivent.

En outre, dans le glossaire de l’ouvrage de Joseph Tropper Ugaritish (Ugarit-Verlag), ouvrage qui se trouve aussi sur les rayons de Remo, nous lisons :

« p d r (befestige) Stadt… urartäisch pâtari », c’est-à-dire :

« p d r ville (fortifiée)… en urartéen pâtari

L’adjonction de la précision «fortifiée» nous est précieuse, car elle corrobore le rapprochement avec πτόλις.

Le royaume d’Ougarit se situait, en gros, sur le territoire de l’actuelle Syrie. Sa capitale, du même nom, se situe sur la mer près de l’actuelle Lattaquié, qui fut du temps des Gréco-Macédoniens Λαοδίκεια ἡ πάραλος, Laodicée proche de la mer. Nous connaissons l’histoire de ce royaume à partir du milieu du XIVe siècle av. J.-C. Sa splendeur est contemporaine des temps où se formait chez les Grecs la plus ancienne tradition épique. Et Remo Mugnaioni me dit que les relations étaient importantes entre Ougarit et Chypre. On a découvert à Ougarit des tablettes en écriture chypriote.

Quant à l’urartéen, c’est un dialecte du hourrite, langue caucasienne. Nous lisons dans Wikipedia : « La séparation entre l’urartéen et le hourrite semble être récente, et dater des environs de –2000. La civilisation urartéenne telle qu’on la connaît par la suite prend naissance dans la seconde moitié du IIe millénaire av. J.-C. dans la région du lac de Van. »  Mais c’est seulement au début du IXe siècle av. J.-C. que va se constituer un royaume urartéen organisé.

C’est donc du côté d’Ougarit et de ses relations avec les Grecs qu’il faudrait peut-être chercher l’origine de πτόλις. Gregorio del Olmo Lete et Jonquin Sanmartin, dans leur dictionnaire ugaritique, ont fait le rapprochement. Mais l’information ne semble pas s’être répandue chez les hellénistes : nous n’en trouvons nulle trace dans l’Etymological Dictionary of Greek de Robert Beekes. Il y a là pourtant une piste à signaler.

Jean-Victor Vernhes

Université d’Aix-Marseille

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *