Pourquoi la Grèce classique n’a-t-elle pas inventé la notion d’animal nuisible ? (I)

► ὁ λύχνος n° 167, mars 2024.

Sanglier, détail d’une mosaïque provenant de la villa dite “La Maison d’Orphée”, Musée archéologique de Saint-Romain-en-Gal.

1ère partie : recherche lexicologique

La chasse a longtemps été en France un privilège réservé à la noblesse. C’est au XIXe siècle, dans un contexte tournant définitivement le dos à « l’Ancien Régime », qu’est apparue la notion d’animal nuisible : l’éradication d’espèces animales accusées, à tort ou à raison, de faire du tort aux cultures et aux troupeaux était désormais autorisée et même encouragée. Cependant, un animal défini comme nuisible ne se contente pas de nuire ponctuellement : il est ontologiquement nuisible et classifié comme tel. La notion d’animal nuisible illustre donc la puissance performative du verbe qui peut modifier jusqu’à notre rapport à l’animal. Mais les définitions, malgré leur prétention à être définitives, sont très évolutives : au début du XXe siècle, le monde savant remettait déjà en cause la notion d’animal nuisible et, aujourd’hui, malgré une relative persistance, la notion perd du terrain. La notion d’animal nuisible est donc relativement moderne. Il semblerait pourtant logique, de prime abord, que les travailleurs de la terre, dans la Grèce des Ve et IVesiècles avant notre ère, eussent développé une conscience aiguë des nuisances que certains animaux peuvent causer aux cultures et aux troupeaux, ce qui aurait « dû » favoriser l’émergence d’une notion au moins voisine de celle d’animal nuisible que l’on aurait pu retrouver dans les sources littéraires disponibles. Qu’en est-il ?

Puisque la notion d’animal nuisible classifie un animal, s’il s’était trouvé un ou plusieurs auteurs pour cataloguer une espèce comme « nuisible », il aurait été logique qu’un mot bien déterminé eût été mobilisé à cette fin plutôt qu’un verbe conjugué qui n’aurait fait que constater l’action ponctuelle de nuire sans catégoriser l’espèce. Commençons donc en jouant au candide et cherchons l’entrée « nuisible » dans un dictionnaire français-grec ancien : l’entrée « nuisible » y existe mais ne propose qu’un équivalent, l’adjectif βλαβερός.

Puisque nous avons une piste, consultons le Thesaurus de la langue grecque1 qui permet de retrouver toutes les occurrences d’un même mot en n’en tapant que la racine. Tapons βλαβερ : nous obtenons 2061 résultats (dont 402 occurrences au neutre pluriel, ce qui en fait la forme la plus répandue). Cela peut sembler énorme : c’est en fait peu si on rapporte ce chiffre à la quantité de textes disponibles. De surcroît, notre recherche se limitant à l’époque classique, beaucoup d’occurrences peuvent être écartées : on constate une surabondance d’auteurs tardifs tels que Philon d’Alexandrie (56 occurrences), Plutarque (64) ou Galien (110). Cela ne plaide pas en faveur d’une présence de la notion d’animal nuisible à l’époque classique, pour des raisons chronologiques évidentes mais aussi parce que ces trois auteurs ne sont pas réputés pour avoir écrit sur les animaux. Autre fait notable, plus l’auteur est tardif, plus il y a d’occurrences : l’usage du terme semble donc s’être intensifié avec le temps. A contrario, les VIIIe, VIIe, VIe siècles sont peu représentés avec une seule occurrence chez Hésiode, deux chez Ésope et trois chez les Sept sages de Grèce ; l’ampleur des œuvres conservées n’est pas en cause car on ne trouve rien dans les poèmes homériques. On en arrive à 130 occurrences pour la seule époque classique, soit un peu plus de 6% des résultats, ce qui est fort peu. Sur ces 130 occurrences, plus de 30 % sont au neutre pluriel, soit à peu près la même proportion qu’avec tous les auteurs confondus.

