Sur l’étymologie d’ ἵστημι

► ὁ λύχνος n° 167, mars 2024.

Les vers 50-61 du chant IV de l’Iliade dans le manuscrit grec 2679 de la BnF.

Le présent article est inspiré du travail de fin d’études que j’ai réalisé en 2023 dans le cadre de mon Master en langues et lettres classiques à l’Université de Liège. Ce travail consiste en une étude morphologique et sémantique de la dérivation verbale de la racine *steh2– en grec ancien, avec une ouverture comparative vers le latin et l’indo-iranien ancien. Cette limitation de la base comparative est bien entendu arbitraire et influencée par les langues étudiées lors de mon cursus. Au niveau de la reconstruction sémantique, le domaine de l’analyse des valeurs sémantiques des catégories verbales indo-européennes (et de leur rapport à une racine) est relativement peu étudié et constitue un développement secondaire de la morphologie verbale dans le cadre de la reconstruction. Par conséquent, il n’existe pas de méthodologie bien établie dans ce domaine1 et les travaux de Dahl, Willi ou encore Pitts2 ont été le fil conducteur de ce travail. Pour quiconque souhaite s’intéresser à cette étude, elle est consultable sur le site MaTheO de l’Uliège3.

Le verbe ἵστημι (« je place debout »), qui est l’un des représentants les plus notoires de la catégorie des verbes athématiques du grec (plus communément appelés « verbes en -μι »), possède de nombreuses particularités morphologiques et sémantiques4 qui le différencient des autres dérivations verbales de la racine proto-indo-européenne (PIE) *steh25. En effet, de nombreux dictionnaires étymologiques6 associent ce verbe à des formes verbales d’autres langues indo-européennes. Parmi celles-ci, on trouve tíṣṭhati (sanskrit védique) et hištaiti (avestique) dans les langues indo-iraniennes, mais aussi sistō (latin) et sestu (ombrien) dans les dialectes italiques. Le lien que possèdent ces verbes avec ἵστημι est évident et certains chercheurs, comme Giannakis, pensent que la forme pourrait se reconstituer de la manière suivante : *sti-steh2-mi7. Cette reconstruction montre, par l’absence d’une voyelle thématique e/o, que la flexion athématique du verbe grec serait héritée. Toutefois, l’ancienneté de cette flexion se base uniquement sur le témoin du grec et peut être critiquée. Le thème du redoublement du présent d’ἵστημι est, quant à lui, certainement hérité d’une strate PIE, car on le trouve dans différentes langues indo-européennes où le groupe *st a redoublé soit le s (sistō, ἵστημι8), soit le t (tíṣṭhati).

