éditorial et sommaire du numéro 139 (novembre 2014) de Connaissance Hellénique

COMMENT S’EST DECLARE L’INCENDIE DE LA BIBLIOTHEQUE D’ALEXANDRIE ?

 

Couverture du livre "Farenheit 451" de R. Bradbury (Wikicommons)
Couverture du livre « Farenheit 451 » de R. Bradbury (Wikicommons)

 

Après l’effondrement du plancher de l’annexe, Cosmas le scholastique, archibibliothécaire de l’auguste et vénérable bibliothèque fondée neuf siècles auparavant, dépensait toute son énergie à trouver des fonds qui lui permissent de reconstruire cette dépendance et de réparer le toit de la bibliothèque elle-même qui, les jours de pluie, laissait passer l’eau du ciel jusqu’à l’antique salle des rouleaux. Il se rendit d’abord chez Stéphane, économe du patriarche d’Alexandrie, Cyrus, et, malgré son titre d’archibibliothécaire, fit longtemps antichambre entre les moines déguenillés et les réfugiés dépenaillés de Syrie-Palestine, avant d’avoir enfin le droit d’entrevoir le trésorier du patriarcat qui lui fit comprendre que les caisses étaient vides depuis le pillage des Perses, que les pauvres à secourir étaient légions, que les dons et les aumônes se faisaient rares, que le peuple était depuis longtemps passé à l’hérésie et que les riches avaient trouvé refuge à Constantinople…

— Mais, s’écria Cosmas, le Nil ne coule-t-il plus en Egypte ? N’avez-vous plus vos domaines sur les berges du fleuve ? A-t-on oublié le grec, le grand Alexandre et les soixante-dix traducteurs de la Bible ? Allez-vous donc laisser se ruiner le phare de la civilisation, la merveille de l’esprit, la source de la science ? Voulez-vous donc que la bibliothèque devienne la pâture de moutons bêlants écervelés béats ? Les Alexandrins ne vivent-ils plus désormais que pour boire, manger et dormir ?

L’économe le fit mettre dehors et s’en alla lui-même compter les moutons, les chèvres, les vaches, les paniers de poissons, les sacs de farine, les caisses de dattes, et toutes les provisions que l’on accumulait pour le petit banquet anniversaire du patriarche.

Ecœuré, Cosmas se rendit chez Constantin le sacellaire. Les gardes le firent entrer et il fut reçu aussitôt. Cosmas se jeta, malgré son orgueil, aux genoux du financier impérial et lui exposa la situation critique de la bibliothèque d’Alexandrie.

— Trop de livres nuit, lui répondit Constantin. La lecture rend impropre à la guerre. Il nous faut du soldat ignorant, endurant et obéissant, pas du scholastique ! Jérusalem est tombée à l’ennemi, l’empereur est malade, et vous nous parlez de vos livres ! Mais qu’on les brûle !

L’entrevue s’interrompit, et Constantin se plongea, inquiet, dans la lecture du courrier qui lui était arrivé de Constantinople : la mort annoncée de l’empereur Héraclius allait-elle mettre fin à sa carrière ?

Il se mit à pleuvoir. Cosmas était furieux. Il partit se détendre aux bains, tandis que roulait le tonnerre sur la ville. Le lendemain, il faisait beau temps mais l’orage avait fait s’effondrer le toit de la salle antique des rouleaux. Il réunit Elias et Georges, les copistes et leur dit : Aujourd’hui, nous allons rallumer le phare d’Alexandrie !

Ils ne comprirent pas, (il était si fantasque ce Cosmas !) et ils ne comprenaient toujours pas quand ils le virent plus tard amener du bois et de la poix. Le soir venu, ils rentrèrent chez eux, mais au milieu de la nuit, on vint les réveiller. La bibliothèque d’Alexandrie brûlait.

 

Ce qui est arrivé autrefois à la bibliothèque d’Alexandrie, se passe aujourd’hui, toutes proportions gardées, pour la petite bibliothèque de grec moderne de la prétendue université d’Aix-Marseille, une bibliothèque amoureusement constituée pendant plusieurs décades grâce à l’argent de l’Etat grec, aujourd’hui réquisitionnée : les livres ont été dispersés ou bien enfermés dans une salle inaccessible. Y eût-on mis le feu que le résultat n’eût pas été différent…

Sur ces mots, voici le sommaire de Connaissance hellénique ὁ λύχνος n° 139, novembre 2014 :

1 : P. Lanfranchi, « Ils reflétaient la beauté de la Grèce », une petite histoire de l’hellénisme ☛ http://ch.hypotheses.org/1006

2 : J.-Cl. Rolland, «Etymologie» : Sambuque ☛ http://ch.hypotheses.org/1015

3 : J. Kaminski, «Poésie grecque moderne» : S. Zaphiriou, « Le lion de Dresde » ☛  http://ch.hypotheses.org/1028

4 : C.  Boudignon, «Vous parlez grec et vous ne le saviez pas» : « Rue des boutiques obscures » ☛ http://ch.hypotheses.org/1037

5 : C. Boudignon, «Lu pour vous» : Enquête sur l’incroyable aventure de Pythéas le Marseillais. ☛ http://ch.hypotheses.org/1044

6 : B. Franceschetti – A. Chopard, De l’institution des enfants ès lettres grecques ☛ http://ch.hypotheses.org/1051

7 : 9ème Festival Européen Latin Grec (FELG) ☛ http://ch.hypotheses.org/1063

8 : J.-V. Vernhes, «Etymologie grecque», Retour sur σοφός ,☛ http://ch.hypotheses.org/1070

Bonne lecture. Le prochain numéro paraîtra en mars 2015.

 

Christian Boudignon

Rédacteur en chef de Connaissance Hellénique


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.