Figure 1

Qu’en est-il de la répartition par auteurs (cf. fig. 1) ? Si l’on écarte les scolies, au nombre de trois, dont la datation est parfois douteuse, on trouve 1 occurrence chez Eschyle, autant chez Hécatée de Milet, Démosthène, Énée le tacticien et Anaximène de Lampasque, alias le pseudo-Aristote de la Rhétorique à Alexandre, puis 2 chez Eudoxe et autant chez Démocrite, 3 chez Isocrate (notons que les orateurs attiques sont sous-représentés), 5 chez Théophraste, 13 chez Xénophon, autant dans les textes hippocratiques, mais surtout 41 chez Platon et 43 chez Aristote. On trouve donc le plus grand nombre d’occurrences chez Platon et Aristote qui totalisent à eux deux 84 occurrences sur 130, soit plus de 64 %, ce qui pose déjà problème : Platon s’est peu intéressé aux animaux, hors du cadre de comparaisons et, sur les 43 occurrences chez Aristote, deux seulement concernent ses traités zoologiques (cf. fig. 2). Avant d’en tirer des conclusions hâtives, vérifions d’abord si les autres occurrences ne sont pas liées à l’évocation d’animaux, même si ce n’est pas le thème central de l’œuvre.

Figure 2

Dans le fragment d’Eschyle, il est bien question d’animaux, plus précisément de chevaux : οὐ γὰρ ἀδικοῦσιν οἱ τὰ μὲν ἄμικτα καὶ βλαβερὰ κομιδῆι κολάζοντες καὶ ἀποκτιννύοντες2. Pour connaître exactement la signification de cette phrase, il faudrait la resituer dans son contexte et donc retrouver la tragédie perdue dont elle est extraite. De toute façon, il ne faut pas prendre un poète tragique pour un juriste ou un zoologue : quand bien même, il est question ici d’animaux domestiques dont il est dit que certains sont nuisibles à une action bien déterminée, mais il ne viendrait à l’idée de personne de considérer le cheval comme une espèce nuisible, surtout dans la Grèce classique où il coûtait très cher.

Pour Hécatée de Milet, nous n’avons une fois encore qu’un fragment et il y est question de l’éducation des jeunes3. Démosthène emploie l’adjectif dans son second plaidoyer contre Aristogiton, demandant si la plainte déposée est τῷ δήμῳβλαβεράν (nuisible au peuple)4. Énée le tacticien l’utilise pour évoquer une opinion contraire à la sienne concernant une manœuvre5 et Anaximène de Lampasque l’emploie dans le cadre de conseils de rhétorique en matière législative6. Dans le premier fragment d’Eudoxe, βλαβερός sert à souligner qu’il n’est pas nuisible d’écrire l’histoire7 ; dans le second, il désigne les eaux qui deviendront dangereuses sous l’effet des Zéphyrs annuels : πνεύσουσι δὲ καὶ οἱ ἐτήσιοι ζέφυροι καὶ γενήσεται ὕδατα βλαβερά8. Cette seconde occurrence nous permet toutefois d’émettre une première hypothèse : il se pourrait que même la bête la plus féroce n’eût jamais été perçue comme plus dangereuse que la mer aux yeux des Grecs, comme le souligne notamment Aldo Schiavone :

« Les naufrages étaient choses fréquente dans la navigation antique ; la technologie de l’époque ne donnait pas aux transports de grandes marges de sécurité. Il suffisait d’une tempête soudaine, d’une cargaison mal arrimée, d’une petite négligence (sans parler des pirates, au moins à certaines époques), et c’était le désastre9. »

Passons sur Démocrite qui mène une « théodicée » avant la lettre en faisant la distinction entre les biens que les hommes doivent aux dieux et les choses nuisibles qu’ils ne doivent qu’à eux-mêmes10 ; c’est encore une conduite humaine qui est évoquée quand il évoque τὸ γὰρ κατὰ τοῦ δυσμενέος βλαβερὸν11 (ce qui est nuisible à l’ennemi). Ne nous attardons pas davantage Chez Isocrate, les trois occurrences définissent successivement la tyrannie12, les circonstances13 et les discours14 : on est loin de la zoologie.

