Christian Boudignon a lu pour vous le livre de François Herbaux sur Pythéas

Enquête sur l’incroyable aventure de Pythéas le Marseillais.

➤ Lu pour vous ( λύχνος n° 139, novembre 2014, article cinq)✯✭✭

Couverture de "Puisque la terre est ronde..."
Couverture de « Puisque la terre est ronde… »

 

François Herbaux, Puisque la terre est ronde. Enquête sur l’incroyable aventure de Pythéas le Marseillais. Vuibert, Paris, 2008, 170 p., 20 euros.

 

Si notre revue décernait le prix de la vulgarisation scientifique, elle l’aurait décerné (en retard) à ce petit ouvrage qui se lit comme un roman policier et qui est profond comme un livre d’histoire de l’Antiquité.

L’auteur, journaliste scientifique, mène une enquête passionnante autour des fragments de l’astronome et géographe marseillais Pythéas, qui a vécu au IVe siècle avant J.C., un contemporain donc du grand Alexandre. Pour valider son analyse que la terre est bien ronde et les conséquences astronomiques qui en découlent, Pythéas longe notre Bretagne, découvre la Grande Bretagne comme plus tard Christophe Colomb découvrira l’Amérique et s’approche de Thulé, île située sur le cercle polaire, là où s’observe le soleil de minuit.

 

Le premier Marseillais accusé de mensonge

Auteur d’un ouvrage perdu De l’océan, conservé uniquement par quelques citations d’auteurs antiques, Pythéas est le premier Marseillais accusé d’être menteur, tout simplement parce que ses découvertes remettaient en cause les idées toute faites d’esprits étroits comme Strabon au Ier siècle ou Cosmas Indicopleustès, au VIe siècle, qui soutint l’idée que la terre était plate.

Il faut le souligner : le livre de François Herbaux est un modèle de vulgarisation scientifique. A la fois précis et parfaitement documenté, il traite de l’ensemble du dossier Pythéas, sous tous ses aspects, à la fois scientifiques et littéraires, en interviewant un à un tous les spécialistes de la question. Cherchant désespérément à prendre en faute le livre, je n’y ai trouvé qu’une microscopique peccadille, puisqu’il situe (p. 22) l’empereur Aurélien au IVe siècle après J.C. et non au IIIe siècle.  Bref, on peut dire l’ouvrage scientifiquement parfait. Du point de vue littéraire, le style coule agréablement, et l’on suit l’auteur dans les dédales de ses voyages. Il a l’œil pour situer chaque fois le scientifique qu’il rencontre dans son “milieu écologique” et résumer sa pensée avec la plus grande clarté. Sans jamais se substituer aux savants, humblement, François Herbaux cisèle leur pensée.

 

Mieux qu’une monographie érudite

Mieux encore qu’une monographie où un érudit développerait sa propre analyse, ici, l’auteur fait entrer en relation voire en contradiction les points de vue des différents intervenants, notamment celui de l’hérétique Pascal Arnaud qui soutient que Pythéas n’a jamais fait le voyage qu’il relate. On a donc un panorama complet de la difficile question Pythéas. On a même un choix des principales citations de son œuvre à la fin, traduites en français. Nous eussions été aux anges si l’on y eût inclus leur original grec. Après tout le grec n’est pas réservé aux érudits. L’auteur ne se prive pas d’ailleurs de signaler les problèmes de traduction quand il dit que la fantastique comparaison de la mer gelée dans le brouillard avec le “poumon marin” est tout simplement une comparaison avec la “méduse”.

Peut-être le seul oubli de l’auteur, ou bien de ses interlocuteurs, serait ce roman grec du deuxième siècle après J.-C., écrit par un certain Antoine Diogène, qui s’intitule Merveilles incroyables au-delà de Thulé. Nous le tenons pour le premier roman de science-fiction de tous les temps. Il se rapporte immanquablement à Pythéas en mettant dans son titre une référence à “Thulé”.

 

Ménentaupe

Nous avons beaucoup appris en lisant cet ouvrage. Il serait trop long de détailler nos découvertes. On connaît beaucoup Thulé. On connaît moins Corbilo, port de commerce antique sur la Loire, mentionné par Pythéas. L’auteur nous livre un portrait absolument extraordinaire de l’archéologue Loïc Ménenteau qui va partout fouillant Nantes et ses environs à la recherches de la ville oubliée de Corbilo. Les jardiniers du château d’Ancenis, excédés des fouilles intempestives de Ménenteau, l’ont même surnommé “Ménentaupe” (p. 92). Le personnage prend alors petit à petit un aspect mythique, entre le centaure et le Titan, et fait entrer le livre dans une autre dimension. Dès lors, ce n’est plus simplement de la vulgarisation géniale, c’est aussi, soyons Marseillais ! de la littérature, avec un grand L.

 

Christian Boudignon

Université d’Aix-Marseille, CNRS, TDMAM UMR 7297, 13094 Aix-en-Provence, France.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *