Les Phéaciens de l’”Odyssée”

► ὁ λύχνος n° 167, mars 2024.

Francesco Hayez, Ulysse à la cour d’Alcinoos, 1814-1815, Musée de Capodimonte (wikicommons)

La Phéacie apparaît dans l’Odyssée1 : ayant quitté l’île de Calypso au chant V, Ulysse s’échoue, nu et épuisé, sur l’île des Phéaciens ; il y rencontre la princesse Nausikaa (chant VI), qui l’amène vers ses parents, le roi Alkinoos et sa femme Arété, qui règnent sur ce peuple : c’est à eux qu’il fera le fameux récit de ses aventures (chants IX à XII), avant d’être reconduit par eux au début du chant XIII chez lui, à Ithaque. Cette Phéacie semble n’avoir eu dans le monde réel aucun correspondant géographique ou historique (il ne sera pas question dans la suite de ce texte des tentatives anciennes ou modernes pour la localiser précisément, par exemple à Corcyre, identification attestée au moins dès le Ve siècle avant J.-C.2) : ces tentatives me semblent aussi absurdes que celles qui consisteraient « à chercher le terrier de lapin par lequel Alice est entrée au « Pays des merveilles »3… L’objectif sera en effet de présenter, en s’appuyant uniquement sur l’Odyssée, comment a été construite une utopie par nature hors du temps humain, et pourquoi. Pour cela, il est d’abord nécessaire de revenir au texte4.

De la Phéacie il faut d’abord constater l’éloignement : c’est un pays quasiment inaccessible, sauf pour Ulysse. Les Phéaciens en effet vivent « très loin des hommes mange-pain5 » ; selon Nausikaa : « Nous vivons à l’écart au sein de la mer démontée, au bout du monde, et sans fréquenter d’autres hommes6 ». Aussi, pour la belle et jeune princesse, « ce n’est pas sans l’accord de quelqu’un des dieux de l’Olympe que chez les Phéaciens pareils aux dieux cet homme (Ulysse) arrive7 ».

Vivant « à l’écart au sein de la mer démontée », les Phéaciens sont donc, tout naturellement, un peuple de marins : « La passion des Phéaciens n’est pas l’arc et ses flèches, mais les rames, les mâts, les navires harmonieux sur lesquels ils franchissent les eaux grises allégrement !8 ».

Mais – fait étrange – ces marins ne se livrent ni au commerce, ni au pillage, ni à la guerre. Les bateaux des Phéaciens sont d’ailleurs tout à fait extraordinaires, comme environnés de magie ; par un privilège de Poséidon, ils se gouvernent en effet tout seuls, sans pilotes, aussi rapides que la pensée : « sûrs de leurs prompts vaisseaux, (les Phéaciens) franchissent le grand abîme selon que Poséidon leur en a donné le pouvoir, et leurs navires sont plus vifs que l’aile ou la pensée9 ». Alkinoos leur roi le précise : « Nous autres Phéaciens ne nous servons pas de pilotes, et nos vaisseaux n’ont pas de gouvernail comme les autres : ils devinent tout seuls les pensers, les desseins des hommes, ils connaissent les bourgs, les terres grasses de partout et ils franchissent promptement le gouffre de la mer couverts d’un voile de brouillard ; et nous ne craignons pas qu’ils subissent jamais une avarie ou un naufrage10 ».

Pour conforter ce sentiment d’irréalité, les Phéaciens sont aussi présentés comme vivant hors du temps et de l’écoulement cyclique des saisons puisque, dans leur royaume d’abondance (toute l’année les arbres donnent), les opposés coïncident, le vieux comme le jeune, l’hiver comme l’été :

« En sortant de la cour, près des portes (du palais), se trouve un grand jardin de quatre arpents tout entouré de murs. Là de grands arbres ont poussé avec richesse, des poiriers, des pommiers aux fruits brillants, des grenadiers, des figuiers doux, des oliviers en pleine force. Ni l’été ni l’hiver les fruits ne font défaut, toute l’année les arbres donnent, et sans relâche, un doux Zéphyr fait bourgeonner les uns, mûrir les autres. La poire vieillit sur la poire, la pomme sur la pomme, la grappe sur la grappe, et les figues l’une sur l’autre. Là fut aussi plantée une vigne opulente dont une part, sur une terrasse exposée, sèche au soleil ; en ce lieu déjà, on vendange, en cet autre on foule les grappes ; devant, des ceps perdent leurs fleurs, d’autres commencent à rougir. Après le dernier rang de ceps, de belles plates-bandes donnent toutes les plantes et verdoient en toute saison »11.

Dans ce jardin à la fois verger, clos de vigne et potager, les opposés coïncident et le temps n’a pas prise : rien n’est plongé dans ce devenir qui fait inexorablement se succéder les saisons comme les âges de la vie12 ! On retrouve cette intemporalité dans la salle du palais phéacien : « D’or et d’argent deux chiens flanquaient l’entrée, dus au métier habile d’Héphaistos, et qui veillaient sur le palais d’Alkinoos le généreux en restant immortels, et sans jamais vieillir13 » ; la lumière qui baigne l’intérieur et paraît rassembler le soleil et la lune en un même éclat témoigne de la même indifférence à l’alternance du jour et de la nuit humaines : « Un éclat comme du soleil ou de la lune rayonnait sous les hauts plafonds d’Alkinoos14 ». Chez les Phéaciens, bien différents des humains qu’Hésiode montre condamnés à travailler durement, il n’y a pas de fatigue, pas de peine, pas de guerres : tout se passe dans l’euphorie15, les banquets, les chants et les danses, et leur royaume idéal ressemble aux mythiques Champs Élysées16.