Théophraste emploie deux fois le terme dans ses Recherches sur les plantes, plus précisément au livre II où il souligne que le fumier peut être nuisible s’il n’est pas associé à l’eau et au livre VIII où il dit que la pluie est nuisible aux froments et aux orges en période de floraison. Il l’utilise encore dans le De causis plantarum dans un contexte où il n’est jamais question d’animaux et où il est dit que les cultures ont plus à craindre des mauvaises décisions des agriculteurs. La première de ces deux citations est cependant intéressante dans la mesure où elle révèle qu’il y a peu de phénomènes naturels considérés comme nuisibles de manière univoque : Εὔλογον δὴ μὴ τὰ αὐτὰ πᾶσιν εὔτροφα καὶ ὠφέλιμα καὶ βλαβερὰ γίνεσθαι15· Dans la seconde, il est question de plantes sauvages qui peuvent causer des dommages aux cultures si on les transplante près des champs : τὸ δ’ ἀλλότριον ἅπαν βλαβερὸν ὥσπερ καὶ τὸ αὖον16. Il est question des animaux dans un fragment du De pietate, il est même dit que certains peuvent être nuisibles, mais qu’il en va autant chez les humains : ὃ δὴ καὶ ἐμφαίνειν ἔοικεν ἓν δίκαιον ἡμῖν μηδὲν εἶναι πρὸς τὰ λοιπὰ τῶν ζῴων, διὰ τὸ βλαβερὰ ἄττα τούτων εἶναι καὶ κακοποιὰ τὴν φύσιν, τὰ δὲ μὴ τοιαῦτα, καθάπερ καὶ τῶν ἀνθρώπων17. La notion de nuisible n’est donc pas liée à celle d’animal au point de former un concept auto-suffisant et l’idée même de nuisance animale est sans puissance performative, l’action de tuer un animal étant délégitimée.

Figure 3

Quand on arrive à des auteurs comme Xénophon où l’on dénombre treize occurrences, la répartition par œuvre devient importante : 9 dans les Mémorables, 1 dans la Cyropédie et autant dans les Helléniques, l’Économique et le Banquet – fait révélateur : on ne trouve rien dans le Cynégétique (cf. fig. 3). Passons sur les deux premiers livres des Mémorables où ce sont des vices humains qui sont dénoncés comme nuisibles. Dans le livre III, on retrouve le terme dans la bouche de Socrate qui suggère à Périclès que, si les jeunes Athéniens portaient des armes plus légères et occupaient les montagnes, ils seraient nuisibles pour les ennemis : Ἀθηναίους δ᾽ οὐκ ἂν οἴει, ἔφη, μέχρι τῆς ἐλαφρᾶς ἡλικίας ὡπλισμένους κουφοτέροις ὅπλοις καὶ τὰ προκείμενα τῆς χώρας ὄρη κατέχοντας βλαβεροὺς μὲν τοῖς πολεμίοις εἶναι, μεγάλην δὲ προβολὴν τοῖς πολίταις τῆς χώρας κατεσκευάσθαι18; Notons que Xénophon emploie un adjectif là où un auteur français emploierait plutôt le verbe « nuire », tel fut d’ailleurs le choix de traduction de Louis-André Dorion ; remarquons aussi que βλαβερός n’est pas forcément dépréciatif et peut avoir une connotation positive suivant le contexte. Dans le livre IV, l’adjectif retrouve son sens négatif puisqu’il s’applique aux hommes ignorants, considérés comme les hommes les plus nuisibles19. Par la suite, toujours dans cet exposé sur les méfaits de l’ignorance, Xénophon oppose les βλαϐερὰ aux ὠϕέλιμα, c’est-à-dire les choses nuisibles aux choses utiles :

τοὺς δ᾽ ἐπὶ πλούτῳ μέγα φρονοῦντας καὶ νομίζοντας οὐδὲν προσδεῖσθαι παιδείας, ἐξαρκέσειν δὲ σφίσι τὸν πλοῦτον οἰομένους πρὸς τὸ διαπράττεσθαί τε ὅ τι ἂν βούλωνται καὶ τιμᾶσθαι ὑπὸ τῶν ἀνθρώπων ἐφρένου λέγων ὅτι μῶρος μὲν εἴη, εἴ τις οἴεται μὴ μαθὼν τά τεὠφέλιμα καὶ τὰ βλαβερὰ τῶν πραγμάτων διαγνώσεσθαι20

Cette opposition a été remarquée précédemment chez Théophraste, ce qui indique que « nuisible » était un antonyme envisageable d’« utile » et qu’était donc « nuisible » ce qui n’était pas « utile » : cela signifierait-ils que les animaux inutiles étaient nécessairement nuisibles ? C’est ce qui semblait transparaître dans le fragment d’Eschyle, mais il est encore trop tôt pour le dire.