Comme précisé précédemment, l’ancienneté du présent athématique ἵστημι peut être critiquée, car les autres témoins indo-européens attestent un présent thématique. Pour pouvoir éclaircir ce point, il est nécessaire de comparer ce présent à l’aoriste radical : ἔστην. Il est l’un des deux aoristes d’ἵστημι, avec la forme d’aoriste sigmatique ἔστησα. La forme en -σα constitue une innovation du grec, qui se base sur un ancien *-s– présent dans les langues anatoliennes, comme le hittite. Elle sert à souligner la transitivité d’une forme9, et est utilisée pour produire un aoriste transitif. On peut considérer que l’aoriste radical ἔστην a influencé la flexion athématique d’ἵστημι et que le latin et le sanskrit n’ont pas produit un type thématique secondaire. Pour pouvoir confirmer cette hypothèse, il faut supposer que l’aoriste radical du verbe ἵστημι est plus ancien que son présent à redoublement. Un premier argument en faveur du caractère archaïque de l’aoriste radical athématique est la correspondance en sanskrit d’une forme similaire d’aoriste : á-sthām. La structure de cette dernière est identique à celle du grec ἔ-στην (*h1é-steh2-m). La seule innovation du grec concerne l’alternance vocalique. Là où le présent ἵστημι est soumis à l’alternance vocalique avec une voyelle longue au singulier (ἵστημι) et une voyelle brève au pluriel (ἵσταμεν), l’aoriste ἔστην conserve une voyelle longue dans l’ensemble du paradigme. Cette voyelle longue, propre au grec, a dû se développer par un phénomène d’analogie avec d’autres formes qui avaient généralisé la voyelle longue10. Le second argument à cette ancienneté qu’il faut évoquer concerne l’Aktionsart11 de la racine *steh2-. Toute racine PIE possède un Aktionsart, une sorte de noyau sémantique, qui peut être défini comme télique ou atélique12. En fonction de la nature de cet Aktionsart, la racine adopterait des formations radicales différentes. D’après Hoffmann13, une racine atélique produirait un présent radical, là où une racine télique, comme *steh2-, attesterait un aoriste radical dans sa dérivation verbale. La racine de l’équivalent sanskrit d’ἵστημι, STHĀ (prés. tíṣṭhati), est aussi considérée par Kiparsky14comme étant télique. Autrement dit, elle provoque un changement d’état qui possède une fin. Cette considération permet d’expliquer pourquoi la formation du présent ἵστημι est postérieure à l’aoriste ἔστην. L’ajout d’un préfixe aurait alors permis de produire l’opposition présent-aoriste qu’atteste le système verbal du grec, tout en conservant le caractère déterminé et l’aspect télique de la racine. Cependant, il reste à définir la raison pour laquelle le grec a produit certains présents thématiques à redoublement, tandis que d’autres, comme ἵστημι, sont athématiques. Dans le cas des présents à redoublement, Niepokuj15 pense que les présents redoublés thématiques sont plus anciens que les présents redoublés athématiques. La catégorie qui fait exception, parmi les catégories des présents redoublés, est celle des verbes issus de racines à laryngale qui produisent un aoriste radical athématique. Si l’on prend, par exemple, la racine PIE *dheh1-, on remarque qu’elle produit, en grec (τίθημι, « je pose ») comme en sanskrit (dádhāti, « il pose »), des présents athématiques à redoublement. Il y aurait eu à l’origine, pour τίθημι, une perte de la laryngale finale qui aurait donné le verbe à redoublement suivant : *dhe-dh(h1)-e/o16. Cette forme thématique effaçant la structure de la racine, on aurait restitué une forme à voyelle longue par métathèse17 de la laryngale et de la voyelle thématique. La laryngale aurait ainsi été replacée dans la forme à redoublement (*dhe-dhe/oh1) formant, par analogie à la forme d’aoriste radical athématique, une forme à redoublement athématique18. Le même cas de figure se produit pour ἵστημι, dont la flexion athématique constitue une innovation propre au grec. Le groupe *st de *steh2– permettant de reconnaître la structure de la racine, le sanskrit a, quant à lui, conservé l’ancienne flexion thématique de tíṣṭhati qui n’était, synchroniquement, pas perçue comme faisant partie de la catégorie des verbes à redoublement. Ce type thématique sanskrit prouve l’ancienneté du redoublement thématique.

Un autre point particulier qui touche au présent ἵστημι concerne sa sémantique. On peut se demander si la valeur exclusivement transitive de ce présent actif est héritée ou non. En sanskrit (tíṣṭhati « il se tient debout ») et en latin (sistō « je fais se tenir » ou « je me tiens debout »), les dérivés de *steh2– à redoublement présentent également une valeur intransitive. En réalité, la valeur transitive d’ἵστημι est issue d’un développement interne au grec qui doit se comprendre dans sa relation avec la voix moyenne :

(1) τάων οὔ τοι ἐγὼ πρόσθ’ ἵσταμαι οὐδὲ μεγαίρω.

