La “mania” dans tous ses états. À propos de la représentation de la mania dans les “Bacchantes” d’Euripide

► ὁ λύχνος n° 167, mars 2024.

Ménade furieuse, Kylix attique à fond blanc du peintre de Brygos, 490-480 av. J.-C., Staatliche Antikensammlungen, Munich (wikicommons)

Avec les Grenouilles d’Aristophane, les Bacchantes d’Euripide est la seule pièce parvenue jusqu’à nous qui mette en scène le dieu Dionysos. Contrairement aux Grenouilles, Dionysos n’y apparaît pas comme le dieu du théâtre, par une mise en abyme savoureuse, mais comme dieu de la transe et de la possession, ou, en grec, de la mania (μανία). Il y apparaît aussi non pas comme un dieu grec tel que nous le connaissons grâce aux tablettes mycéniennes1, mais comme un dieu venu d’Asie Mineure, de Lydie.

1. Définition liminaire

La mania telle qu’elle est décrite dans les textes grecs est un état altéré de conscience et de corps, qui se manifeste par un changement radical de personnalité et, dans certains cas, par une perte apparente de contrôle de ses mouvements. Ces symptômes sont interprétés par la croyance grecque comme ceux d’une possession du sujet par un dieu. La mania ou transe 2 dionysiaque constitue une des quatre maniaidues à un « état divin » (θεία ἐξαλλαγή / theia exallagê) qu’identifie Platon dans le Phèdre3, chacune définie par la divinité qui l’inspire4 :

‒ La « mantique » est due à Apollon

‒ La « poétique » est due aux Muses

‒ L’« érotique » est due à Éros et à Aphrodite

‒ La « télestique » est due à Dionysos

Des quatre maniai d’origine divine, celle inspirée par Dionysos fut la plus sujette aux passions, aux spéculations et aux critiques. Avec leurs femmes échevelées, aux yeux exorbités, s’adonnant à tous les excès, les représentations sur céramique nous renseignent assez sur la vision que pouvait avoir le grand public de cette pratique5. Car il ne s’agissait pas d’une pratique répandue et institutionnalisée : la transe dionysiaque faisait l’objet d’une initiation au sein d’associations religieuses, attirant principalement des femmes et des esclaves, soit des groupes sociaux en marge de la vie civique. Dionysos représentait le dieu étranger, dont le culte, pensait-on, avait été importé d’Asie. Entrer en transe dionysiaque, c’était donc non seulement accéder à une partie inconnue de sa propre conscience et procurer un exutoire à ses peines et ses angoisses, mais aussi accueillir ou reconnaître en soi l’étranger, l’étrange.

Les Bacchantes illustrent les différentes réactions face à l’irruption de l’irrationnel (le retour de Dionysos à Thèbes), et explorent la frontière entre le rationnel et l’irrationnel. Rappelons l’argument : Dionysos, fils de Zeus et de la mortelle Sémélé, et petit-fils de Cadmos, roi de Thèbes, a été sauvé par son père lorsque sa mère, qui avait demandé à son divin amant d’apparaître dans sa toute-puissance, a été foudroyée involontairement par lui. C’est certainement Héra qui par jalousie a incité les sœurs de Sémélè à la tourmenter en doutant de l’existence de son célèbre amant, ce qui a conduit la jeune femme à implorer du dieu cette faveur très risquée et a ainsi provoqué sa mort. C’est en tout cas ce qui ressort du début de la tragédie au vers 94. Cependant pour Jean Bollack6, cette foudre n’est pas une punition : elle « s’abat pour une visitation, une seconde naissance » et « elle arrache l’enfant qu’elle divinise ». Le jeune Dionysos grandit en Lydie, entouré d’un cortège de femmes, les Bacchantes, ou Ménades, qui lui vouent un culte. Celles-ci l’accompagnent lorsque, devenu adulte, il parcourt le monde afin de répandre son culte. Déguisé en prêtre de Dionysos, il arrive à Thèbes, mais il se heurte à l’hostilité de sa propre famille qui ne le reconnaît pas et qui nie l’origine divine du dieu qu’il dit représenter. Son plus farouche adversaire est son cousin Penthée, autre petit-fils de Cadmos, actuel dirigeant de la cité. Pour s’en venger, Dionysos frappe de folie les femmes de Thèbes qui en conséquence partent hors de la ville, dans la forêt, se livrer à son culte orgiaque ; parmi elles, Agavé, la propre mère de Penthée et fille de Cadmos. Celui-ci décide alors d’autoriser le culte, moins par conviction que par intérêt pour sa famille ; il est soutenu dans cette décision par le devin Tirésias. Penthée découvre la situation et décide de faire emprisonner l’étranger qui n’oppose aucune résistance, mais provoque ensuite la destruction du palais pour se libérer. Dionysos parvient à endormir la méfiance de Penthée et le persuade de se déguiser en bacchante pour aller épier les Thébaines sur le mont Cithéron. Persuadé de pouvoir assister à des scènes licencieuses, Penthée se ridiculise en adoptant une apparence de femme. Les Bacchantes le surprennent et, dans leur délire, le prennent pour un fauve. Menées par Agavé, elles le tuent et le démembrent. Ce n’est qu’après avoir rapporté en triomphe la tête de Penthée au palais qu’Agavé prend conscience de son acte. Dionysos apparaît alors, triomphant, ayant brisé la résistance de tous ceux qui s’opposaient à ce qu’on lui rende un culte.

