Christian Boudignon : vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n° 30)

 CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE ( λύχνος n° 140, mars 2015, article trois)

Comment déclarer sa flemme ?

(où il sera question de l’étymologie de flemme)

“Mais il me faut un bon lit, une bonne table, un vêtement chaud en hiver, un vêtement frais en été, du repos, de l’argent et beaucoup d’autres choses que je préfère d’acquérir par la bienveillance, plutôt que de les acquérir par le travail.”

Diderot, Le neveu de Rameau

 

Gaston Lagaffe, Franquin
Gaston Lagaffe, Franquin

 

D’abord, il faut être bref et économiser ses mots. Ensuite il faut accepter, lorsqu’on avoue sa flemme, de passer dans un premier temps pour un paresseux, un tire-au-flanc, ou pire encore un “Corse” (injuste reproche fait sans aucun fondement à des gens admirables) alors que lorsque les Anglais montrent leur flegme, on leur trouve je ne sais quel sang-froid, —injuste admiration là encore sans aucun fondement !

Il s’agit pourtant du même mot : le mot masculin flegme (ou phlegme) est un réaménagement savant de la Renaissance du vieux mot français fleume ou flume, tandis que le mot féminin flemme est un emprunt fait à la fin du XVIIIe siècle à l’italien flemma. Cela remonte à la vieille théorie empruntée à la médecine grecque antique des humeurs : la bile (la colère en fait), le sang, le fleume ou flegme et la mélancolie. A ces quatre humeurs étaient associés des caractères : le colérique, le sanguin, le flegmatique, et le mélancolique. Le mot n’est que la reprise du latin phlegma emprunté au grec φλέγμα [phlégma] qui désigne, semble-t-il, un liquide lymphatique que le cerveau aurait produit… Le mot grec veut dire à l’origine « inflammation », comme si ce liquide était produit d’une inflammation.

On trouve une anecdote surprenante rapportée par Hérodote dans son Enquête (4, 187, 2-3)  sur un traitement que les nomades Libyens faisaient subir à leurs enfants :

τῶν παιδίων τῶν σφετέρων, ἐπεὰν τετραέτεα γένηται, οἴσπῃ προβάτων καίουσι τὰς ἐν τῇσι κορυφῇσι φλέβας, μετεξέτεροι δὲ αὐτῶν τὰς ἐν τοῖσι κροτάφοισι, τοῦδε εἵνεκα ὡς μή σφεας ἐς τὸν πάντα χρόνον καταρρέον φλέγμα ἐκ τῆς κεφαλῆς δηλέηται. [3] Καὶ διὰ τοῦτο σφέας λέγουσι εἶναι ὑγιηροτάτους·

« Quand les enfants atteignent l’âge de quatre ans, ils leur brûlent les veines du crâne, parfois celles des tempes avec une mêche de laine non dessuintée, dans l’intention de leur éviter à l’avenir le phlegme qui découle de la tête, et cela leur assure, prétendent-ils, une santé parfaite. » (trad. A. Barguet)

Je vous laisse le soin de décider si vous appliquerez ce procédé sur vos enfants !

C’est là chez Hérodote sans doute la première attestation du phlegme dans son sens médical, au Ve siècle avant J.-C. Le mot est passé en latin médical au IVe siècle après J.-C., et a dû être prononcé par le peuple avec un : [flégma]. En italien, le g s’est assimilé au m et a donné flemma. Le mot, neutre en grec et en latin, est passé au féminin à cause du –a final, senti comme une marque du féminin. En italien, le terme désigne le flegme, la placidité ou l’indolence, qui peut aller jusqu’à la paresse. En empruntant le mot, le français a progressivement spécialisé ce vocable au cours du XIXe siècle au sens de « paresse » : était-ce par un certain sentiment de condescendance vis-à-vis des Italiens et des méridionaux jugés paresseux, par une secrète admiration de leur droit au farniente ou pour une autre raison ? Je vous laisse juger.

Christian Boudignon

Maître de conférences de grec ancien à l’Université d’Aix-Marseille.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.