« Devant qui je ne me tiens pas debout et je ne m’oppose pas. »

Homère, Iliade, IV, 54

(2) οἵ τ’ ἄμυδις κονίης μεγάλην ἱστᾶσιν ὀμίχλην,

« Et qui, au même endroit, soulèvent un énorme brouillard de poussière, »

Homère, Iliade, XIII, 336

Dans ces deux extraits de scènes de bataille, on remarque non seulement que la valeur intransitive du moyen (1) s’oppose à la valeur transitive de l’actif (2), mais on peut aussi noter que le moyen répond, pour le sens, à une forme de parfait actif, dont le sémantisme est statif19. L’explication la plus probable est donnée par Allan qui juge que le développement du moyen en grec a dû se faire par analogie avec l’opposition transitif/intransitif de l’aoriste (ἔστην/ἔστησα). Le présent actif aurait alors conservé une valeur transitive secondaire, là où la création d’un moyen aurait permis d’avoir une forme purement intransitive20.

Comme le système verbal du grec se divise en trois temps21, l’élucidation étymologique d’ἵστημι ne peut se conclure sans une analyse de son parfait : ἕστηκα. Tout comme le présent ἵστημι, le groupe initial *st ne se redouble que partiellement et spirantise la sifflante de la syllabe de redoublement. En ce qui concerne le vocalisme de la forme, elle ne semble pas attester un degré o, degré qui serait le vocalisme le plus ancien des parfaits en grec. Willi22 propose une reconstruction pour le parfait grec dérivé de la racine *steh2-. Il pense que le paradigme du parfait aurait contenu le degré o (*se-stoh2-h2e), qui aurait donné *se-sto-a, puis *se-stā par contraction23. Afin d’éviter l’hiatus24, il aurait alors développé un κ25 au degré o du singulier. La reconstruction présentée pour ἕστηκα est alors *se-stā-(k)a. Même si ce développement du κ pour le parfait ἕστηκα paraît être le plus probable, il n’est pas communément admis. Il existe de nombreuses autres propositions d’élucidation étymologique, mais une seule de ces théories, évoquée par Silher, est prise en compte dans le présent article. Ce dernier suppose plutôt que la formation du parfait a pu s’établir directement sur une racine *stek– dérivée de *steh226. Cette forme en κ aurait, d’après lui, été préférable à une forme *hesto trop ambiguë, et aurait abouti à la forme ἕστηκα après de nombreux remodelages. L’existence d’une racine *stek– est possible, car de nombreuses langues attestent ce type de formation dérivée de *steh2-. Sihler évoque un correspondant sanskrit stákati, mais il n’est connu que des grammairiens. En revanche, le tokharien et l’ombrien sont des témoins plus intéressants. On trouve en tokharien A la forme tāka– et en tokharien B la forme taká27. Concernant l’ombrien, il atteste un parfait en κ dérivé de *steh2-, à savoir stakaz28. La confrontation des formes montre que l’existence d’une ancienne racine *stek– est envisageable, mais elle a pour effet de compliquer la comparaison. Le principal problème est le lien qu’aurait cette racine avec l’aoriste. Si l’on observe l’aoriste d’autres verbes à redoublement athématique, on remarque que ce κ est présent à l’aoriste pour τίθημι « je pose » (ἔθηκα) et pour ἵημι « je lance » (ἧκα). Ces formes ont également des équivalents dans les dialectes italiques, et plus particulièrement en latin. La forme ἔθηκα correspond au parfait fēcī « j’ai fait » et ἧκα au parfait iēcī « j’ai lancé ». On sait, cependant, que le latin a fusionné les catégories de l’aoriste et du parfait et il est donc difficile de relier fēcī ou iēcī au parfait ou à un ancien aoriste absent du latin. C’est la raison pour laquelle on peut juger que la théorie de Willi, précédemment énoncée, est plus intéressante. À partir de celle-ci, on pourrait supposer que le κ des aoristes ἔθηκα et ἧκα possède la même fonction que le κ du parfait, à savoir éviter un hiatus entre la racine et la désinence et, ainsi, conserver la structure de la racine dans la conjugaison. Pour ἔστην, il n’atteste pas ce κ dans son aoriste, car le groupe *st aurait permis de conserver la structure de la racine. Il s’agit du même phénomène qui a été détaillé pour la flexion thématique du sanskrit tíṣṭhati. Il est plus aisé d’établir que l’existence d’un κ au parfait est simplement due à l’intention d’éviter un hiatus, plutôt que de supposer l’existence d’une ancienne base *stek-, absente des dérivés verbaux au parfait du sanskrit (tastháu) et du latin (stetī) des dérivés verbaux de *steh2-, lesquels attestent uniquement le redoublement et l’alternance entre le degré o et le degré zéro29.