J’en rapprocherais – tout en le distinguant bien – un autre pays mythique : celui des Hyperboréens17 (très « problématique » déjà pour Hérodote18), que Pindare présentait aussi comme un pays de cocagne qui ne connaîtrait que l’abondance et la félicité : « Nul ne saurait, ni par mer, ni sur terre, trouver la voie merveilleuse qui mène aux fêtes des Hyperboréens »19 (ils sont donc, comme les Phéaciens, loin de tout) ; ce sont des bienheureux (ἀνδρῶν μακάρων20), qui vivent au milieu de banquets somptueux, sacrifiant à Apollon des hécatombes d’ânes en érection, alors que tournent des chœurs de jeunes filles21 et ils ignorent les maladies et la vieillesse. Dans les Choéphores d’Eschyle, le chœur dit à Électre : « Enfant, tu veux plus que de l’or, plus que le bonheur suprême, le lot des Hyperboréens22 ». Diodore23, citant notamment Hécatée d’Abdère24, rapporte que l’île des Hyperboréens, dans les régions situées au-delà de la Celtique (ἀντιπέραν τῆς Κελτικῆς), « est à la fois fertile et productrice de toutes sortes de cultures, et, comme elle jouit d’un climat exceptionnellement tempéré, elle produit deux récoltes par an ». Selon Pline, c’est « au-delà de l’Aquilon, une nation heureuse (…) où les hommes atteignent une grande vieillesse ; des merveilles fabuleuses en sont racontées : on dit que là sont les gonds du monde (cardines mundi) et la dernière limite de la révolution des astres (…). La discorde y est ignorée, ainsi que toute maladie. On n’y meurt que par satiété de la vie : après un repas, après des jouissances données aux dernières heures de la vieillesse, on saute dans la mer du haut d’un certain rocher, c’est pour eux le genre de sépulture le plus heureux25 ». Seuls des héros comme Persée (pour tuer la Gorgone26) ou Héraclès purent atteindre leur pays merveilleux, ensuite inaccessible… de la manière même dont Ulysse fut le dernier à passer par le royaume des Phéaciens (puisqu’après la colère de Poséidon Alkinoos prit cette décision irrévocable : « cessons de convoyer les mortels qui arrivent en notre ville27 »). Rapprochement ne signifie cependant pas identification : les Phéaciens vivent dans l’ombre permanente de Poséidon, fondateur de la lignée royale, là où chez les Hyperboréens, c’est Apollon qui est particulièrement honoré, même s’il ne fait chez eux que des séjours en hiver 28 ; les points communs semblent malgré tout attester d’une participation à un imaginaire identique, celui d’un lointain pays de cocagne où séjournent des dieux.

Les Phéaciens sont présentés comme vivant « proches des dieux » (ἀγχίθεοι29). Alkinoos le confesse volontiers : « d’ordinaire, ils (les dieux) nous apparaissent toujours en personne, au moment des hécatombes somptueuses, ils mangent avec nous et prennent place auprès de nous. Ainsi quand l’un de nous cheminant seul en rencontre un, ils ne se cachent point, parce que nous en sommes proches comme en sont les Cyclopes et la nation sauvage des Géants30 ». Le jardin merveilleux d’Alkinoos et son palais sont dits être des « dons éblouissants des dieux31 » ; et la fille d’Alkinoos, la belle Nausikaa, est comparée aux Immortelles32, telle Artémis (Ulysse, la dernière fois qu’il la voit, promet même, quand il sera rentré chez lui, de l’invoquer « comme une déesse33 » !). Mais le dieu le plus proche des Phéaciens est Poséidon : ce dernier est présenté comme le fondateur de la lignée des souverains phéaciens, et dans leur cité lui est consacré « un beau Posideïon (ou un temple) »34. Selon Athéna en effet, « Poséidon engendra d’abord Nausithoos (…) qui régna sur les Phéaciens. Celui-ci eut deux fils, Alkinoos et Réxénor. Mais ce dernier, sans fils, à peine marié, Apollon à l’arc d’argent le terrassa, ne laissant qu’une fille, Arété, dont Alkinoos fit son épouse35 » ; l’Odyssée est en fait ambiguë sur la filiation de cette dernière puisqu’aux vers VII, 54-55, Arété est présentée plutôt comme la sœur d’Alkinoos (« ses parents sont ceux-là mêmes qui donnèrent le jour au roi Alkinoos »)36. Poséidon veille avec attention sur ces Phéaciens, … avec lesquels pourtant il se montrera finalement impitoyable, faisant sombrer – pétrifié – un de leurs bateaux, et couvrant leur bourg d’un « mont »37 » (une prédiction qui se réalisera, au moins partiellement, au chant XIII38). Une nef pétrifiée, transformée en écueil marin ; une cité recouverte d’une montagne : le monde des Phéaciens – on en a ici une nouvelle illustration – est celui de la fable… comme pour le récit de fondation de leur cité, où il est question de Cyclopes et de Géants 39 ».

Charles Paul Segal40 eut donc bien raison d’écrire : « Les Phéaciens, tout en étant l’instrument du retour d’Ulysse au monde de la réalité, sont aussi le dernier reflet de ce royaume imaginaire qu’il est en train de quitter » (c’est-à-dire ce monde fantastique et irréel de monstres et d’enchanteresses évoqué aux livres IX-XII par Ulysse lui-même dans les fameux Apologues chez les Phéaciens). Il convient donc de ne pas s’attarder sur certains passages où ces mêmes Phéaciens sont traités comme on le ferait des humains, par exemple avec le souhait de longévité adressé par Ulysse à la reine Arété quand il prend congé41. Certes leur royaume présente aussi des aspects du « monde réel », celui des humains, aspects soulignés par Pierre Vidal-Naquet : « cela a déjà été prouvé à propos de la terre (ils ont des champs cultivés, le bourg fortifié s’y distingue de la campagne) et du sacrifice (« nous offrirons aux dieux de belles victimes », dit Alkinoos42), mais la remarque peut être étendue à l’ensemble de l’organisation sociale. Les institutions sociales de Pylos, de Sparte, d’Ithaque surtout sont présentes en Phéacie, et le détail de l’organisation du palais est identique à Ithaque et chez Alkinoos43 » ; selon François Hartog : « Mortels d’entre les mortels, tels sont les Phéaciens44 ». C’est aller trop loin : leur royaume où il n’y a ni porcher, ni chevrier ni bouvier, où un roi règne pacifiquement sur douze autres, subordonnés et obéissants, n’est qu’un décalque utopique d’Ithaque ; c’est-à-dire qu’à mi-chemin entre la réalité et le phantasme « la Phéacie est (…) une société idéale et impossible (…). On peut considérer Schéria comme la première utopie de la littérature grecque45 ». D’où, comme l’avait souligné Charles P. Segal46, la fonction d’intermédiaires et de « passeurs » des Phéaciens dans le poème : ayant un pied dans le monde des dieux immortels et de la fable et l’autre dans celui des hommes, ils pouvaient fournir à Ulysse désireux de retrouver son humanité perdue47 la porte d’entrée nécessaire pour regagner Ithaque, qui appartient à l’inverse tout entière au monde livré au devenir, au temps et à la mort. C’est le sens de l’engagement pris par Alkinoos : « Nous songerons ensuite à son retour, afin que sans chagrin ni peine, par nous conduit, il ait sans tarder cette joie de revoir sa patrie, même s’il en est éloigné, et qu’entre-temps il ne subisse aucun dommage jusqu’à ce qu’il débarque en son pays ; là-bas, il subira ce que le Sort et les graves fileuses ont mis à leur fuseau lorsque sa mère l’enfanta48 ».

Une particularité qui distingue la Phéacie du monde grec réel est le rôle décisif que l’Odyssée semble accorder à la reine Arété, plus qu’au roi Alkinoos. Car, contrairement à ce qu’estime Pierre Vidal-Naquet49, c’est bien elle, plus que son mari, qui rend possible le retour victorieux d’Ulysse en l’aidant des cadeaux dont elle le comble50. Nausikaa l’avait dit à Ulysse : « Sans t’arrêter (à mon père : τὸν παραμειψάμενος), va droit à ma mère et embrasse ses genoux, si tu veux avoir la joie de vivre l’heure du retour51 » ; puis Athéna le lui redit : « Va donc d’abord trouver la Dame du palais. On la nomme Arété (…), dont Alkinoos fit son épouse et qu’il vénéra plus qu’aucune autre n’est vénérée parmi celles qui gèrent un palais pour leur mari. Ainsi fut-elle toujours honorée de ses enfants, d’Alkinoos et de son peuple qui, en la vénérant comme on vénère une déesse (οἵ μίν ῥα θεὸν ὣς εἰσορόωντες), la couvre de louange où elle passe dans la ville. Car elle aussi ne manque pas de pensers nobles et sa bonté apaise les querelles, même entre hommes. Or, si son cœur se prend d’affection pour toi, tu peux garder l’espoir de revoir les tiens, de rentrer dans ta haute demeure et sur le sol de ton pays52 ». Le personnage principal est donc ici explicitement la reine, qui porte d’ailleurs le nom d’une notion capitale (l’ἀρετή ou valeur) dans la pensée grecque53.

C’est elle (avec Alkinoos qui organise l’opération) la généreuse bienfaitrice lors du retour d’Ulysse : après lui avoir fait préparer un bain (son premier vrai bain depuis l’île de Calypso), elle lui apporte son coffre le plus beau, où elle dépose les cadeaux des Phéaciens, en y ajoutant une écharpe et la plus belle de ses robes54 (VIII, 433-452) ; puis, au moment du départ (XIII, 66-69), elle dépêche trois servantes pour porter ces présents, avec du pain et du vin ; elle lui avait auparavant fait préparer un lit (VII, 334-347). C’est elle qu’Ulysse salue en dernier : « Ulysse s’avança, remit entre les mains de la reine la double coupe, et vint lui adresser ces paroles ailées : ” O Reine, le bonheur soit ton compagnon jusqu’à l’heure de la vieillesse et de la mort qui attendent les hommes ! Moi, je m’en vais. Mais toi, jouis en ces demeures, de ton peuple, de tes enfants et du roi ton seigneur !” Ayant ainsi parlé, Ulysse repassa le seuil. Alkinoos, seigneur sacré, le fit escorter d’un héraut pour le conduire au prompt navire et au bord de la mer. Arété envoya pour l’accompagner des servantes, l’une portant la robe et le châle tout frais lavé, la deuxième tenant le coffre bien fermé55 ». Si ailleurs Alkinoos affirme que « la force ici (lui) appartient56 , c’est en fait juste après avoir concédé qu’après le conseil formulé par Arété, « il en sera selon son propos57 » (à elle !) ».

Quelle est donc cette reine dont les pouvoirs sont si étendus ? Il faut, me semble-t-il, se garder des hypothèses qui y décèlent la trace d’un supposé matriarcat originel en Grèce, et plus généralement éviter (malgré leur intérêt) les interprétations seulement anthropologiques ou sociologiques58 ; on est bien au-delà ici des simples rites de l’accueil aux suppliants ou de l’hospitalité. Pour resituer les interventions de la reine dans ces scènes, il me semble essentiel de revenir sur un trait original, propre au séjour d’Ulysse en Phéacie : c’est le caractère nocturne de la plupart des échanges qui, selon l’Odyssée, s’y déroulent.

Ulysse arrive en effet de nuit à la cour des Phéaciens : alors « sur des socles bien faits se dressaient des figures d’or d’adolescents tenant en main des torches allumées, illuminant les nuits dans le palais pour les convives59 » ; car à ce moment-là, les Phéaciens allaient se coucher : « (Ulysse) y trouva les gouverneurs et les conseillers phéaciens offrant la libation au Messager éblouissant (Hermès), le dernier dieu qu’ils honoraient quand ils songeaient au lit60 ». Aussi après ce premier échange, Ulysse est-il invité à se coucher, sur instructions d’Arété : « Tandis qu’ils échangeaient ensemble ces propos, Arété aux bras blancs invitait les suivantes à dresser sous la galerie un lit de camp, à le couvrir de beaux draps couleur pourpre, à poser dessus des tapis et des capes laineuses dont on pût s’envelopper. Une torche à la main, elles sortirent de la salle61 ». Le lendemain, la révélation spectaculaire par Ulysse de son identité a lieu après le coucher du soleil (δύσετό τ᾽ ἡλέλιος62) et après le repas du soir (suite au chant de l’aède Démodocos) : ému par le troisième chant de Démodocos, Ulysse se dévoile et commence le récit de ses pérégrinations. Au chant XI, quand Ulysse fait mine un instant de s’interrompre (« Mais il est temps d’aller dormir63 »), Alkinoos l’invite immédiatement à poursuivre : « Cette nuit sera longue, interminable, il n’est pas l’heure de dormir dans la salle ; ainsi donc, dis-moi ces prodiges ! Jusqu’à l’aube divine, je tiendrais, si tu voulais me faire les récits dans la salle de tes malheurs !64 ». C’est de nuit qu’Ulysse, au début du chant XIII, sera reconduit, profondément endormi, par le navire phéacien à Ithaque : Ulysse ayant vu avec joie se coucher le soleil (« ὣς Ὀδυσῆ᾽ ἀσπαστὸν ἔδυ φάος ἠελίοιο65 ») navigue de nuit, assoupi, jusqu’à ce que monte « l’étoile très brillante qui s’avance annonçant la lumière de l’aurore matinale66 ».

Je pense qu’il faut avoir en tête cette dimension nocturne du passage d’Ulysse chez les Phéaciens pour comprendre la description spectaculaire qui est faite de la « salle » de leur palais67» :

« Cependant Ulysse atteignait le glorieux palais d’Alkinoos ; le cœur plein de pensées, il s’arrêta devant le seuil de bronze. Un éclat comme du soleil ou de la lune rayonnait sous les hauts plafonds d’Alkinoos. Car des parois de bronze s’élevaient des deux côtés, du seuil jusques au fond, avec des frises d’émail bleu ; des portes d’or fermaient la robuste maison ; les montants en étaient d’argent, le seuil de bronze, d’argent encore le linteau, et l’anneau (ou corbeau : κορώνη) d’or. D’or et d’argent deux chiens flanquaient l’entrée, dus au métier habile d’Héphaïstos, et qui veillaient sur le palais d’Alkinoos le généreux en restant immortels, et sans jamais vieillir. Du seuil jusques au fond, le long des deux parois, des fauteuils étaient alignés que recouvraient de légers voiles bien tissés, œuvre des femmes. C’est là que s’asseyaient les gouverneurs de Phéacie pour boire et pour manger, ayant tout en abondance. Sur des socles bien faits se dressaient des figures d’or d’adolescents tenant en main des torches allumées, illuminant les nuits dans le palais pour les convives68 ».