Xénophon emploie encore deux fois le terme dans les Mémorables, premièrement pour désigner une traversée – on retrouve donc la perception de la mer comme plus dangereuse que toute bête sauvage21. La dernière occurrence nousrenvoie à lopposition utilenuisible mais il ny a toujours pas de trace danimaux, lopposition venant sappliquer à desbiens comme le courage ou le beau22. On retrouve cette opposition dans la Cyropédie, mais appliquée aux ϕυομένοι (lesplantes)23. Dans les Helléniques, βλαβερός nest pas opposé à ὠϕέλιμος mais à ἀγαθός : ὁ μέντοι Ἀγησίλαος ἔλεγεν ὅτι εἰ μὲν βλαβερὰ τῇ Λακεδαίμονι πεπραχὼς εἴη, δίκαιος εἴη ζημιοῦσθαι, εἰ δὲ ἀγαθά, ἀρχαῖον εἶναι νόμιμον ἐξεῖναι τὰ τοιαῦτα αὐτοσχεδιάζειν24. L’antonymie βλαβερός-ὠϕέλιμος n’est donc pas automatique même si ἀγαθός est assez polysémique pour être utilisé comme synonyme d’ὠϕέλιμος, surtout dans ce contexte où les deux adjectifs s’appliquent aux effets de l’action de Léontiadès sur les intérêts de Sparte : il est envisageable néanmoins que l’absence d’utilité n’entraîne pas forcément de classification en tant que « nuisible ». Dans lÉconomique, on retrouve néanmoins cette opposition entre βλαβερός et ἀγαθός, dans un contexte où les adjectifs ne s’appliquent qu’aux actions humaines : ὅπως ἃ μὲν ἀγαθά ἐστι ποιῶμεν, ἃ δὲ βλαβερὰ μὴ ποιῶμεν25

Enfin, dans le Banquet, on retrouve le terme dans une citation attribuée à Antisthène qui aurait affirmé que l’ἀνδρεία (courage) et la σοφία (sagesse) peuvent être nuisibles dans certaines circonstances, contrairement à la justice que Callias prétend enseigner26. Xénophon semble décidément ne pas avoir jugé utile de classer comme « nuisible » une espèce animale. Il ne faut pas s’en étonner au vu du statut de la chasse dans son œuvre : dans la Cyropédie, elle est encore une activité civique, mais cet écrit raconte la vie d’un souverain perse antérieur de deux siècles à l’auteur ; dans la Cynégétique, qui s’adresse à un public contemporain, la chasse devient une activité aristocratique qui perd donc tout rapport avec une éventuelle activité destinée à protéger les champs et les cultures pour devenir une activité individuelle destinée à développer des qualités morales et physiques, comme le souligne Alain Schnapp :

« La chasse est donc le fait d’un jeune Athénien convenable et fortuné. C’est un acte individuel, même s’il s’agit d’un groupe d’hommes, dans la mesure où l’ouvrage s’adresse au chasseur pris au singulier, au jeune homme de bonne famille qui chasse par plaisir et raison sociale27. »

La notion d’animal nuisible n’aurait donc eu du sens, pour Xénophon, que dans le passé.

Avec les textes hippocratiques, on trouve 5 occurrences dans De l’aliment, 3 dans Du régime, 2 dans les lettres, 1 dans L’ancienne médecine, autant dans les Prénotions de Cos, Du régime des maladies aigues et les Épidémies (cf. fig. 4).

