Un texte poétique : « À Némésis »

► ὁ λύχνος n° 167, mars 2024.

J. W. Waterhouse, “Circe invidiosa” (détail), 1892, Adelaide, Art Gallery of South Australia (wikicommons).

Trouvé entre des plaques de bronze (diphtherai chalkai),

clouées l’une sur l’autre par une sorcière de la Grèce ancienne.

  

À Némésis

S’il m’a quittée, pour le rejoindre je descendrai au bas de la montagne et je le chercherai dans la grotte marine où on l’a vu disparaître.

Quand je l’aurai retrouvé, ses cheveux devenus verts et son corps couvert d’écailles pour l’amour d’une sirène, je n’aurai pas besoin du bain empoisonné de Circé pour me transformer en un monstre cruel1.

Mais si, pétrifié par la Gorgone qui habite au bas de la falaise, il m’avait quittée malgré lui, alors c’est elle que je chercherais, que j’appellerais pour la regarder bien en face et être pétrifiée à mon tour.

_______

NOTES 

1. Épisode raconté par Ovide dans ses Métamorphoses, XIV, 1-74 [NdR].

 



Citer ce billet
Marie-Françoise Mathieu (2024, 18 mars). Un texte poétique : « À Némésis ». Connaissance hellénique. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w16k

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search