Cette description nocturne de la salle du palais phéacien est un merveilleux spectacle pour Ulysse, qui la contemple comme fasciné, figé sur place comme dans une sorte d’expérience-limite confinant au sublime69 : « Ulysse l’endurant contemplait, immobile70 ». C’est la nuit : les nobles Phéaciens sont sur le point d’aller se coucher71, d’où les « torches allumées72 » tenues en main par des figures d’or d’adolescent (ornements trop étranges pour désigner de quelconques « œuvres d’art », dont on ne connaîtrait aucun autre équivalent pour la Grèce archaïque). La salle ici décrite est très haute, et Ulysse la balaye du regard, émerveillé, dans sa profondeur (« du seuil jusques au fond73 ») et latéralement74 (« des deux côtés ») ; elle est bardée de toutes sortes de métaux précieux : seuil et murailles en bronze, portes et figures d’or, montants d’argent, chiens immortels d’or et d’argent, anneau ou corbeau d’or…

Ce spectacle nocturne, tout en hauteur, et le caractère métallique des revêtements inaltérables, éternels (voir en effet les « chiens immortels » qui ne peuvent vieillir) placent Ulysse ici, me semble-t-il, dans la position de quelqu’un qui lèverait la tête… pour observer le ciel nocturne, inaltérable sinon immuable. On sait en effet que pour les Grecs la voûte du ciel était métallique, le plus souvent justement de bronze ou d’airain : dans l’Iliade75 et l’Odyssée76 l’adjectif πολύχαλκος – un dérivé de χαλκός : cuivre, bronze – est en effet utilisé pour qualifier le ciel. Deux éléments au moins peuvent justifier l’idée d’un spectacle astral : d’une part il y a la référence à la lumière des astres dans la « salle » (« Un éclat comme du soleil ou de la lune rayonnait ») ; d’autre part la « couleur sombre » de la frise77, couleur que le texte prend étrangement soin de préciser (περὶ δὲ θριγκὸς κυάνοιο78 : κύανος – qui a donné l’adjectif cyan – désignerait plutôt une matière, selon P. Chantraine le smalt, un émail de couleur bleue foncé) : cette « couleur sombre » serait donc une sorte de bleu nuit.

Il est vrai que le reste de la description (ἔκφρασις) est plus malaisément interprétable : d’abord il y a la porte du palais avec seuil de bronze, montants d’argent, linteau d’argent et au-dessous une κορώνη (sans doute quelque chose de recourbé comme le marteau d’une porte) ; et pour garder cette porte deux chiens d’or et d’argent immortels. Ces derniers pourraient désigner – s’il s’agit d’une évocation de la voûte céleste nocturne – les deux constellations associées du « Grand chien » (connue d’Homère comme le Chien d’Orion79, et qui contient l’étoile Σείριος, la plus brillante du ciel) et du Petit chien (Προκύων) : car en automne/hiver (le probable moment de la navigation d’Ulysse80) les deux « Chiens » se trouvent justement à la base de la Voie ou « Cercle lacté81 » (qu’on comparaît volontiers à un chemin ou une route, ce qui justifierait la mention des deux « gardiens de porte » à l’entrée) ; soit – et c’est plus probable – la Grande Ourse et la Petite Ourse (dont une épiclèse était précisément Κυνόσουρα, c’est-à-dire en grec la « Queue du Chien »82), d’autant qu’entre elles deux (l’une plus brillante et facile à repérer83 que l’autre : d’où peut-être le contraste entre les deux chiens d’or et d’argent), s’incurvait, « tel le flot d’une rivière84 » (ou d’une porte ?), la constellation du Dragon.  Les autres étoiles seraient alors, métaphoriquement, ces « figures d’or d’adolescents » sur des « socles bien faits » (ou bien construits, c’est-à-dire permanents, non démontables : ἐπὶ βωμῶν ἕστασαν85), « illuminant les nuits » avec leurs « torches allumées ».  Les « fauteuils alignés », où siègent les « gouverneurs de Phéacie86 » le long des deux parois, font penser quant à eux à « l’alignement » des constellations du zodiaque qui, de fait, sont « rangées » sur le plan de l’écliptique : tout au long de l’année, à l’intérieur de chacune de ces constellations successivement, le soleil se lève, de telle sorte que ces constellations paraissent transporter celui-ci comme le feraient d’éternels et immuables navires sans pilotes ni gouvernails ; or c’est bien (on l’a dit plus haut) la caractéristique la plus spectaculaire des navires phéaciens que de suivre leur route tout seuls, sans pilotes.

La description de la salle du palais à Schérie offrirait ainsi un exemple de ces allégories homériques évoquées dès l’Antiquité. Des allusions à une telle lecture de l’Odyssée sont attestées, semble-t-il, au moins dès l’époque du grammairien Théagène de Rhégion (vie siècle avant notre ère), sous les noms d’ὑπόνοια (« soupçon », « conjecture », « signification cachée ») puis d’ἀλληγορία : l’une des plus célèbres (et des plus invraisemblables) est celle du néoplatonicien Porphyre (vers 232-301 ap. J.-C.), intitulée Sur l’antre des nymphes dans l’Odyssée (à propos des vers du chant XIII, 102-112)87. Le recours à l’allégorie traduirait le désir des aèdes de rendre compte – par une comparaison avec le mouvement cyclique des astres – de la « réémergence » programmée d’Ulysse (elle avait été décidée par les dieux dès le chant I), qui va réapparaître hors des ténèbres de l’oubli où il avait été jeté en arrivant chez Calypso (la nymphe dont le nom signifie en grec « Celle qui cache » … comme le fait la nuit).

Or, au sein de cette circulation céleste, il n’y a qu’une étoile qui semble « fixe », tout en tournant sur elle-même en permanence, et qui parait « piloter » ainsi toute la mécanique universelle : c’est l’étoile polaire (autrement appelée l’Ourse), indispensable repère pour les navigateurs, donc pour des marins comme les Phéaciens de l’Odyssée, mais aussi plus largement pour ces grands voyageurs qu’étaient les Grecs. C’est bien l’Ourse qu’Ulysse, quittant Calypso sur le radeau qu’il s’est construit, avait pris pour repère ou pour guide avant d’arriver à Schérie : « il s’installa, il tint la barre en homme du métier, et jamais le sommeil ne tomba sur ses yeux qui fixaient le Bouvier tard couché, les Pléiades, l’Ourse, que l’on appelle aussi le Chariot et qui, tournant sur place en épiant Orion, est seule à ne pas plonger dans le courant de l’Océan. Calypso lui avait ordonné en effet de naviguer au large en l’ayant toujours à main gauche88 ». Dans l’hypothèse d’une allégorie astrale, c’est l’Ourse qu’Ulysse atteint enfin quand, sur « l’île » de Phéaciens et sur instructions de Nausikaa et d’Athéna, il court embrasser les genoux de la reine Arété.

Cette hypothèse établit une autre passerelle entre Schérie, le royaume des Phéaciens et le mythique pays des Hyperboréens, pays que les Anciens ont situé le plus souvent dans le grand nord du côté du pôle, donc de l’étoile polaire. Pour ce pays fabuleux, la localisation nordique paraît en effet aller de soi : le nom grec désignerait en effet une terre « au-delà des souffles de Borée »89: « (Héraclès) visita cette contrée qui est par-delà les souffles du froid Borée, ἴδε καὶ κείναν χθόνα πνοιαῖς ὄπιθεν Βορέα ψυχροῦ »90). Selon Hésiode91, les Hyperboréens se trouvaient au pays de l’ambre et de l’Éridan, fleuve mystérieux du nord de l’Europe (Rhin ? Elbe ? Vistule ?) qui, selon des traditions critiquées par Hérodote (III, 115) aurait coulé à l’extrémité occidentale de l’Europe et se serait jeté dans la mer septentrionale. Même localisation nordique chez Hécatée d’Abdère92. Plus tardif, Strabon les situe parmi « les nations les plus boréales (βορειοτάτους), le pôle étant proprement la limite des nations boréales » (Ὃρος δὲ τῶν μὲν βορείων ὁ πόλος, I, 3, 22). Il en va de même chez Pline (cardines mundi, cité plus haut) ou Pomponius Mela (sub ipso siderum cardine, III, 36 : c’est-à-dire au-dessous du point du ciel par lequel passe le pivot, cardo, autour duquel s’effectue la révolution des astres)93. La Grande Ourse était aussi nommée Ἑλίκη94, d’ἑλίκη : « spirale » (apparenté à εἰλέω et εἰλύω pour désigner ce qui « tourne » ou « se retourne »), et justement, selon Stéphane de Byzance qui cite Hécatée d’Abdère, l’île des Hyperboréens se serait appelée Ἐλίξοια95, dérivé de la même racine. Selon Renaud Gagné : « The name of the island, Helixoia, suggests a derivation from helisso, and points to the idea of circular motion : something like “Pivot-Island”96 ».

Pour les Grecs anciens, la Polaire était certes un guide et un pôle de stabilité mais, tournant cependant sur elle-même, elle leur paraissait aussi entraîner, tel un moteur céleste, la ronde des étoiles97. Selon Aratos en effet : « Toutes ensemble, si nombreuses et dispersées, les étoiles sont entraînées dans le mouvement du ciel, jour après jour, sans interruption, éternellement. Mais l’axe, lui, ne bouge pas d’un fil. Il reste solidement fixé à jamais, et tient par le milieu la terre, bien égale en tous sens, tout en faisant mouvoir autour de lui le ciel lui-même (περὶ δ᾽ οὐρανὸν αὐτὸν ἀγινεῖ98). Deux pôles le terminent à ses deux bouts ; l’un est invisible ; l’autre, à l’opposé, du côté du nord, s’élève au-dessus de l’Océan. Autour de lui deux Ourses se suivent de près. C’est pour cela qu’on les appelle les Chariots. Chacune d’elles a toujours la tête dirigée vers la croupe de l’autre, et chacune a toujours l’autre sur les épaules. Elles sont emportées en sens contraire, épaules en avant »99. En conséquence semble-t-il, deux étoiles de la queue de la Petite Ourse avaient reçu un nom désignant clairement leur fonction de « Conductrices »100 ou, selon Hygin101, de Choreutae (Χορευταί), c’est-à-dire de « Danseuses » parce qu’elles semblaient emmener toutes les autres étoiles dans leur danse.

Les poèmes homériques ne connaissent qu’une Ourse, mais qui, elle aussi, tout en restant fixe, tourne sur elle-même : dans l’Iliade102, c’est « l’Ourse, à laquelle on donne le nom de chariot, qui tourne sur place, observant Orion, et qui, seule, ne se baigne jamais dans les eaux d’Océan » (Ἄρκτόν θ᾽, (…) ἥ τ᾽αὐτου στρέφέται), vers que l’on retrouve dans l’Odyssée103. Dans les Trachiniennes104, Sophocle va beaucoup plus loin, en décrivant un véritable mouvement cyclique semblable à la « roue du destin » : « La peine et la joie, pour tous, tournent en rond, comme les chemins circulaires de l’Ourse (οἷον ἄρκτου στροφάδες κέλευθοι). Pour les hommes, rien qui dure, ni la nuit étoilée, ni les malheurs ni la richesse ; tout cela un jour brusquement a fui, et c’est déjà au tour d’un autre de jouir, avant de tout perdre » (ici στροφάδες – de στροφάς : « qui se meut en tournant », « circulaire », ou « qui s’enroule autour »105, « qui se fixe » désigne l’éternel retour de la constellation à tous les points de son parcours106).

La peine et la joie : c’est justement vers son inévitable destin de mortel que les passeurs Phéaciens promettent de conduire Ulysse : « là-bas, il subira (Ulysse) ce que le Sort et les graves fileuses ont mis à leur fuseau107 ». Conductrice de la ronde éternelle des étoiles (et donc aussi symboliquement des destinées humaines) la distante Polaire paraissait détenir en conséquence un redoutable pouvoir, attesté dans de nombreuses cultures. En Grèce, l’île nordique des Hyperboréens était parallèlement considérée comme le centre d’une révolution cosmique : et les liturgies circulaires qui s’y déroulaient paraissaient faire écho au rythme du cosmos108 » ; selon Pindare, on l’a vu109, y tournaient des chœurs de jeunes filles. Un mouvement circulaire permanent (au sens propre une « révolution110 »), entraînant la « coïncidence des opposés » puisque tout s’y associe dans une chaîne ininterrompue, expliquerait que tout s’y régénère continument : tel est, on l’a vu, le jardin fantastique des Phéaciens, où les arbres produisent en toute saison. Jours et nuits y cohabitent aussi ; c’est ainsi que pourrait être interprété le fragment 870 de Sophocle111 : Borée emporte la nymphe Orithye « par-delà toute la mer, aux extrémités de la terre, aux sources de la nuit où le ciel se déploie, à l’antique jardin de Phoibos » (ὑπερ τε πόντον πάντ᾽ ἔσχατα χθονὸς νυκτός τε πηγὰς οὐρανοῦ τ᾽ ἀναπτυχὰς φοίβου τε παλαιὸν κῆπον…)112 ; comme l’analyse Alain Ballabriga, jours (« déploiements ») et nuits semblent ici coïncider : « (ce) fragment de Sophocle confirme cette notion d’un Grand Nord à la fois nocturne et lumineux (…). Le terme ἀναπτυχαί, littéralement « déploiements », renvoie à la splendeur et au rayonnement des espaces célestes, de l’éther, par opposition aux « sources de la nuit ». Cette radiance céleste baigne un jardin d’Apollon, dieu solaire qualifié de Phoibos « Brillant » (…). Le Grand Nord semble ainsi échapper à l’alternance des saisons comme il semble échapper à celle de la nuit et du jour »113. La salle du palais des Phéaciens, que contemple Ulysse, possède à la fois « un éclat comme du soleil ou de la lune114 ».

Arété est au cœur de ce spectacle, car c’est vers elle que se dirige Ulysse, ignorant tous les autres personnages présents ; il court embrasser les genoux de la reine, et supplie : « Fille de Réxénor égal aux dieux, ô Arété, je viens à ton époux, à tes genoux115 ». Vénérée « telle une déesse116 », possédant des pouvoirs suffisamment étendus – nous dit l’Odyssée117 – pour régler tous les problèmes et arranger tous les conflits, elle se tient « près du foyer, dans sa lueur, le dos à un pilier, avec des femmes derrière elle, tournant une quenouille pourpre, belle à voir118 ». Si elle est bien une désignation de la Polaire, le « pilier » auquel elle est adossée ne peut être que l’« axe » du monde (dont parle par exemple Aratos : voir plus haut) ; Arété en tout cas, comme la Polaire (Ἑλίκη : l’Ourse) est associée à un mouvement circulaire : il est dit en effet qu’elle « tourne sa quenouillée teinte en pourpre de mer », avec ses servantes (les autres étoiles ?) qui sont là, assises derrière elle119 ; ces servantes sont probablement les mêmes que celles évoquées plus loin dans la maison d’Alkinoos, « qui font tourner des quenouilles toujours en mouvement, comme les feuilles d’un haut tremble120 ».

Pour conclure sur l’« épisode phéacien » dans l’Odyssée, la fonction de passeurs qu’il attribue à ces navigateurs de l’impossible (avec des navires capables de naviguer sans pilotes ni gouvernails, aussi vifs que la pensée) a pour but de faire revenir du néant Ulysse, qui avait disparu dans le monde du rêve et de la chimère. Pour ce « passage », qui est un retour au monde humain, mortel et soumis au Sort (retour décidé par les dieux), les aèdes ont utilisé une subtile allégorie ; ils ont situé le royaume utopique des Phéaciens au ciel : la « roue du destin » tourne à l’image de la voûte céleste nocturne autour de l’étoile polaire. Ulysse devait nécessairement se diriger d’abord vers celle qui, du haut de son foyer tournoyant, semble mettre en marche le moteur universel (et donc assurer son retour à la vie) : c’est la Polaire, qui prend ici les traits de la reine Arété. Allégorie poétique qui n’implique pas de « croyances » religieuses particulières, mais d’une mystérieuse beauté…


NOTES

1 Apollonios de Rhodes (IIIe siècle av. J.-C.), auteur hellénistique des Argonautiques, l’évoque également au livre IV.

2 Premières attestations chez Hellanicos de Lesbos, 4 F 77 Jacoby, et Thucydide, I, 25, 4 (voir Francis Vian, Apollonios de Rhodes, Arg., t. III, chant IV, Paris, Les Belles Lettres, 1981, p. 29).

3 La remarque est de Pierre Vidal-Naquet, Le chasseur noir, rééd. Paris, 2005, La Découverte, p. 4634 (François Maspero, 1981). Nombreux sont pourtant ceux qui ont tenté l’aventure, de Victor Bérard dans les années 1920 à l’ethnologue Jean Cuisenier plus récemment (2003). Pour une autre approche, voir Alain Ballabriga, Les fictions d’Homère, L’invention mythologique et cosmographique dans l’Odyssée, Paris, PUF, 1998, p. 188-219.

4 Quand, dans les citations, il y a des passages en italique, c’est un choix de ma part.

5 Od., VI, 8 (traduction Philippe Jaccottet, nouv. éd., Paris, La Découverte, 2004).

6 Od., VI, 204-205.

7 Od., VI, 240-241.

8 Od., VI, 270-272.

9 Od., VII, 34-36.

10 Od., VIII, 557-563.

11 Od., VII, 112-128.

12 L’Odyssée en donne un contre-exemple absolu avec le jardin du père d’Ulysse, Laërte, que le héros revenu à Ithaque vient visiter au chant XXIV de l’Odyssée et où les saisons ne se juxtaposent pas mais se succèdent.

13 Od., VII, 91-94.

14 Od., VII, 84-85.

15 Charles Paul Segal (o. c. p. 28) souligne à quel point le mot plaisir ou satisfaction (τέρψις) revient à leur propos au chant VIII (45, 91, 368, 429, 542).

16 L’île, semble-t-il, partage des traits avec la société que décrit la partie délienne de l’Hymne homérique à Apollon (HhH, 151-155) : « Qui surviendrait quand les Ioniens sont assemblés les croirait immortels et exempts à jamais de vieillesse : il verrait leur grâce à tous, et son cœur serait charmé en regardant les hommes, les femmes aux belles ceintures, les vaisseaux rapides avec toutes leurs richesses ».

17 La bibliographie sur ce peuple mythique remplirait un livre ; voir la récente étude de Renaud Gagné, Cosmography and the Idea of Hyperborea in Ancient Greece. A Philology of Worlds, Cambridge, Cambridge University Press, 2021. Diodore de Sicile (II, 47) fournit un résumé particulièrement précieux de ce qu’on disait d’eux.

18 Hérodote, IV, 32, 36.

19 Pindare, Pythiques, X, 30.

20 Pindare, Pythiques, X, 46.

21 Pindare, Pythiques, X, 38-39.

22 Eschyle, Les Choéphores, 372-373 (trad. Paul Mazon).

23 Diodore, Bibliothèque Historique, II, 47.

24 Hécatée d’Abdère aurait vécu à la cour de Ptolémée Ier vers 300. Il serait l’auteur d’un περὶ Ὑπερβορέων dont on ignore tout. Selon Élien, La personnalité des animaux, XI, 1 (Hécat. Abd. 264 F 12 Jacoby = 73 B 3 Diels-Kranz), « La race humaine des Hyperboréens et les honneurs que reçoit chez eux Apollon sont célébrés par les poètes et exaltés par les historiens, et en particulier par Hécatée (Hécatée d’Abdère et non Hécatée de Milet) ».