Figure 4

Cinq occurrences dans le De alimento, voilà une forte concentration pour ce texte plutôt bref : dans un écrit médical, ce n’est pas a priori étonnant, mais les cinq occurrences sont concentrées dans un seul et même aphorisme construit sur une série d’oppositions :

αἷμα ἀλλότριον ὠφέλιμον, αἷμα ἴδιον βλαβερόν, αἷμα ἀλλότριον βλαβερόν, αἷμα ἴδιον συμφέρον, χυμοὶ ἀλλότριοι συμφέροντες, χυμοὶ ἴδιοι βλαβεροί, χυμοὶ ἀλλότριοι βλαβεροί, χυμοὶ ἴδιοι συμφέροντες, τὸ σύμφωνον διάφωνον, τὸ διάφωνον σύμφωνον, γάλα ἀλλότριον ἀστεῖον, γάλα ἴδιον φλαῦρον, γάλα ἀλλότριον βλαβερόν, γάλα ἴδιον ὠφέλιμον28.

Notons donc que βλαβερός n’a pas ὠφέλιμος pour seul antonyme envisageable possible, mais aussi συμφέρων, participe présent qui, employé comme un adjectif, peut signifier « utile » : cela fait donc deux antonymes potentiels, trois si l’on compte ἀγαθός – il est encore trop tôt pour en tirer une conclusion. Passons rapidement sur Du Régime où l’adjectif qualifie successivement les poisons, un mal indéterminé et ce qui entre dans le corps. Ne nous attardons pas sur les lettres, très probablement apocryphes, où βλαβερός désigne une nouvelle fois un mal humain, moral ou physique, de même que dans l’Ancienne médecine où il est question du régime, les animaux n’étant mentionnés qu’à des fins de comparaison29

L’adjectif est utilisé sous forme adverbiale dans les Prénotions de Cos pour traiter de la fièvre30, il renvoie au dîner préconisé pour certains patients dans Du régime des maladies aiguës31 et les affections du ventre dans les Épidémies32. Au final, rien de concluant chez Hippocrate et ses élèves qui avaient d’autres microbes à fouetter !

Figure 5

On en arrive enfin aux « deux grands » : sur les 41 occurrences chez Platon, on en trouve 1 dans le Philèbe, autant dans les Lois, l’Apologie de Socrate et le Second Alcibiade (mentionné par acquit de conscience malgré son authenticité douteuse), 2 dans le Charmide, autant dans le Gorgias et dans le Clitophon (même remarque que pour le Second Alcibiade), 3 dans le Lysis, autant dans le Lachès, 4 dans le Cratyle, 6 dans le Ménon, 8 dans le Phèdre et autant dans la République (cf. fig. 5). A priori, il ne semble pas étonnant de trouver le plus grand nombre d’occurrences dans un dialogue ayant l’ampleur de la République. En fait, ça ne signifie rien : le Phèdre, bien plus court, comprend lui aussi huit occurrences et on n’en trouve qu’une dans les Lois. On peut noter en revanche, en mettant de côté les dialogues douteux, que le « peloton de tête » ne comprend que des dialogues de maturité ou de transition, ce qui pourrait signifier que son utilisation va croissant chez Platon pour ensuite retomber (cf. fig. 6).

Figure 6

On ne s’étonne pas que βλαβερός qualifie l’ignorance dans le Philèbe33, pas davantage qu’il qualifie à titre ironique, dans l’Apologie, les propos que Socrate tient aux jeunes34. Dans les Lois, il est utilisé négativement pour souligner l’utilité des sciences mathématiques35. Les deux occurrences du Charmide se situent dans le cadre d’une recherche de définition de la sagesse36 ; dans le Gorgias, on retrouve l’opposition entre βλαβερός et ὠϕέλιμος, appliquée au fait de nuire à autrui puis aux plaisirs, qui peuvent être utiles ou nuisibles selon les cas : ἀλλ’ ἐὰν μὲν ὠφέλιμα ᾖ ταῦτα, βουλόμεθα πράττειν αὐτά, βλαβερὰ δὲ ὄντα οὐβουλόμεθα. (…) Ἆρ’ οὖν ἀγαθαὶ μὲν αἱ ὠφέλιμοι, κακαὶ δὲ αἱ βλαβεραί37; Dans le Lysis, c’est le poète qui peut être nuisible à lui-même38, puis la faim39 et la soif40. Dans le Lachès, les trois occurrences se rapportent à la καρτερία (la force d’âme) jointe à l’ἀφροσύνη (la folie)41. Passons sur les quatre occurrences du Cratyle, dont deux prennent place dans une discussion sur l’origine et la définition des mots42. Les six occurrences du Ménon sont toutes concentrées dans un même passage où les protagonistes se mettent d’accord sur l’utilité absolue de la vertu43. Il n’est pas davantage question des animaux dans le Phèdre, sauf quand Socrate dit que les loups chérissent les agneaux, mais il ne s’agit que d’une métaphore, sans doute empruntée à l’Iliade, pour dénoncer une bête féroce bien plus redoutable que le loup, le κόλαξ (flatteur) : ὡς λύκοι ἄρνας ἀγαπῶσιν, ὣς παῖδα φιλοῦσιν ἐρασταί44. Ne nous attardons pas sur les huit occurrences de la République qui n’infirment en rien ce qui a été constaté.

