Deux pièces « grecques » : merveille et fiasco à la Criée de Marseille

À la paix, spectacle de Robin Renucci d’après Aristophane, adaptation de R. Renucci et S. Valletti, La Criée – Théâtre national de Marseille, 7-26 novembre 2023.

Hélène après la chute,  écriture et mise en scène de Simon Abkarian, La Criée – Théâtre national de Marseille, 19-22 décembre 2023.

Hélène (Aurore Frémont) et Ménélas (Brontis Jodorowsky) dans la pièce de S. Abkarian (photo Antoine Agoudjian)

Comment ne pas dire son émerveillement au sortir d’Hélène après la chute, écrit et mis en scène par Simon Abkarian ? Une heure et demie de poésie baroque, saturée d’images, tout droit sorties des tragiques. La Bible et son Cantique des cantiques ne sont pas absents. Le tout entrecoupé de morceaux de piano ou même de chants arméniens entonnés par la pianiste Macha Gharibian. Présente de dos, elle donne au texte son souffle. Sur scène, deux acteurs, un homme en costume oriental, Ménélas (Brontis Jodorowsky), tout en finesse, à la fois triomphateur, déçu et amoureux, et Hélène (Aurore Frémont) dont le vêtement très moderne de pin-up contraste avec la voix d’alto. Elle commence tout de suite le texte, dans l’ombre au bout de la scène, avec un aplomb extraordinaire ; elle ne jouera pas les victimes : ni pute ni soumise ! Pour tout décor, un élégant canapé turco-libanais vêtu d’un tissu crème scintillant. Autour de lui se joue tout le drame conjugal qui va de l’Iliade, de l’Hélène, « face de chienne », à l’Odyssée, à l’Hélène matrone trônant auprès de Ménélas. Ne répugnant pas à célébrer l’amour charnel, Simon Abkarian a tout compris de la nouvelle poésie amoureuse. Elle ne repose plus comme jadis dans la froideur féminine et la conquête mais dans la reconquête après la séparation (après la chute, voudrait-on dire !). Bienvenue à notre nouvel Eschyle dans la ville de l’over-littérature1. Le public marseillais a écouté la pièce dans un rare silence, lui qui n’est pas étranger, d’une façon ou l’autre, à toutes les histoires terribles de la Méditerranée, celle des Arméniens ou de l’effroyable guerre d’Algérie…

En regardant le parcours de Simon Abkarian, on se rend compte qu’il a été acteur sous la direction d’Ariane Mnouchkine, au Théâtre du Soleil, jusqu’en 1993. Il a donc dû participer à l’aventure étonnante que fut la représentation de l’Orestie d’Eschyle. Quarante ans après, notre auteur invente une non-tragédie et nous donne une pièce fougueuse qui repose sur la présence des acteurs et la force du verbe poétique. Et il réalise le tour de force de chanter la réconciliation, ce qui n’est pas peu dans ce monde de brutes ! Bravo ! Une seule question : qu’est devenue Hermione dans tout ça ?

Il y a un mois, nous avons vu dans la même salle de la Criée, l’adaptation signée Serge Valletti et Robin Renucci de la Paix d’Aristophane. Une pièce de m… au sens propre du terme, puisqu’une amusante machine scatologique remplace le bousier d’Aristophane. Mais l’idée d’arroser les spectateurs avec de l’eau est un peu puérile, pour ne pas dire plus. Faut-il vraiment rompre la séparation entre acteurs et spectateurs ? Invités à venir sur scène, des lycéens ont pris au mot les metteurs en scène. Cependant le malaise des acteurs devant cette intrusion, malgré tout leur effort pour le cacher, reste perceptible, surtout pour les spectateurs des premiers rangs déjà copieusement arrosés. On rit à cette machine qui permet à Yves Rogne, vigneron, de s’élever dans les airs jusqu’à rencontrer la Guerre. Une actrice rock punk électro met alors joyeusement et sadiquement dans son chaudron tous les peuples foudroyés par la guerre. Tant que la structure de la pièce aristophanesque portait l’action, la comédie tenait, mais quand Aristophane fait une galerie de portraits de gêneurs athéniens, elle s’effondre en merguez-party. Toute la bonne volonté d’actualisation de la pièce échoue, hélas ! Peut-être la poésie manquait-elle ?

Paul Challobos, helléniste au centre Paul-Albert Février.

1Nouvelle tendance de la littérature made in Marseille. Si vous voulez en savoir davantage : http://www.lefioupelan.com/overlitterature/ (NdR).



Citer ce billet
Paul Challobos (2023, 21 décembre). Deux pièces « grecques » : merveille et fiasco à la Criée de Marseille. Connaissance hellénique. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vej3

Paul Challobos

Paul Challobos est chercheur au Centre Paul Albert Février (Université d'Aix-Marseille).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search