25 Pline, H. N., IV, 26, 11-12. Mêmes observations chez Pomponius Mela, III, 37 (Scythie).

26 Pindare, Pythiques, X, 31 et 44-46.

27 Od., XIII, 180-182.

28 Selon un hymne d’Alcée résumé par Himérios (Or. 48. 10-11 = Alcaeus 307c Voigt), Apollon quittait le pays des Hyperboréens pour gagner Delphes en été, ou plutôt au début du printemps selon d’autres textes (voir Renaud Gagné, o. c., p. 104-111, 132).

29 Od., V, 35. Comme le note Pierre Vidal-Naquet (Le chasseur noir, p. 63-64) : « Il ne s’agit pas d’une épithète de politesse – elle n’est employée que deux fois par Homère et seulement à leur propos ».

30 Od., VII, 201-206.

31 Od., VII, 132.

32 Par exemple en Od., VI, 16 : « une princesse à la figure d’Immortelle ».

33 Od., VIII, 467 : θεῷ ὣς εὐχετοῴμην.

34 Od., VI, 266-267.

35 Od., VII, 53-66.

36 Alkinoos et Arété sont mari et femme mais aussi oncle et nièce… ou frère et sœur (il s’agirait, dans ce dernier cas, d’un mariage incestueux, comme dans la famille d’Éole qui a marié ses filles à ses fils : autre signe de la profonde altérité du monde des Phéaciens par rapport à l’humanité). 

37 Od., VIII, 564-569.

38 Od., XIII, 149-183.

39 Od., VI, 4-10. 

40 Charles Paul Segal, « The Phaeacians and the Symbolism of Odysseus’ Return », Arion, vol. 1, no 4 (Winter 1962), p. 17-64 (ici p. 27 : « the last afterglow of the phantasy realm he is leaving »).

41 Od., XIII, 52-62.

42 Od., VII, 191.

43 Pierre Vidal-Naquet, o. c., p. 66.

44 François Hartog, Mémoire d’Ulysse. Récits sur la frontière en Grèce ancienne, nrf essais, Paris, Gallimard, 1996, p. 40.

45 Pierre Vidal-Naquet, Le chasseur noir, p. 67 et 68. Platon s’en est souvenu en imaginant avec ironie sa fameuse Atlantide, île d’Atlas (Timée, 24e-25e ; Critias, 113b-121b).

46 Charles P. Segal, « The Phaeacians and the Symbolism of Odysseus’ Return », Arion, I, 4 (1962), p. 17-63.

47 En restant dans le monde de Calypso, Ulysse aurait obtenu l’immortalité, selon les dires de la nymphe : « (Calypso à Ulysse) Certes, si tu pouvais imaginer tous les soucis que le sort te prodiguera jusqu’au jour du retour, tu resterais, tu garderais avec moi ces demeures, tu serais immortel » (Od., V, 206-209).

48 Od., VII, 191-198.

49 Pierre Vidal-Naquet, o. c., p. 67 : Arété serait « une femme dont, quoi qu’on en ait dit, le seul rôle est l’intercession ».

50 Le rôle essentiel d’Arété avait déjà été souligné par André Hurst (« Les dames du temps jadis : un argument », Eos 76, 1988, p. 5-19). Il souligne que c’est elle qui prend la parole la première, lors de « l’intermezzo » du chant XI (entre le catalogue des dames et celui des héros) : « c’est donc que son attitude est déterminante ». Arété se livre alors à un étonnant éloge d’Ulysse, pourtant haï de Poséidon dont descendent les souverains phéaciens (XI, 335-341). C’est aussi l’avis d’Helene Whittaker (« The status of Arete in the Phaeacian episode of the Odyssey »,Symbolae Osloenses : Norwegian Journal of Greek and Latin Studies, 74:1, 1999, ici p. 140 et 146) : « In the Phaeacian episode of the Odyssey, the figure of the queen is given particular prominence, and in Scherie Arete seems to enjoy exceptional power and influence…In the Odyssey, female power is associated only with goddesses or non-human beings such as Calypso, Circe and the Sirens ».

51 Od., VI, 311-312.

52 Od., VII, 53-54 et 66-77.

53 Simonide (frag. 579, dans Clément d’Alexandrie, Miscellanies) présente Arété comme une figure allégorique habitant en un lieu escarpé et (près des dieux ?) gardant un endroit saint ; elle ne peut être vue que par l’homme qui, ne ménageant pas sa douloureuse sueur, atteint la cime du courage (d’après Hésiode, Trav., 289-292).

54 Od., VIII, 433-452.

55 Od., XIII, 56-68.

56 Od., XI, 353.

57 Od., XI, 348.

58 Julian Pitt-Rivers, The Fate of Shechem or the Politics of Sex : Essays in the Anthropology of the Mediterranean, Cambridge University Press, Cambridge Studies in Social Anthropology, N° 19, 1977, chap. VI : « Women and Sanctuary in the Mediterranean ».

59 Od., VII, 100-101.

60 Od., VII, 136-138.

61 Od., VII, 334-339.

62 Od., VIII, 417.

63 Od., XI, 330-331.

64 Od., XI, 373-376.

65 Od., XIII, 35.

66 Od., XIII, 93-94 (Εὑτ ᾽ἀστὴρ ὑπερέσχε φαάντατος, ὅς τε μάλιστα ἔρχεται ἀγγέλλων φάος Ἠοῦς ἠριγενείς).

67 Od., VII, 85 (καθ᾽ ὑψερεφὲς μεγαλήτορος Ἀλκινόοιο).

68 Od., VII, 81-102.

69 Voir Baldine Saint-Girons, Une philosophie du sublime, Quai Voltaire, La République des lettres, 1993. Contemplant le ciel étoilé, qui le dépasse infiniment, l’humain à la fois se sent écrasé, mais en même temps exalté car il (ici Ulysse) a le sens de participer à ce quelque chose (ici l’ordre du cosmos).

70 Od., VII, 139 (ἔνθα στὰς θηεῖτο πολύπτας δῖος Ὀδυσσεύς).

71 Od., VII, 138.

72 Od., VII, 101 (αἰθομένας δαΐδας μετὰ χερσὶν ἔχοντες).

73 Od., VII, 87 (ἐς μυχὸν ἐξ οὐδοῦ).

74 Od., VII, 86 (χάλκεοι μὲν γὰρ τοῖχοι ἐληλέδατ᾽ ἔνθα καὶ ἔνθα).

75 Il., V, 504 (οὐρανὸν ἐς πολύχαλκον, « vers le ciel de bronze »).

76 Od., III, 2.

77 Θριγκός est selon P. Chantraine un terme technique de l’architecture désignant l’« élément supérieur, le couronnement d’un mur, d’un épistyle, d’une stèle.

78 Od., VII, 87.

79 Il., V, 5, qui évoque sans la nommer Sirius comme ἀστὴρ ὀπωρινος : « l’étoile de la fin de l’été » ; Il., XXII, 65.

80 Édouard Delebecque, Construction de l’Odyssée, Paris, Les Belles Lettres, 1980, p. 4.