Reste Aristote et ses 43 occurrences : outre deux dans des fragments épars, on en compte 12 dans la Politique, 11 dans l’Éthique à Nicomaque, 9 dans la Rhétorique, 2 dans la Métaphysique, 1 dans Des Vertus et des vices, autant dans les Topiques, la Poétique, la Grande Morale, l’Ethique à Eudème, et les Parties des animaux et l’Histoire des Animaux (cf. fig. 2). Ne détaillons pas chaque occurrence : dans la Politique, il n’est question des animaux que pour évoquer l’utilité des sons de la voix : ἡ μὲν οὖν φωνὴ τοῦ λυπηροῦ καὶ ἡδέος ἐστὶ σημεῖον, διὸ καὶ τοῖς ἄλλοις ὑπάρχει ζῴοις μέχρι γὰρ τούτου ἡ φύσις αὐτῶν ἐλήλυθε, τοῦ ἔχειν αἴσθησιν λυπηροῦ καὶ ἡδέος καὶ ταῦτα σημαίνειν ἀλλήλοις45· Dans l’Éthique à Nicomaque, il n’est question que de défauts humains, sauf au livre VI où il est question des φυσικαὶ (dispositions naturelles) que les animaux partagent avec les hommes mais qui semblent βλαβεραί à ces derniers parce qu’elles ne sont pas accompagnées de νοῦς (intellect) : καὶ γὰρ παισὶ καὶ θηρίοις αἱ φυσικαὶ ὑπάρχουσιν ἕξεις, ἀλλ᾽ ἄνευ νοῦ βλαβεραὶφαίνονται οὖσαι46. Ce ne sont donc pas tant les animaux qui sont perçus comme nuisibles que certaines de leurs dispositions ; de toute façon, Aristote n’en parle qu’à titre d’exemple pour évoquer les égarements auquel l’homme se laisse lui aussi aller sans le secours de l’intellect. L’animal n’est pas central dans cette œuvre, pas plus que dans la Rhétorique ou dans la Métaphysique, même pas à titre d’exemple ; le cas relevé dans le livre VI de l’Éthique à Nicomaque parait donc bien isolé. Nous ne nous attarderons pas sur les autres occurrences, nous ne ferions que nous répéter, venons-en donc tout de suite à celles relevées dans les traités zoologiques. On ne trouve qu’une occurrence dans Les parties des Animaux et elle concerne les serres recourbées qui sont βλαβεραί pour la marche et donc inutiles pour les oiseaux terrestres – dans ce traité anatomique, il n’y a pas place pour une classification des animaux : Τούτοις δ’ οὐ μόνον ἄχρηστοι ἀλλὰ καὶ βλαβεροὶ οἱ γαμψοὶ ὄνυχες τῷ ἐμπήγνυσθαι ὑπεναντίοι πρὸς τὴν πορείαν ὄντες47. Reste donc l’Histoire des Animaux. Même dans ce grand traité « zoologique », on ne trouve qu’une seule et unique occurrence de βλαβερός : qualifie-t-elle une espèce animale comme nuisible ?

