Éditorial et sommaire du numéro 166 de novembre 2023

La pharmacie de la lanterne

Albert Robida, Illustration de la Préface de « Pantagruel », 1886, BnF (gallica.bnf.fr).

Il paraît que notre lanterne a même commencé à faire des miracles !

Après avoir lu l’article sur « L’OlympiAque de Marseille », notre collaboratrice Chantal Thiérion (c’est elle qui relit tous les articles de notre revue, qu’elle en soit chaleureusement remerciée !) nous a fait part de ses doutes sur les articles Ὀλύμπιος et Ὀλυμπικός, sur leur traduction et sur les exemples proposés par notre cher Anatole Bailly. Et voilà, premier miracle : après étude approfondie de la question par les auteurs du Bailly-Chávez numérisé, les deux articles vont être complètement remaniés, et vous pourrez sans doute en voir l’effet dans une prochaine édition du dictionnaire.

Pour ma part, je venais juste d’achever la lecture de la chronique étymologique de mon ami Christian Boudignon sur l’encre (article ci-dessous) quand j’ai trouvé, par pur hasard, une copie de mon livre en vente en ligne : deuxième miracle !

Quant à l’article pharmacologique que vous découvrirez à la fin du numéro, ses vertus ne sont plus à démontrer : lisez-le et vous verrez soudainement disparaître vos rhumes, maux de tête et autres affections. Vous ne me croyez pas ? Vous n’avez qu’à essayer vous-mêmes ! Comme les Grandes et inestimables Chroniques de l’énorme géant Gargantua, notre lanterne saura soigner la vérole, la goutte et même les maux de dents. Il suffira d’en lire quelques pages ou d’appliquer la lanterne juste sur le lieu de la douleur :

« Aultres sont par le Monde (ce ne sont fariboles) qui, estans grandement affligez du mal des dentz, après avoir tous leurs biens despenduz en médecins sans en rien profiter, ne ont trouvé remède plus expédient que de mettre lesdictes Chroniques entre deux beaulx linges bien chaulx et les appliquer au lieu de la douleur, les sinapizand avecques un peu de pouldre d’oribus » (Rabelais, Pantagruel, « Prologue de l’auteur »).

Bonne lecture et puisse notre lanterne apporter soulagement à chacun de vous !

Rocco Marseglia

Rédacteur en chef

*****

SOMMAIRE DU NUMÉRO 166 (NOVEMBRE 2023)

Bernard BoyavalQuatre notices d’épigraphie gréco-égyptienne

Mayoro Dia et Bouré Diouf – État des lieux de l’enseignement des Lettres classiques au Sénégal

Jean-Claude Dutto – Lu pour vous : Andrea Marcolongo, Déplacer la lune de son orbite

Christian Boudignon – « Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n. 56) »

Marie-Françoise Mathieu – Un texte poétique : « De l’aube à l’aurore »

Karim De Broucker – Un témoignage oublié sur le nom du navire des fondateurs de Massalia ?

Jean-Michel Ropars – Présentation du livre Ulysse dans le monde d’Hermès

Florence Deville-Patte – Lu pour vous : Laure de Chantal, Les neuf vies de Sappho

Rocco Marseglia – Les Troyennes d’Euripide et l’humanité de Gaza : le regard du spectateur en question

Pascal Boulhol – Lu pour vous : Henri Tonnet, La Littérature grecque moderne

Jean-Victor Vernhes – Une étymologie pour τὸ φάρμακον ‘le remède, le poison, la drogue’ ?

Amnaï Ray et Karine Patte – « Des vagues à l’âme » N. 3



Citer ce billet
Connaissance hellénique (2023, 19 décembre). Éditorial et sommaire du numéro 166 de novembre 2023. Connaissance hellénique. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vej2

Connaissance hellénique

Rocco Marseglia est professeur de lettres classiques en classes préparatoires au lycée Paul Cézanne (Aix-en-Provence) et chercheur associé du Centre AnHiMA (Paris, UMR 8210).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search