81 Catastérismes d’Ératosthène no 42 (Pascal Charvet, p. 195-196.

82 Aratos, Phénomènes, 36, 52 (Κυνοσουρίδος Ἄρκτου, 182, 227 ; κυνοσουρίδος, 308).

83 Id., 40-41.

84 Id., 45-46.

85 Od., VII, 101.

86 Od., VII, 96-98.

87 Selon Jean Pépin (Mythes et allégories. Les origines grecques et les contestations judéo-chrétiennes, Paris, Aubier, 1958, rééd. Paris Études augustiniennes, 19762), p. 85-86 : « L’ὑπόνοια (ὑπο-νοεῖν) désigne l’enseignement théorique dont on “pense” qu’il est “sous” le revêtement imagé. » Dans Le Banquet de Xénophon (III, 6), Socrate reproche aux rhapsodes « de ne pas connaître les significations cachées » (ὅτι τὰς ὑπονοίας οὐκ ἐπίστανται) dans l’Iliade et l’Odyssée ; tandis que Platon, au livre II de La République (378d), bannit les fictions mythologiques, qu’il y ait ou non en elles des « significations cachées » (οὔτ´ἐν ὑπονοίαις πεποιημένας οὔτε ἄνευ ὑπονοιῶν). Sur Porphyre, L’antre des nymphes dans l’Odyssée, éd. bilingue, traduction par Yann Le Lay, Verdier, 1989 (voir aussi Félix Buffière, Les mythes d’Homère et la pensée grecque, Paris, Les Belles Lettres, 1956, 20102, p. 419-459).

88 Od., V, 270-277.

89 Pindare, Olympiques, III, 31. Voir aussi Pausanias, V, 7, 7. En fait, l’étymologie du nom est ignorée selon P. Chantraine (DELG, 2009, p. 1117).

90 Diodore ne dit pas autre chose : « ils vivent au-delà du point d’où souffle Borée » (Bibliothèque Historique, II, 47).

91 Hésiode, Catalogue des femmes, frag. 150, 21-24 Merkelbach-West.

92 Renaud Gagné, o. c., p. 340 : « Hecataeus’ Hyperborean island is situated in the Arctic zone of a spherical world, by the North Pole. Perhaps it was even squarely equated with the North Pole ».

93 Voir Roger Dion, « La notion d’Hyperboréens. Ses vicissitudes au cours de l’Antiquité », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 1976, 2, p. 143-57.

94 Aratos, Phénomènes, 37 (bis), 41, 51 ; Ἑλίκης Ἄρτκου, 91, 161.

95 Pour (H)elixoia ? Voir BNJ-Jacoby FGrHist 264, F 11 = Étienne de Byz. s. v. Ἐλίξοια. Le nom est rattaché à celui de l’Ourse déjà par Grace Harriet Macurdy : « The Hyperboreans Again, Abaris and Helixoia », The Classical Review, vol. 34, no 7/8 (nov.-déc. 1920), p. 140-141.

96 Renaud Gagné, o. c., p. 340, n. 121. Renaud Gagné (qui écrit p. 345 : « Helixoia, in Hecataeus, is situated close to the star ») ne croit pourtant pas à une identification ancienne avec la Grande Ourse, proposée par G. H. Macurdy (voir ci-dessus note 98).

97 Sur la ronde des étoiles, voir James E. Miller, Measures of Wisdom : The Cosmic Dance in Classical and Christian Antiquity, Toronto, University of Toronto Press, 1986.

98 Dans le Commentaire du tome II d’Aratos, Phénomènes, Paris, CUF, 20032, à propos de ce vers 23), Jean Martin explique sa traduction et précise : « L’axe qui tient la terre est aussi celui qui oriente le mouvement du ciel dans sa totalité ».

99 Aratos, Phénomènes, 19-30.

100 Ératosthène, Catastérismes, 2

101 Hygin, Astronomie, III, 1. André Le Bœuffle (Les noms latins d’astres et de constellations, Études anciennes, Paris, Les Belles Lettres, 20102) rappelle que le nom de Χορευταί a été aussi rendu par Ludentes, « danseurs », et Circenses, « coureurs de cirque ». N’y aurait-il pas un rapprochement à faire avec, au centre de l’extraordinaire bouclier qu’Héphaïstos réalise pour Achille au chant XVIII de l’Iliade (478-608), censé représenter l’univers (on y voit « l’Ourse – à laquelle on donne le nom de Chariot – qui tourne sur place, observant Orion, et qui, seule, ne se baigne jamais dans les eaux d’Océan », 487-489), « une place de danse » (χορός, 590) « et deux acrobates (qui), pour préluder la fête, font la roue au milieu de tous » (δοιὼ δὲ κυβιστητῆρε κατ᾽ αὐτοὺς μολπῆς ἐξάρχοντες ἐδίνευον κατὰ μέσσους, 604-605) ?

102 Il., XVIII, 487-488.

103 Od., V, 273-275.

104 Sophocle, Trachiniennes, 129-135.

105 On pourrait en rapprocher, dans la Théogonie d’Hésiode, le mouvement d’Océan (Ὠκεανός), qui « va coulant vers sa source » (ἀψορρόου, 776), et donc liant vie, mort et naissance.

106 Voir le Commentaire d’Aratos par Jean Martin p. 538, à propos du vers 1032.

107 Od., VII, 196-198 (πείσεται ἅσσα οἱ αἶσσα κατὰ Κλῶθές τε Βαρεῖαι,/γεινομένω νήσαντο λίνω ὅτε μιν τέκε μήτηρ).

108 Renaud Gagné, o. c., p. 347-348 : « The kingdom of Helixoia is a templum mundi ».

109 Voir note 23.

110 La « révolution » désigne le retour périodique d’un astre à un point de son orbite : c’est bien ce qui va arriver grâce aux Phéaciens à Ulysse, qui revient à Ithaque.

111 Strabon, VII, 3, 1.

112 Sophocle, frag. 870 Nauck = 956 Pearson/Radt.

113 Alain Ballabriga, Les fictions d’Homère. L’invention mythologique et cosmographique dans l’Odyssée, PUF, collection « Ethnologies », Paris, 1998, p. 131.

114 Od., VII, 84.

115 Od., VII, 146.

116 Od., VII, 71 et 74.

117 Od., VII, 74.

118 Od., VI, 305-307.

119 Od., VI, 306 (ἠλάκατα στωφῶσ᾽ ἁλιπόρφυρα).

120 Od., VII, 105-106 (trad. Victor Bérard).



Citer ce billet
Jean-Michel Ropars (2024, 22 mars). Les Phéaciens de l’”Odyssée” Connaissance hellénique. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w2hs

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search