La réponse est non : l’adjectif y qualifie l’allaitement mené au moyen d’un lait trop abondant et trop épais, qui est nuisible pour tout mammifère, y compris pour les humains :

Εἴωθε δὲ τὰ παιδία τὰ πλεῖστα σπασμὸς ἐπιλαμβάνειν, καὶ μᾶλλον τὰ εὐτραφέστερα καὶ γάλακτι χρώμενα πλείονι ἢ παχυτέρῳ καὶ τίτθαις εὐσάρκοις. Βλαβερὸν δὲ πρὸς τὸ πάθος καὶ ὁ οἶνος ὁ μέλας μᾶλλον τοῦ λευκοῦ, καὶ ὁ μὴ ὑδαρής, καὶ τὰ πλεῖστα τῶν φυσωδῶν, καὶ ἐὰν ἡ κοιλία στῇ48.

Est-ce à dire que même l’Histoire des Animaux n’a absolument rien à nous apprendre ? Étant donné qu’il s’agit d’une des principales sources littéraires disponibles sur le rapport que les hommes de la Grèce classique entretenaient avec les animaux, une étude plus approfondie ne serait peut-être pas superflue : ce sera l’objet d’un article ultérieur.


NOTES

1 Nous nous reportons à la version du TLG numérisée à l’Université d’Irvine depuis 1972, développant considérablement le TLG d’Henri Estienne (1572) et accessible en ligne depuis 2001.

2 Eschyle, fragment [336 b] v. 2-3 « Ils n’agissent pas injustement, ceux qui mutilent et tuent les bêtes farouches et nuisibles au transport. » (Les traductions non créditées sont dues à l’auteur de l’article)

3 Hécatée de Milet, fragment 25

4 Démosthène, Contre Aristogiton, II, 14

5 Énée le tacticien, Poliorcétique, 22, 13 

6 Anaximène de Lampasque ou Pseudo-Aristote, Rhétorique à Alexandre, 2, 22

7 Eudoxe, fragment 272

8 Eudoxe, Cours de la lune selon le cycle des douze années, vol. 7 « Les zéphyrs annuels vont souffler et les eaux seront funestes. »

9 Aldo Schiavone, L’histoire brisée : la Rome antique et l’Occident moderne, Paris, Belin, 2003, p. 106

10 Démocrite, fragment 175

11 Démocrite, fragment 237

12 Isocrate, Sur la paix, 115

13 Isocrate, Panathénaïque, 224

14  Isocrate, Sur l’échange, 75

15 Théophraste, Causes des plantes II, 6, 5 « Selon toute vraisemblance, cela n’est pas nourrissant, utile ou nuisible dans tous les cas. »

16 Théophraste, Causes des plantes III, 18, 3 « Tout ce qui vient d’ailleurs est nuisible comme la sécheresse. »

17 Théophraste, De pietate, fragment 12 « Il semble donc que nous n’avons le droit de tuer aucun animal sous prétexte que certains d’entre eux sont nuisibles et méchants par nature, de même que pour les hommes. »

18 Xénophon, Mémorables III, 5, 27 Traduction de Louis-André Dorion (CUF, 2011) : « Ne crois-tu pas, demanda-t-il, que si les Athéniens, jusqu’à l’âge où l’on est encore agile, portaient des armes plus légères et occupaient les montagnes qui défendent notre territoire, ils pourraient nuire à l’ennemi et fournir un vaste rempart aux citoyens de ce pays ? »

19 Xénophon, Mémorables IV, 1, 4

20 Xénophon, Mémorables IV, 1, 5 Traduction de Louis-André Dorion (CUF, 2011) : « Quant à ceux qui s’enorgueillissaient de leur richesse et qui considéraient qu’ils n’avaient pas besoin d’éducation, parce qu’ils s’imaginaient que leur richesse leur suffirait largement pour réaliser tous leurs projets et pour être honorés des hommes, il les ramenait à la raison en leur disant qu’il serait bête de s’imaginer que l’on peut discerner, sans les avoir apprises, les choses utiles des choses nuisibles. »