Nous nous trouvons ici en présence de plusieurs formes de rapports à l’irruption de Dionysos et à la pratique de la transe. Nous examinerons ces formes en considérant successivement : le thiase oriental de Dionysos ; les Bacchantes de Thèbes ; le duo Cadmos-Tirésias ; et enfin l’attitude de Penthée.

2. Le thiase dionysiaque : les Ménades bénies

Dionysos règne d’abord sur son thiase mythologique, composé des femmes qui l’ont suivi depuis sa Lydie originelle. Elles l’ont escorté à travers toute l’Asie (« De la terre d’Asie, du saint Tmôlos j’accours » (v. 64-65), tandis qu’il imposait son culte aux hommes. La transe est pour ces femmes une bénédiction. Dès leur première apparition, elles parlent du bien-être que procure leur état : « Il est doux, dans les montagnes, au sortir de la course bachique, de s’abattre sur le sol, sous la nébride sacrée, de pourchasser le bouc pour l’égorger » (v. 135-139).

La transe est inhérente à ce chœur. Les Bacchantes parlent de leur état second, de leurs danses, qu’elles effectuaient sûrement dans l’orchestra : le verbe θοάζω (v. 65) signifie « se mouvoir avec rapidité, s’élancer tumultueusement, avec impétuosité », conduite que l’on peut facilement associer aux mouvements des Ménades ; aux vers 1153-1154, celles-ci se réjouissent ainsi de la victoire de Dionysos : « Ah ! Dansons pour Bakkhios, célébrons à grands cris la défaite ». Leur transe paraît avoir existé de tout temps ; elle n’est pas l’état passager de femmes célébrant le culte de Dionysos. Elle est leur état permanent, elle les soutient dans leur long voyage à travers l’Asie. Cet aspect durable de leur transe confère à ces femmes leur aspect divin, ou du moins surhumain.

3. Le thiase thébain : les Ménades maudites

Le thiase thébain est composé des femmes de Thèbes qui avaient refusé, contrairement au reste de la ville, de rendre un culte à Dionysos, et que celui-ci a frappées de folie en représailles. Ainsi, ces femmes s’opposent au thiase dionysiaque, dont la transe constitue une bénédiction ; on peut voir là une opposition entre bonne et mauvaise transe dionysiaque, une des nombreuses ambiguïtés du dieu7. Menées par Agavé, tante de Dionysos, ces Thébaines ont quitté la vie civique pour se livrer au culte orgiaque dans la forêt, sur le mont Cithéron. Ce thiase thébain n’apparaît jamais sur scène, et est seulement évoqué ; seule Agavé apparaît à la fin de la pièce, triomphante, brandissant la tête de son propre fils, incarnant la mania dangereuse et meurtrière. Mis à part cette apparition, la transe n’apparaît qu’à travers les yeux ou les fantasmes de Penthée, ou dans le récit du Messager. Bien qu’elles rendent hommage à Dionysos, les Bacchantes n’en sont pas moins punies : leur transe constitue en elle-même un châtiment puisqu’elle les exclut de la vie civique, et Agavé devient infanticide par l’effet de la transe. Ainsi, la transe n’apparaît pas en soi comme souhaitable ou mauvaise : cela dépend de la volonté du dieu qui la provoque. Cette conception ambivalente de la mania s’observe aussi dans des situations où elle est envoyée par d’autres dieux. Pensons à la mania qui frappe Héraclès, envoyée par Héra jalouse, et qui le pousse à tuer femmes et enfants.

