Lu pour vous : Laure de Chantal, « Les neuf vies de Sappho »

► ὁ λύχνος n° 166, novembre 2023.

Laure de Chantal, Les neuf vies de Sappho. Le premier écrivain est une écrivaine, Stock, 2023, 308 p., 19,90 €.

Les neuf vies de Sappho, avec son atmosphère si particulière, m’ont bouleversée. Au moment de rassembler mes idées pour rédiger cet article, tâche ardue s’il en est tant celles-ci bouillonnent sous l’effet puissant de cet ouvrage d’exception, c’est le nom de Sappho qui m’habite et m’invite à laisser surgir des associations musicales : Ἡ σαφήνεια ‘la clarté, Σαφῶς ‘manifestement’, Σαφής ‘clair, évident, véritable, certain, garanti’, Ὁ σαφηνιστής ‘celui qui fait connaître clairement’, Σαφηνίζω ‘j’éclaircis, j’indique clairement’ …

Bien que sans lien étymologique avec son nom, tous ces mots me plaisent parce qu’ils ont le mérite de rassembler les nobles qualités de cette poétesse du VIIe siècle avant J.-C. Son génie fut tel que ses contemporains la considérèrent comme l’égale d’Homère, ce qui n’est pas une mince affaire. Dans ses poèmes, elle exprime avec simplicité ses émotions amoureuses, transformant l’aveu intimiste en émoi universel partagé. La première, elle osa évoquer le désir féminin en des temps où les femmes devaient se taire et s’effacer au fond des gynécées. Sappho de Lesbos a-t-elle pensé à ces paronymies à même d’annoncer cette gloire immortelle qu’elle a fort bien pressentie ?

Mes yeux parcourent le vieux Bailly… Tiens, Σοφοκλῆς, Sophocle ! Je cherche alors Sapho ou Sappho. Je ne la trouve pas. A la page 1736, on passe, pour les noms propres, des Σαυρομάται ‘Sarmates’ à Σαώ ‘Saô’, l’une des Néréides. Il n’a sans doute pas suffi que l’œuvre de Sappho nous soit parvenue en morceaux pour qu’il ne faille oublier son nom dans Le dictionnaire de référence ! Ah, mais… Où ai-je la tête ? Cherche Σαπφώ (lire Sap-pho) ou Ψάπφω, comme sur les monnaies mytiléniennes. Sappho, j’ai tellement peur de ne pas te trouver…

Mais Sapho n’est pas de celles que l’on oublie ! Même à l’état de fragments, sa poésie a survécu aux avanies qui s’abattent généralement sur les œuvres des femmes : la gent masculine ne se complait-elle pas à les invisibiliser ou à les discréditer ? Tant de génies féminins se sont vus rayés de l’Histoire ! C’est ainsi que l’humanité s’est sottement amputée d’une moitié d’elle-même en refusant aux femmes le droit d’élever leur esprit pendant des millénaires. Sappho a ouvert la voie aux femmes du futur en montrant qu’elles pouvaient s’imposer par leur intelligence à condition de s’affranchir des interdits prononcés par des patriarches grincheux et dont elles sont, encore actuellement, planétairement frappées.

Florence Patte, Le Saut de Leucade, aquarelle.

Page après page, Laure de Chantal laisse affleurer le portrait de Sappho, toujours plus saisissant. Sous nos yeux, la photo argentique apparaît sous l’effet du révélateur : du fond des âges, son visage se dessine. Sa voix nous parvient. On a beau ne pas savoir grand-chose de sa vie, des auteurs de l’Antiquité la citent. Sur une céramique, Euphronios la mentionne. Elle a ses biographes en la personne de Chaméléon et celle d’Ovide, ses plagiaires (Catulle principalement), ses traductrices et traducteurs (Anne Dacier et Marguerite Yourcenar), ses émules (Dante et Madeleine de Scudéry), les poétesses et poètes qui l’ont chantée (de Louise Labé à Renée Vivien, Baudelaire). Une mémoire collective puissante joua incontestablement en sa faveur, comme l’explique justement Laure de Chantal. Par ces polyphonies et au fil des recoupements, le lecteur sentirait presque le parfum de la poétesse flotter autour de lui. C’est saisissant.

Mais une légende se construit également à partir de ce qui nous échappe. Sappho, comme Ovide, a connu l’exil : pour quelles raisons ? Et quid du Saut de Leucade1 dont parle Laure de Chantal et dont la symbolique inspira tant de peintres ? Les neuf vies de Sappho interrogent avec finesse la part de mystère et de fantasme qui enveloppe encore la poétesse de Mytilène.

1 À propos du saut de Leucade, voir l’article de Jean-Michel Ropars, Lukhnos, n° 136, novembre 2013, article cinq :https://ch.hypotheses.org/639



Citer ce billet
Florence Deville-Patte (2023, 18 novembre). Lu pour vous : Laure de Chantal, « Les neuf vies de Sappho ». Connaissance hellénique. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mmj9

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Jean-Claude DUTTO dit :

    Bonjour Madame,

    Merci pour la présentation de cet ouvrage que j’ai personnellement beaucoup apprécié et qui montre à quel point l’inoubliable Sappho, la dixième Muse selon Platon, a traversé les âges en inspirant tant de figures d’exception, notamment féminines, mais pas seulement…Elle s’est malheureusement fait aussi beaucoup d’ennemis !
    Les féministes apprécieront certainement la tonalité du livre. Cela n’est pas sans me rappeler quelque peu la “mise en bouche” du discours de Yourcenar à l’Académie française, laquelle se sentait suivie par une cohorte de femmes qui auraient pu la précéder à ce glorieux fauteuil, si la “tradition” (machiste) ne les en avait vaguement empêchées…

    Jean-Claude DUTTO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search