De nombreux travaux ont essayé de catégoriser les différentes valeurs du parfait30, mais il faut surtout garder à l’esprit que le parfait s’exprime de deux manières. Il décrit, d’une part, l’achèvement d’une action et il montre, d’autre part, le résultat présent de cette action. Cette notion d’état est similaire à l’aspect statif du moyen qui a été évoqué plus haut, comme on peut le voir avec l’exemple 3 qui prend place au sein des jeux funéraires destinés à Patrocle.

(3) ἕστηκε ξύλον αὖον ὅσον τ’ ὄργυι’ ὑπὲρ αἴης

ἢ δρυὸς ἢ πεύκης· τὸ μὲν οὐ καταπύθεται ὄμβρῳ,

« Un morceau de bois desséché se tient aussi haut qu’une brasse au-dessus de la terre,

il est fait de chêne ou de pin; ce dernier ne pourrit pas sous la pluie, »

Homère, Iliade, XXIII, 327-328


Il y a, par conséquent, une opposition entre la transition vers un état au présent et à l’aoriste de la racine télique *steh2– et l’aboutissement à cet état qui permet de produire un aspect statif au parfait. D’après Di Giovine, le redoublement du parfait PIE sert à amener une valeur perfective au verbe31. C’est à partir de cette fonction du redoublement que les racines non-statives (comme c’est le cas pour *steh2– qui est télique) ont obtenu, par leurs dérivés au parfait, une valeur stative32.

L’élucidation étymologique d’ἵστημι, par l’archaïsme et l’innovation de ce verbe, permet d’aborder et de questionner le développement de toute une série de catégories verbales du grec ancien. L’analyse proposée dans le présent article ne constitue pas réellement une reconstruction de la racine à l’époque du PIE, mais elle se base sur le modèle gréco-aryen33du verbe indo-européen qui est, dans le domaine de la grammaire comparée, un peu dépassé. En effet, depuis la découverte des langues anatoliennes, ce modèle peut être repensé, mais il a le mérite d’offrir une reconstruction du verbe ἵστημι à une époque postérieure à la séparation du PIE entre les langues anatoliennes d’une part, et le reste des langues indo-européennes d’autre part34. La comparaison avec les langues anatoliennes aurait été intéressante et aurait amené à l’analyse de nouvelles clés de lecture permettant de retracer l’histoire de la racine *steh2-, car le système verbal de ces dernières n’atteste pas l’opposition présent-aoriste. De plus, la division du présent en deux conjugaisons35 permettrait de prouver, encore une fois, l’ancienneté de la dérivation verbale de *steh2– en grec ancien. Cependant, cette étude se centre sur une observation du développement des trois thèmes d’ἵστημι et, à cet égard, la simple prise en compte de langues faisant partie du modèle gréco-aryen suffit à comprendre l’émergence des différentes formes d’ἵστημι. Enfin, il reste à souligner l’importance de la sémantique pour comprendre la morphologie du système verbal. Sans ces deux domaines de la linguistique, il n’aurait pas été possible de comprendre l’évolution de ce verbe grec, modèle iconique de la conjugaison en -μι, qui a fait transpirer tant d’apprentis hellénistes.


NOTES

1 Ian Benjamin Hollenbaugh, Tense and Aspect in Indo-European : A usage-based Approach to the Verbal Systems of the Rigveda and Homer,thèse de doctorat, université de Californie, 2021, p. 3.