4. Cadmos et Tirésias : la rationalité au service de l’irrationnel

Cadmos et Tirésias se convertissent au culte de Dionysos, non par conviction ou malédiction, mais par stratégie. La profession de foi de Tirésias s’articule en plusieurs arguments, visant tous à déconstruire les préjugés d’un Penthée sceptique : d’abord, Dionysos est celui qui a donné la vigne aux hommes, au même titre que Déméter « nourrit l’humanité d’aliments secs » (v. 277) ; ensuite, la légende selon laquelle Dionysos aurait été cousu dans la cuisse de Zeus, que Penthée trouve trop risible pour être le récit de naissance d’un vrai dieu, vient selon Tirésias, d’une confusion entre ὅμηρος « l’otage », et μηρός « la cuisse », Zeus ayant créé un faux Dionysos et l’ayant donné à Héra comme otage ; ensuite, il peut prédire l’avenir et intervenir en conséquence ; de plus, Dionysos ne peut corrompre les femmes pures (il s’agit d’une des craintes de Penthée) ; enfin, tout comme Penthée lui-même, ce dieu aime les hommages et ce serait être fou que de s’opposer à lui. Même s’il part du principe de la divinité de Dionysos, que rien ne lui prouve, Tirésias fait surtout appel à la raison de Penthée pour le convaincre (v. 311-312) : « Ne va point prendre l’illusion de ton esprit malade pour la sagesse humaine ») tandis que pour les Ménades thébaines, la nécessité n’a pas besoin d’être prouvée : elle s’impose à elles. Quant à Cadmos, sa conversion est purement stratégique : « Quand bien même ce Dieu, comme tu le prétends, ne serait point, fais donc, toi, ce pieux mensonge : déclare qu’il existe, afin que Sémélé passe, aux yeux des mortels, pour la Mère d’un Dieu, et que notre famille en recueille l’honneur. » : une conversion rationnelle au dieu de l’irrationnel. Le roi et le devin ne passent pas moins pour des fous aux yeux de Penthée, qui ne croit pas en la divinité de Dionysos, et aussi aux yeux du public, puisqu’affublés en Bacchants, ils constituent le double parodique des jeunes femmes adeptes du dieu. Le soin qu’ils ont mis à leur tenue accentue leur ridicule et montre le calcul qui sous-tend leur conversion. Leur « folie » n’est pas la mania dionysiaque, mais un abaissement à un comportement et un déguisement indignes de leur rang, au nom d’une conversion insincère et intéressée, opérée dans l’espoir d’une récompense. Cependant, c’est Penthée que tous deux accusent d’être fou, parce qu’il refuse de suivre leur raisonnement rationnel : « Fou, cruellement fou, il n’est point d’antidote au poison qui, bien sûr, a corrompu ton âme ! » (v. 316-317) ; « En ce moment, tu t’envoles et ta raison raisonne dans le vide. » (v. 332).