21 Xénophon, Mémorables IV, 2, 32

22 Xénophon, Mémorables IV, 6, 8

23 Xénophon, Cyropédie, VIII, 14

24 Xénophon, Helléniques, V, 32 Traduction de Jean Hartzfeld (CUF, 1948) : « Cependant Agésilas disait que s’il avait créé une situation nuisibleà Sparte, il méritait d’être puni ; mais que, si elle était favorable, c’était un vieux principe de laisser les gens prendre de pareilles initiatives. »

25 Xénophon, Économique, VI, 11 Traduction de Pierre Chantraine (CUF, 1949) : « Ainsi nous ferons ce qui est bien et nous ne ferons pas ce qui est nuisible. »

26 Xénophon, Banquet, III, 4

27 Alain Schnapp, « Territoires de guerre et de chasse chez Xénophon » in Problèmes de la terre en Grèce ancienne, Paris-La Haye, Mouton & Co, 1973 p. 313

28 Hippocrate, De l’aliment, XL Traduction de Robert Joly (CUF, 1972) : « Sang d’un autre, utile ; sang personnel, nuisible ; sang d’un autre nuisible ; sang personnel utile ; humeurs d’un autre, utiles ; humeurs personnelles, nuisibles ; humeurs d’un autre, nuisibles ; humeurs personnelles utiles ; ce qui concorde est discordant ; ce qui est discordant, concorde ; le lait d’un autre est bon ; le lait personnel est mauvais ; le lait d’un autre est nuisible ; le lait personnel est utile. »

29 Hippocrate, Ancienne médecine, VIII, 1

30 Hippocrate, Prénotions de Cos, 288.

31 Hippocrate, Du régime des maladies aiguës, XXIX, 1

32 Hippocrate, Épidémies, III, VIII, 1

33 Platon, Philèbe [49 c]

34 Platon, Apologie de Socrate [30 b]

35 Platon, Lois VII [820 d]

36 Platon, Charmide [163 c – 164 b-c]

37 Platon, Gorgias [468 c-499 c] Traduction d’Alfred Croiset (CUF, 1992) : « Lorsque la chose est utile, nous voulons la faire ; si elle est nuisible, nous ne le voulons pas. « Les bons [plaisirs] sont-ils ceux qui sont utiles, et les mauvais ceux qui sont nuisibles ? »

38 Platon, Lysis [206 b]

39 Platon, Lysis [221 a]

40 Platon, Lysis [221 b]

41 Platon, Lachès [192 d – 193 d]

42 Platon, Cratyle [417 d]

43 Platon, Ménon [88 b-e]

44 Platon, Phèdre [241 d] « Comme les loups chérissent les agneaux, les amants aiment les garçons. »

45 Aristote, Politique, I [1253 a] Traduction de Jean Aubonnet (CUF, 1960) : « Sans doute les sons de la voix expriment-ils la douleur et le plaisir ; aussi la trouve-t-on chez les animaux en général : leur nature leur permet seulement de ressentir la douleur et le plaisir et de se les manifester entre eux. »

46 Aristote, Éthique à Nicomaque, VI, 13 [1244 b] « Les enfants et les bêtes aussi ont les dispositions naturelles, mais n’étant pas accompagnées d’intellect, elles apparaissent comme nocives. »

47 Aristote, Parties des animaux [694 a] Traduction de Pierre Louis (CUF, 1956) : « Pour [les oiseaux lourds] les serres recourbées seraient non seulement inutiles mais nuisibles, parce qu’elles sont faites pour s’enfoncer et s’opposent à la marche. »

48 Aristote, Histoire des animaux, VII, 12 [588a] Traduction de Pierre Louis (CUF, 1968) : « D’ordinaire, la plupart des petits enfants sont sujets à des convulsions, et en particulier ceux qui dont trop bien nourris, qui disposent d’un lait trop abondant et trop épais, et dont les nourrices sont bien en chair. Ce qui est nuisible, parce que provoquant cette affection, c’est encore le vin, le rouge plus que le blanc, et celui qui n’est pas mélangé d’eau, c’est aussi la plupart des aliments qui donnent des vents, c’est enfin la paresse du ventre. »



Citer ce billet
Benoît Quinquis (2024, 11 mars). Pourquoi la Grèce classique n’a-t-elle pas inventé la notion d’animal nuisible ? (I). Connaissance hellénique. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vzyg

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search