2 Eystein Dahl, Time, Tense and Aspect in Early Vedic Grammar, Leyde/Boston (MA), 2010; Andreas Willi, Origins of the Greek Verb, Cambridge, 2018 ; Reuben J. Pitts, Tense, Aspect and Modality in the Sabellic Languages, Bruxelles, 2020.

3 Université de Liège, MaTheO [en ligne], https://matheo.uliege.be/handle/2268.2/17251 (page consultée le 11 février 2024).

4 Afin d’assurer la fiabilité de la reconstruction, les différents exemples de cet article sont tirés d’Homère, plus ancien témoin littéraire du grec (le mycénien n’atteste aucun verbe dérivé de la racine *steh2-).

5 La laryngale 2 (h2) est, avec h1 et h3, un phonème reconstitué. La forme dorienne d’ἵστημι est ἵσταμι (avec α long), forme qui permet d’identifier la coloration vocalique originelle du grec. En effet, la disparition d’une laryngale entraîne en grec la réalisation de trois timbres différents pour la voyelle qui se trouve devant celle-ci (e pour h1, a pour h2 et o pour h3). De plus, cette voyelle se trouvant devant une consonne est allongée par la perte de la laryngale. Il s’agit, autrement dit, d’un allongement compensatoire. Le η d’ἵστημι est, quant à lui, dû à un phénomène de l’ionien-attique qui a modifié le α long résultant de la chute de la laryngale en η.

6 Le plus récent étant Robert Beekes, Etymological Dictionary of Greek, Leyde/Boston (MA), 2010, s.vἵστημι.

7 Reconstruction proposée par Giorgos Giannakis, Studies in the Syntax and Semantics of the Reduplicated Presents of Homeric Greek and Indo-European, Innsbruck, 1997, p. 71. Des non-hellénistes soutiennent aussi qu’un type athématique pourrait être à l’origine des dérivés à redoublement du présent de *steh2– (Jean Kellens, Le verbe avestique, Wiesbaden, 1984, p. 192). Cependant, cette supposition est rejetée par E. Campanile, « Sul presente di *(s)teH2», in Enrico Campanile, Romano Lazzeroni et Renato Peroni (éd.), Scritti in onore di Riccardo Ambrosini, Pise, 1985, p. 64-66.

8 L’esprit rude d’ἵστημι est un ancien σ- qui s’est spirantisé à l’initiale du mot. Le même phénomène se produit en avestique avec hištaiti.

9 Sur le sujet, voir l’article de Jay Jasanoff, « The Sigmatic Forms of the Hittite Verb », IEL 7, 2019, p. 13-71.

10 Jón Axel Harđarson, Studien zum urindogermanischen Wurzelaorist und dessen Vertretung im Indoiranischen und Griechischen, Innsbruck, 1993, p. 152-154.

11 Il constitue la valeur aspectuelle intrinsèque d’une racine et ne fait pas partie du système morphologique de la langue.

12 L’aspect télique d’une racine décrit une action qui a lieu en un seul cycle, qui a une fin. L’aspect atélique exprime, quant à lui, une action qui ne possède pas de fin. Dans le cas de *steh2-, le noyau sémantique se rapporte à l’action de « placer debout » qui vise un but précis.

13 Karl Hoffmann, « Das Kategoriensystem des indogermanischen Verbums », MSS 28, 1970, p. 28.

14 Paul Kiparsky, « Aspect and Event Structure in Vedic », in P. Dasgupta, K. Mohanan et R. Singh (éd.), 1998, Berlin/New York (NY), 2010, p. 43.

15 Mary Niepokuj, The Development of Verbal Reduplication in Indo-European, Washington, 1997, p. 192.

16 *e/o désigne la voyelle thématique et *-h1la laryngale qui produit le η (singulier)/ ε (pluriel) du verbe τίθημι.