5. Penthée : la rationalité humaine contre l’irrationnel divin

Penthée représente la rationalité qui s’oppose au mystère et au surnaturel divin. À ce titre, il est une incarnation de l’hubris, tout comme Hippolyte ou Créon. À ses yeux, le rite bachique est en réalité un prétexte à tous les débordements, et il cherche à tout prix à faire cesser ce déchaînement. Pour cela, il poursuit celui qu’il prend pour le prophète de ce « faux » dieu, « un mage, un enchanteur » (v. 233-234) qui corromprait les femmes en leur offrant « la fureur de ses rites » (v. 238). Contrairement à Cadmos et à Tirésias, sa raison humaine ne le convainc pas de se convertir au dionysisme par intérêt, mais à refuser justement ce culte irrationnel. Si, comme eux, il n’entre jamais en transe, il n’en est pas moins manipulé par le dieu, qui en quelque sorte, à défaut de prendre possession de lui, s’insinue dans son esprit. En effet, une fois que Dionysos, déguisé en prêtre, s’est évadé du palais où il était retenu prisonnier, un messager vient informer Penthée de ce qu’il a pu observer sur le Cithéron : les femmes de Thèbes s’adonnant au culte orgiaque. Dionysos propose alors à Penthée d’aller les épier, jouant avec la curiosité érotique de Penthée, qui est persuadé que dans ces réunions « avant Bakkhios, on célèbre Aphrodite » (v. 225). Dionysos le convainc qu’il doit, pour observer ces femmes en toute discrétion, se déguiser en Ménade. Ainsi, Dionysos le prend au piège et parvient à le transformer en Ménade, donc à lui faire adopter l’aspect d’un de ses adorateurs. Comme le fait remarque Henri Jeanmaire, Penthée a une triple assurance : celle que procurent jeunesse, royauté et masculinité. Le dieu « prend possession de cette raison superbe pour en faire, avili et grotesque, la victime d’un monstrueux sacrifice »8. Dionysos punit l’hubris d’un Penthée qui croyait pouvoir résister à l’appel du dieu, et même s’y opposer : « Le malheur frappe celui qui selon les normes humaines est à l’opposite de l’égarement de l’esprit, le représentant très assuré de la raison sûre d’elle-même et qui se croit infaillible, prompt à décider ce qui est et ce qui n’est pas, ce qui se doit et ce qui ne se doit pas »9. Penthée le raisonnable sera, de tous les personnages, le plus sévèrement puni pour son impiété.

Pour conclure, il s’agit moins pour Euripide de remettre en cause Dionysos en tant que Dionysos, ou son culte en tant que culte extatique, que de montrer le conflit entre rationalisme et fait religieux. L’esprit humain ne peut, en réalité, se mesurer à l’élément irrationnel de ce monde, c’est-à-dire, pour les Grecs, aux actions des dieux. La sagesse, ou du moins la clé du bonheur, réside dans l’abandon confiant du vulgaire. De même que les maniai des deux thiases se ressemblent, de même Cadmos, Tirésias et Penthée sont tous « fous » de vouloir appréhender le divin avec leur raison humaine, que cela soit pour l’honorer ou pour le rejeter10. Aucune réalité, aucune rationalité ne peut ni ne doit tenter de résister à la mania dionysiaque.


NOTES

1 Notamment sur les tablettes de Pylos PY Ea 102 (olim Xa 102) et PY Xb 1419 : J. L. Melena & R. J. Firth, The Pylos Tablets. Third edition in transliteration, dans Veleia, Anejos, Series Major 14, Vitoria-Gasteiz, 2021, p. 69 et 231.

2 Parmi les ouvrages traitant des différentes transes, citons : P. Boyancé, Le culte des Muses chez les philosophes grecs, Paris, 1946 ; I. M. Linforth, « Telestic Madness in Plato, Phaedrus 244 DE » (1946) ; A. Delatte, « Les conceptions de l’enthousiasme chez les philosophes présocratiques », dans L’Antiquité Classique, 3/1 (1934), p. 5-79 ; G. Rouget, La musique et la transe, Paris, 1980.

3 Platon, Phèdre, 265 a-b, éd. L. Robin, C.U.F., 1966.

4 Voir M.-H. Delavaud-Roux, « Transe et tournoiement chez les Bacchantes » (2019), p. 297-298 et n. 1-2.

5 Voir notamment S. Moraw, Die Mänaden in der attischen Vasenmalerei des 6. und 5. Jahrhunderts v. Christus (…). Mainz am Rhein, 1998 ; M.-C. Villanueva-Puig, Ménades (…). Paris, 2009.

6 J. Bollack, Dionysos et la tragédie : le dieu homme dans les “Bacchantes” d’Euripide, Paris, 2005, p. 24.

7 Sur l’« ambiguïté essentielle » que représente Dionysos, voir J. Thomas, « Dionysos : l’ambiguïté du désir » (1996), p. 37-46.

8 H. Jeanmaire, Dionysos. Histoire du culte de Bacchus, Paris, 19702, p. 143.

9 Id., ibid.

10 Voir A. Bélis, « Musique et transe dans le cortège dionysiaque » (1988/1989).



Citer ce billet
Diane-Iris Ricaud (2024, 15 mars). La “mania” dans tous ses états. À propos de la représentation de la mania dans les “Bacchantes” d’Euripide. Connaissance hellénique. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w0zq

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search