17 Permutation de deux phonèmes.

18 Andreas Willi, Origins of the Greek Verb, Cambridge, 2018, p. 165-168.

19 Donc atélique et non plus télique comme l’actif.

20 Rutger Allan, The Middle Voice in Greek, Amsterdam, 2003, p. 209-210.

21 Présent-aoriste-parfait. Il s’agit d’une division qu’attestent de nombreuses langues indo-européennes, comme le sanskrit. Bien qu’elle ait été longtemps considérée comme le modèle du verbe indo-européen, la découverte des langues anatoliennes pousse à repenser cette division. Sur le sujet, voir James Clackson, Indo-European Linguistics : an Introduction, Cambridge, 2007, p. 115 et 129.

22 Andreas Willi, Origins of the Greek Verb, Cambridge, 2018, p. 216.

23 Le est préféré au par analogie aux autres formes verbales du paradigme d’ἵστημι. Il s’agit d’une « Analogical Levelling » qui permet de réduire le nombre d’allomorphes de la forme.

24 Voir Sara Kimball, « The Origin of the Greek χ-perfect », Glotta 69, 1991, p. 147-148. Ces parfaits en κ sont rares et récents en grec : seule une petite partie d’entre eux (dont ἕστηκα) possède des correspondants dans d’autres langues IE. Kimball pense que le κ aurait permis de replacer un ancien *ἑστω- hérité.

25 Ce κ, présent dans une vingtaine de racines, se trouve principalement au degré plein. Si ce cas de figure est propre au grec homérique, il s’étend plus tard à l’ensemble du paradigme du parfait (Mary Niepokuj, The Development of Verbal Reduplication in Indo-European, Washington, 1997, p. 95).

26 Andrew Sihler, New Comparative Grammar of Greek and Latin, New York (NY)/ Oxford, 1995, p. 576-577.

27 Georges-Jean Pinault, « Tokharien », Lalies 7, 1989, p. 133-134.

28 Dariusz Piwowarczyk, « Formations of the Perfect in the Sabellic Languages with the Italic and Indo-European Background », SLing 128,2011, p. 122.

29 L’alternance des degrés est uniquement valable pour le sanskrit.

30 Jacob Wackernagel, « Studien zum griechischen Perfektum », Programm zur akademischen Preisverteilung, 1904, p. 3-24; Pierre Chantraine, Histoire du parfait grec, Paris, 1926.

31 Paolo Di Giovine, Studio sul perfetto indoeuropeo, II : La posizione del perfetto all’interno del sistema verbale indoeuropeo, Rome, 1996, p. 118.

32 On trouve le même phénomène pour les parfaits des équivalents sanskrit et avestique d’ἵστημι qu’il considère comme des racines ‘dynamiques’ (Martin Joachim Kümmel, Das Perfekt im Indoiranischen, Wiesbaden, 2000, p. 580-583 et 670).

33 Ce modèle de reconstruction du verbe indo-européen se base principalement sur les systèmes verbaux du grec et du sanskrit, c’est-à-dire des systèmes verbaux divisés en trois temps, chacun caractérisé par un thème morphologique particulier (présent-parfait-aoriste).

34 On pourrait ainsi nommer le PIE « Proto-Indo-Anatolian » et le « reste des langues indo-européennes » PIE dit ‘classique’. Sur le sujet, voir l’article d’Alwin Kloekhorst & Tijmen Pronk, « Introduction : Reconstructing Proto-Indo-Anatolian and Proto-Indo-Uralic », in Alwin Kloekhorst & Tijmen Pronk (éd.), The Precursors of Proto-Indo-European : The Indo-Anatolian and Indo-Uralic Hypotheses, Leyde/ Boston (MA), 2019, p. 1-14.

35 Les langues anatoliennes attestent aussi une conjugaison en –mi. L’autre conjugaison du système du présent est la conjugaison en –hi, qui est étymologiquement liée à la catégorie du parfait.



Citer ce billet
Georgios Tsamouras (2024, 7 mars). Sur l’étymologie d’ ἵστημι. Connaissance hellénique. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vyfs

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search